En 2013, Poutine a présenté le traditionalisme comme étant le cœur de l’identité nationale de la Russie, déplorant des menaces telles que la mondialisation et le multiculturalisme

Le 19 septembre 2013, Vladimir Poutine a participé à la séance plénière du Club de discussion Valdai. Le thème de la réunion anniversaire du club était « La diversité de la Russie pour le monde moderne ». Plus de 200 experts, penseurs et politiciens russes et étrangers se sont réunis dans le nord-ouest de la Russie pour discuter du rôle de la Russie dans le monde moderne. « Qui nous sommes, ce que nous voulons devenir et comment le monde veut nous voir » — tels étaient les principaux sujets de discussion lors du forum. La position de Moscou sur de nombreuses questions d’importance mondiale — du terrorisme international et de l’économie mondiale à l’implication militaire étrangère dans des pays souverains — diffère souvent de celle de l’Occident, Washington y prenant souvent la tête.

Le président russe Vladimir Poutine a présenté le traditionalisme comme le cœur de l’identité nationale de la Russie, déplorant des menaces telles que la mondialisation et le multiculturalisme, la volonté d’un “monde unipolaire” et l’érosion des valeurs chrétiennes — y compris une focalisation exagérée sur les droits des minorités sexuelles. Dans un discours et une séance de questions-réponses de plus de trois heures, Poutine a fustigé les « pays euro-atlantiques »« toute identité traditionnelle, … y compris l’identité sexuelle, est rejetée ».

Il est crucial de relire ce discours si nous voulons comprendre les raisons pour lesquelles le mondialisme unipolaire,– dont les élites « néo-babyloniennes » occidentales souhaitent imposer au reste du monde –, est incompatible avec les vues de la Grande Russie qui se base sur les traditions culturelles, spirituelles et politiques, ainsi que sur les différents points de vue. « La Russie est d’accord avec ceux qui pensent que les décisions clés doivent être élaborées sur une base collective, plutôt qu’à la discrétion et dans l’intérêt de certains pays ou groupes de pays. La Russie estime que le droit international, et non le droit du fort, doit s’appliquer. Et nous croyons que chaque pays, chaque nation n’est pas exceptionnel, mais unique, original et bénéficie de droits égaux, y compris le droit de choisir indépendamment sa propre voie de développement. »

Vladimir Poutine est selon moi les dernier rempart contre les Globalistes « qui assimilent la croyance en Dieu à la croyance en Satan ». Le Nouvel Ordre Mondial est déjà mis en échec et n’existera pas. Malheureusement les dirigeants occidentaux se vengeront sans pitié sur leurs propres populations.



Le discours de Vladimir Poutine

SOURCE — Président de la Russie : www.kremlin.ru. [En anglais]

PRÉSIDENT DE LA RUSSIE VLADIMIR POUTINE : Bonjour, chers amis, Mesdames et Messieurs,

J’espère que le lieu de vos échanges, de nos rencontres est bien choisi et que le timing est bon. Nous sommes au centre de la Russie – pas un centre géographique, mais un centre spirituel. [La région de Novgorod] est le berceau de l’État russe. Nos historiens exceptionnels croient et ont analysé comment les éléments de l’État russe se sont réunis ici même. C’est à la lumière du fait que deux grands fleuves — le Volkhov et la Neva — agissaient comme des moyens de communication naturels, fournissant un lien naturel à l’époque. Et c’est ici que l’État russe a progressivement commencé à émerger.

Comme cela a déjà été souligné, le club [Valdai] a réuni cette année une liste de participants sans précédent : plus de 200 hommes politiques russes et étrangers, leaders publics et spirituels, philosophes et personnalités culturelles, des personnes aux personnalités très différentes, originales et parfois opposées. vues.

