Lors d’un entretien sur la chaîne WABC, Newt Gingrich a accusé les Bidens d’agir comme « une famille criminelle au sens mafieux à l’ancienne »

Dimanche le 1er mai 2022, John Catsimatidis s’est entretenu avec Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des représentants des États-Unis et membre du Parti républicain, à l’émission « Cats Roundtable » sur la chaîne WABC. Lors de cet entretien à la radio, Newt Gingrich a accusé les Bidens d’agir comme « une famille criminelle au sens mafieux à l’ancienne ». M. Gingrich s’adressait à John Catsimatidis dans son émission de radio sur WABC lorsqu’il a accusé Joe Biden d’avoir abusé de la fonction de vice-président. « C’est la corruption la plus étonnamment profonde de la Maison Blanche dans l’histoire américaine. Et Biden ment joyeusement à ce sujet tous les jours. Et parce que les médias veulent le protéger, ils refusent de faire le genre d’enquête qu’ils devraient », a déclaré M. Gingrich.

Newton Leroy McPherson dit Newt Gingrich, né le 17 juin 1943, est un homme politique, écrivain et conseiller américain. Dans les années 1970, il donne des cours d’histoire et de géographie au West Georgia College. Durant cette période, il participe à plusieurs campagnes républicaines pour la chambre des représentants avant de gagner l’élection en novembre 1978. Il est Whip minoritaire de la Chambre des représentants de 1989 à 1995. Président de la Chambre des représentants du 4 janvier 1995 au 3 janvier 1999, il est désigné homme de l’année par le magazine Time en 1995, puisqu’étant à l’origine de la « révolution républicaine » dans la chambre, mettant fin à quarante années de majorité démocrate. Il représente pendant plusieurs années l’opposition du Parti républicain face au président Bill Clinton.

Le 11 mai 2011, Newt Gingrich annonce sa candidature aux primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2012 pour l’élection présidentielle américaine de 2012. Il se retire de la course le 2 mai 2012.

Depuis qu’il a quitté la Chambre, Gingrich est resté actif dans les débats de politique publique et a travaillé comme consultant politique. Il a fondé et présidé plusieurs groupes de réflexion sur les politiques, notamment American Solutions for Winning the Future et le Center for Health Transformation. Gingrich est apparu plus tard comme un allié clé de Donald Trump et aurait été parmi les finalistes de la liste restreinte de Trump pour la vice-présidence aux élections de 2016. Depuis 2020, Gingrich soutient les allégations de fraude électorale de Trump lors de l’élection présidentielle de 2020.

Sans que celle-ci ne soit parfaite, je vous transmet ci-dessous la transcription et la traduction libre de l’entretien entre Newt Gingrich et John Catsimatidis à l’émission “Cats Roundtable”.


John Catsimatidis s’entretient avec Newt Gingrich

John Catsimatidis : Bonjour l’Amérique. C’est l’émission “Cats Roundtable”. Nous sommes dimanche matin. L’Amérique est sous attaque ! L’un des gars les plus intelligents que je connaisse, qui aime l’Amérique au plus profond de lui-même, est l’ancien président Newt Gingrich. Et il va nous donner une mise à jour ce matin. Quelle est la mise à jour sur l’Amérique ? Et je m’inquiète pour l’Amérique.

Newt Gingrich : Eh bien, John, je pense que quiconque aime l’Amérique doit s’inquiéter. Et je pense que c’est un sujet très important pour la table ronde de ce dimanche parce que vous avez une économie qui ne fonctionne pas très bien avec beaucoup trop d’inflation. Vous avez des politiciens à Washington qui sont devenus fous avec les dépenses, ce qui augmente l’inflation et accumule une énorme dette pour l’avenir. Vous avez une estimation qu’ils abrogent la section de santé publique. Ils estiment que 190,000 personnes par jour franchiront illégalement la frontière. C’est la ville d’Atlanta chaque mois (…). Si vous regardez ce qui se passe avec le crime. Récemment je regardais sur Fox News : une série de vidéos de pirateries routières (carjackings) et de meurtres. Et il est étonnant de voir à quel point New York est devenue incontrôlable quand on regarde ce que Rudy Giuliani a fait pour l’inverser de façon spectaculaire et en faire à un moment donné la grande ville la plus sûre des États-Unis et l’une des grandes villes les plus sûres du monde entier.

