Les protéines de pointe (Spike) en passant par les injections : Le virus Covid-19 contient-il des séquences génétiques de venin de serpent ?

Un article paru dans le magazine The Conversation et immédiatement repris par Scientific American le 22 janvier 2020 rapportait : « Les serpents – le krait chinois et le cobra chinois – pourraient être la source d’origine du coronavirus récemment découvert qui a déclenché une épidémie d’une maladie respiratoire infectieuse mortelle en Chine cet hiver. » L’article est issu d’un article d’auteurs chinois publié dans le Journal of Medical Virology le 22 janvier 2020 intitulé “Cross-species transmission of the newly identified coronavirus 2019-nCoV” (Transmission inter-espèces du nouveau coronavirus 2019-nCoV) qui déclare : « Nos résultats suggèrent que le 2019-nCoV a les informations génétiques les plus similaires avec le coronovirus de chauve-souris et le biais d’utilisation des codons le plus similaire avec le serpent. Pris ensemble, nos résultats suggèrent qu’une recombinaison homologue peut se produire et contribuer à la transmission inter-espèces du 2019-nCoV. » L’essence de l’article était la supposition que le Covid-19 a fait son chemin des serpents aux chauves-souris, puis au marché humide de Wuhan, exprimé comme suit :

« Une recombinaison homologue d’origine inconnue peut s’être produite dans la glycoprotéine de pointe du 2019-nCoV, ce qui peut expliquer sa transmission inter-espèces et sa propagation limitée de personne à personne. (…) La distance euclidienne au carré indique que le 2019-nCoV et les serpents de Chine ont la plus grande similitude dans le biais d’utilisation des codons synonymes par rapport à ceux des chauve-souris, des oiseaux, des marmotte, des hérissons, des manis et des humains. »

Il y a longtemps que je n’avais pas publié un article concernant le coronavirus SRAS-CoV-2. Il faut dire que j’ai écrit près de 300 articles à ce sujet depuis 2020. Vous pouvez consulter la plupart de ces articles sur cette page. [1] Je crois donc avoir fait le tour du sujet et qu’il est maintenant dérisoire pour moi de continuer à tenter d’informer les gens puisque au moins 85% de la population est désormais inoculée. J’ai pourtant tout essayé pour alerter les lecteurs. Déjà au mois d’août 2019, à la publication de mon livre “La Société fabienne”, j’écrivais : « Le but ultime de ces transhumanistes est donc de remplacer les êtres humains par des êtres androïdes dépourvus d’âme et de sentiments. Est-ce donc là la mission que s’est donnée le Vatican de remplacer l’Adam-Eve originel … ? » Le 16 décembre 2020, je reprenais cette citation dans le cadre d’un article concernant l’Unicef, dans lequel j’élaborais : « L’Unicef utilise la symbolique de la femme écarlate apocalyptique pour promouvoir le vaccin Covid-19, affichant ainsi clairement l’objectif réel : inoculer le venin du serpent dans les veines des humains pour remplacer l’Adam-Eve originel (ADN /ADAM), ce qui rendra les hommes et les femmes esclaves d’une matrice dont nul ne pourra s’extraire. »

Plus récemment, je concluais mon dernier livre (L’Arche de Gabriel) de cette façon : « L’humanité vit encore aujourd’hui dans un combat perpétuel entre ceux qui sont de la race de vipères et ceux qui sont les “fils de Dieu”, tel qu’il est enseigné dans Galates 3:26. Cette race de vipères se cache désormais sous la dénomination contemporaine de “Nouvel Ordre Mondial”. Il s’agit pour cette engeance de prendre possession et d’asservir les humains dans un système babylonien en leur injectant le venin du serpent et en leur ôtant toute parcelle divine qui était déjà en eux. » Aujourd’hui, la science est en train de confirmer ce que j’ai osé écrire plusieurs mois auparavant. Je n’ai donc plus rien à dire pour avertir les gens.