Vous discutez déjà ici depuis quelques jours, et je vais essayer de ne pas trop vous ennuyer. Mais néanmoins, je me permettrai d’exprimer mon point de vue sur des sujets que vous avez abordés au cours de ces discussions d’une manière ou d’une autre. Je ne pense pas seulement à analyser les expériences historiques, culturelles et de gouvernance russes. Avant tout, je pense aux débats généraux, aux conversations sur l’avenir, les stratégies et les valeurs, sur les valeurs qui sous-tendent le développement de notre pays, sur la façon dont les processus mondiaux affecteront notre identité nationale, sur le type de monde du XXIe siècle que nous voulons voir, et ce que la Russie, notre pays, peut apporter à ce monde avec ses partenaires.

Aujourd’hui, nous avons besoin de nouvelles stratégies pour préserver notre identité dans un monde qui change rapidement, un monde qui est devenu plus ouvert, transparent et interdépendant. Ce fait confronte pratiquement tous les pays et tous les peuples sous une forme ou une autre : russe, européen, chinois et américain – les sociétés de pratiquement tous les pays. Et naturellement, y compris ici à Valdai, nous nous efforçons de mieux comprendre comment nos partenaires tentent de relever ce défi, car nous rencontrons ici des experts de la Russie. Mais nous partons du fait que nos invités donneront leur avis sur l’interaction et les relations entre la Russie et les pays que vous représentez.

Pour nous (et je parle des Russes et de la Russie), les questions sur qui nous sommes et qui nous voulons être sont de plus en plus importantes dans notre société. Nous avons laissé derrière nous l’idéologie soviétique et il n’y aura pas de retour. Les partisans du conservatisme fondamental qui idéalisent la Russie d’avant 1917 semblent tout aussi éloignés de la réalité, tout comme les partisans d’un libéralisme extrême à l’occidentale.

Il est évident qu’il est impossible d’avancer sans autodétermination spirituelle, culturelle et nationale. Sans cela, nous ne pourrons pas résister aux défis internes et externes, ni réussir dans les compétitions mondiales. Et aujourd’hui, nous assistons à une nouvelle série de compétitions de ce type. Aujourd’hui, leurs principaux centres d’intérêt sont économico-technologiques et idéologiques-informationnels. Les problèmes militaro-politiques et les conditions générales s’aggravent. Le monde devient plus rigide et renonce parfois non seulement au droit international, mais aussi à la décence élémentaire.

[Chaque pays] doit avoir une force militaire, technologique et économique, mais néanmoins la principale chose qui déterminera le succès est la qualité des citoyens, la qualité de la société : leur force intellectuelle, spirituelle et morale. Après tout, en fin de compte, la croissance économique, la prospérité et l’influence géopolitique découlent toutes des conditions sociétales. Ils dépendent de la question de savoir si les citoyens d’un pays donné se considèrent comme une nation, dans quelle mesure ils s’identifient à leur propre histoire, valeurs et traditions, et s’ils sont unis par des objectifs et des responsabilités communs. En ce sens, la question de la recherche et du renforcement de l’identité nationale est vraiment fondamentale pour la Russie.

Pendant ce temps, l’identité nationale de la Russie connaît aujourd’hui non seulement des pressions objectives découlant de la mondialisation, mais aussi les conséquences des catastrophes nationales du XXe siècle, lorsque nous avons connu l’effondrement de notre État à deux reprises. Le résultat a été un coup dévastateur pour les codes culturels et spirituels de notre nation ; nous étions confrontés à la rupture des traditions et à la consonance de l’histoire, à la démoralisation de la société, à un déficit de confiance et de responsabilité. Ce sont les causes profondes de nombreux problèmes urgents auxquels nous sommes confrontés. Après tout, la question de la responsabilité de soi, devant la société et la loi, est quelque chose de fondamental tant pour la vie juridique que pour la vie quotidienne.

