Sommet de l’OTSC : Le système unipolaire de l’ordre mondial appartient irrémédiablement au passé, mais l’Occident collectif mène une lutte acharnée pour maintenir ses positions

Le 16 mai 2022, le Kremlin a accueilli une réunion des dirigeants des États membres de l’Organisation du Traité de sécurité collective. La session, prévue pour coïncider avec le 30e anniversaire du Traité de sécurité collective et le 20e anniversaire de l’Organisation, a réuni les dirigeants de la Russie, de l’Arménie, de la Biélorussie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan. L’attention principale lors du sommet a été accordée aux questions clés de l’interaction dans le cadre de l’OTSC, aux problèmes internationaux et régionaux actuels, ainsi qu’aux mesures visant à améliorer davantage le système de sécurité collective.

Au cours de la réunion, les dirigeants ont signé la déclaration du Conseil de sécurité collective de l’Organisation du Traité de sécurité collective à l’occasion du 30e anniversaire du Traité de sécurité collective et du 20e anniversaire de l’Organisation du Traité de sécurité collective. La décision de l’Organisation du Traité de sécurité collective de l’Organisation du Traité de sécurité collective «Sur l’attribution des participants à l’opération de maintien de la paix de l’OTSC sur le territoire de la République du Kazakhstan» a également été signée.

L’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) (russe : Организация Договора о коллективной безопасности (ОДКБ)) est une organisation à vocation politico-militaire fondée le 7 octobre 2002. Elle regroupe l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan.

L’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN va entraîner une mobilisation générale des pays fédérés par la Russie dans l’architecture sécuritaire de l’OTSC… Lors de ce sommet à Moscou, le Président biélorusse, Loukachenko, a déclaré que l’objectif de l’Occident était clair, affaiblir la Russie autant que possible. Il a exhorté l’alliance militaire de l’OTSC à s’unir contre l’Occident. Luc Marin écrit sur le réseau social russe VKontakte : « Lors de ce sommet, Vladimir Poutine a annoncé la tenue d’exercices militaires pour cet automne au Kazakhstan, au Kirghizistan et au Tadjikistan. La préparation au combat et le niveau de coordination des structures militaires seront augmentés. Avec le soutien de la Chine, des pays Africains, et beaucoup d’autres pas encore déclarés, la RKM Nazi du N.O.M unipolaire et son pétrodollars est finie 💥💥💥💥BQQQQMMMM💥💥💥💥 WWG1WGA ✊🏻✊🏻✊🏻 »


Le Sommet de l’OTSC — Lundi le 16 mai 2022

SOURCE — Président de la Russie : www.kremlin.ru.

Vladimir Poutine :

Chers collègues, bonjour !

Je suis heureux de vous accueillir tous à Moscou.

À la suggestion du président — et aujourd’hui la présidence est entre les mains de l’Arménie — nous nous sommes réunis à Moscou, car il y a 30 ans, le traité de sécurité collective a été signé, et il y a 20 ans, sur la base de ce Traité, l’Organisation du Traité de sécurité collective a été créée.

Autrement dit, nous avons en fait deux anniversaires, pratiquement le même jour — les 14 et 15 [date] du mois en cours en 1992 et 2002, respectivement. Je vous félicite pour cet événement.

J’espère que l’Organisation, qui au cours des années précédentes s’est transformée en une structure internationale à part entière, continuera à se développer, en gardant à l’esprit les temps difficiles. Mais je voudrais noter à cet égard que tant en 1992 qu’en 2002, il y a eu aussi des moments difficiles, ils ne finissent jamais.

L’organisation joue un rôle très important dans l’espace post-soviétique — un rôle stabilisateur. J’espère qu’en ce sens ses capacités et son influence sur la situation dans notre domaine de responsabilité ne feront qu’augmenter.

Ceci conclut mon discours de bienvenue et je passe la parole au président du [Conseil de sécurité collective de l’OTSC] — le Premier ministre d’Arménie.

Nikol Pachinian :

Merci, Vladimir Vladimirovitch.

Chers collègues, salutations à tous!

Je m’associe également aux félicitations à l’occasion de deux anniversaires, comme l’a déjà dit Vladimir Vladimirovitch [Poutine]. Le 15 mai 1992, le Traité de sécurité collective a été signé, et en 2002, le 14 mai, il a été décidé de créer l’Organisation de sécurité collective, et aujourd’hui nous sommes réunis à l’occasion de ces deux anniversaires.

Je propose qu’on parle de l’anniversaire et de la situation, comme toujours, je pense, par ordre alphabétique. Il est prévu des discours de trois à cinq minutes — c’est la partie ouverte.

Après cela, nous signerons les documents qui sont préparés pour la signature, et après cela, nous poursuivrons notre discussion à huis clos.

La parole est donnée au Président de la République du Bélarus. Je vous en prie.


Alexandre Loukachenko :

Cher Nikol Vovaevitch ! Chers amis!

Je parlerai un peu plus longtemps que d’habitude, puisque je suis le premier à parler, et le temps est tel.

La réunion d’aujourd’hui se déroule à un moment difficile, comme vient de le dire Vladimir Vladimirovitch [Poutine], le temps de la redivision du monde : le système unipolaire de l’ordre mondial appartient irrémédiablement au passé, mais l’Occident collectif mène une lutte acharnée pour maintenir ses positions.

Tous les moyens sont utilisés, y compris ceux qui relèvent de la responsabilité de notre Organisation : des coups de sabre de l’OTAN près de nos frontières occidentales à une guerre hybride à grande échelle déclenchée contre nous, principalement contre la Russie et la Biélorussie.

L’OTAN se muscle agressivement, attirant dans ses filets la Finlande et la Suède, hier neutres, agissant sur le principe « qui n’est pas avec nous est contre nous », continuant hypocritement d’afficher son orientation défensive. Dans ce contexte, la position véritablement défensive et pacifique de l’Organisation du Traité de sécurité collective apparaît en contraste.

Sur le flanc ouest de notre Organisation, la présence militaire des États-Unis se renforce, l’infrastructure militaire se modernise à un rythme accéléré et de nombreux exercices de l’OTAN sont en cours. En ce moment, sur le territoire de 19 pays européens, y compris près de nos frontières en Pologne, des exercices à grande échelle ont lieu — nous n’avons jamais vu cela auparavant — « Défenseurs de l’Europe – 2022 ». De qui ils sont protégés — devinez par vous-même.

Jusqu’à présent, il y a un regroupement d’environ 15 000 militaires à la frontière biélorusse-polonaise, déployés l’année dernière sous prétexte d’une crise migratoire — cela s’ajoute aux troupes permanentes qui y étaient présentes : 15 000, pour la plupart des Américains, ont été déployé l’année dernière. Les migrants ne sont plus là depuis longtemps, mais les troupes sont debout. La question est pourquoi ?

