J’ai fait l’acquisition d’une carte à cigarettes à l’image du personnage de « Quentin Durward » publiée par la compagnie de Tabac Carreras

J’ai fait l’acquisition d’une petite pièce de collection. Il s’agit d’une carte à cigarettes illustrant le personnage principal du roman historique écrit par Sir Walter Scott, publié pour la première fois en 1823, traduit et réédité à maintes reprises : « Quentin Durward ». Bien que je l’aie acheté au prix très modique de 5,00 $ sur la place de marché eBay, ce petit objet est pratiquement introuvable partout ailleurs. Cette carte à cigarettes fut publiée et distribuée en 1924 par la compagnie de Tabac Carreras (Carreras Tobacco Company). Celle-ci a une dimension de 2 5/8 po. x 1 3/8 po. (6.5 cm x 3.5 cm) et elle faisait partie à l’origine d’un ensemble de 25 cartes représentant différents personnages de romans et de légendes. Au recto se trouve l’image du héros Quentin Durward, tandis qu’au verso se trouve une courte description du roman de Walter Scott.

Les cartes à cigarettes sont des cartes à collectionner émises par les fabricants de tabac pour rigidifier les emballages de cigarettes et faire la publicité des marques de cigarettes. Entre 1875 et les années 1940, les compagnies de cigarettes incluaient souvent des cartes à collectionner avec leurs paquets de cigarettes. Les ensembles de cartes à cigarettes documentent la culture populaire du début du siècle, représentant souvent les actrices, les costumes et les sports de l’époque, tout en offrant un aperçu de l’humour traditionnel et des normes culturelles.

Le système conçu pour codifier les problèmes du tabac américain au XIXe siècle trouve son origine dans le « American Card Catalog » (ACC), écrit par Jefferson Burdick. Burdick a répertorié les cartes American Tobacco dans une section, ventilées par sociétés qui ont émis la série de cartes et par types de cartes. Les numéros du 19ème siècle étaient préfixés par ‘N’ (N1-N694) et le 20ème par ‘T’. (T1-T235). La plus grande collection de cartes de cigarettes jamais enregistrée est celle de l’espion décoré de la Seconde Guerre mondiale, Edward Wharton-Tigar. Il a été reconnu par le Livre Guinness des records du monde pour avoir amassé plus de deux millions de cartes de cigarettes — la plus grande collection au monde, désormais léguée au British Museum après sa mort en 1995.

La Maison Carreras (Carreras Tobacco Company) était une entreprise de tabac établie à Londres au XIXe siècle par un noble espagnol, Don José Carreras Ferrer. Elle a continué en tant qu’entreprise indépendante jusqu’en novembre 1958, date à laquelle elle a fusionné avec Rothmans of Pall Mall. En 1972, le nom a été utilisé comme véhicule pour la fusion de divers intérêts européens du tabac pour former Rothmans International.

Le magasin Carreras de Regent Street a été visité par la royauté de nombreux pays et dès 1866, il a reçu des mandats royaux du prince de Galles et du duc de Saxe-Cobourg-Gotha. Peu de temps après, en 1874, Carreras reçut un mandat du roi Alphonse XII d’Espagne. Les livres de vente manuscrits de cette période montrent des comptes tenus par des nobles, des hommes d’État, des hommes de lettres et des officiers de service de haut rang.

Sir James Matthew Barrie, le célèbre romancier et auteur était un client apprécié dans les années 1890. Quand il a écrit “My Lady Nicotine” qui a été publié en 1890, il a fait référence au tabac appelé Arcadia Mixture. Bientôt, avant que Carreras ne se rende compte que la seule source de tabac de J. M. Barrie était le Craven Mixture qu’il vendait à Wardour Street, et en janvier 1897, Barrie confirma à Don Jose qu’Arcadia Mixture et Craven Mixture étaient une seule et même chose. Peu de temps après, Carreras a commencé à utiliser l’approbation de Barrie dans sa publicité, et Craven Mixture en a profité car les ventes au pays et à l’étranger ont augmenté rapidement.