« Toutefois le mal est fait. Le paysage est détruit. On habite désormais dans un site inharmonique. Cette cacophonie, si elle est insupportable aux âmes sensibles, installe dans les âmes insensibles le besoin d’aller plus outre dans ces fausses voies où elles espèrent trouver une sorte de contentement qu’elles avaient, qu’elles n’ont plus. »

— Jean Giono, La Chasse au bonheur, 1988

Certaines de ces séquences génétiques recombinées provenaient-elles de serpents ?

Une discussion récente sur l’origine de la protéine de pointe Covid-19 a suggéré qu’elle pourrait être le résultat de techniques de recombinaison en laboratoire qui ont réuni un certain nombre de séquences génétiques dans le cadre de la recherche pour développer des agents pathogènes mortels, puis enquêter sur des remèdes possibles.

Un article publié dans F1000Research intitulé “Toxin-like peptides in plasma, urine, and fecal samples from COVID-19 patients” (Peptides de type toxine dans des échantillons de plasma, d’urine et de matières fécales de patients atteints de COVID-19) en avril 2020 a conclu que : « La présence de peptides de type toxine… suggère une association possible entre la maladie COVID-19 et la libération dans le corps de (oligo-)peptides presque identiques aux composants toxiques des venins d’animaux… La présence de ces peptides ouvre de nouveaux scénarios sur l’étiologie des symptômes cliniques du COVID-19 observés jusqu’à présent, y compris les manifestations neurologiques. »

Quels sont certains des effets neurologiques du venin de serpent ?

Une étude publiée en 2002 intitulée “Cardiac Involvement in Snake Bite” (Atteinte cardiaque dans la morsure de serpent) rapporte : « L’atteinte myocardique est parfois observée et peut rarement contribuer à la morbidité et à la mortalité. Les modifications de l’ECG sont généralement transitoires mais lorsqu’elles sont persistantes, elles sont attribuées à des lésions myocardiques directes dues à la toxine. Un tel cas qui a montré ces rares modifications de l’ECG après une morsure de serpent est rapporté. »

Les autres effets neurologiques signalés de la morsure de serpent comprennent :

  • activité pro et anti coagulante entraînant un AVC ischémique ou hémorragique,
  • paralysie musculaire par inhibition de la transmission neuromusculaire conduisant à une insuffisance respiratoire.

Tous ces effets neurologiques, thrombotiques et cardiaques sont similaires aux effets indésirables signalés à la fois de l’infection par Covid et de la vaccination par l’ARNm.

Le Covid-19 est-il une recombinaison d’un virus et d’une toxine ?

Les vaccins à ARNm entraînent spécifiquement la physiologie humaine à produire la protéine de pointe suspecte. Cela a-t-il exposé les vaccinés à une toxine ? Il semble que cela pourrait être le cas. Auquel cas, la conception essentielle du vaccin à ARNm aurait été une grave erreur. Il entraînait la physiologie à produire une toxine.

Ces discussions sont spéculatives. Nous savons maintenant que les premières séquences génétiques de Covid-19 semblent avoir été supprimées par le NIH sur les instructions du laboratoire de virologie de Wuhan. La similitude génétique entre la génétique des serpents et le Covid-19 était-elle trop explosive pour être admise, qu’elle provienne de serpents ou non ? Certes, cette possibilité aurait dû être étudiée vigoureusement. Cela aurait pu conduire à une compréhension des origines du Covid, mais plus important encore, cela aurait pu conduire à des traitements plus efficaces pour le Covid. Cela aurait également pu faire la lumière sur la source du large éventail d’effets neurotoxiques de la vaccination contre le Covid et l’ARNm.

Quelle que soit la conclusion éventuelle d’autres recherches approfondies : l’expérimentation biotechnologique pour rechercher et développer des agents pathogènes et des toxines doit s’arrêter maintenant. Cela équivaut à une bombe à retardement.

