J’ai fait l’acquisition de l’ouvrage du sociologue Charles Wright Mills, « The Power Elite », qui retrace les liens entrelacés des dirigeants des éléments militaires, commerciaux et politiques

J’ai fait l’acquisition de l’ouvrage du sociologue C. Wright Mills, intitulé « The Power Elite » (L’élite de puissance). Ce livre fut publié une première fois en 1956 par Oxford University Press qui en fit une nouvelle édition quarante-quatre ans plus tard, augmentée d’une postface d’Alan Wolfe. Pour ma part, j’ai fait l’acquisition de la deuxième édition de 1959, publiée par Galaxy Book. Charles Wright Mills (28 août 1916 – 20 mars 1962) était un sociologue américain et professeur de sociologie à l’Université de Columbia de 1946 jusqu’à sa mort en 1962. Il était préoccupé par les responsabilités des intellectuels dans la société de l’après-Seconde Guerre mondiale et il a préconisé l’engagement public et politique plutôt que l’observation désintéressée. L’un des biographes de Mills, Daniel Geary, écrit que les écrits de Mills ont eu « un impact particulièrement significatif sur les mouvements sociaux de la nouvelle gauche de l’ère des années 1960 ».

C. Wright Mills a attiré l’attention sur les intérêts entrelacés des dirigeants des éléments militaires, commerciaux et politiques de la société, suggérant que les citoyens ordinaires étaient des sujets de manipulation relativement impuissants par ces entités. La base structurelle de “The Power Elite” était qu’après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis étaient le pays leader en termes militaires et économiques. Le livre est en quelque sorte un pendant de son ouvrage de 1951, “White Collar: The American Middle Classes”, qui examinait le rôle croissant des cadres intermédiaires dans la société. “White Collar” a caractérisé les cadres intermédiaires comme des agents de l’élite, “The Power Elite” ne les a pas différenciés du reste des non-élites de la société.

L’une des principales inspirations du livre était le livre de Franz Leopold Neumann : “Behemoth: The Structure and Practice of National Socialism, 1933-1944”, une étude sur la façon dont le nazisme arrive en position de pouvoir dans un État démocratique. Behemoth a eu un impact majeur sur Mills. Il a affirmé que Behemoth lui avait donné les « outils pour saisir et analyser l’ensemble de la structure et comme un avertissement de ce qui pourrait arriver dans une démocratie capitaliste moderne ».

Selon Mills, les « élites au pouvoir » éponymes sont celles qui occupent les positions dominantes, dans les institutions dominantes (militaires, économiques et politiques) d’un pays dominant. Leurs décisions (ou leur absence) ont d’énormes conséquences, non seulement pour les Américains mais aussi pour « les populations sous-jacentes du monde ». Les institutions qu’ils dirigent, postule Mills, sont un triumvirat de groupes qui ont succédé à des prédécesseurs plus faibles :

  1. « deux ou trois cents corporations géantes » qui ont remplacé l’économie agraire et artisanale traditionnelle,
  2. un ordre politique fédéral fort qui a hérité du pouvoir « d’un ensemble décentralisé de plusieurs dizaines d’États » et « entre désormais dans tous les recoins de la structure sociale» et
  3. l’establishment militaire, autrefois objet de « méfiance alimentée par la milice d’État », mais maintenant une entité avec « toute l’efficacité sinistre et maladroite d’un domaine bureaucratique tentaculaire ».

Fait important, et à la différence de la théorie du complot américaine moderne, Mills explique que l’élite elle-même peut ne pas être consciente de son statut d’élite, notant que « souvent, elle est incertaine de son rôle » et « sans effort conscient, ils absorbent l’aspiration à être… ceux qui décident. » Néanmoins, il les considère comme une caste quasi héréditaire. Les membres de l’élite au pouvoir, selon Mills, occupent souvent des postes de premier plan dans la société grâce à des formations obtenues dans des universités de l’Est comme Harvard, Princeton et Yale. Mais, note Mills, « Harvard ou Yale ou Princeton ne suffisent pas… l’important n’est pas Harvard, mais quel Harvard ? »

Je reproduis ci-dessous un article du professeur de sociologie à l’université d’État de Rogers (Oklahoma, États-Unis), Frank W. Elwell, intitulé « C. Wright Mills sur la Power Elite ».


« C. Wright Mills sur la Power Elite », par Frank W. Elwell

Dans tous ses écrits, Mills interprète le monde à travers une perspective théorique très influencée par Max Weber. Dans « The Power Elite », Mills a rendu explicite sa conviction que la doctrine américaine des rapports de force est un idéal montrant moins de vigueur aujourd’hui qu’elle ne l’était dans le passé. Selon Mills, il existe une élite au pouvoir dans les sociétés modernes, une élite qui contrôle les ressources de vastes organisations bureaucratiques qui en sont venues à dominer les sociétés industrielles.

Au fur et à mesure que les bureaucraties se sont centralisées et élargies, le cercle de ceux qui dirigent ces organisations s’est rétréci et les conséquences de leurs décisions sont devenues énormes. Selon Mills, l’élite au pouvoir est constituée des personnes clés dans les trois principales institutions de la société moderne : 1) l’économie ; 2) le gouvernement ; et 3) le militaire. Les bureaucraties de l’État, des entreprises et de l’armée se sont élargies et centralisées et sont un moyen de pouvoir jamais égalé dans l’histoire de l’humanité. Ces hiérarchies de pouvoir sont la clé pour comprendre les sociétés industrielles modernes.