Après 1991, il y avait l’illusion qu’une nouvelle idéologie nationale, une idéologie du développement, apparaîtrait tout simplement d’elle-même. L’État, les autorités, les classes intellectuelles et politiques ont pratiquement refusé de s’engager dans ce travail, d’autant plus que l’idéologie semi-officielle antérieure était difficile à avaler. Et en fait, ils avaient tous simplement peur d’aborder le sujet. En outre, l’absence d’idée nationale issue d’une identité nationale a profité à l’élément quasi colonial de l’élite — ceux qui sont déterminés à voler et à enlever le capital, et qui ne lient pas leur avenir à celui du pays, le lieu où ils ont gagné leur argent.

La pratique a montré qu’une nouvelle idée nationale n’apparaît pas simplement et ne se développe pas selon les règles du marché. Un État et une société construits spontanément ne fonctionnent pas, pas plus que la copie mécanique des expériences d’autres pays. Ces emprunts primitifs et ces tentatives de civiliser la Russie depuis l’étranger n’ont pas été acceptés par une majorité absolue de notre peuple. En effet, le désir d’indépendance et de souveraineté dans les domaines spirituel, idéologique et de la politique étrangère fait partie intégrante de notre caractère national. Incidemment, de telles approches ont souvent échoué dans d’autres pays également. Le temps où des modèles de style de vie prêts à l’emploi pouvaient être installés dans des États étrangers comme des programmes informatiques est révolu.

Nous comprenons aussi que l’identité et l’idée nationale ne peuvent être imposées d’en haut, ne peuvent être établies sur un monopole idéologique. Une telle construction est très instable et vulnérable ; nous le savons par expérience personnelle. Il n’a pas d’avenir dans le monde moderne. Nous avons besoin de créativité historique, d’une synthèse des meilleures pratiques et idées nationales, d’une compréhension de nos traditions culturelles, spirituelles et politiques de différents points de vue, et de comprendre que [l’identité nationale] n’est pas une chose rigide qui durera éternellement, mais plutôt un organisme vivant. Ce n’est qu’alors que notre identité reposera sur des bases solides, sera tournée vers l’avenir et non vers le passé. C’est l’argument principal démontrant qu’une idéologie du développement doit être discutée par des personnes qui ont des points de vue différents et ont des opinions différentes sur comment et quoi faire pour résoudre des problèmes donnés.

Nous tous – soi-disant néo-slavophiles et néo-occidentalistes, étatistes et soi-disant libéraux – toute la société doit travailler ensemble pour créer des objectifs de développement communs. Nous devons rompre avec l’habitude de n’écouter que des personnes partageant les mêmes idées, avec colère — et même avec haine — en rejetant d’emblée tout autre point de vue. On ne peut pas renverser ni même botter l’avenir du pays comme un ballon de foot, plonger dans un nihilisme débridé, le consumérisme, la critique de tout et n’importe quoi, ou un pessimisme lugubre.

Cela signifie que les libéraux doivent apprendre à parler avec les représentants de la gauche et, inversement, que les nationalistes doivent se rappeler que la Russie s’est formée spécifiquement en tant que pays multiethnique et multiconfessionnel dès sa création. Les nationalistes doivent se rappeler qu’en remettant en cause notre caractère multiethnique, et en exploitant la question du nationalisme ou du séparatisme russe, tatar, caucasien, sibérien ou tout autre nationalisme ou séparatisme, nous commençons à détruire notre code génétique. En effet, nous allons commencer à nous détruire.

La souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Russie sont inconditionnelles. Ce sont des lignes rouges que personne n’est autorisé à franchir. Malgré toutes nos divergences de vues, les débats sur l’identité et sur notre avenir national sont impossibles à moins que leurs participants ne soient patriotes. Bien sûr, je parle de patriotisme au sens le plus pur du terme.