Quentin Durward et la légende des « Fils de l’Ours »

Je me suis pris d’attachement pour le personnage de Quentin Durward car le roman historique de Sir Walter Scott lui fut inspiré par la légende entourant ma famille. En effet, la légende des « Fils de l’Ours » raconte que les de Bouillane et de Richaud sauvèrent d’une mort certaine un des princes souverains de Dauphiné, à la chasse dans la forêt de Malatra, sur les pentes d’Ambel. Les uns l’appellent simplement un Dauphin et les autres Louis, fils de Charles VII, plus tard, Louis XI. L’origine de cette famille dauphinoise a un caractère qui paraîtrait romanesque, si elle n’était appuyée par des documents historiques et par toutes les traditions du pays. Michel Richaud, bûcheron de la vallée de Quint, au comté de Die, et François Bouillane, son voisin et son compagnon, sauvèrent la vie au roi Louis XI, alors dauphin, dans la forêt de Vercors, en abattant un ours blessé, qui grimpait à sa poursuite le long d’une roche où il s’était réfugié.

En souvenir de cet éclatant service, le prince anoblit les deux bûcherons et leur donna pour armoiries « d’azur, à une patte d’ours d’or », qui est encore le blason de leurs descendants.

Comme l’écrivait Robert Hugonnard dans “La Gazette de l’Ours” en novembre 1994 : « Laissons donc la légende se parer de plumes multicolores, s’affubler d’oripeaux clinquants, s’embraser de tous les désirs refoulés, s’enflammer comme un toro de fuego. Par contre, soyons intransigeants, droits et raides dans nos armures médiévales. Affirmons haut et clair : non, nous n’avons pas été anoblis par Louis XI. Nous étions nobles depuis plus de deux siècles lorsqu’il vint en Dauphiné ». En effet, notre famille est beaucoup plus ancienne puisqu’elle descend de Sigisbert VI, alias Ursus, vicomte de Nîmes, lui-même descendant de Dagobert II. Je vous invite à lire cet article qui retrace assez bien les origines de la famille de Bouillanne.

Cela dit, il y a une étroite union entre Ia race de Richaud à celle de Boliane. Elles habitent en même lieu, ont les mêmes titres et les mêmes armes, et tous intérêts sont communs entre elles. Comme l’écrivait Jules de Beylié en 1917 dans le Bulletin de l’Académie delphinale : « Les familles de Richaud et de Bouillanne qui, par suite d’alliances anciennes et répétées, n’en formaient en réalité qu’une. »

Toujours est-il que Walter Scott,— tout comme Albert du Boys pour son roman « Rodolphe de Francon » —, s’inspira de la légende de notre famille pour écrire son roman « Quentin Durward ». Quentin Durward, noble écossais d’une vingtaine d’années, vient chercher fortune en France afin d’échapper à l’habit monacal. Épris de l’idéal chevaleresque, il veut d’abord se mettre au service de Charles le Téméraire. C’est par la force des circonstances, pour échapper au gibet, qu’il se retrouve au service de Louis XI. Il s’engage dans la garde écossaise comme écuyer de son oncle, le Balafré. Dans une partie de chasse, Louis se trouve en grand danger face à un sanglier. L’intervention de Quentin lui sauve la vie. Cet épisode est donc à rapprocher de la légende des de Bouillane et de Richaud, l’ours (symbole de royauté) étant remplacé par le sanglier (symbole de spiritualité). Je vous invite à lire cet article publié en 2020.


« Faute de connaître tant de menus et prosaïques renseignements, on parle encore aujourd’hui sur les rives du lac de Genève, comme autrefois dans les forêts du Dauphiné, des légendes ténébreuses et mystérieuses de la famille de Bouillane. »

MM Eugène et Émile Haag, La France protestante, Paris 1879

« Quentin Durward », par Sir Walter Scott

Quentin Durward est un roman historique de Sir Walter Scott, publié pour la première fois en 1823. L’histoire concerne un archer écossais au service du roi de France Louis XI (1423-1483) qui joue un rôle de premier plan dans le récit. Quentin Durward a été composé dans un laps de temps remarquablement court. Après avoir effectué quelques recherches préparatoires vers la fin de 1822, Scott a commencé à écrire en janvier 1823 et a fourni les phrases finales en réponse à une demande de son coadjuteur James Ballantyne le 3 mai.