Des serpents aux protéines de pointe en passant par les injections : la pneumonie du serpent, en Chine

Les médias sociaux ont été en effervescence avec les nouvelles du Dr Bryan Ardis [2] reliant le venin de serpent, en particulier King Cobra, au Covid. Mike Adams, de “Health Ranger Report” a réalisé une série de podcasts avec le Dr Ardis et l’équipe a fait ses propres enquêtes. Comme nous l’avons vu ci-haut, en janvier 2020, des chercheurs chinois ont publié un article dans le Journal of Medical Virology. L’étude a fourni des informations importantes sur les origines potentielles de la plus récente épidémie de pneumonie virale en Chine, qui a commencé à la mi-décembre et s’est propagée à Hong Kong, Singapour, la Thaïlande et le Japon. Cette épidémie de pneumonie virale, 2019-nCov, est devenue plus tard connue sous le nom de SRAS-CoV-2, provoquant la maladie connue sous le nom de Covid-19.

« Nos résultats montrent que la nouvelle séquence de coronavirus obtenue à partir de l’épidémie de pneumonie virale survenue dans la ville de Wuhan forme un groupe distinct très distinct du SRAS-CoV. (…) Actuellement, le 2019-nCoV n’a pas été isolé d’espèces animales bien qu’il ait été obtenu à partir d’un patient. », ont écrit les auteurs de l’étude, et « suggèrent que le 2019-nCoV peut sembler être un virus recombinant entre le coronavirus de chauve-souris et un coronavirus d’origine inconnue. »

Au moment de l’étude, le 2019-nCoV avait causé un total de 217 cas confirmés de pneumonie en Chine avec de nouveaux patients également signalés à Hong Kong, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud et au Japon. Les auteurs de l’étude ont effectué une analyse évolutive à l’aide de 272 séquences génomiques de coronavirus obtenues à partir de divers emplacements géographiques. En effectuant une analyse génétique détaillée du virus et en la comparant aux informations génétiques disponibles sur différents virus provenant de divers emplacements géographiques et espèces hôtes, les enquêteurs ont conclu que le 2019-nCoV semble être un virus qui s’est formé à partir d’une combinaison d’un coronavirus trouvé dans chauves-souris et un autre coronavirus d’origine inconnue.

Leur analyse a suggéré que 2019-nCoV avait les informations génétiques les plus similaires avec le coronavirus de chauve-souris et a le biais d’utilisation de codons le plus similaire avec les serpents, avec la correspondance la plus proche avec le Krait taïwanais ou chinois, Bungarus multicinctus.

« Le modèle d’utilisation des codons du virus ressemble dans une certaine mesure à son hôte… La distance euclidienne au carré entre le 2019-nCoV et B. multicinctus [krait à plusieurs bandes ou taïwanais ou chinois] est de 13,54. La distance entre le 2019-nCoV et un autre serpent N. atra [cobra chinois ou taïwanais] est de 16,69. La distance entre le 2019-nCoV et Rhinolophus sinicus [chauve-souris en fer à cheval] est de 23,46. Cependant, la distance entre le 2019-nCoV et les autres animaux est supérieure à 26, en particulier 26,93 pour l’oiseau, 34,79 pour la Marmota, 35,36 pour l’homme, 36,71 pour le Manis et 37,96 pour le hérisson. Ces données suggèrent que le 2019-nCoV pourrait utiliser plus efficacement la machinerie de traduction du serpent que celle des autres animaux. »

L’échange d’informations génétiques peut s’être produit entre les coronavirus de chauve-souris et les isolats d’origine inconnue, situés dans la glycoprotéine de pointe qui reconnaît les récepteurs de surface cellulaire, ont noté les auteurs. Vous povez lire la suite dans le SciTechDaily : « Pneumonie du serpent — Épidémie de coronavirus en Chine attribuée aux serpents par analyse génétique ».

Le chaînon manquant pourrait être des pangolins, et non pas des serpents

Le 22 mars 2020, des chercheurs de l’Université du Michigan ont publié un article dans l’American Chemical Society : « Nous avons d’abord analysé deux études récentes qui ont conclu que les serpents sont les hôtes intermédiaires du 2019-nCoV et que les insertions de protéines de pointe du 2019-nCoV partagent une similitude unique avec le VIH-1 », ont écrit les auteurs de l’article. Ils ont découvert que, contrairement à l’affirmation selon laquelle quatre régions de la protéine de pointe étaient partagées de manière unique entre le SRAS-CoV-2 et le VIH-1, les quatre segments de séquence pouvaient être trouvés dans d’autres virus, y compris le coronavirus de chauve-souris. Après avoir découvert une erreur dans l’analyse qui suggérait des serpents comme hôte intermédiaire, l’équipe a recherché des séquences d’ADN et de protéines isolées des tissus de pangolin pour celles similaires au SRAS-CoV-2.