Trop souvent dans l’histoire de notre nation, au lieu de nous opposer au gouvernement, nous avons été confrontés à des opposants à la Russie elle-même. J’ai déjà mentionné cela; Pouchkine en a également parlé. Et nous savons comment cela s’est terminé, avec la démolition de l’État [russe] en tant que tel. Il n’y a pratiquement aucune famille russe qui ait complètement échappé aux troubles du siècle dernier. Les interrogations sur l’appréciation de certains événements historiques divisent encore notre pays et notre société.

Nous devons panser ces blessures et réparer les tissus de notre tissu historique. Nous ne pouvons plus nous tromper, biffer des pages disgracieuses ou idéologiquement inconfortables de notre histoire, rompre les liens entre les générations, se précipiter aux extrêmes, créer ou démystifier des idoles. Il est temps d’arrêter de ne prendre en compte que le mal de notre histoire et de nous réprimander plus que même nos adversaires ne le feraient. [L’auto-]critique est nécessaire, mais sans sentiment d’estime de soi ou d’amour pour notre patrie, une telle critique devient humiliante et contre-productive.

Nous devons être fiers de notre histoire, et nous avons des raisons d’être fiers. Toute notre histoire, non censurée, doit faire partie de l’identité russe. Sans la reconnaître, il est impossible d’établir une confiance mutuelle et de permettre à la société d’avancer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un autre défi sérieux à l’identité de la Russie est lié aux événements qui se déroulent dans le monde. Ici, il y a à la fois des aspects de politique étrangère et des aspects moraux. Nous pouvons voir combien de pays euro-atlantiques rejettent en réalité leurs racines, y compris les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils renient les principes moraux et toutes les identités traditionnelles : nationales, culturelles, religieuses et même sexuelles. Ils mettent en œuvre des politiques qui assimilent les familles nombreuses aux partenariats homosexuels, la croyance en Dieu à la croyance en Satan.

Les dérives du politiquement correct sont telles qu’on parle sérieusement d’enregistrer des partis politiques dont le but est de promouvoir la pédophilie. Dans de nombreux pays européens, les gens sont gênés ou ont peur de parler de leurs affiliations religieuses. Les vacances sont abolies ou même appelées différemment; leur essence est cachée, tout comme leur fondement moral. Et les gens essaient agressivement d’exporter ce modèle partout dans le monde. Je suis convaincu que cela ouvre une voie directe à la dégradation et au primitivisme, entraînant une profonde crise démographique et morale.

Quoi d’autre que la perte de la capacité de s’auto-reproduire pourrait constituer le plus grand témoignage de la crise morale à laquelle est confrontée une société humaine ? Aujourd’hui, presque toutes les nations développées ne sont plus capables de se reproduire, même avec l’aide de la migration. Sans les valeurs ancrées dans le christianisme et les autres religions du monde, sans les normes de moralité qui se sont formées au fil des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. Nous considérons qu’il est naturel et juste de défendre ces valeurs. Il faut respecter le droit de chaque minorité à être différente, mais les droits de la majorité ne doivent pas être remis en question.

Dans le même temps, nous assistons à des tentatives visant à faire revivre en quelque sorte un modèle standardisé d’un monde unipolaire et à brouiller les institutions du droit international et de la souveraineté nationale. Un tel monde unipolaire et standardisé n’a pas besoin d’États souverains ; il faut des vassaux. Dans un sens historique, cela équivaut à un rejet de sa propre identité, de la diversité du monde donnée par Dieu.

La Russie est d’accord avec ceux qui pensent que les décisions clés doivent être élaborées sur une base collective, plutôt qu’à la discrétion et dans l’intérêt de certains pays ou groupes de pays. La Russie estime que le droit international, et non le droit du fort, doit s’appliquer. Et nous croyons que chaque pays, chaque nation n’est pas exceptionnel, mais unique, original et bénéficie de droits égaux, y compris le droit de choisir indépendamment sa propre voie de développement.

C’est notre vision conceptuelle, et elle découle de notre propre destin historique et du rôle de la Russie dans la politique mondiale. Notre position actuelle a de profondes racines historiques. La Russie elle-même a évolué sur la base de la diversité, de l’harmonie et de l’équilibre, et apporte cet équilibre sur la scène internationale.