Il est évident qu’aujourd’hui aucun pays ne représente une menace pour le bloc de l’Atlantique Nord. De plus, en plus des 15 000 personnes impliquées sur les territoires de la Pologne et des pays baltes dans les opérations des forces armées américaines « Atlantic Resolve » et des forces armées combinées de l’OTAN « Reinforced Forward Presence », un groupe supplémentaire est arrivé pour renforcer le flanc oriental de l’alliance — plus de 10 000 militaires. Et si, disons, peut-être, il y a sept ans, il y avait 3 500 soldats à cet endroit (en référence à S. Zas) lorsque vous y étiez, il y en a maintenant environ 40 000 — directement sur le territoire de la Pologne, les États baltes. Je ne parle pas encore de l’Ukraine.

Et ici, notre interaction militaire dans le cadre de l’État uni de la Biélorussie et de la Russie, l’adhésion de la Biélorussie à l’OTSC sont les stabilisateurs mêmes qui ont un certain effet dégrisant sur les têtes brûlées de l’autre côté de la frontière. Cet exemple montre que si ce n’était pas le cas, je crains qu’une guerre « chaude » n’existe déjà sur le territoire de la Biélorussie. Au fait, ils l’ont essayé en 2020.

Aujourd’hui, il n’y a pas de question plus d’actualité et plus importante que le conflit autour de l’Ukraine. Depuis 2014, nous avons tous fourni toute l’assistance nécessaire afin de le résoudre. En principe, nous tous assis à la table sommes prêts à le faire maintenant dans n’importe quel format.

Il est clair que l’Ukraine a été incitée, la bourrant de nationalisme, de nazisme — preuve à Odessa, lorsque des vivants ont été brûlés — et de fascisme, de russophobie et d’armes. Empoisonné que seulement possible.

Après les élections en Biélorussie en août 2020, concernant l’interaction avec nous, avec la Biélorussie, l’Ukraine complètement, comme on dit parmi le peuple, « est tombée sous l’Occident ». Au cours des deux dernières années, nous avons constamment subi des actions hostiles de la part de notre voisin du sud.

L’Ukraine nous a imposé des sanctions de manière proactive, c’est-à-dire que l’Occident n’a encore imposé aucune sanction, y compris les Américains — l’Ukraine a été la première à le faire. Se souvenir ? Le ciel était fermé, la communication ferroviaire, puis ils ont commencé à former des militants, nous les ont plantés, puis des armes ont traversé la frontière — tout est connu. L’aviation a mené des actions provocatrices en effectuant des reconnaissances par des drones ukrainiens dans l’espace aérien de la Biélorussie.

Les faits qui parlent d’une menace à notre sécurité nationale sont indéniables. C’est pourquoi nous avons activé à juste titre le mécanisme de soutien dans le cadre de l’alliance avec la Russie.

Même avant le début de l’opération militaire russe, la Biélorussie a prêté attention à la croissance injustifiée de la présence militaire de l’Occident en Ukraine et dans l’ensemble de la région. Nous en avons parlé à plusieurs reprises et averti que les choses se dirigeaient vers un conflit. On s’attendait à ce que l’Occident, et surtout les États-Unis, profitent néanmoins de l’offre bien connue de la Russie pour lancer des négociations sur les garanties de sécurité. Tôt ou tard, dans un avenir prévisible, ce processus commencera de toute façon, mais ce qui restera de l’Ukraine et de notre région à ce moment-là est une question.

Jusqu’à présent, en Occident, y compris à Washington, on ne voit qu’une volonté de prolonger le conflit autant que possible. Pour cela, l’Ukraine continue d’être gonflée d’armes. Les objectifs sont clairs : affaiblir au maximum la Russie, la « noyer », comme on dit, dans cette guerre, ou la faire éclater plus largement, on le voit aussi. Si telle est l’intention, alors, probablement, personne ne pourra s’asseoir.

Aujourd’hui, la tendance la plus dangereuse en Ukraine est la tentative de démembrer l’Ukraine. Des milliers de subdivisions ont déjà été créées pour entrer en Ukraine sous couvert de casques bleus et la « protéger ».

Dans des conditions de mépris total des normes et principes du droit international, l’unité et la solidarité des personnes partageant les mêmes idées sont particulièrement importantes. Les États membres de l’OTSC ont fait preuve d’une solidarité et d’une assistance similaires dans les moments difficiles en janvier de cette année : vous vous souvenez des événements au Kazakhstan. L’opportunité et l’efficacité de cette démarche ont clairement démontré au monde entier les liens alliés étroits, la viabilité et le potentiel de l’Organisation à assurer la sécurité de ses États membres. Personne en Occident n’a même osé penser à s’impliquer dans cette situation, car ensemble nous sommes forts.

Cependant, peut-on dire aujourd’hui que nous, dans notre Organisation, sommes ensemble et toujours liés par des liens de solidarité et d’entraide ? Comme le montrent les événements récents — de notre point de vue, je me trompe peut-être — il semble que non. Que vaut l’interdiction par les partenaires individuels de l’OTSC des vols vers eux par des avions de compagnies aériennes nationales d’autres États membres de cette Organisation.

Dans le contexte des pressions de sanctions les plus sévères et les plus enragées de l’Occident consolidé, les postulats d’unité et de solidarité ne fonctionnent pas toujours. Cela se voit, malheureusement, dans le vote dans les organisations internationales.

Avec le consentement tacite de nos partenaires, la Biélorussie et la Russie — contrairement à toutes les lois de la vie internationale, au gré de l’Occident — sont diffamées et exclues des organisations internationales. Oui, il y a des pressions, des pressions dures et sans scrupules, sur vous, membres de l’OTSC, mais c’est précisément pour de telles situations que l’entraide collective existe. Sans le ralliement rapide de nos pays, sans le renforcement des liens politiques, économiques et militaires, demain nous n’existerons peut-être pas.

De la part de nos ennemis et adversaires, il y a un relâchement systématique des bastions et des liens alliés, et en cela nous aidons nous-mêmes en partie l’Occident. Je suis sûr que si nous avions immédiatement agi en front uni, il n’y aurait pas eu ces sanctions infernales, comme on dit.

Regardez à quel point l’Union européenne vote et agit de manière monolithique, à quel point sa discipline intra-bloc est forte. Elle s’étend automatiquement même à ceux qui ne sont pas d’accord avec les décisions prises. La question se pose : qui nous empêche d’utiliser cette ressource de bloc ? Ici, nous devons prendre exemple sur eux — un par un, nous serons simplement écrasés et déchirés.