Cette preuve indique que le pangolin est l’hôte intermédiaire le plus probable pour le nouveau coronavirus, mais des hôtes intermédiaires supplémentaires pourraient être possibles, selon les chercheurs. Lire : “Le chaînon manquant dans le saut du coronavirus des chauves-souris aux humains pourrait être des pangolins, pas des serpents”, dans le Medical Express, 26 mars 2020

Des recherches approfondies effectuées par Luc Montagnier, le Dr Richard Fleming et d’autres ont confirmé que la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 contient du matériel génétique du VIH. De plus, dans un article publié plus tard et inclus dans cet article, l’hypothèse du pangolin a été démystifiée. Nous devons nous demander si cet article de l’Université du Michigan était simplement un « travail à succès » pour étouffer les voix dissidentes et écarter les « théoriciens du complot » de la piste selon laquelle le SRAS-CoV-2 a été fabriqué dans un laboratoire.

Origines évolutives du SRAS-CoV-2

Les chercheurs ont reconstitué l’histoire évolutive du SRAS-CoV-2 et publié leurs découvertes dans Nature Microbiology en juillet 2020 : 

« Les coronavirus ont un matériel génétique hautement recombinant, ce qui signifie que différentes régions du génome du virus peuvent être dérivées de plusieurs sources », a déclaré Maciej Boni, professeur agrégé de biologie à Penn State. « Cela a rendu difficile la reconstruction des origines du SARS-CoV-2. Vous devez identifier toutes les régions qui se sont recombinées et retracer leur histoire. Pour ce faire, nous avons réuni une équipe diversifiée ayant une expertise en recombinaison, datation phylogénétique, échantillonnage de virus et évolution moléculaire et virale. »

Les chercheurs ont découvert que la lignée de virus à laquelle appartient le SRAS-CoV-2 divergeait des autres virus de chauve-souris il y a environ 40 à 70 ans. L’autre caractéristique clé considérée comme essentielle à la capacité du SRAS-CoV-2 à infecter les humains — une insertion de site de clivage polybasique dans la protéine de pointe — n’avait pas encore été observée chez une autre chauve-souris proche du virus SRAS-CoV-2.

La protéine de pointe attaque le système vasculaire au niveau cellulaire

En mai 2021, les scientifiques savaient depuis un certain temps que les protéines de pointe distinctives du SRAS-CoV-2 aident le virus à infecter son hôte en se fixant sur des cellules saines. En collaboration avec d’autres, le Salk Institute a publié un article le 30 avril 2021 dans Circulation Research montrant que les protéines de pointe jouent également un rôle clé dans la maladie elle-même.

Dans l’étude, les chercheurs de l’Institut Salk ont créé un « pseudovirus » qui était entouré de la couronne classique de protéines de pointe du SRAS-CoV-2 mais ne contenait aucun virus réel. L’exposition à ce pseudovirus a entraîné des dommages aux poumons et aux artères d’un modèle animal, ce qui prouve que la protéine de pointe seule était suffisante pour provoquer la maladie. Des échantillons de tissus ont montré une inflammation des cellules endothéliales tapissant les parois des artères pulmonaires.

Bien que les découvertes elles-mêmes n’aient pas été entièrement une surprise, l’article a fourni une confirmation claire et une explication détaillée du mécanisme par lequel la protéine endommage les cellules vasculaires pour la première fois.

La protéine de pointe est hautement adaptée à l’homme

Des scientifiques australiens utilisant la modélisation informatique pour étudier le SRAS-CoV-2 ont découvert que le virus est idéalement adapté pour infecter les cellules humaines – plutôt que les cellules de chauve-souris ou de pangolin, ce qui soulève à nouveau des questions sur son origine. Ils ont publié leurs découvertes le 24 juin 2021 dans Nature.