L’élite occupe les postes de direction clés au sein des bureaucraties qui dominent désormais les sociétés modernes, les postes dans lesquels se trouvent désormais les moyens effectifs du pouvoir. Ainsi leur pouvoir est enraciné dans l’autorité, un attribut des organisations sociales, non des individus. Ce n’est pas une conspiration d’hommes mauvais, soutient-il, mais une structure sociale qui a élargi et centralisé le processus de prise de décision, puis a placé cette autorité entre les mains d’hommes d’origine et de perspectives sociales similaires.

Selon Mills, la grande puissance nationale réside désormais presque exclusivement dans les domaines économique, politique et militaire. Toutes les autres institutions ont diminué en portée et en puissance et ont été soit repoussées du côté de l’histoire moderne, soit subordonnées aux trois grands. Ce sont leurs origines sociales similaires qui constituent l’une des principales sources d’unité au sein de l’élite. La majorité de l’élite, a affirmé Mills, vient du tiers supérieur des pyramides des revenus et des professions. Ils sont issus de la même classe supérieure. Ils fréquentent les mêmes écoles préparatoires et universités de l’Ivy League. Ils rejoignent les mêmes clubs de gentlemen exclusifs, appartiennent aux mêmes organisations. Ils sont étroitement liés par des mariages mixtes.

La coordination des élites provient également de l’échange de personnel entre les trois hiérarchies d’élite. La proximité des entreprises et des responsables gouvernementaux peut être vue, affirme Mills, par la facilité et la fréquence avec lesquelles les hommes passent d’une hiérarchie à l’autre. Mills a également affirmé qu’une bonne partie de la coordination provient d’une intégration structurelle croissante des institutions dominantes. Au fur et à mesure que chacun des domaines d’élite devient plus grand, plus centralisé et plus conséquent dans ses activités, son intégration avec les autres sphères devient plus prononcée.

Des trois secteurs du pouvoir institutionnel, affirme Mills, le secteur des entreprises est le plus puissant. Mais l’élite au pouvoir ne peut être comprise comme un simple reflet des élites économiques ; c’est plutôt l’alliance du pouvoir économique, politique et militaire. Mills a vu deux autres niveaux de pouvoir dans la société américaine en dessous de l’élite au pouvoir. En bas se trouvent les grandes masses de gens. En grande partie non organisés, mal informés et pratiquement impuissants, ils sont contrôlés et manipulés d’en haut. Les masses sont économiquement dépendantes ; ils sont économiquement et politiquement exploités. Parce qu’elles sont désorganisées, les masses sont très éloignées du public démocratique classique dans lequel les organisations bénévoles détiennent la clé du pouvoir.

Entre les masses et l’élite, Mills voyait un niveau intermédiaire de pouvoir. Composés de leaders d’opinion locaux et de groupes d’intérêts particuliers, ils ne représentent pas les masses et n’ont aucun effet réel sur l’élite. Mills considérait le Congrès américain et les partis politiques américains comme le reflet de ce pouvoir intermédiaire. Bien que le Congrès et les partis politiques débattent et décident de certaines questions mineures, l’élite au pouvoir veille à ce qu’aucune remise en cause sérieuse de son autorité et de son contrôle ne soit tolérée dans l’arène politique. Les positions des élites leur permettent de transcender les milieux ordinaires des hommes et des femmes. L’élite a accès à des leviers de pouvoir qui rendent leurs décisions (ainsi que leur inaction) conséquentes.

En 1958 (Causes of World War III), Mills semblait beaucoup plus préoccupé par la montée du militarisme parmi les élites que par l’hypothèse selon laquelle de nombreuses élites étaient des militaires. Selon Mills, la montée de l’État militaire sert les intérêts de l’élite des sociétés industrielles. Pour le politicien, la projection de la puissance militaire sert de couverture à son manque de vision et de leadership novateur. Pour les élites des entreprises, les préparatifs de guerre et la projection de la puissance militaire sous-tendent leur recherche et développement et fournissent une garantie de profits stables grâce aux subventions des entreprises. Ce militarisme est inculqué à la population par le patriotisme scolaire et de chaire, par la manipulation et le contrôle de l’information, par la culture des leaders d’opinion et de l’idéologie non officielle.

Mais ce n’est pas seulement l’existence d’une élite au pouvoir qui a permis à ce militarisme fabriqué de dominer. Elle a également été rendue possible par l’apathie et l’insensibilité morale des masses et par l’inactivité politique des intellectuels dans les pays communistes et capitalistes. La plupart des leaders intellectuels, scientifiques et religieux font écho aux confusions élaborées de l’élite. Ils refusent de remettre en question les politiques des élites, ils refusent de proposer des alternatives. Ils ont abdiqué leur rôle, ils permettent à l’élite de gouverner sans entrave.


« Je ne crois pas que les sciences sociales «sauveront le monde», même si je ne vois rien de mal à «essayer de sauver le monde» … S’il existe des moyens de sortir des crises de notre époque au moyen de l’intellect, il n’appartient pas au sociologue de les énoncer ? … C’est au niveau de la conscience humaine que pratiquement toutes les solutions aux grands problèmes doivent maintenant se trouver. »

— C. Wright Mills (1959). The Sociological Imagination


« Un sincère merci de communiquer vos captivants articles par courriel au lieu de par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Encore une fois BRAVO, il ne faut surtout pas lâcher! »

Céline Lagacé

« Vous êtes pertinent, lucide… merci… j’adore, j’adhère… Je vous souhaite de belles écritures et de penser à vous… Je vais faire de même pour le temps qu’il me reste. »

Martine

« Heureusement qu’il ya des gens comme vous pour nous ouvrir les yeux Grand. »

Victoria

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s