Les 26 et 27 mai 2022, Vladimir Poutine s’est exprimé par visioconférence lors de la session plénière du 1er Forum économique eurasien

Le 26 mai 2022, Vladimir Poutine s'est exprimé lors de la session plénière du premier Forum économique eurasien. La réunion a également été suivie par le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev, le président du Kirghizistan Sadyr Japarov, le Premier ministre biélorusse Roman Golovchenko et le président du conseil d'administration de la Commission économique eurasienne Mikhail Myasnikovich. Le modérateur du forum est Alexander Shokhin, président de l'Union russe des industriels et des entrepreneurs, membre du Présidium du Conseil des affaires de l'UEE.

Le Forum économique eurasien, créé par décision du Conseil économique suprême eurasien et programmé pour coïncider avec la réunion du SEEC, est organisé afin de développer davantage la coopération économique entre les États membres de la Communauté économique eurasienne. Le thème clé du FEE en 2022 à Bichkek est « L'intégration économique eurasienne à l'ère du changement global. De nouvelles opportunités pour l'activité d'investissement ». Des orientations prometteuses pour le développement stratégique de l'intégration, l'approfondissement de l'interaction dans l'environnement industriel, énergétique, des transports, financier et numérique sont discutées.

SOURCE — Président de la Russie : www.kremlin.ru.

« De plus en plus de pays dans le monde veulent poursuivre et poursuivront une politique indépendante. Et aucun « gendarme du monde » ne pourra arrêter ce processus mondial naturel » — Vladimir Poutine, 26 mai 2022


Session plénière du 1er Forum économique eurasien

VLADIMIR POUTINE : Merci de m’avoir donné l’opportunité de parler, de vous exprimer sur les questions que vous [Alexander Shokhin] avez posées et, peut-être, comme vous l’avez suggéré, de parler un peu plus largement.

Tout d’abord, je voudrais remercier le président du Kirghizistan Sadyr Nurgozhoevich Zhaparov, toute son équipe pour l’organisation de l’événement d’aujourd’hui. Je vois qu’il y a beaucoup de monde dans la salle : il y a des représentants des entreprises, des représentants des autorités. Je suis sûr que les médias s’y intéresseront aussi beaucoup.

Pour répondre directement à votre question, par où voudriez-vous commencer ? Notre développement de l’intégration eurasienne n’est pas lié à la situation et à la conjoncture actuelles, pas du tout. Après tout, nous avons créé cette organisation il y a de nombreuses années. Elle a été créé — franchement — à l’initiative du premier président du Kazakhstan [N. Nazarbayev]. Et je me souviens très bien de notre conversation clé sur ce sujet, sur cette question, lorsqu’il a dit : « Vous devez choisir ce qui est le plus important pour vous — travailler plus activement et plus profondément avec vos voisins immédiats, vos partenaires naturels, ou est-ce plus prioritaire pour vous, disons, l’entrée dans l’Organisation mondiale du commerce. » Et il était nécessaire de prendre certaines décisions à cet égard.

Et nous, sans exclure notre intérêt à rejoindre l’OMC et à nouer des relations avec nos partenaires, comme vous l’avez dit et comme je le dis toujours, en Occident, nous avons néanmoins considéré que nouer des relations avec nos voisins directs et naturels était la plus haute priorité pour nous-mêmes, sur l’économie générale toujours dans le cadre de l’Union soviétique. C’est le premier.

Deuxièmement. Nous avons déjà alors commencé à construire des relations — j’en reparlerai un peu plus tard — dans le cadre de ce qu’on appelle le Grand Partenariat Eurasien. Et ce n’était pas dû à la situation politique, c’était dû aux tendances économiques globales dans le monde : du fait que le centre du développement économique est progressivement, progressivement — nous le savons très bien, et les représentants des entreprises en sont bien conscients — déplacé, et ce mouvement se poursuit jusqu’à présent, dans la région Asie-Pacifique.

Bien sûr, nous comprenons les énormes avantages technologiques, les avantages de la haute technologie dans les économies avancées, cela va sans dire. Nous n’allons pas nous couper de cela — ils veulent nous faire sortir un peu de là, mais dans le monde moderne, c’est tout simplement irréaliste, impossible. Si nous ne nous séparons pas par une sorte de mur, personne ne pourra séparer un pays tel que la Russie.

Eh bien, si nous parlons non seulement de la Russie, mais aussi de nos partenaires de l’Union économique eurasienne et du monde entier, alors c’est une tâche absolument irréaliste. Au contraire, ceux qui aspirent à cela se nuisent avant tout à eux-mêmes. Et quelle que soit la stabilité des économies des pays qui mènent une politique à si courte vue, l’état actuel de l’économie mondiale montre que notre position est correcte et justifiée, même si vous regardez les indicateurs macroéconomiques.