Je tiens à vous rappeler que le Congrès de Vienne de 1815 et les accords conclus à Yalta en 1945, pris avec la participation très active de la Russie, ont assuré une paix durable. La force de la Russie, la force d’une nation gagnante à ces moments critiques, s’est manifestée par la générosité et la justice. Et souvenons-nous [du traité de] Versailles, conclu sans la participation de la Russie. De nombreux experts, et je suis absolument d’accord avec eux, pensent que Versailles a jeté les bases de la Seconde Guerre mondiale parce que le traité de Versailles était injuste envers le peuple allemand : il imposait des restrictions auxquelles il ne pouvait pas faire face, et le cours du siècle suivant est devenu clair.

Il y a un autre aspect fondamental sur lequel je veux attirer votre attention. En Europe et dans certains autres pays, le soi-disant multiculturalisme est à bien des égards un modèle transplanté et artificiel qui est maintenant remis en question, pour des raisons compréhensibles. C’est parce qu’il est basé sur le paiement du passé colonial. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui les politiciens et les personnalités publiques européennes parlent de plus en plus des échecs du multiculturalisme, et qu’ils ne sont pas capables d’intégrer des langues étrangères ou des éléments culturels étrangers dans leurs sociétés.

Au cours des siècles passés en Russie, que certains ont tenté de qualifier de « prison des nations », pas même le plus petit groupe ethnique n’a disparu. Et ils ont conservé non seulement leur autonomie interne et leur identité culturelle, mais aussi leur espace historique. Vous savez, j’ai été intéressé d’apprendre (je ne le savais même pas) qu’à l’époque soviétique [les autorités] accordaient une attention si particulière à cela que pratiquement chaque petit groupe ethnique avait sa propre publication imprimée, un soutien pour sa langue et pour sa littérature nationale. Nous devrions ramener et prendre en compte une grande partie de ce qui a été fait à cet égard.

Parallèlement à cela, les différentes cultures en Russie ont l’expérience unique de l’influence mutuelle, de l’enrichissement mutuel et du respect mutuel. Ce multiculturalisme et cette multiethnicité vivent dans notre conscience historique, dans notre esprit et dans notre constitution historique. Notre État s’est construit au cours d’un millénaire sur ce modèle organique.

La Russie — comme l’a dit avec force le philosophe Konstantin Leontyev — a toujours évolué dans une « complexité florissante » en tant que civilisation d’État, renforcée par le peuple russe, la langue russe, la culture russe, l’Église orthodoxe russe et les autres religions traditionnelles du pays. C’est précisément le modèle État-civilisation qui a façonné notre politique étatique. Elle a toujours cherché à s’adapter avec souplesse à la spécificité ethnique et religieuse de territoires particuliers, garantissant la diversité dans l’unité.

Le christianisme, l’islam, le bouddhisme, le judaïsme et d’autres religions font partie intégrante de l’identité de la Russie, de son patrimoine historique et de la vie actuelle de ses citoyens. La tâche principale de l’État, telle qu’elle est inscrite dans la Constitution, est de garantir l’égalité des droits aux membres des religions traditionnelles et aux athées, ainsi que le droit à la liberté de conscience pour tous les citoyens.

Cependant, il est clairement impossible de s’identifier uniquement par son appartenance ethnique ou sa religion dans une si grande nation avec une population multiethnique. Afin de maintenir l’unité de la nation, les peuples doivent développer une identité civique fondée sur des valeurs communes, une conscience patriotique, une responsabilité et une solidarité civiques, le respect de la loi et le sens des responsabilités pour le sort de leur patrie, sans perdre le contact avec leur racines ethniques ou religieuses.