En janvier dernier, j’avais prévenu que l’objectif principal de certaines forces extérieures était de saper la stabilité et de perturber la voie évolutive du développement dans tout l’espace post-soviétique. Nous avons commencé par la Biélorussie, puis l’infection s’est propagée au Kazakhstan, maintenant la Russie est la suivante, comme nous le voyons, et des problèmes se créent en Arménie. Inutile de penser qu’il contournera quelqu’un.

Il est maintenant absolument clair que, sans rencontrer une opposition unie des alliés de l’Organisation et des autres associations d’intégration dans l’espace post-soviétique, l’Occident collectif augmentera sa pression.

Que faut-il faire pour renforcer l’OTSC dans la situation inédite actuelle ? Jusqu’à présent, je peux voir les prochaines étapes, juste les plus prioritaires, il y en a beaucoup, Imamali Charipovitch en a beaucoup parlé en son temps, faisant référence au problème de cette région.

Le premier est le renforcement de l’interaction politique et de la coordination des États membres de l’OTSC. Il est nécessaire d’accroître l’efficacité du mécanisme de consultation sur les questions de politique étrangère et de sécurité. Nous devons parler plus souvent au nom de l’OTSC sur les plates-formes internationales afin que la voix et la position de l’Organisation puissent être vues et entendues, et cette voix et cette position doivent être unies, comme en Occident.

Que nos ministres des affaires étrangères réfléchissent à où et comment faire cela afin d’obtenir l’effet optimal. Qu’ils réfléchissent à la manière dont nous devrions réagir politiquement à une nouvelle vague d’élargissement de l’OTAN, en tenant compte des intentions exprimées par des États bien connus.

Nous devons définir à l’avance la position de l’Organisation sur cette question et porter nos intérêts à l’attention de la communauté mondiale. Nous devons être unis dans ce domaine. Il n’y a pas que la Russie qui devrait exprimer son inquiétude et lutter seule en ce moment contre la tentative d’élargissement de l’OTAN.

Le second est d’accroître l’efficacité de la lutte contre les défis et les menaces dans l’espace de l’information, y compris la lutte contre les contrefaçons et la désinformation. Il est clair qu’une guerre hybride est maintenant lancée contre nous, dont l’essentiel est la guerre de l’information.

Pour contrer cela, il est nécessaire d’utiliser au maximum le potentiel de l’accord de coopération de l’OTSC de 2017 dans le domaine de la sécurité de l’information, de promouvoir activement l’OTSC dans les réseaux sociaux, qui sont intensivement utilisés par nos adversaires occidentaux, afin pour répondre efficacement aux contrefaçons et au bourrage d’informations. De plus, nous devons réfléchir sérieusement et, peut-être, suivre le chemin de la Chine dans la guerre de l’information, en particulier sur Internet.

Des tâches pertinentes devraient être confiées à tous les ministères des affaires étrangères, aux services spéciaux et au secrétariat de l’OTSC.

Troisièmement, il est clairement nécessaire de renforcer la composante prévisionnelle et analytique du travail du Secrétariat de l’OTSC. Je suis sûr qu’il existe des structures similaires à l’ONU, à l’Union européenne et à l’OTAN. Il pourrait être utile d’envisager la création d’une unité au sein du Secrétariat chargée de l’analyse et de la planification stratégique. Je pense que le secrétaire général doit travailler sur cette question.

Quatrièmement, il convient de penser à combiner le potentiel des centres d’analyse des États membres de l’OTSC et à mettre en réseau ces structures pour aider à l’élaboration de documents conceptuels sur des questions d’actualité à l’ordre du jour international.

Chers amis !

Ce que je propose en ce moment des plus difficiles, des choses si simples en apparence, est dû au fait que, peut-être, nous ne nous mettrons pas immédiatement d’accord sur des choses plus complexes. Par conséquent, ce seront peut-être les premiers pas, mais nous devons aller plus loin et plus profondément, comme ils l’ont dit auparavant.

Chers collègues !

Tout le monde comprend que l’ère historique qui existait auparavant se termine et qu’il n’y aura pas de retour à l’ordre antérieur. Nous ne pouvons pas permettre la création d’une nouvelle architecture internationale sans nous, alors que le bourrage à l’Ouest se fait déjà, et qu’on en parle.

Je crois que l’OTSC doit fermement renforcer son statut dans le système international de freins et contrepoids. L’Organisation dispose d’un puissant potentiel collectif de développement progressif ultérieur, mais l’efficacité avec laquelle elle l’utilisera et si elle conservera son existence dans les 10, 20, peut-être 30 prochaines années, ne dépend que de nous aujourd’hui, de nous.

Après l’Arménie, la présidence de l’OTSC passera à la Biélorussie. En plus des domaines de travail prometteurs décrits ci-dessus, nous envisageons déjà sérieusement de nouvelles propositions visant au développement de notre Organisation, et ces domaines vous seront communiqués dans un proche avenir. Nous comptons sur le soutien maximal et le travail constructif de vous tous, nos collègues. Nous n’avons pas d’autre choix.

Désolé pour la longueur du discours.

Merci pour votre attention.

Nikol Pachinian :

Merci, Alexander Grigoryevich.

La parole est donnée au président de la République du Kazakhstan, Kassym-Jomart Kemelouly Tokaïev.

Kassym-Jomart Tokaïev :

Cher Nikol Vovaevitch ! Chers collègues !

Tout d’abord, je voudrais exprimer ma gratitude au Président de la Fédération de Russie Vladimir Vladimirovitch Poutine pour l’organisation de la session anniversaire du Conseil de sécurité collective. En effet, nous avons aujourd’hui un forum unique dédié, pourrait-on dire, au double anniversaire de l’OTSC.

Au fil des années, notre organisation s’est imposée comme un mécanisme efficace de coopération multilatérale avec un sérieux potentiel de développement.

Avec la création de l’OTSC, un système solide de sécurité collective a été intégré dans la vaste étendue de l’Eurasie. Ses tâches principales sont de renforcer la paix et la stabilité, la sécurité internationale et régionale, de protéger l’intégrité territoriale et la souveraineté des États membres.

Les organes de travail permanents de l’OTSC fonctionnent avec succès, il existe différents formats pour une coopération étroite et même une interaction. Le pouvoir, l’application de la loi et le potentiel de maintien de la paix sont renforcés.