La principale source de Scott était les “Mémoires” de Philippe de Commynes. Comme d’habitude, il adapte librement les faits historiques dans la construction de sa fiction, bien qu’il suive généralement l’approche équilibrée de Commynes pour le personnage de Louis XI. Il a pu faire un usage substantiel d’autres documents et du commentaire éditorial de la collection dans laquelle Commynes a été inclus, la première série de la “Collection complète des mémoires relatives à l’histoire de France” de Claude Bernard Petitot (1819‒26). Des détails occasionnels sont tirés d’un large éventail d’historiens, dont la plupart étaient plus hostiles à Louis. Il est probable que certains détails des descriptions de Scott du nord de la France aient été tirés de documents manuscrits provenant de voyages continentaux de son ami James Skene de Rubislaw. Pour son matériel gitan, Scott s’est appuyé en grande partie sur deux ouvrages : “Dissertation on the Gipseys … from the German” de HMG Grellmann (1807), et “A Historical Survey of the Customs, Habits, and Present State of the Gypsies” de John Hoyland (1816).

La correspondance de Scott donne à penser qu’il commence à écrire “Quentin Durward” à la mi-janvier 1823. Il comprend qu’en France, après les bouleversements révolutionnaires et napoléoniens, il existe un grand intérêt pour Louis XI, dont le règne marque le déclin de la féodalité et la naissance du premier État centralisé des temps modernes. Il s’agit de la première fiction de Scott dont l’action se déroule sur le continent. L’auteur espère ainsi dérouter la meute des imitateurs qui explorent inlassablement après lui l’histoire de l’Écosse et de l’Angleterre. L’intrigue est centrée sur la rivalité médiévale entre Louis XI de France et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. Louis incite les Liégeois à se révolter contre Charles, et ils s’emparent et assassinent le beau-frère de Charles, Louis de Bourbon, évêque de Liège, sous le commandement de l’allié de Louis, Guillaume de la Marck, qui espérait installer son fils chez Louis de Bourbon (véritable événement historique survenu en 1482).

Au moment du meurtre, Louis est présent dans le camp de Charles à Péronne, espérant le duper par une fausse démonstration d’amitié. Charles, cependant, voit à travers son masque de tromperie, l’accuse d’être l’instigateur du soulèvement et le fait emprisonner. Le sang-froid supérieur de Louis lui permet de dissiper les soupçons de Charles et de recouvrer sa liberté. Dans une intrigue secondaire, l’héritière bourguignonne Isabelle de Croye se réfugie à la cour de Louis lorsque Charles tente de donner sa main en mariage à son odieux favori Campo-Basso. Louis, à son tour, se résout à la donner en mariage au capitaine-bandit Guillaume de la Marck, et l’envoie en Flandre sous prétexte de la placer sous la protection de l’évêque de Liège. Elle est gardée pendant son voyage par Quentin Durward, un archer, qui a quitté la pauvreté en Écosse pour rejoindre les Archers de la garde écossaise de Louis. Quentin empêche la trahison prévue et gagne l’amour d’Isabelle. Charles, cependant, la promet en mariage au duc d’Orléans (héritier de la couronne française) mais elle refuse, et, en colère, le duc la promet à celui qui lui amènera la tête de de la Marck. Ce que Quentin fait avec l’aide de son oncle, Ludovic Lesley, et remporte la main d’Isabelle.

La première édition du roman a été publiée en trois volumes à Londres le 17 mai 1823 par Hurst, Robinson, and Co., et à Édimbourg deux jours plus tard par Archibald Constable and Co. Comme pour tous les romans de Waverley avant 1827, la publication était anonyme. Le tirage était de 10 000 et le prix d’une guinée et demie (1 £ 11 s 6 j ou 1,57½ £). En 1830, Scott fournit à Quentin Durward une introduction et des notes pour l’édition “Magnum”, où elle parut en deux volumes en décembre 1831 et janvier 1832.

L’édition moderne standard, par JH Alexander et GAM Wood, a été publiée en tant que volume 15 de l’édition d’Édimbourg des romans de Waverley en 2001 : elle est basée sur la première édition ; le matériel “Magnum” apparaît dans le Volume 25b.

