La Russie et ses autres partenaires partageant les mêmes idées, avancent tous vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique

Le mercredi 30 mars, c’est-à-dire aujourd’hui même, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en marge de la troisième conférence des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de l’Afghanistan à Tunxi, en Chine, a annoncé la volonté de la Russie de «soulager les tensions» dans le conflit avec l’Ukraine. Selon Pékin, lors d’une rencontre avec son homologue chinois Wang Yi, le chef du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que Moscou avait l’intention de poursuivre les pourparlers de paix avec Kiev. À son tour, le chef du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la question ukrainienne avait une histoire compliquée. C’était le résultat non seulement d’un conflit de sécurité prolongé, mais aussi d’une mentalité et d’une confrontation de guerre froide.

La Chine, a souligné Wang Yi, soutient la Russie et l’Ukraine dans leurs tentatives de surmonter diplomatiquement la crise afin de mettre fin le plus rapidement possible à la confrontation militaire, qui pourrait se transformer en une crise humanitaire majeure. Selon le chef du ministère chinois des Affaires étrangères, à long terme, il faut tirer les leçons de ce qui s’est passé. Dans le cadre des négociations, une architecture de sécurité durable en Europe devrait être créée.

À son tour, Lavrov, dans une vidéo publiée par le ministère russe des Affaires étrangères avant de rencontrer Wang Yi, a déclaré que le monde « traverse une étape très grave dans l’histoire des relations internationales ». « Avec vous et avec nos peuples partageant les mêmes idées, nous avancerons vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique », a déclaré M. Lavrov.

Le 31 mars, une réunion des ministres des Affaires étrangères au format des voisins de l’Afghanistan doit se tenir à Tunsi. Le 30 mars, les diplomates arrivés pour les négociations seront occupés par des réunions bilatérales avec des collègues étrangers, a déclaré la diplomate russe Maria Zakharova. Plus tôt, Lavrov a déclaré qu’aujourd’hui, il y a de moins en moins de pays qui sacrifient leurs intérêts nationaux pour le bien de l’Occident. La déclaration correspondante a été faite par la diplomate lors d’un discours à l’heure du gouvernement lors de la session plénière de la Douma d’Etat.

Lavrov a annoncé le mouvement vers un « ordre mondial multipolaire »

Le Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie
Mercredi, le 30 mars 2022 à 9h12 (heure de Moscou)

Cher Monsieur le Ministre,

Cher ami,

Heureux d'être de retour en Chine. C'est notre deuxième rencontre cette année. Elle souligne l'intensité et le caractère confiant du dialogue régulier bilatéral.

Nous traversons une étape grave de l'histoire des relations internationales. Je suis convaincu qu'à la suite de ses résultats, la situation internationale deviendra beaucoup plus claire. Ensemble avec vous et avec nos autres personnes partageant les mêmes idées, nous avancerons vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique.

Nous sommes intéressés à voir nos relations avec la République populaire de Chine continuer à se développer régulièrement et de manière cohérente. Le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine et le président de la République populaire de Chine Xi Jinping se sont mis d'accord sur ce point.

Aujourd'hui, nous examinerons des mesures concrètes visant à garantir la mise en œuvre de tous ces accords.

Je suis heureux de parler avec vous, cher ami, surtout dans cette belle province. J'ai visité de nombreuses provinces en Chine. Toutes sont vraiment admirables.

Sergueï LAVROV

Le ministre russe des Affaires étrangères participera à une série de réunions organisées par la Chine pour discuter des moyens d’aider l’Afghanistan, auxquelles devraient également participer des diplomates des États-Unis et des voisins du pays dirigé par les talibans. Cependant, une attaque russe contre l’Ukraine devrait figurer en bonne place dans les négociations. Pékin a refusé de condamner l’invasion et offre une couverture diplomatique à une Russie soi-disant de plus en plus isolée, écrit l’agence AFP. Les responsables américains ont accusé la Chine de « volonté » de fournir une assistance militaire et économique à la Russie, et le président Joe Biden a comparé l’invasion de l’Ukraine à la répression par la Chine des manifestations de la place Tiananmen en 1989.

Sur les effets secondaires de la restructuration mondiale

Le 11 septembre 2019, anticipant sur les événements actuels, les deux chercheurs russes Alexeï Kouprianov et Alexandre Korolev publiaient un rapport pour le Club de discussion international Valdai, intitulé « Accord eurasien, anneau océanique. La Russie et l’Inde comme troisième force du nouvel ordre mondial ». Voici ce qu’ils écrivent dans l’introduction de leur document :

Le monde est au bord d’une nouvelle guerre froide. Il conviendrait de l’appeler la « Seconde Guerre froide », afin de ne pas la confondre avec la Première, qui opposa l’URSS aux États-Unis. Une nouvelle guerre aura lieu entre les États-Unis et la Chine. La Première Guerre froide a été en grande partie une guerre d’idées : socialisme et capitalisme, une guerre pour choisir la voie du développement mondial. L’URSS a finalement perdu dès qu’elle a abandonné l’idée socialiste. La guerre actuelle est purement impérialiste: il n’y a pas beaucoup de différence entre les États-Unis et la Chine — les deux parties souhaitent étendre leur influence, accéder aux ressources, promouvoir leurs marchandises sur les marchés des pays dépendants et le statut d’hégémonie mondiale dans le monde système de marché.