Une attention particulière est accordée à la lutte contre le terrorisme international et l’extrémisme, le trafic de drogue et d’armes et la migration illégale. Dans cet esprit, nous attachons une grande importance à l’évolution de la situation en Afghanistan. La situation instable dans ce pays, ainsi que l’activité incessante des groupes armés sur le territoire de l’Afghanistan, continue de menacer la sécurité et la stabilité de nos États. Je pense que l’OTSC doit tenir compte de toutes les menaces potentielles et accorder encore plus d’attention à la sécurité des frontières méridionales de l’Asie centrale.

À court terme, la priorité inconditionnelle est le développement du potentiel de maintien de la paix de l’Organisation. Des travaux dans ce sens sont menés activement. Les forces de maintien de la paix de l’OTSC ont été créées et sont améliorées chaque année, un plan est en cours d’élaboration pour les doter d’armes modernes, d’équipements et de moyens spéciaux.

Comme vous le savez, à l’initiative du Kazakhstan, l’institution du Représentant spécial du Secrétaire général [OTSC] pour le développement du maintien de la paix a été créée. Ainsi, tous les outils nécessaires ont été formés et, à notre avis, la tâche de relier l’OTSC aux activités de maintien de la paix des Nations Unies devrait déjà être définie.

Cette étape renforcera la personnalité juridique de l’OTSC, assurera la pratique de la participation de l’Organisation aux opérations internationales de maintien de la paix.

Chers collègues!

Nos évaluations du développement de l’OTSC et une vision commune des aspects actuels de la sécurité internationale et régionale ont constitué la base de la déclaration anniversaire du Conseil de sécurité collective. Je remercie l’Arménie pour sa présidence fructueuse et la partie russe pour l’initiative opportune d’organiser ce forum.

Merci pour votre attention.

Nikol Pachinian :

Merci, Kassym-Jomart Kemelevich.

La parole est donnée au président de la République kirghize Sadyr Nurgozhoevich Zhaparov. Je vous en prie.

Sadyr Japarov :

Bonjour !

Cher Vladimir Vladimirovitch, cher président du Conseil de sécurité collective de l’OTSC Nikol Vovaevitch, chers chefs d’État !

Heureux de vous voir tous dans l’hospitalière Moscou.

Je veux commencer mon discours par des félicitations. Tout d’abord, je félicite nos peuples frères à l’occasion du 77e anniversaire de la Grande Victoire. Le 9 mai, des milliers de marches du Régiment Immortel ont eu lieu au Kirghizistan sous les slogans « Gloire éternelle aux héros ! », « Personne n’est oublié, rien n’est oublié ! ». Cette fête du triomphe du peuple soviétique sur le nazisme et le fascisme est sacrément préservée et honorée dans la république, un profond hommage est constamment rendu à la mémoire de l’acte héroïque de nos grands-pères et pères.

Deuxièmement, je tiens à nous féliciter à l’occasion du 30e anniversaire de la signature du Traité de sécurité collective et du 20e anniversaire de la création de l’Organisation du Traité de sécurité collective. Nous soutenons pleinement l’adoption aujourd’hui d’une déclaration politique consacrée à ces deux dates historiques.

Les événements internationaux qui se sont déroulés ces dernières années confirment la justesse des décisions stratégiques ci-dessus afin d’assurer la sécurité commune et collective de Brest à Vladivostok.

En même temps, je note avec satisfaction qu’au cours de son existence, l’Organisation du Traité de sécurité collective a rempli la mission responsable qui lui a été confiée, s’est développée sur le plan institutionnel et a renforcé son potentiel. À cet égard, je tiens à remercier le Secrétaire général Stanislav Zas, tous ses prédécesseurs et le personnel du Secrétariat de l’OTSC pour leur service dévoué dans l’intérêt de la sécurité des États membres.

Chers collègues!

L’environnement international actuel n’incite pas à l’optimisme, tant en termes de sécurité mondiale que d’économie mondiale. Les menaces sécuritaires et les tensions militaro-politiques se sont glissées près de toutes les frontières de la zone de responsabilité de l’OTSC. Il y a des tentatives d’ingérence de tiers dans les affaires intérieures des États membres de l’OTSC.

Ainsi, au début de l’année, nous avons dû arrêter une crise de sécurité inattendue dans l’un des États membres. Nous avons répondu rapidement et efficacement. Je soutiens pleinement la décision de récompenser les participants à cette mission de maintien de la paix.

La situation aux frontières sud de l’OTSC reste très alarmante, principalement en raison des activités sans entrave de structures religieuses et terroristes radicales dans certaines provinces afghanes, dont les parrains extérieurs ont leurs propres plans de grande envergure pour l’Asie centrale. Je pense que le problème afghan doit rester au centre de notre attention et de notre analyse constantes. Dans ce domaine, il est nécessaire de mettre en œuvre toute la gamme des mesures de sécurité politiques, diplomatiques et militaro-techniques. Et en même temps, il est important de fournir une aide humanitaire au peuple afghan, parmi lesquels se trouvent nos proches.

Chers collègues!

Notre grande préoccupation est la guerre des sanctions. L’économie kirghize ne s’est pas encore remise de la pandémie de coronavirus, et la situation des sanctions menace déjà la sécurité alimentaire et énergétique, la stabilité macroéconomique et la stabilité sociale.

Dans ces conditions, il est nécessaire de discuter et de développer une approche commune pour atténuer les conséquences des sanctions et prévenir la détérioration de la situation socio-économique dans nos pays. Une telle opportunité se présentera bientôt dans la ville de Bichkek lors de la réunion du Conseil économique suprême eurasien et du premier Forum économique eurasien.

Chers collègues, je me réjouis de votre participation à plein temps à la tête de mes délégations, dans lesquelles je vous demande d’inclure les chefs des ministères sectoriels et des structures d’entreprise.

En conclusion, je félicite une fois de plus mes distingués collègues à l’occasion du Grand Jour de la Victoire et des deux anniversaires du Traité de sécurité collective.

Je vous souhaite sincèrement la paix, la stabilité, le bien-être et la prospérité, ainsi qu’aux peuples amis des États membres de l’OTSC.

Merci pour votre attention.

Nikol Pachinian :

Merci, Sadyr Nurgojoyevich.

La parole est donnée au président de la Fédération de Russie Vladimir Vladimirovitch Poutine.

S’il vous plaît, Vladimir Vladimirovitch.

Vladimir Poutine :

Chers amis et collègues !

Je suis d’accord avec ceux qui ont pris la parole : en effet, au cours des dernières décennies, l’Organisation du Traité de sécurité collective s’est sensiblement renforcée et a acquis une réputation bien méritée en tant que structure de défense régionale efficace qui assure la sécurité et la stabilité dans l’espace eurasien, protégeant de manière fiable la souveraineté et l’intégrité territoriale des pays participants.