En Écosse et en Angleterre, les ventes de Quentin Durward ont bien du mal à démarrer. La bouderie des lecteurs provient peut-être d’un certain scepticisme de leur part : ils ont peine à croire que l’auteur de “Peveril du Pic” ait pu écrire un nouveau livre en quatre mois. Pourtant, le roman est encensé par l’Edinburgh Magazine et le British Magazine. Les critiques de Quentin Durward étaient pour la plupart favorables, le classant parmi les meilleurs des romans de Waverley, bien qu’il y ait eu quelques voix dissidentes. Particulièrement appréciés étaient l’Introduction pleine d’esprit, les représentations contrastées de Louis et Charles, les incidents et descriptions frappants, le contrôle de l’intrigue (bien que certains l’aient pensé mince) et la présentation vivante d’une période intéressante et peu familière. Les critiques négatives les plus courantes étaient que l’analyse historique était trop importante, menaçant de dominer la fiction, et que les personnages féminins étaient faibles. Les ventes en Grande-Bretagne ont d’abord été plutôt lentes, peut-être parce qu’elles sont arrivées trop rapidement après “Peveril of the Peak”, mais ce fut un succès immédiat sur le continent.

En France, le roman a un effet retentissant, comparable à celui qu’avait produit Waverley en Écosse neuf ans plus tôt. Le triomphe est immédiat, grâce au fait que le récit se déroule en terre connue, grâce au vigoureux portrait de Louis XI donné par l’auteur, grâce aussi à un article élogieux de Victor Hugo, paru en juillet 1823 dans La Muse française. Le succès du roman gagne l’Italie, puis d’autres pays d’Europe, et enfin, par ricochet, la Grande-Bretagne. Dans sa préface de 1831, Scott rappelle que Quentin Durward a non seulement rencontré un beau succès sur le continent, mais qu’il s’est aussi mieux vendu en Écosse que quelques-uns de ses livres précédents

La légende de notre famille, les Fils de l’Ours, a non seulement inspiré le roman de Walter Scott, elle a aussi inspiré le film américain “Les Aventures de Quentin Durward” sorti en 1955. et un feuilleton télévisé franco-allemand en sept épisodes, “Quentin Durward”, diffusé à partir du 28 janvier 1971 sur la première chaîne de l’ORTF. Une adaptation russe du roman historique de Walter Scott fut d’ailleurs réalisée en 1988 par Sergei Tarasov, “Les Aventures de Quentin Durward, l’archer de la garde royale” (Приключения Квентина Дорварда, стрелка королевской гвардии). Le roman fut traduit et réédité à plusieurs reprises. Il fut aussi adapté en bandes dessinées : en 1953 dans Thriller Comics Library № 48 (traduit en français l’année suivante dans Mondial Aventures № 16) ; en 1955 dans Tintin № 21955 ; du 23 novembre 1940 au 15 mars 1941 dans le quotidien québécois La Presse. Les Portugais Manuel Alfredo (texte) et Fernando Bento (dessins), ont créé entre 1954 et 1955 une magnifique adaptation illustrée dans le journal pour enfants « Cavaleiro Andante », du n° 110 au n° 169.

Quentin Durward fut adapté dans un opéra comique en trois actes de François-Auguste Gevaert, sur un livret d’Eugène Cormon et de Michel Carré. Il fut donné le 25 mars 1858 à l’Opéra-Comique, à Paris.


CINÉMA : « Les Aventures de Quentin Durward, l’archer de la garde royale » (Приключения Квентина Дорварда, стрелка королевской гвардии) est un long métrage soviétique réalisé en 1988 par Sergei Tarasov, tourné au studio Mosfilm avec la participation du studio de cinéma roumain « Bucuresti » basé sur le roman historique de Walter Scott « Quentin Durward ».


« Merci pour tous vos bons ouvrages. Je trouve ça important de vous en faire part. Un bon travail mérite d’être reconnu et remercier. »

Marc André Garand

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Bonjour M. Boulianne. Un mot pour vous dire que vos blogs sont très intéressants. Vous devez travaillez très fort dans ce grand combat et je vous en suis très reconnaissant. »

Jean Tardy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s