À l’aide des données génomiques de 12 espèces animales, des scientifiques de l’Université Flinders et de l’Université La Trobe ont minutieusement construit des modèles informatiques des principaux récepteurs de la protéine ACE2 pour chaque espèce. Ces modèles ont ensuite été utilisés pour calculer la force de liaison de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 au récepteur ACE2 de chaque espèce.

Les résultats ont montré que le SRAS-CoV-2 se liait plus étroitement à l’ACE2 sur les cellules humaines que n’importe quelle espèce animale testée, y compris les chauves-souris et les pangolins. Si l’une des espèces animales testées était l’origine, on s’attendrait normalement à ce qu’elle montre la liaison la plus élevée au virus. « Les humains ont montré la liaison de pointe la plus forte, compatible avec la forte sensibilité au virus, mais très surprenant si un animal était la source initiale de l’infection chez l’homme », a déclaré David Winkler, professeur à l’Université La Trobe.

« Bien que certains scientifiques aient suggéré à tort au début de la pandémie qu’ils avaient trouvé le SRAS-CoV-2 dans les pangolins, cela était dû à un malentendu et cette affirmation a été rapidement rétractée car le coronavirus du pangolin qu’ils ont décrit avait moins de 90% de similitude génétique au SRAS-CoV-2 et ne pourrait donc pas être son ancêtre », a déclaré le professeur affilié à Flinders, Nikolai Petrovsky. « Dans l’ensemble… notre étude a montré que le virus COVID-19 était très bien adapté pour infecter les humains. »

La lettre du Dr Tau Braun au FBI

Le Dr Tau Braun est conseiller et formateur national américain en matière de lutte contre le terrorisme et de SMU, scientifique en chef, division de la lutte contre le bioterrorisme, BioChem Engineering et directeur exécutif de l’Agence de prévention de la violence. Il a également fait des recherches et découvert que l’origine du Covid-19 était le venin de serpent. L’essentiel du travail du Dr Braun se situe dans le domaine de l’évaluation et de la gestion des menaces, le cœur de son travail étant de former et d’aider les gens à analyser et à comprendre une menace. Le 21 juin 2021, le Dr Braun a envoyé un e-mail à deux départements du FBI, dont le directeur adjoint Don Alway, de la Direction des armes de destruction massive au FBI :

« Je travaille avec des scientifiques et des professionnels de la santé depuis le début de la pandémie pour comprendre les mécanismes biologiques du SRAS2…

« La protéine Spike a de nombreuses “empreintes digitales” pointant vers une arme biologique fabriquée, elle peut être aérosolisée et peut facilement être déployée comme une arme chimique avec des effets dévastateurs à court et à long terme.

« Le SRAS2 a rapidement été qualifié de maladie respiratoire. Cependant, mes recherches ont révélé que le principal mécanisme destructeur du SRAS2 et de la protéine S est une envenimation. J’ai révélé et alerté les scientifiques et les professionnels de la santé avec lesquels j’ai collaboré, et j’ai l’intention de publier mes découvertes dans les prochaines semaines. »

Le Dr Braun affirme qu’il a la preuve que les peptides de venin de serpent ont été utilisés pour causer toute la « pandémie » de Covid. Il est connu du FBI pour avoir travaillé avec eux en tant que consultant extérieur, mais la seule réponse qu’il a reçue du FBI a été « reçu, merci ». Le FBI, l’organisation et non les agents individuels, a été « gravement compromis », a-t-il déclaré au Dr Bryan Ardis dans une interview le lendemain de la première de “Watch the Water” au Stew Peters Show.

Lorsque le Dr Braun a déclaré qu’il « rendrait public » ses recherches dans quelques semaines, ses collègues l’ont averti qu’il devrait participer à un programme de protection des témoins avant de rendre publique l’information. « Il y a des entités gouvernementales impliquées, mais plus important encore, vous avez encore plus de danger lorsqu’il s’agit d’entités commerciales qui ont leur argent dans quelque chose. Vous avez des entités et des personnes qui sont prêtes à tuer des gens pour s’assurer que leur entreprise criminelle peut fonctionner », a déclaré le Dr Braun.