Donc, je regarde tout ça, puis je regarde les preuves croissantes de la famille Biden en tant que corrompus. Ils sont presque comme une famille criminelle au sens mafieux à l’ancienne. Vous regardez comment les frères et le fils ont travaillé, et vous regardez comment Biden a abusé de la fonction de vice-président. Et c’est la corruption la plus étonnamment profonde de la Maison Blanche dans l’histoire américaine. Et Biden ment joyeusement à ce sujet tous les jours. Et parce que les médias veulent le protéger, ils refusent de faire le genre d’enquête qu’ils devraient. Je considère donc toutes ces choses comme de véritables menaces pour l’Amérique. Et je pense que notre génération va devoir intervenir et faire changer les choses pour que le pays ne se retrouve pas dans de très graves problèmes.

John Catsimatidis : Je suis d’accord avec vous. Et je dis à tout le monde à New York, dans l’État de New York, que l’avenir de New York, la sécurité de nos rues, la sécurité de notre système de métro et la survie de New York de la plus grande ville du monde par rapport au centre-ville de Detroit, dépend de la sécurité dans nos rues, et je dis à mes amis à l’échelle nationale que je m’inquiète que notre pays soit attaqué de tant de façons différentes… À propos de mes petits-enfants à venir…. Je vais me rendre en l’an 2076, qui est la 300e année de notre pays.

Newt Gingrich : Eh bien, bien sûr, c’est à peu près juste. Des jeunes qui naissent aujourd’hui… (et nous avons dans l’équipe un jeune garçon et une jeune fille nés dans les 30 derniers jours. C’est un merveilleux jeune couple qui travaille avec nous). Mais ces enfants vont être là. Vous venez de le dire. Selon les tableaux actuariels, soit ils vont voir la montée continue d’une Amérique spectaculairement avancée et dynamique, soit ils vont voir la décadence de notre civilisation. Je ne pense pas que nous puissions prévoir maintenant que nous sommes assurés de réussir, mais nous ne pouvons pas non plus prévoir que les forces du crime, les forces de l’incompétence et les forces du libéralisme local vont gagner non plus. C’est pourquoi je pense que 2022 et 2024 sont parmi les élections les plus historiques de l’Amérique moderne.

John Catsimatidis : D’accord, 100 %. Et si nous n’avons pas de changement au Congrès et de changement au Sénat, je prie pour notre pays. Je le fais vraiment.

Newt Gingrich : Ce n’est pas politique. C’est historique. C’est le genre de choses auxquelles Franklin D. Roosevelt a dû faire face au plus profond de la Dépression. C’est le genre de choses auxquelles Abraham Lincoln a été confronté. C’est le genre de chose à laquelle Washington a dû faire face, lui qui devait gagner la guerre d’indépendance. Et il y a des moments où ce n’est pas seulement la politique habituelle de Bologne, mais c’est en fait un genre de réalisme déchirant et une menace qui pourrait tout changer. Et je pense que nous devons être à la hauteur de l’occasion. Nous devons le reconnaître. Je viens de faire quatre newsletters pour Gingrich 360. Elles sont toutes disponibles gratuitement sur Gingrich 360. Elles sont toutes construites sur le thème d’une majorité américaine, pas d’une majorité républicaine ou d’une majorité démocrate, mais qu’il faut trouver des enjeux qui amènent ensemble le pays et unifier le peuple américain, car le niveau de changement dont nous avons besoin ne peut être mis en œuvre par une étroite majorité partisane.

John Catsimatidis : Autrefois, les sénateurs étaient très corrects les uns envers les autres. La plupart d’entre eux sont à la gorge les uns des autres. Comment résoudre ce problème ?

Newt Gingrich : Un ancien sénateur de New York et grand sociologue, professeur à Harvard, Daniel Patrick Moynihan, a écrit un essai qu’il a appelé « Defining Deviancy Down » (définir la déviance vers le bas). Et il a dit : ce qui se passe, c’est que les comportements changent, et les gens n’ont pas à décider que c’est acceptable. Alors maintenant, nous tolérons actuellement le détournement de voiture (carjacking), qui, en fait, devrait être un crime très grave, car vous risquez toujours la vie de quelqu’un lorsque vous prenez sa voiture.

Si vous avez vu récemment la vidéo des pirates de voitures (carjackers) à New York qui tabassent les conducteurs, ce sont des gens qui devraient s’en aller. Ils devraient être hors de la rue jusqu’à ce qu’ils soient trop vieux pour être une menace, disons 65 ou 70 ans, lorsqu’ils ne peuvent plus se promener et battre les gens. Mais vous regardez ce genre de choses, et ce que Moynihan écrivait, c’est que progressivement vous avez une société qui accepte un pire langage, accepte un pire comportement, accepte une pire tenue vestimentaire et accepte plus de crimes.