Il y a de larges discussions sur la façon dont l’idéologie du développement national sera structurée politiquement et conceptuellement — y compris avec votre participation, chers collègues. Mais je crois profondément que le développement personnel, moral, intellectuel et physique des individus doit rester au cœur de notre philosophie. Au début des années 1990, Soljenitsyne a déclaré que l’objectif principal de la nation devrait être de préserver la population après un XXe siècle très difficile. Aujourd’hui, force est d’admettre que nous n’avons pas encore complètement surmonté les tendances démographiques négatives, même si nous nous sommes éloignés d’un déclin dangereux du potentiel national.

Malheureusement, tout au long de l’histoire de notre nation, peu de valeur a parfois été accordée aux vies humaines individuelles. Trop souvent, les gens étaient simplement considérés comme un moyen, plutôt qu’un objectif et une mission de développement. Nous n’avons plus ce droit et nous ne pouvons pas jeter des millions de vies humaines au feu au nom du développement. Nous devons chérir chaque individu. La principale force de la Russie dans ce siècle et dans les siècles à venir résidera dans son peuple éduqué, créatif, physiquement et spirituellement sain, plutôt que dans ses ressources naturelles.

Le rôle de l’éducation est d’autant plus important que pour éduquer un individu, un patriote, il faut restituer le rôle de la grande culture et de la littérature russes. Ils doivent servir de fondement à l’identité personnelle des personnes, à la source de leur unicité et à leur base pour comprendre l’idée nationale. Ici, beaucoup dépend de la communauté enseignante, qui a été et demeure un gardien très important des valeurs, des idées et des philosophies nationales. Cette communauté parle la même langue – la langue de la science, de la connaissance et de l’éducation, bien qu’elle s’étende sur un immense territoire, de Kaliningrad à Vladivostok. Ainsi, la communauté des enseignants, la communauté éducative dans son ensemble, au sens large du terme, soude la nation. Soutenir cette communauté est l’une des étapes les plus importantes sur la voie d’une Russie forte et florissante.

Je tiens à souligner à nouveau que sans concentrer nos efforts sur l’éducation et la santé des personnes, créer une responsabilité mutuelle entre les autorités et chaque individu, et établir la confiance au sein de la société, nous serons perdants dans la compétition de l’histoire. Les citoyens russes doivent sentir qu’ils sont les propriétaires responsables de leur pays, de leur région, de leur ville natale, de leurs propriétés, de leurs biens et de leur vie. Un citoyen est une personne capable de gérer ses propres affaires de manière indépendante, en coopérant librement avec ses égaux.

Les gouvernements locaux et les organisations citoyennes autorégulées sont la meilleure école de conscience civique. Bien sûr, je fais référence aux organisations à but non lucratif. Soit dit en passant, l’une des meilleures traditions politiques russes, la tradition des conseils de pays, était également fondée sur les principes du gouvernement local. Une véritable société civile et une véritable élite politique centrée sur le pays, y compris l’opposition avec sa propre idéologie, ses valeurs et ses normes pour le bien et le mal — les siennes, plutôt que celles dictées par les médias ou de l’étranger — ne peuvent se développer que par une autonomie efficace – les mécanismes de gouvernance. Le gouvernement est prêt à faire confiance aux associations qui s’autoréglementent et s’autogouvernent, mais il faut savoir à qui on fait confiance. C’est une pratique mondiale tout à fait normale, c’est précisément pourquoi nous avons adopté une nouvelle législation pour accroître la transparence des organisations non gouvernementales.

En parlant de tout type de réformes, il est important de garder à l’esprit que notre nation ne se limite pas à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Pour développer le fédéralisme russe, nous devons nous appuyer sur notre propre expérience historique, en utilisant des modèles flexibles et divers. Le modèle russe de fédéralisme recèle un grand potentiel. Il est impératif que nous apprenions à l’utiliser avec compétence, sans oublier son aspect le plus important : le développement des régions et leur indépendance doivent créer des chances égales pour tous les citoyens de notre nation, quel que soit leur lieu de résidence, d’éliminer les inégalités dans le domaine économique et développement social du territoire russe, renforçant ainsi l’unité de la nation. Au final, c’est un énorme défi car le développement de ces territoires a été très déséquilibré au fil des décennies voire des siècles.

