Abraham Blondeau : « Qu’arrive-t-il à l’Ontario ? La province la plus peuplée du Canada est en train de devenir un État communiste »

La province de l’Ontario est actuellement gouvernée par le Parti progressiste-conservateur du Premier ministre Doug Ford. Les conservateurs ont obtenu un gouvernement provincial majoritaire en 2018 après celui du gouvernement extrêmement radical de la Première ministre libérale Kathleen Wynn. Pourtant, en se basant sur les lois adoptées, il serait difficile de savoir si un gouvernement libéral ou conservateur est au pouvoir.

Un projet de loi étudié par l’Assemblée législative de l’Ontario est le Projet de loi 67, sur l’égalité raciale dans le système d’éducation. Le projet de loi a été rédigé par Laura Mae Lindo, membre du Parti néo-démocrate, mais est soutenu par les progressistes-conservateurs. Cette loi rendrait la formation antiraciste obligatoire pour les enseignants et imposerait des amendes aux personnes qui perturbent les activités scolaires par des propos ou des activités racistes. L’objectif du projet de loi est d’entériner la théorie critique de la race dans le système scolaire public. Le projet de loi définit l’antiracisme comme «la politique d’opposition au racisme, y compris le racisme anti-indigène, le racisme anti-noir, le racisme anti-asiatique, l’antisémitisme et l’islamophobie». Cette définition désigne exclusivement l’héritage britannique et européen comme étant systématiquement raciste.

La commentatrice Barbara Kay a écrit : « Le résultat du projet de la loi 67 sera de diviser les étudiants en encourageant les griefs et le ressentiment dans les groupes de victimes désignés et en obligeant les étudiants blancs à se sentir coupables. Les étudiants blancs seront trop nerveux pour s’engager dans une discussion qui s’approche de la race, du sexe ou des questions autochtones avec quelque chose qui s’approche de la franchise ou même de la curiosité. » Les licences d’enseignement et le financement des écoles seraient liés à cette formation antiraciste. La théorie critique de la race est présente dans les écoles canadiennes depuis des décennies, notamment en ce qui concerne la priorité accordée aux études indigènes par rapport aux autres sujets historiques. Il s’agit d’une escalade ouverte de l’attaque du patrimoine britannique dans les écoles, qui cherche à créer une division en faisant honte aux enfants blancs dans la salle de classe.

Qu’est-ce que la théorie critique de la race ? Christopher Rufo, membre de l’Institut Manhattan, explique : « La théorie critique de la race est une discipline académique, formulée dans les années 1990, construite sur le cadre intellectuel du marxisme identitaire. Reléguée pendant de nombreuses années aux universités et à d’obscures revues académiques, elle est devenue au cours de la dernière décennie l’idéologie par défaut de nos institutions publiques. »

Pourquoi les conservateurs de l’Ontario appuient-ils un projet de loi du parti socialiste ? Pourquoi essaient-ils d’entériner le marxisme dans les écoles de l’Ontario ?

En juin, l’Ontario aura des élections générales, mais il y a peu de différence entre les programmes conservateurs, libéraux et socialistes. Ils épousent tous les grandes dépenses, les grands gouvernements et les politiques envahissantes. Les trois principaux partis soutiennent les fermetures, les mandats de vaccination et les pouvoirs d’urgence permanents. La Trompette a mis en garde contre une infiltration communiste dans la société et la politique canadiennes. Bientôt, l’Ontario aura une « élection communiste » où les gens choisiront démocratiquement quelle marque de communisme ils préfèrent pour les gouverner. Peu importe qui ils élisent, les dirigeants ont tous des politiques qui sapent fondamentalement les libertés et les traditions du pays. La province la plus peuplée du Canada, qui compte environ 38 pour cent de la population du pays, est noyée sous une vague de politiques communistes qui érodent les libertés civiles.

Dans une interview du 28 février, on a demandé au Premier ministre Ford s’il avait réveillé son « libéral intérieur ». M. Ford a répondu en disant que ses enfants l’appellent un « libéral au grand cœur » et qu’il n’aime pas être classé dans une catégorie politique, mais qu’il fera ce dont les gens ont besoin.