L’aggravation de la confrontation « froide » entre les grandes puissances s’accompagnera de l’expansion de la pratique de l’utilisation d’outils de « pouvoir intelligent », qui, cependant, dépassent parfois les actions armées dans leur portée et leur efficacité. Guerres commerciales, cyberespionnage, conflits locaux dans les pays du tiers monde, sanctions unilatérales et autres mesures restrictives, manipulations des monnaies nationales, corruption des élites des petits et moyens pays, fournir une aide économique étrangère aux partenaires régionaux afin de constituer une clientèle politique fidèle.

L’utilisation généralisée de la méthode « de la carotte et du bâton » par la Chine et les États-Unis par rapport à d’autres pays va créer de nouveaux foyers de tension, obligeant les autres États à faire des compromis difficiles. Volontairement, accidentellement ou par la force, les États peuvent coordonner leurs politiques et leurs intérêts avec l’un ou l’autre centre de pouvoir. Le choix de ces États aura deux conséquences possibles : soit il renforcera la position des États-Unis, soit il donnera du poids aux aspirations géopolitiques de la Chine. D’une manière ou d’une autre, cela intensifiera la Seconde Guerre froide, alors que les États-Unis et la Chine cherchent à limiter les sphères d’influence de l’autre.

Pour la Russie et l’Inde, le choix de ces États est encore plus important. Les deux pays sont des puissances majeures qui joueront un rôle important dans tout futur équilibre des puissances. En outre, la Russie et l’Inde sont des voisins directs de la Chine et influencent respectivement les vastes étendues de l’Arctique et de l’océan Indien, ainsi que les vastes plaines du nord de l’Eurasie. Leurs priorités politiques détermineront non seulement l’avenir de la Seconde Guerre froide, de la Chine et des États-Unis, mais aussi les leurs.

La réponse à la situation actuelle de la part de Moscou et de New Delhi pourrait être la formation d’une alliance non officielle et non militaire « Mouvement pacifique pour le développement » — un espace de co-développement axé sur la poursuite du cours de la mondialisation positive tout en recherchant plus des alternatives équitables à l’ordre mondial existant.

Le format Russie-Inde-Chine (RIC) a aidé à construire un ordre mondial multipolaire et un État de droit international — Sergueï Lavrov

Le format Russie-Inde-Chine (RIC) contribue à l’établissement de la multipolarité et à la suprématie du droit international sur la scène mondiale, étant l’un des facteurs clés de la politique mondiale et régionale. C’est ce qu’a déclaré vendredi le 26 novembre 2021 le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une réunion en ligne des chefs des départements diplomatiques du RIC.

« Le format RIC reste l’un des facteurs clés de la politique mondiale et régionale, demandé en matière de sécurité, d’amélioration de l’architecture des relations interétatiques dans la région Asie-Pacifique, ainsi que de promotion d’une large intégration économique dans l’espace eurasien. le développement des relations dans notre “troïka” fait partie intégrante du processus la formation d’un ordre mondial multipolaire plus juste et démocratique avec le rôle central de coordination de l’ONU, contribue à l’établissement sur la scène mondiale de valeurs universelles telles que le multilatéralisme, l’égalité, la primauté du droit international », a déclaré le ministre.

Lavrov a souligné que la Fédération de Russie, l’Inde et la Chine sont unies par leur rejet du protectionnisme commercial, l’imposition de sanctions unilatérales à motivation politique et l’usage de la force dans les affaires internationales. « Nous travaillons ensemble sur un large agenda sur la plate-forme onusienne au sein du G20, BRICS, OCS, nous soutenons les mécanismes de coopération centrés sur l’ASEAN dans la région Asie-Pacifique », a souligné le ministre.

Selon lui, dans le contexte de la pandémie en cours, le système des relations internationales a été confronté à des défis de grande envergure dans le domaine de l’économie et du développement social. « Le virus a stimulé la crise de la gouvernance mondiale. La croissance des sentiments protectionnistes et isolationnistes, est devenu un sérieux test de force pour les États et les associations multilatérales », a noté le ministre russe des Affaires étrangères.

« L’échange de vues d’aujourd’hui sur les questions les plus urgentes de l’agenda international est important dans le contexte de turbulences croissantes aux niveaux mondial et régional », a ajouté le ministre. « J’espère que notre dialogue intéressé contribuera à une divulgation plus complète des potentiel énorme et véritablement stratégique que possède le format RIC ».


La fin du monde avant la délivrance finale – Rav Dynovisz avec M Hababou

RÉFÉRENCES :



« Bravo, j’ai lu son livre. Tout ce que dit Guy se produit en ce moment. »

Jeanj Lavoie

« Je suis tout vos travaux, j’adore ce que vous faites… Merci à vous, que la force de l’Ours sois avec vous. »

Ormekooper

« Vous êtes pour moi une source d’information de confiance et n’êtes rien de moins qu’un héros à mes yeux. »

Patrick Daigneault