Le gouvernement de Justin Trudeau a imaginé une nouvelle solution diabolique pour résoudre les divers problèmes de la société : l’euthanasie

Je partage avec vous un article de Yuan Yi Zhu intitulé « Why is Canada euthanising the poor? » (Pourquoi le Canada euthanasie-t-il les pauvres?), publié sur The Spectator le 30 avril 2022. Yuan Yi Zhu est maître de conférences en politique au Pembroke College d'Oxford et candidat au doctorat en relations internationales au Nuffield College d'Oxford. Ses recherches portent largement sur les rapports entre le droit et l'ordre international dans une perspective historique, notamment dans le monde non occidental.

Il y a un mot d’esprit sans cesse répété par le poète Anatole France que « la majestueuse égalité des lois interdit aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts, de mendier dans les rues et voler du pain ». Ce que la France n’avait certainement pas prévu, c’est que tout un pays – et ostensiblement progressiste de surcroît – a décidé de prendre son sarcasme au pied de la lettre et jusqu’à sa conclusion naturelle. Depuis l’an dernier, la loi canadienne, dans toute sa majesté, permet aux riches comme aux pauvres de se suicider s’ils sont trop pauvres pour continuer à vivre dignement. En fait, l’État canadien toujours généreux paiera même pour leur mort. Ce qu’il ne fera pas, c’est dépenser de l’argent pour leur permettre de vivre au lieu de se tuer.

Comme pour la plupart des pentes glissantes, tout a commencé par un déni ferme de son existence. En 2015, la Cour suprême du Canada a renversé 22 ans de sa propre jurisprudence en invalidant l’interdiction du suicide assisté du pays comme étant inconstitutionnelle, rejetant allègrement les craintes que la décision « amorcerait une descente sur une pente glissante vers l’homicide » contre les personnes vulnérables comme fondée sur des « exemples anecdotiques ». L’année suivante, le Parlement a dûment promulgué une législation autorisant l’euthanasie, mais uniquement pour ceux qui souffrent d’une maladie en phase terminale dont la mort naturelle était « raisonnablement prévisible ».

Il n’a fallu que cinq ans pour que la pente proverbiale apparaisse, lorsque le Parlement canadien a promulgué le projet de loi C-7, une loi radicale sur l’euthanasie qui a abrogé l’exigence « raisonnablement prévisible » — et l’exigence que la condition soit « terminale ». Désormais, tant qu’une personne souffre d’une maladie, d’un handicap ou du déclin des capacités « qui ne peuvent pas être atténuées dans des conditions que vous jugez acceptables », elle peut bénéficier gratuitement de ce que l’on appelle désormais par euphémisme « l’aide médicale à mourir » (AMM en abrégé).

Le 11 mai 2022, Tucker Carlson a discuté du programme d’euthanasie du Canada avec l’auteur Charles Camosy, qui a écrit un livre sur le sujet. Selon Camosy, les politiques du Canada sont le mal absolu.

Bientôt, les Canadiens de partout au pays ont découvert que même s’ils préféreraient vivre autrement, ils étaient trop pauvres pour améliorer leurs conditions à un degré acceptable.

Ce n’est pas un hasard si le Canada a certaines des dépenses sociales les plus faibles de tous les pays industrialisés, les soins palliatifs ne sont accessibles qu’à une minorité et les temps d’attente dans le secteur public de la santé peuvent être insupportables, au point que la même Cour suprême qui a légalisé l’euthanasie a déclaré ces temps d’attente comme une violation du droit à la vie en 2005.

Beaucoup dans le secteur de la santé sont arrivés à la même conclusion. Même avant l’adoption du projet de loi C-7, les rapports d’abus étaient monnaie courante. Un homme atteint d’une maladie neurodégénérative a témoigné devant le Parlement que des infirmières et un éthicien médical d’un hôpital avaient tenté de le contraindre à se suicider en le menaçant de le mettre en faillite avec des frais supplémentaires ou en l’expulsant de l’hôpital, et en lui retenant de l’eau pendant 20 jours. Pratiquement tous les groupes de défense des droits des personnes handicapées du pays se sont opposés à la nouvelle loi. En vain : pour une fois, le gouvernement a trouvé commode d’ignorer ces groupes par ailleurs impeccablement progressistes.

Depuis, les choses n’ont fait qu’empirer. Une femme en Ontario a été forcée à l’euthanasie parce que ses prestations de logement ne lui permettaient pas d’obtenir un meilleur logement, ce qui n’a pas aggravé ses allergies invalidantes. Une autre femme handicapée a demandé à mourir parce qu’elle « n’a tout simplement pas les moyens de continuer à vivre ». Une autre a demandé l’euthanasie parce que la dette liée à Covid l’a empêchée de payer le traitement qui a maintenu sa douleur chronique supportable — sous le gouvernement actuel, les Canadiens handicapés ont reçu 600 $ d’aide financière supplémentaire pendant Covid ; les étudiants universitaires ont reçu 5 000 $.

Lorsque la famille d’un homme handicapé de 35 ans qui a eu recours à l’euthanasie est arrivée à la maison de retraite où il vivait, ils ont trouvé « de l’urine sur le sol… des endroits où il y avait des matières fécales sur le sol… des endroits où vos pieds collaient ». Par exemple, si vous vous teniez à son chevet et que vous alliez vous éloigner, votre pied était littéralement coincé. Selon le gouvernement canadien, la loi sur le suicide assisté vise à « accorder la priorité à l’autonomie individuelle des Canadiens » ; on peut se demander quelle était l’autonomie d’un infirme couché dans sa propre crasse pour peser la mort sur la vie.