Il est très important que l’interaction au sein de l’OTSC se soit toujours construite dans l’esprit d’une véritable alliance sur les principes d’amitié et de bon voisinage, de respect et de considération des intérêts de chacun, d’entraide et de soutien. C’est ce qui se passe maintenant, dans la situation difficile actuelle.

La réussite de l’opération de maintien de la paix de l’OTSC en janvier de cette année au Kazakhstan à la demande des dirigeants kazakhs a été la preuve de la maturité de notre Organisation, de sa capacité réelle à faire face de manière adéquate aux défis et menaces aigus.

Le contingent des Forces collectives de l’OTSC, introduit pour une durée limitée, a empêché la prise du pouvoir au Kazakhstan par des extrémistes, également contrôlés de l’étranger, et a contribué à stabiliser rapidement la situation politique interne de la république.

L’utilisation des forces de maintien de la paix à la demande des dirigeants kazakhs a été la première opération de ce type pendant l’existence de l’OTSC. Sa tenue a permis d’identifier les points forts de l’interaction pratique entre nos structures militaires et nos services spéciaux et a en même temps montré ce qui reste encore à travailler.

Nous signerons aujourd’hui une déclaration commune qui, compte tenu de l’expérience acquise, y compris au cours de l’opération susmentionnée, réaffirmera la détermination de nos États à continuer de coopérer en tant que partenaires dans divers domaines de la construction militaire et de défense, et à intensifier des actions coordonnées action sur la scène internationale.

Dans le même temps, il est tout à fait logique que la tâche d’amélioration et d’optimisation des activités de l’OTSC et de ses structures dirigeantes soit primordiale au stade actuel. Nous aborderons également les questions d’équipement des Forces collectives de l’OTSC en armes et équipements modernes, l’augmentation de la compatibilité opérationnelle de leurs contingents militaires et l’amélioration de la cohérence des actions conjointes de nos structures militaires et services spéciaux.

Les questions pertinentes sont traitées en permanence au cours des exercices de l’OTSC, dont nous avons bien entendu l’intention d’étendre la pratique. Toute une série d’exercices conjoints de notre Organisation au Kazakhstan, au Kirghizistan et au Tadjikistan est prévue pour cet automne. Je suis sûr que ces mesures serviront à augmenter la préparation au combat et le niveau de coordination des structures militaires de nos États et, en général, le potentiel de maintien de la paix de l’OTSC.

Nous partons également du fait que les efforts de l’OTSC doivent continuer à viser la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et le crime organisé. Dans ce domaine, les forces de l’ordre de nos pays ont mis au point une bonne coopération en bloquant les canaux de recrutement des citoyens, en neutralisant la base de ressources des organisations terroristes internationales.

La question de la garantie de la sécurité biologique requiert également la plus grande attention. Nous avons longtemps tiré la sonnette d’alarme sur l’activité militaro-biologique des États-Unis dans l’espace post-soviétique.

Comme vous le savez, le Pentagone a mis en place des dizaines de biolaboratoires et centres spécialisés dans notre région commune, et ils ne sont en aucun cas engagés dans la fourniture d’une assistance médicale pratique à la population des pays où ils ont lancé leurs activités. Leur tâche principale est de collecter du matériel biologique et d’étudier à leurs propres fins les spécificités de la propagation des virus et des maladies dangereuses.

Et maintenant, lors d’une opération spéciale en Ukraine, des preuves documentaires ont été obtenues qu’à proximité immédiate de nos frontières, en fait, des composants d’armes biologiques ont été créés en violation de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques et à toxines, des méthodes possibles et Des mécanismes ont été élaborés pour déstabiliser la situation épidémiologique dans l’espace post-soviétique.

A cet égard, nous comptons sur le soutien de nos collègues pour la mise en œuvre rapide de l’initiative russe de lancer les travaux d’un conseil de profil dans le cadre de l’OTSC. Une fois de plus, je soulignerai l’importance de la coordination la plus étroite entre les membres de l’OTSC dans le domaine de la politique étrangère, des actions coordonnées au sein de l’ONU et d’autres plates-formes multilatérales, et de la promotion d’approches communes aux problèmes croissants de la sécurité internationale.

Dans ce contexte, nous devons renforcer la coopération avec nos partenaires naturels de l’Organisation de coopération de Shanghai et de la Communauté des États indépendants. Soit dit en passant, à notre avis, il serait approprié et correct — nous devrons en discuter — d’accorder à la CEI un statut d’observateur auprès de l’OTSC.

J’insisterai particulièrement sur la tâche prioritaire de défendre conjointement la mémoire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique, de l’exploit de nos peuples au prix d’énormes et irremplaçables sacrifices qui ont sauvé le monde du nazisme, et de contrecarrer toute tentative de blanchir les nazis, leurs complices et leurs adeptes modernes.

C’est extrêmement important en ce moment, alors que dans un certain nombre de pays européens, les monuments aux héros-libérateurs sont démolis de manière barbare, il est interdit de déposer des fleurs sur les monuments commémoratifs, cyniquement ils essaient de réécrire l’histoire, louant les meurtriers et les traîtres et insultant leurs victimes, annulant les exploits de ceux qui ont subi la Victoire et gagné.

Malheureusement, dans notre pays voisin, l’Ukraine, le néonazisme est en hausse depuis longtemps, auquel ils ferment les yeux, et donc encouragent en fait leurs activités, certains de nos partenaires de l’Occident dit collectif. Et tout cela s’accompagne d’une poussée sans précédent de russophobie forcenée dans les pays dits civilisés et politiquement corrects de la société occidentale.

Oui, nous entendons, et j’enregistre cela dans les conversations, ils nous disent : eh bien, les extrémistes sont partout. Oui, c’est vrai : les extrémistes sont partout, d’une manière ou d’une autre ils sortent de la clandestinité et se montrent. Mais nulle part, je tiens à le souligner, nulle part au niveau de l’État les nazis ne sont glorifiés — nulle part, et nulle part dans les pays civilisés, les autorités n’ont encouragé des milliers de processions néo-nazies aux flambeaux avec des symboles nazis. Cela ne se fait nulle part. Malheureusement, cela se passe en Ukraine.

Quant à l’élargissement de l’Alliance nord-atlantique, oui, c’est un problème qui, à mon avis, est créé de manière complètement artificielle, puisqu’il se fait dans l’intérêt de la politique étrangère des États-Unis. En général, l’OTAN est utilisée comme instrument de politique étrangère, en fait, d’un seul pays — cela se fait de manière assez persistante, habile et très agressive. Cela exacerbe un environnement de sécurité internationale déjà difficile.