Ce raisonnement opportuniste a été évident pendant la pandémie. L’Ontario a toujours été la juridiction la plus confinée en Amérique du Nord en 2020 et 2021. Les déplacements ont été restreints, des ordres de rester à la maison ont été émis, les petites entreprises ont été forcées de fermer, et le gouvernement a fonctionné dans un état constant de pouvoirs d’urgence. Ces mesures ont été prises en vertu de la Loi sur la réouverture de l’Ontario, qui permettait au gouvernement d’adopter des lois temporaires en cas de pandémie. Selon cette loi, les recommandations du médecin-chef, qui est un médecin non élu, doivent être suivies et transformées en loi. Cela signifie essentiellement que l’Ontario a cessé de fonctionner comme une démocratie.

Il est intéressant de noter que l’actuel médecin-chef de l’Ontario, le Dr Kieren Moore, qui a préconisé une campagne de vaccination agressive et des passeports vaccinaux, a des liens importants avec Pfizer. Moore fait partie du conseil consultatif de Pfizer pour le vaccin contre la maladie de Lyme, que Pfizer est en train de développer. L’université de Moore, l’Université Queen’s, en collaboration avec l’Agence de santé publique du Canada, a reçu une subvention de 4 millions de dollars sur cinq ans pour la recherche sur la maladie de Lyme. Moore a déclaré que cette relation constituait un conflit d’intérêts. Ces liens avec Pfizer affectent-ils son jugement sur les politiques de santé publique ?

C’est également pendant la pandémie que l’entreprise familiale Ford, Deco Labels and Tags, a produit des panneaux et des étiquettes COVID-19. Doug Ford en est un propriétaire partiel. Le gouvernement de l’Ontario a rendu obligatoire l’installation d’une signalisation COVID pour les entreprises. Deco Labels figurait également sur la liste des entreprises essentielles qui pouvaient rester ouvertes pendant les mesures strictes de confinement. La valeur nette de Ford a bondi de 3 millions de dollars en 2019 à une estimation de 50 millions de dollars en 2022. Ce conflit d’intérêts a-t-il influencé la politique du gouvernement à un moment où des centaines d’entreprises ont fermé en raison des confinements ?

Outre la pandémie, Ford a également soutenu l’utilisation illégale par le Premier ministre Justin Trudeau de la Loi sur les urgences contre les manifestants du Convoie de la liberté. Ford a également déclaré l’état d’urgence provincial pour chasser les manifestants du pont Ambassadeur entre Windsor, en Ontario, et Détroit, au Michigan. Il a notamment suspendu les permis de conduire des personnes qui participaient à la manifestation, saisi les véhicules des gens et procédé à des arrestations sans mandat. Au même moment, Ford a annoncé qu’il envisageait de rendre ces mesures permanentes.

Cette promesse se manifeste dans la Loi visant à garder l’Ontario ouvert, ou projet de loi 100, qui stipule ce qui suit : « La loi établit des interdictions et des mécanismes d’application pour empêcher les personnes d’entraver l’accès à l’infrastructure de transport protégée, sa sortie ou son utilisation ordinaire ». Les mécanismes d’application comprennent la saisie des véhicules, la révocation des permis de conduire, des plaques d’immatriculation et des permis de plaque d’immatriculation. La police a le pouvoir d’enlever et de saisir la possession « d’objets », y compris les véhicules. La loi accorde également l’immunité aux agents de police chargés de faire appliquer la loi. Toutes ces mesures peuvent être prises à tout moment sans invoquer les pouvoirs d’urgence.

Le député ontarien Rick Nicholls, qui a été exclu du caucus conservateur par Doug Ford pour s’être opposé au mandat de vaccination, a prévenu qu’une fois la loi adoptée, le gouvernement pourra étendre la portée et les définitions de la loi par le biais de règlements et de déclarations. Pourquoi le gouvernement aurait-il besoin d’une loi pour saisir des biens et des possessions privés sans procédure régulière ? L’une des doctrines de base du communisme est de s’attaquer à la propriété privée et de punir la dissidence politique. L’utilisation illégale de la Loi sur les urgences démontre comment ces lois peuvent être utilisées de manière abusive. Le projet de loi 100 a reçu la sanction royale le 14 avril et est maintenant la loi du pays.