Au cours des deux dernières années, le Dr Braun a pu disséquer, comprendre et élaborer certains des mécanismes de base de Covid. « C’est un sujet sérieux parce qu’en fin de compte, cela a été un abattage. Une forme de sénicide… la majeure partie des décès dans le monde concerne des personnes âgées et vulnérables », a déclaré le Dr Braun, « cela a été un génocide ».

Le Dr Braun a essayé d’atteindre les gens et a été, par exemple, censuré par LinkedIn pour avoir tenté de porter ses informations à l’attention de professionnels qui auraient dû examiner et considérer ses recherches. Le Dr Braun ne s’inquiète pas d’être censuré par LinkedIn, mais il veut que LinkedIn se rende compte qu’ils sont « de connivence et conspirent dans des crimes s’ils enterrent des preuves qui vont indiquer comment les gens se font tuer. Donc, je verrai probablement LinkedIn devant un tribunal à un moment donné, ou dans un témoignage au congrès ou au sénat parce que cela doit cesser », a-t-il déclaré. Ajoutant que si les gens sont réduits au silence et censurés, cela fait du monde un endroit dangereux.

« À des concentrations élevées, cette protéine de pointe agit comme un gaz neurotoxique. Vous pouvez voir cela dans les vidéos… pourquoi appelons-nous cela une fuite [de laboratoire] alors que vous pouvez voir qu’il s’agit de nuages ​​massifs ou d’une autre forme d’attaque délibérée, tout comme la Chine l’a dit. Vous pouvez utiliser cette arme particulière avec ou sans composant viral. »

Dans un article de 1977, une lectine – une forme de venin, un venin à base de plantes – était attachée ou combinée à un coronavirus. « Vous devez vraiment penser aux glycoprotéines, au venin et au venin à base de plantes, qui sont appelés lectines – vous devez les considérer comme les deux côtés du velcro et il y a une interaction entre les deux. En fin de compte, ils agissent comme des interrupteurs et ainsi, lorsque votre corps a besoin de comprendre à quoi il a affaire, il aura des endroits dans le corps où les lectines et les venins se combinent. Et cela déclenche toutes sortes de réactions en chaîne », a déclaré le Dr Braun.

Il existe deux homologues, des versions synthétiques du venin, dans la protéine de pointe. « Vous pouvez appeler cela un venin de cobra, mais il se peut qu’il ne provienne pas réellement du serpent cobra. Il provient d’un laboratoire et même alors, plus important encore, il n’est pas nécessaire qu’il provienne réellement du serpent cobra. Ce venin pourrait correspondre parfaitement, évolutivement, à un escargot conique… il pourrait aussi provenir de parasites… Il y a deux venins qui se trouvent dans la protéine S du SARS-CoV-2 et ils sont cobra et krait, un coagulant et un anti-coagulant. Et vous avez toutes sortes de mécanismes perturbateurs de ces deux armes… l’aspect venin n’est qu’un aspect de cet outil polyvalent qui constitue le pic », a expliqué le Dr Braun.

« Il y a déjà beaucoup de données, il y a déjà beaucoup de science, autour du fait que la composante virale n’est qu’une partie de ce problème. Le plus gros problème est la protéine de pointe… Ils ont pris ce poison pathogène hautement mortel à court et à long terme, un venin, un poison à base de venin – je ne peux pas être plus clair – ils ont pris cela et ils vous ont donné, si vous avez pris le vaccin, un code. Et ce code est une astuce — une cellule qui n’accepterait normalement pas ce code s’est vu dire “hé, aspirez ce code et commencez à imprimer plus de ce poison”. »

Une enzyme semblable à un serpent pourrait être à l’origine des décès de Covid

En août 2021, des chercheurs de l’Université de l’Arizona ont publié un article qui a trouvé une certaine enzyme qui pourrait être à l’origine des décès de Covid.