Quant à l’expansion, y compris par le biais de nouveaux membres de l’alliance — Finlande, Suède : la Russie, je voudrais vous informer, chers collègues, n’a aucun problème avec ces États, non. Par conséquent, dans ce sens, il n’y a pas de menace immédiate pour nous — expansion aux dépens de ces pays — pour la Russie. Mais l’expansion de l’infrastructure militaire sur ce territoire provoquera certainement notre réponse, et nous verrons ce qu’elle sera en fonction des menaces qui seront créées pour nous. Autrement dit, en fait, les problèmes sont créés à partir de zéro. Eh bien, nous répondrons en conséquence.

Entre autres choses, en plus de cette politique expansionniste sans fin, l’Alliance de l’Atlantique Nord va également au-delà de sa destination géographique — au-delà de la zone euro-atlantique, tente de s’impliquer de plus en plus activement dans les questions internationales et de contrôler et d’influencer la situation internationale en termes de sécurité, et non de la meilleure façon, dans d’autres régions du monde. Cela nécessite certainement une attention supplémentaire de notre part.

En conclusion, je voudrais réaffirmer que la Russie continuera à contribuer à l’approfondissement des relations d’alliance stratégique avec tous les États membres de l’OTSC. Nous ferons de notre mieux pour améliorer et développer une coopération de partenariat efficace au sein de l’OTSC et, bien sûr, nous soutiendrons le travail en cours dans ce sens de la présidence arménienne actuelle.

Quant à l’opération militaire spéciale russe en Ukraine, nous en discuterons certainement, je vous informerai en détail de ce à quoi cela est lié, comment se déroule ce travail de combat, mais nous le ferons, bien sûr, à huis clos.

Merci pour votre attention.

Nikol Pachinian :

Merci, Vladimir Vladimirovitch.

La parole est donnée au président de la République du Tadjikistan Emomali Rahmon. Je vous en prie.

Emomali Rahmon :

Chers collègues !

Tout d’abord, je voudrais féliciter tout le monde à l’occasion du 30e anniversaire de la signature du Traité de sécurité collective et du 20e anniversaire de la création de l’OTSC.

Je remercie Vladimir Vladimirovitch Poutine d’avoir organisé la réunion d’aujourd’hui consacrée à ces événements marquants pour nous tous. Les anniversaires sont une bonne occasion de réfléchir sur le chemin parcouru et le développement de l’OTSC et de déterminer les perspectives de notre coopération multilatérale future pour renforcer le système commun de sécurité collective, en tenant compte des nouvelles réalités.

Au cours de la période écoulée, l’OTSC s’est imposée comme un facteur important dans le renforcement de la paix et la garantie de la sécurité et de la stabilité régionales. Le succès de la mission de maintien de la paix de l’Organisation au début de cette année en est une illustration claire.

Nous avons créé un vaste cadre juridique, les organes de travail et de coordination nécessaires, ainsi que des mécanismes visant à résoudre les problèmes auxquels l’Organisation est confrontée.

Dans la pratique, une attention appropriée est accordée au renforcement et à la consolidation de la confiance mutuelle au sein de l’OTSC. Les relations internationales de l’OTSC se développent. L’année dernière, dans le cadre de la présidence tadjike, nous avons achevé les procédures de ratification et lancé les activités des institutions observatrices sous l’OTSC et les partenaires de l’OTSC.

Des exercices de terrain et d’état-major sont menés en permanence, des mesures sont prises pour améliorer l’équipement des forces et des moyens du système de sécurité collective avec des types modernes d’armes et d’équipements militaires. Tout cela contribue à maintenir un haut degré de préparation au combat, de mobilité, de formation et de compétences du commandement et du personnel pour la solution conjointe des tâches communes.

Aujourd’hui, l’OTSC est une plate-forme importante pour un dialogue et une coopération équitables entre les États membres dans les trois dimensions fondamentales : dans l’interaction politique, dans la coopération militaire et dans les efforts conjoints pour contrer les défis et les menaces modernes.

Un document important qui guide notre Organisation sur sa propre voie de développement est la Stratégie de sécurité collective de l’OTSC pour la période allant jusqu’en 2025, qui reflète les principes de notre interaction à moyen terme. Notre évaluation commune de l’état et des perspectives de développement de l’Organisation se reflète dans la déclaration commune que nous adopterons à l’issue du sommet.

Je noterai seulement que nous sommes aujourd’hui confrontés à des tâches non moins importantes pour renforcer notre sécurité commune. Compte tenu de la multiplication des défis et des menaces à la sécurité, nous devrons intensifier nos efforts conjoints pour renforcer le potentiel et les capacités de l’Organisation.

Sur l’exemple de l’Afghanistan, nous voyons qu’au cours des quatre dernières décennies, des facteurs négatifs se sont accumulés qui ont contribué à la détérioration de la situation militaro-politique et socio-économique de ce pays. À cet égard, l’OTSC doit être prête à divers scénarios pour l’évolution de la situation aux frontières sud.

Le Tadjikistan entend continuer à contribuer activement à assurer la sécurité commune dans les régions de responsabilité de l’Organisation.

Merci de votre attention.

Discours du Premier ministre arménien Nikol Pachinian :

Merci beaucoup.

Maintenant, chers collègues, avec votre permission, je vais parler à titre national.

Tout d’abord, je tiens à remercier Vladimir Vladimirovitch Poutine pour l’organisation du sommet anniversaire de l’OTSC à Moscou et pour son accueil chaleureux. Bien sûr, l’anniversaire de notre Organisation est aussi une très bonne occasion de résumer certains résultats et de discuter des perspectives de développement futur de notre Organisation.

Alexander Grigoryevich [Loukashenko] a soulevé des questions très importantes sur l’interaction entre les pays membres de l’OTSC, et le président de la Biélorussie a abordé, il faut le dire franchement, des questions plutôt problématiques. Mais, en général, il faut dire qu’il y a beaucoup de positif dans l’histoire de l’OTSC, car en réalité l’OTSC était, est et sera le facteur le plus important pour assurer la sécurité et la stabilité dans la région.

Mais, comme nous le voyons déjà, lors du sommet anniversaire d’aujourd’hui, nous ne discutons pas seulement des questions d’anniversaire, car la situation dans le domaine de responsabilité de l’OTSC est plutôt tendue. Je veux aborder certaines des questions dont le président du Bélarus a parlé.

Concernant le vote des pays membres de notre Organisation. Bien sûr, un tel problème existe. Souvent, nos votes ne sont pas très synchronisés, mais il convient de noter que ce n’est pas un problème nouveau. Cela existe depuis longtemps dans notre Organisation. L’Arménie a soulevé cette question à plusieurs reprises, nous avons discuté à plusieurs reprises de cette question en ordre de marche. Je pense qu’il est évident que cette question nécessite également une discussion plus approfondie.