La commission scolaire de Toronto fait également pression pour que les élèves puissent choisir la salle de bain et le vestiaire correspondant à leur sexe. True North a rapporté : « Lors d’une présentation sur la transphobie organisée la semaine dernière par le Conseil scolaire du district de Toronto, les responsables ont entendu que les élèves devraient pouvoir utiliser les toilettes qui “correspondent le mieux” à leur identité sexuelle et que les parents ne devraient pas être informés de cette identité sans le consentement de l’élève. Cette présentation fait suite à une directive émise il y a quelques mois par le Conseil scolaire du district de Halton, selon laquelle les élèves devraient pouvoir utiliser le vestiaire qui leur semble le plus conforme à leur identité sexuelle, et les élèves de sexe féminin qui ne sont pas à l’aise avec cet arrangement devraient être invités à se changer ailleurs. » Il existe également des cas de conseils scolaires qui censurent et sanctionnent les enseignants qui remettent en question le contenu des livres sur le transgenre.

L’Ontario est en train de se transformer en un État communiste. L’infiltration communiste du Canada a commencé il y a des dizaines d’années dans le domaine de l’éducation et s’est naturellement propagée aux dirigeants politiques. L’Ontario voit les fruits amers de cette attaque prophétisée contre le Canada : un endoctrinement radical dans les systèmes scolaires et des communistes sur les bulletins de vote. (Vous pouvez en savoir plus sur cette infiltration dans l’article « La conquête communiste du Canada »).

Les projets de loi 96 et 100 et les pouvoirs d’urgence sont des exemples parfaits de ces principes prophétiques. Ces lois communistes conduisent le Canada à sa mort en tant que nation. Alors, quelle est la principale leçon que les Canadiens doivent apprendre ? Le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a écrit dans son article “Deux minutes plus près de minuit” :

« Il n’y a aucun espoir dans l’homme ! Cela n’a jamais été le cas, et ne le sera jamais. C’est la leçon suprême que Dieu enseigne à l’humanité—la voie difficile ! Tout homme et toute femme sur terre doivent apprendre cette leçon. Le plus tôt sera le mieux ! »

C’est l’une des principales leçons de la Bible, et pourtant, la rébellion de l’humanité exige des expériences douloureuses pour les amener à se repentir et à obéir à ces lois qui donnent la vie. En Dieu, l’espoir est sans fin. C’est là que vous pouvez chercher de véritables solutions à tous les problèmes de ce monde et de votre vie !

Abraham Blondeau
Abraham Blondeau
Rédacteur, laTrompette.fr


« Wow… Merci du fond du ❤ mr. Boulianne. Sérieusement, une chance que vous avez gardé un œil de tigre sur cette absurde loi 61. Je vois qu’il y a encore des personnes comme vous, courageuses et bienveillantes, qui font toute la différence. »

Claire V.

« Merci M. Boulianne pour votre travail! J’ai acheté votre livre la Société fabienne que je vais lire avec grand intérêt! »

Mika Liberka

« Vous faites un travail que j’ai toujours rêvé de faire. Poursuivez. »

Philippe Proust

10 réflexions au sujet de « Abraham Blondeau : « Qu’arrive-t-il à l’Ontario ? La province la plus peuplée du Canada est en train de devenir un État communiste » »

  1. «L’Ontario est en train de se transformer en un État communiste.» En Ontario dites-vous? À travers le Canada en entier sous le régime Trudeau et Legault au Québec soumis aux ordres du FEM. Klaus Schwab n’a-t-il pas lui-même avoué qu’il était maître du Parlement canadien?

    J’aime

    1. Faut-il donc tout expliquer ? Il s’agit d’un article de Abraham Blondeau qui concerne l’Ontario. Personnellement, j’ai eu l’opportunité de parler du Québec à maintes reprises sur ce site internet. Merci.

      Aimé par 1 personne

  2. Bien que nous Français n’ayons aucune leçon à donner en la matière, je suis tous les jours un peu plus déçu par la Canada. Pensez-vous que les Canadiens vont se reprendre ou bien est-ce déjà foutu ?

    Aimé par 1 personne

      1. Pour le moment, oui c’est foutu! Tant et aussi longtemps que les citoyens ne regarderont pas la réalité et la vérité en face.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s