« Nous avons trouvé des preuves qu’il y avait une enzyme, une enzyme semblable à un serpent, dans le sang de personnes dont les niveaux étaient extraordinairement élevés », a déclaré le Dr Floyd Chilton, auteur principal de l’étude avec l’Université de l’Arizona, au College of Agriculture and Life Sciences.

La protéine de pointe se lie aux cellules vasculaires du cœur

Une équipe de recherche dirigée par le professeur Paolo Madeddu de Bristol a exposé les péricytes cardiaques humains, qui sont des cellules qui enveloppent les petits vaisseaux sanguins du cœur, aux variantes Alpha et Delta du SRAS-CoV-2, ainsi qu’au virus original de Wuhan. Étonnamment, ils ont découvert que les péricytes du cœur n’étaient pas infectés.

Les chercheurs ont défié les péricytes cardiaques avec la protéine de pointe seule, sans le virus. La protéine de pointe a rendu les péricytes incapables d’interagir avec leurs cellules endothéliales compagnes et les a incités à sécréter des cytokines inflammatoires, suggérant que la protéine de pointe est nocive pour les cellules cardiaques humaines.

Enfin, l’équipe a identifié la présence de la protéine de pointe SARS-CoV-2 dans des échantillons de sang prélevés sur des patients Covid, ce qui ouvre la possibilité que des particules de protéine de pointe voyageant dans la circulation puissent atteindre un site éloigné du système respiratoire et causer des dommages systémiques.

Le débat concernant les venins de serpent et d’autres animaux et leur utilisation devrait se poursuivre pendant un certain temps. C’est la méthode scientifique — le débat ouvert — et c’est un sujet qui mérite d’être étudié et débattu car nos vies peuvent dépendre du résultat. Nous devons tous rester curieux et écouter toutes les parties si nous voulons trouver des réponses véridiques.


NOTES :

  1. Les articles concernant le coronavirus SRAS-CoV-2 que j’ai publiés depuis le début de l’an 2020 sont disponibles sur cette page du site miroir que j’ai récemment créé. La mise en page des articles sur ce site miroir n’est toujours pas terminée, dont des images manquantes. Vous pouvez donc consulter les articles sur mon site Web d’origine en recherchant les mêmes titres : www.guyboulianne.com.
  2. Dr Bryan Ardis est un chiropraticien, acupuncteur et chercheur médical qui a traité plus de 10 000 patients dans le monde entier. Le Dr Ardis partage ses recherches sur le protocole médical en cours pour le COVID. Il discute également de l’impact des protocoles médicaux actuels, tels que l’utilisation du Remdesivir dans les hôpitaux. Source : Senate of Pennsylvania.
RÉFÉRENCES :
VIDÉOS DU HEALTH RANGER REPORT :
  1. Partie 1/3 – Le Dr Bryan Ardis révèle les origines BOMBSHELL du covid, des vaccins et des traitements à ARNm.
  2. Mise à jour de la situation, 12 avril 2022 – Virus Corona = King Cobra VENOM.
  3. Partie 2/3 – Le Dr Bryan Ardis révèle les origines BOMBSHELL du covid, des vaccins et des traitements à ARNm.
  4. Mise à jour de la situation, 13 avril 2022 – La société « VenomTech » annonce une bibliothèque massive de peptides SNAKE VENOM pour le déploiement pharmaceutique.
  5. Les opposants qui rejettent la réalité SNAKE VENOM du développement de médicaments sont tout simplement IGNORANTS.
  6. Partie 3/3 – Le Dr Bryan Ardis révèle les origines BOMBSHELL du covid, des vaccins et des traitements à ARNm.

Voyez la vidéo intégrale du lieutenant-colonel Royston Potter sur la chaîne Odysee.


« Mille fois bravo pour ceux qui montent en premières lignes pour défendre une certaine idée de notre liberté physique et morale. Merci de me donner de l’espoir pour le temps qui me reste a vivre. »

Camille Duclot

« Je suis toujours autant étonné par vos écrits et surtout par leur contenu d’une justesse impressionnante. » (VK)

Louis-Rene Jacommos

« Monsieur. Votre travail est impressionnant et mes plus sincères félicitations et remerciements de votre présence. »

Michel J. Deschamps