En ce qui concerne l’interaction et la réponse et les mécanismes de réponse rapide, c’est également une question très importante pour l’Arménie, car, comme vous le savez, l’année dernière, ces jours-ci, les troupes azerbaïdjanaises ont envahi le territoire souverain de l’Arménie. Et l’Arménie s’est tournée vers l’OTSC pour utiliser les mécanismes prévus dans le Règlement sur la réponse de l’OTSC aux situations de crise du 10 décembre 2010 — un document approuvé par le Conseil de sécurité collective. Mais, malheureusement, nous ne pouvons pas dire que l’Organisation a réagi comme la République d’Arménie s’y attendait.

Pendant longtemps, nous avons soulevé la question de la vente d’armes par les pays membres de l’OTSC à un pays hostile à l’Arménie, dans lequel, en conséquence, ces armes ont été utilisées contre l’Arménie et le peuple arménien. Et c’est aussi un problème.

Pour être honnête, la réaction des pays membres de l’OTSC pendant la guerre de 44 jours de 2020 et après la guerre n’a pas rendu la République d’Arménie et le peuple arménien en général très heureux, mais je tiens à souligner le rôle particulier de la Fédération de Russie et personnellement le président de la Fédération de Russie Vladimir Vladimirovitch Poutine en suspendant la guerre au Haut-Karabakh.

Je tiens à réaffirmer que l’Arménie reste attachée aux déclarations tripartites du 9 novembre 2020. Je fais référence aux déclarations tripartites du président de la Fédération de Russie, du président de l’Azerbaïdjan et du Premier ministre arménien, ainsi qu’aux déclarations tripartites du 11 janvier et du 26 novembre 2021.

Je pense que c’est vraiment très important et bon de résumer, mais l’Arménie, en tant que membre fondateur de l’Organisation du traité de sécurité collective, est attachée au développement ultérieur de l’Organisation et la considère comme un facteur clé pour la stabilité et la sécurité dans la région eurasienne, ainsi que pour la sécurité de la République d’Arménie, et est favorable au maintien intégral de l’Organisation dans son développement ultérieur.

Je donne maintenant la parole au secrétaire général de l’OTSC, Stanislav Vasilievich Zas, pour qu’il nous informe des documents que nous allons signer.

Stanislav Vasilievich Zas :

Cher président ! Chers membres du Conseil de sécurité collective !

Tout d’abord, je voudrais vous exprimer ma gratitude pour la réunion d’aujourd’hui consacrée à l’anniversaire de l’OTSC. 20 ans pour une organisation internationale, ce n’est pas si long. Mais au fil des ans, un chemin aussi colossal a été parcouru: de la formation de l’idée de défense collective à une organisation internationale multidisciplinaire établie.

Par conséquent, profitant de cette occasion, je voudrais vous féliciter, chers chefs d’État, à l’occasion de votre anniversaire et vous remercier pour votre excellent travail dans la création, le développement et le renforcement de notre Organisation. Car, bien sûr, sans votre attention et votre soutien constants, tout cela ne serait pas possible.

Sur le tableau de vos dossiers se trouve un bilan analytique des activités de l’OTSC au cours de ses 20 années d’existence. Le présent examen a été établi par le secrétariat en réponse aux instructions du Président de la République du Tadjikistan. Soit dit en passant, le travail sur cette revue elle-même a été très intéressant et utile pour nous. A la veille de si grands anniversaires, nous avons essayé de regarder le chemin que nous avons parcouru, d’évaluer l’état actuel de l’OTSC, et il y avait un bon sentiment si stable : nous avons de quoi être fiers.

Dans le format de l’Organisation, un mécanisme de coordination des activités de politique étrangère fonctionne avec succès, dans le cadre duquel une position consolidée de nos États est formée sur les questions d’actualité de l’agenda régional et mondial. Bien que je sois d’accord avec Alexander Grigorievich sur le fait que ce n’est clairement pas suffisant maintenant. Nous ne devons pas éviter les réponses, les réponses consolidées aux questions les plus urgentes.

Une interaction avec les organisations régionales internationales et leurs structures spécialisées a été établie. Le principe de la priorité des moyens politiques et diplomatiques dans la réalisation des objectifs de l’OTSC a été préservé et, ce qui est très important, est cultivé. C’est probablement l’un des principaux liens de notre Organisation.

Au fil des ans, nous avons considérablement augmenté le potentiel énergétique du OTSC. La structure, l’équipement et le niveau de formation des organes directeurs et la formation d’un système de sécurité collective sont en cours d’amélioration.

Nous considérons la formation d’un système unifié pour la formation du personnel, des organes de commandement et de contrôle et des troupes comme une réalisation importante de l’OTSC. Bien sûr, la forme la plus élevée de ce système est constituée par les exercices conjoints complets que nous menons chaque année sur une base planifiée.

Un mécanisme efficace a été créé et est en cours de développement pour contrer les défis et les menaces modernes : trafic de drogue, migration illégale, terrorisme international et criminalité utilisant les technologies de l’information. À cette fin, des mesures opérationnelles et préventives conjointes et des opérations spéciales sont menées sur une base planifiée. Leurs résultats témoignent de leur pertinence et de leur efficacité.

La constitution d’instruments collectifs pour assurer la sécurité biologique touche à sa fin, ce sujet a été évoqué aujourd’hui et je pense que nous y reviendrons.

Une place importante est occupée par le dispositif de réponse aux crises de l’OTSC. Il est probablement naturel que, compte tenu de la première expérience pratique acquise au Kazakhstan dans le test de ce système, nous examinions aujourd’hui également les questions d’amélioration du système de réponse aux crises.

Le développement ultérieur de notre Organisation se fera en tenant compte de vos décisions, instructions, dont je vous remercie pour les souhaits et instructions exprimés aujourd’hui, et sur la base du plan de mise en œuvre de la Stratégie de sécurité collective de l’OTSC jusqu’en 2025.

Soit dit en passant, l’année prochaine, nous devons commencer à préparer les données initiales pour l’élaboration d’une nouvelle stratégie de sécurité collective de l’OTSC pour la prochaine période, 2026-2030. Le temps est déjà venu, et la situation actuelle est bien différente de ce qu’elle était il y a cinq ans. C’est aussi beaucoup de travail et, probablement, il est important ici d’unir la composante analytique de nos États.

Cher Président ! Chers membres du Conseil de sécurité collective !