Eh bien, nous devons maintenant, je pense, définir DBNC (« Dixie Bloor Neighbourhood Centre » ?, voudrait dire « un service sur la prémisse que les voisins doivent aider les voisins ») jusqu’à ce que nous disions non. Et c’était la clé de la façon dont William Bratton et Rudy Giuliani ont tourné autour de New York dans les années 90. Ils ont dit qu’ils avaient adhéré à une idée appelée « fenêtres brisées » (broken windows). En gros, si vous vous débarrassez des graffitis, si vous vous débarrassez des vitres cassées, si un quartier a l’air sympa, vous avez moins de criminalité parce que les criminels ne se sentent pas à l’aise. Mais si le quartier a l’air terrible et qu’il est saccagé, alors les criminels sont beaucoup plus à l’aise pour commettre des crimes. Et cela s’est avéré juste. Ils ont commencé à réduire considérablement le taux de meurtres en deux ans. Et cela a ensuite été repris par le maire Bloomberg, qui a soutenu leur politique. Et au moment où nous avons probablement eu l’un des pires gouverneurs et des pires maires de l’histoire américaine, Bill de Blasio … au moment où il a pris la relève, New York était incroyablement sûre. Et vous pouviez aller à Times Square à 2 heures du matin et vous ne vous sentiez pas menacé, mais c’était parce qu’aucun crime n’était réellement toléré. Eh bien, maintenant nous sommes à l’opposé, où vous avez des gens comme le procureur de Los Angeles, le procureur de San Francisco et le procureur de New York, tous le genre de personnes que George Soros aime et finance.

John Catsimatidis : Ils ont 28 actes d’accusation, et ils sont toujours dans les rues de New York en train de tuer des gens.

Newt Gingrich : Tout d’abord, cela signifie que vous devez vous débarrasser du procureur de district. Et je ne sais pas à quoi ressemble la loi de l’État de New York, mais la pression devrait être exercée sur le gouverneur, le procureur général et la législature de l’État, faire tout ce qu’il faut, changer la loi, faire démissionner ce type.

John Catsimatidis : Je vais vous dire ce que je propose. Si les républicains ont une majorité au Congrès et au Sénat et si le président des États-Unis n’y oppose pas son veto, prenez les villes qui sont hors de contrôle et faites peut-être de certains de ces éléments des crimes violents et des crimes fédéraux. Et je pense que nous devrions doubler le nombre d’agents du FBI.

Newt Gingrich : Vous pouvez faire valoir qu’en vertu de la loi sur les droits civils, si la vie de quelqu’un est menacée, vous menacez son existence en tant que citoyen américain. Vous pourriez donc, en fait, je pense, mettre en œuvre ce genre de politique. Et nous l’avons fait. Nous avons eu une étude très célèbre réalisée sous, je pense que c’était George HW. Bush, où ils sont allés à Richmond, en Virginie, et si vous étiez un criminel condamné et que vous portiez une arme à feu, vous étiez mis hors jeu immédiatement. Et en l’espace de six mois, très peu de criminels portaient des armes.

John Catsimatidis : Monsieur le Président, New York était de la même manière. New York était de la même manière et puis ils ont pris 25 ans de paix à New York et ils l’ont saccagée. Nous avons encore une minute disponible. Avez-vous autre chose à dire au peuple américain ?

Newt Gingrich : Ouais. Je pense que c’est un moment pour chaque citoyen honnête et décent en tant que patriote qui se soucie de ses enfants et petits-enfants de s’impliquer. Que vous vous impliquiez avec le conseil scolaire ou l’élection du shérif, ou la législature de l’État, ou le poste de gouverneur ou du Congrès. Nous allons avoir besoin de chaque citoyen actif, honnête et décent, tout comme nous l’avons fait pendant la guerre révolutionnaire et la guerre civile. Et la seule façon de battre les gens qui détruisent ce pays est de mobiliser chaque patriote honnête et décent.

John Catsimatidis : Je suis d’accord à 100 000 %. Et je vais ajouter une chose de plus. Que diriez-vous d’une loi fédérale faisant de la fraude électorale une peine de dix ans de prison et 10 000 $ au final, ou un an de prison et une amende de 10 000 $ ? Peu importe qui gagne ou perd, tenons une élection honnête.

Newt Gingrich : C’est le cœur d’une société libre.

John Catsimatidis : Que Dieu vous bénisse.

Newt Gingrich : Si vous ne faites pas confiance aux élections, comment faites-vous confiance aux dirigeants ?

John Catsimatidis : Que Dieu vous bénisse et que Dieu bénisse l’Amérique. Merci.



Anthologie2020PUB007


« Félicitation pour votre implication dans ce chaos. » 👏👏

Josée Dumais

« Vous faites un excellent travail comme toujours. Merci pour votre courage… »

Jos Dumais

« Bonjour M. Boulianne. Je dois vous remercier du fond du coeur pour le travail de recherche colossal que vous faites. »

Jules Laforest