Je voudrais aborder un autre sujet. Le XXIe siècle s’annonce comme le siècle des grandes mutations, l’ère de la constitution des grands espaces géopolitiques, financiers et économiques, culturels, civilisationnels, militaires et politiques. C’est pourquoi l’intégration avec nos voisins est notre priorité absolue. La future Union économique eurasienne, que nous avons proclamée et dont nous avons longuement discuté ces derniers temps, n’est pas qu’un ensemble d’accords mutuellement bénéfiques. L’Union eurasienne est un projet de maintien de l’identité des nations dans l’espace eurasien historique dans un nouveau siècle et dans un nouveau monde. L’intégration eurasienne est une chance pour tout l’espace post-soviétique de devenir un centre indépendant de développement mondial, plutôt que de rester à la périphérie de l’Europe et de l’Asie.

Je tiens à souligner que l’intégration eurasienne reposera également sur le principe de diversité. C’est une union où chacun conserve son identité, son caractère distinctif et son indépendance politique. Avec nos partenaires, nous mettrons progressivement en œuvre ce projet, étape par étape. Nous espérons qu’il deviendra notre contribution commune au maintien de la diversité et à un développement mondial stable.

Chers collègues, les années qui ont suivi 1991 sont souvent qualifiées d’ère post-soviétique. Nous avons traversé et surmonté cette période mouvementée et dramatique. La Russie a traversé ces épreuves et tribulations et revient à elle-même, à sa propre histoire, comme elle l’a fait à d’autres moments de son histoire. Après avoir consolidé notre identité nationale, renforcé nos racines, et être restés ouverts et réceptifs aux meilleures idées et pratiques de l’Est et de l’Ouest, nous devons aller de l’avant et nous le ferons.

Merci beaucoup pour votre attention.

Le discours de Vladimir Poutine à la séance plénière du Club de discussion Valdai, jeudi le 19 septembre 2013



« Merci pour tous vos bons ouvrages. Je trouve ça important de vous en faire part. Un bon travail mérite d’être reconnu et remercier. »

Marc André Garand

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Bonjour M. Boulianne. Un mot pour vous dire que vos blogs sont très intéressants. Vous devez travaillez très fort dans ce grand combat et je vous en suis très reconnaissant. »

Jean Tardy

10 réflexions au sujet de « En 2013, Poutine a présenté le traditionalisme comme étant le cœur de l’identité nationale de la Russie, déplorant des menaces telles que la mondialisation et le multiculturalisme »

  1. A chaque période cruciale pour l’humanité, Dieu envoie des êtres possédant le niveau spirituel pour équilibrer les forces en présence. Sans aucun doute pour moi, Monsieur Poutine est en ce moment l’élément-clé pour permettre à l’Humanité de réussir la transition difficile. Merci à lui d’être notre espoir, notre champion, et d’assumer l’immense responsabilité de son destin. Merci M. Boulianne pour cet article.

    Aimé par 1 personne

  2. Ah l’âme slave…. non, la Terre ne peut pas exister sans la Russie. Monsieur Poutine est un être d’exception, qui représente à lui seul l’espoir de l’Humanité en cette période de transition. Quelle grandeur ! On sent que Dieu a posé sa main sur lui… Merci !

    Aimé par 2 personnes

  3. Si j’étais un ange, je m’envolerais en Russie. Je vivais ce sentiment bien avant la crise que nous traversons. Mon prochain voyage devait être en Russie lorsque j’ai été terrassée par la maladie. J’ai même envié le passeport de Gérard Depardieu. Encore une fois merci pour ce texte qui me réchauffe le coeur.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s