Deux documents ont été soumis à votre examen et à votre signature : un projet de déclaration du Conseil de sécurité collective de l’OTSC à l’occasion du 30e anniversaire du Traité de sécurité collective et du 20e anniversaire de l’Organisation du Traité de sécurité collective ; projet de décision du Conseil de sécurité collective « Sur l’attribution de récompenses aux participants de l’Organisation du Traité de sécurité collective à l’opération de maintien de la paix de l’OTSC sur le territoire de la République du Kazakhstan ».

Le projet de décision prévoit de récompenser les participants les plus distingués à l’opération de maintien de la paix. Six de nos militaires pour la direction habile, la préparation et la conduite de cette opération sont présentés pour l’attribution de l’insigne honorifique de l’OTSC des degrés I et II, y compris le commandant de notre groupe de maintien de la paix au Kazakhstan, le colonel général Andrey Nikolayevich Serdyukov, ainsi qu’un certain nombre de militaires pour leur participation active et leur altruisme à cette opération sont présentés pour l’attribution de la médaille « Pour le renforcement de la sécurité collective ».

Les documents ont passé la procédure d’approbation nécessaire, approuvés par les organes statutaires et sont prêts à être signés.

Je vous demande de considérer et de soutenir ces deux documents.

Merci pour votre attention.

Nikol Pachinian :

Chers collègues !

Je propose de passer à la procédure de signature des documents préparés.

<…>


Le secrétaire général de l’OTSC, Stanislav Zas, a informé les médias des résultats de la réunion anniversaire des dirigeants des pays de l’OTSC :

Chers représentants des médias,
Mesdames et Messieurs,

La réunion des dirigeants des États membres de l’OTSC, consacrée au 30e anniversaire de la signature du Traité de sécurité collective et au 20e anniversaire de la création de l’OTSC, vient de s’achever.

Je voudrais exprimer ma gratitude à la partie russe pour l’excellente organisation de l’événement.

Au cours de la réunion, l’état de la sécurité internationale et régionale a été discuté. Une évaluation du rôle et de la place de notre Organisation dans les relations internationales est donnée, et les perspectives de son développement sont déterminées.

Au cours de la discussion, les chefs d’État ont noté que le nombre de défis et de menaces à la sécurité, non seulement dans le domaine de responsabilité de l’Organisation, mais également dans le monde entier, ne cesse de croître.

Un sérieux défi pour les États membres de l’OTSC était la forte augmentation de l’agressivité des puissances mondiales et des blocs militaro-politiques envers la Fédération de Russie et ses alliés.

La présence militaire de l’OTAN s’étend dans la région de l’Europe de l’Est, l’infrastructure militaire se construit et l’intensité des activités d’entraînement opérationnel et au combat augmente. Les dépenses militaires augmentent. De nouveaux États européens sont entraînés dans l’alliance.

Des armes modernes sont fournies à l’Ukraine en volumes croissants.

Malgré les résultats positifs du processus de négociation entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, des tensions persistent dans la région du Caucase. Les incidents armés ne s’arrêtent pas à la frontière arméno-azerbaïdjanaise. Dans ces conditions, le contingent russe de maintien de la paix joue un rôle important dans la stabilisation de la situation, assurant le respect des termes des accords trilatéraux du 9 novembre 2020.

L’Afghanistan demeure un grave facteur de déstabilisation dans la région de l’Asie centrale. Les menaces émanant du territoire afghan, notamment le terrorisme et le trafic de drogue, non seulement persistent, mais pourraient s’aggraver à mesure que la situation socioéconomique de ce pays se détériore.

Ainsi, chers journalistes, malheureusement, la situation sur tout le périmètre des frontières des États membres de l’OTSC reste tendue.

Bien entendu, ces processus négatifs sont pris en compte dans nos activités. Nous continuons à développer les systèmes existants pour assurer la sécurité collective, le potentiel de maintien de la paix, et aussi à améliorer les mécanismes de réponse aux crises.

À la suite de la réunion d’aujourd’hui, les dirigeants des États ont adopté une DÉCLARATION du Conseil de sécurité collective de l’Organisation du Traité de sécurité collective à l’occasion du 30e anniversaire du Traité de sécurité collective et du 20e anniversaire de l’Organisation du Traité de sécurité collective.

Elle constate que le choix que nous avons fait en faveur de la conjugaison des efforts pour le maintien de la paix dans l’espace eurasien a résisté à l’épreuve du temps. Le traité, conclu en 1992, remplit sa tâche principale d’assurer la sécurité et la stabilité collectives, l’intégrité territoriale et la souveraineté des États qui y participent.

La déclaration a exprimé sa volonté d’assurer la sécurité des frontières de la zone de responsabilité de l’OTSC et s’est dite préoccupée par l’application sélective des normes et principes universellement reconnus du droit international, la réticence à tenir compte des intérêts légitimes des États souverains, l’ingérence dans leurs affaires intérieures, l’utilisation de sanctions et de restrictions unilatérales en violation des prérogatives du Conseil de sécurité de l’ONU, les manifestations de deux poids deux mesures.

Le document le note. Les efforts déployés pour renforcer l’Organisation et l’adapter à la situation géopolitique actuelle ont permis de constituer un système efficace de sécurité collective et de lutte contre les défis et les menaces. L’OTSC a élevé la coopération des États membres à un niveau qualitativement nouveau de relations alliées, a accumulé un potentiel important pour contrer un large éventail de défis et de menaces modernes et est devenue un facteur important de paix et de stabilité dans l’espace eurasien.

Je tiens également à vous informer qu’aujourd’hui a été signée la décision du Conseil de sécurité collective de décerner aux participants les plus éminents de l’opération de maintien de la paix de l’OTSC sur le territoire de la République du Kazakhstan les récompenses de l’OTSC.

Au cours de la réunion d’aujourd’hui des dirigeants des États membres de l’OTSC, un certain nombre d’instructions ont été données sur nos activités futures.

Merci de votre attention


Ce diaporama nécessite JavaScript.



« M. Boulianne. Je vais commander tous vos livres pour les ajouter à ma collection. Selon moi, vous êtes le meilleur journaliste au Québec. »

Annoula Watsu

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

« Vous êtes un homme-orchestre impressionnant. Merci d’exister, vous êtes un compagnon de route important pour plusieurs d’entre nous. »

Carole Lavoie

2 réflexions au sujet de « Sommet de l’OTSC : Le système unipolaire de l’ordre mondial appartient irrémédiablement au passé, mais l’Occident collectif mène une lutte acharnée pour maintenir ses positions »

  1. On a beau tourner la situation mondiale sous tous les angles, on ne peut, pour le moment, même imaginer un filet de lumière au bout du tunnel. Nous marchons vers la guerre en somnambules. CL

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s