Malgré l’insistance du gouvernement canadien sur le fait que le suicide assisté est une question d’autonomie individuelle, il a également gardé un œil sur ses avantages fiscaux. Avant même l’entrée en vigueur du projet de loi C-7, le directeur parlementaire du budget du pays a publié un rapport sur les économies de coûts qu’il entraînerait : alors que l’ancien régime de l’AMM permettait d’économiser 86,9 millions de dollars par an — une « réduction des coûts nets », selon les termes stériles du rapport — Le projet de loi C-7 créerait des économies nettes supplémentaires de 62 millions de dollars par année. Les soins de santé, en particulier pour les personnes souffrant de maladies chroniques, coûtent cher ; mais le suicide assisté ne coûte au contribuable que 2 327 $ par « cas ». Et, bien sûr, ceux qui doivent compter entièrement sur l’assurance-maladie fournie par le gouvernement représentent un fardeau bien plus lourd pour le Trésor public que ceux qui ont des économies ou une assurance privée.

Et pourtant, les médias généreusement subventionnés du Canada, à quelques exceptions honorables près, ont exprimé remarquablement peu de curiosité au sujet du meurtre social ouvert de citoyens dans l’un des pays les plus riches du monde. Peut-être, comme beaucoup de médecins, les journalistes ont-ils peur d’être accusés d’être « non progressistes » pour avoir remis en cause la nouvelle culture de la mort, accusation fatale dans les milieux polis. Le radiodiffuseur public canadien, qui en 2020 a rassuré les Canadiens sur le fait qu’il n’y avait « aucun lien entre la pauvreté et le choix de la mort médicalement assistée », a eu peu à dire sur les développements ultérieurs.

L’année prochaine, les vannes s’ouvriront encore plus lorsque les personnes souffrant de maladie mentale — un autre groupe disproportionnellement pauvre — deviendront éligibles au suicide assisté, bien que des médecins et des infirmières enthousiastes aient déjà devancé la loi. Il est déjà question d’autoriser également l’accès à l’euthanasie aux « mineurs matures » – pensez simplement aux économies réalisées à vie. Mais rappelez-vous, les pentes glissantes sont toujours une erreur.


SARCO, la machine d’euthanasie imprimée en 3D

Le pod Sarco (ou Pegasos) est un appareil ou une machine d’euthanasie consistant en une capsule détachable imprimée en 3D montée sur un support qui contient une cartouche d’azote liquide permettant de mourir par suicide par asphyxie au gaz inerte. “Sarco” est l’abréviation de “sarcophage”. Il est utilisé en conjonction avec un gaz inerte (azote) qui prévient la panique, le sentiment d’étouffement et la lutte avant l’inconscience, connue sous le nom de réponse d’alarme hypercapnique  causée par la présence de fortes concentrations de dioxyde de carbone dans le sang. Le Sarco a été inventé par le militant de l’euthanasie Philip Nitschke en 2017. Nitschke a déclaré en 2021 qu’il avait demandé et reçu des conseils juridiques sur la légalité de l’appareil en Suisse.

Les critiques ont décrit l’appareil comme « juste une chambre à gaz glorifiée », et d’autres ont exprimé des inquiétudes quant au fait qu’il glorifie le suicide et pourrait conduire à des « contagions suicidaires » qui inspirent des décès supplémentaires.


« Merci pour tous vos bons ouvrages. Je trouve ça important de vous en faire part. Un bon travail mérite d’être reconnu et remercier. »

Marc André Garand

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Bonjour M. Boulianne. Un mot pour vous dire que vos blogs sont très intéressants. Vous devez travaillez très fort dans ce grand combat et je vous en suis très reconnaissant. »

Jean Tardy

9 réflexions au sujet de « Le gouvernement de Justin Trudeau a imaginé une nouvelle solution diabolique pour résoudre les divers problèmes de la société : l’euthanasie »

  1. J’aimerais que Trudeau essaie pour nous cette machine Sarko. Il est important que nous soyons tous rassurés de son bon fonctionnement en assurant un départ paisible à celui qui est dedans …

    Aimé par 1 personne

  2. Soleil vert (Soylent Green) est un film d’anticipation réalisé par Richard Fleischer, sorti en 1973.

    En 2022, dans la ville de New York, comme dans le reste du monde, la pollution et la surpopulation ont cours. Le manque de nourriture amène les autorités à créer des aliments artificiels et industriels. Ce nouvel aliment contient toutes les vitamines et les éléments nutritifs nécessaires à maintenir l’organisme en bonne santé. Cette pseudo-nourriture est fabriquée par un immense conglomérat, connu sous le nom de « Soylent ». Le détective Thorn, assisté par le vieux professeur « Sol » Roth, véritable mémoire du temps passé, enquête sur l’assassinat d’un certain William Simonson, un riche privilégié proche des cercles dirigeants et l’un des cadres travaillant pour la compagnie « Soylent ». Alors qu’il progresse dans son enquête, Thorn s’aperçoit que cette caste fait tout pour l’empêcher de découvrir la vérité.

    La fin du film Soleil vert (Soylent Green)

    « Soleil vert » par Dominique Gonzalez-Foerster – Blow up – ARTE

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s