Dans ces économies développées, il n’y a pas eu une telle inflation depuis 40 ans, le chômage augmente, les chaînes se brisent, les crises mondiales s’intensifient dans des domaines aussi sensibles que, disons, l’alimentation. Ce ne sont pas des blagues, vous comprenez, c’est une chose sérieuse qui se reflète dans tout le système des relations économiques et politiques.

Mais ces sanctions, interdictions de contenir, fragilisent les pays qui sont et seront en train d’appliquer — je n’en doute pas une seconde, ce n’est pas seulement en Russie et pas seulement en Chine, c’est dans beaucoup d’autres pays du monde. De plus en plus de pays dans le monde veulent poursuivre et poursuivront une politique indépendante. Et aucun « gendarme du monde » ne pourra arrêter ce processus mondial naturel : aucune force ne suffira, mais le désir disparaîtra tout simplement, face aux problèmes à l’intérieur de son pays. J’espère que l’on se rendra compte que cette politique est absolument sans espoir.

Violation des règles, des normes dans le domaine de la finance internationale, le commerce ne mène à rien de bon. Et pour le dire en termes simples, cela n’entraînera que des problèmes pour ceux qui le font. Le vol des biens d’autrui n’a jamais apporté de bien à personne, en particulier à ceux qui se livrent à cette activité inconvenante. Le mépris des intérêts des autres pays dans le domaine de la politique et de la sécurité, comme c’est maintenant devenu clair, conduit au chaos, aux bouleversements économiques, et cela affecte le monde dans son ensemble.

Dans les pays occidentaux, ils sont sûrs que toute personne répréhensible qui a son propre point de vue et est prête à le défendre peut être supprimée de l’économie, de la politique, de la culture et des sports mondiaux. Rien de tel ne se produit réellement, et il est impossible d’y parvenir, comme je l’ai dit.

Nous le voyons. Alexander Nikolayevich [Shokhin], vous, un représentant de notre entreprise, rencontrez bien sûr des problèmes, en particulier des problèmes dans le domaine des chaînes d’approvisionnement et des transports, mais néanmoins, tout peut être ajusté, tout peut être construit d’une nouvelle manière. Non sans pertes à un certain stade, mais cela conduit au fait que nous devenons vraiment plus forts à certains égards. En tout cas, nous acquérons définitivement de nouvelles compétences, nous commençons à concentrer nos moyens économiques, financiers et administratifs sur des domaines de rupture.

Oui, bien sûr, tout n’a pas été fait dans le domaine de la substitution des importations au cours des années précédentes. Mais tout est impossible à faire : la vie est plus rapide que les décisions administratives, elle se développe plus vite. Mais il n’y a rien de terrible ici. Dans les domaines clés qui assurent notre souveraineté, nous avons fait le plus nécessaire.

Allons-nous en. Après tout, la substitution des importations n’est pas la panacée à tous les maux, et nous n’allons pas nous occuper exclusivement de la substitution des importations. Nous allons juste évoluer. Mais là où nous sommes obligés de nous engager dans cette substitution des importations, nous le faisons et continuerons de le faire. Oui, peut-être avec un succès variable, mais c’est certain que nous n’en sortirons que plus forts, notamment dans le domaine des hautes technologies.

Tenez, après les listes Kokomov — j’en ai déjà parlé à maintes reprises — après ce que vous avez dit sur notre travail, disons, au sein même du G8 de l’ancien et ainsi de suite, mais tout de même, des restrictions sont restées. Dans les zones les plus sensibles, tout était encore fermé. En fait, fondamentalement, je tiens à le souligner, rien n’a fondamentalement changé.

Ces questions concernaient les assemblages de gros blocs, etc. — combien d’efforts ont été nécessaires pour augmenter le volume de localisation à l’intérieur du pays, dans notre économie, dans les secteurs réels de l’économie, dans l’industrie ! Et même alors, nous n’étions pas d’accord sur les questions clés à bien des égards.

En fait, cette substitution des importations était nécessaire pour créer quoi ? Pas seulement des ateliers d’assemblage, mais des centres d’ingénierie, des centres de recherche. C’est inévitable pour tout pays qui veut accroître sa souveraineté économique, financière et finalement politique. C’est inévitable.

Par conséquent, nous l’avons fait non pas parce que la situation s’est développée d’une manière ou d’une autre aujourd’hui, ce qui l’exige de nous, mais simplement la vie elle-même : la vie nous a encouragés à le faire, et nous avons agi activement.

Et bien sûr, nous travaillerons activement à la fois au sein de la Communauté économique eurasienne et au sein de la CEI dans son ensemble, nous travaillerons avec les régions d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique. Mais je vous assure, et vous pouvez le voir vous-même, beaucoup de nos entreprises de la même Europe, nos partenaires d’Europe — oui, beaucoup ont annoncé leur départ. Vous savez, parfois vous regardez ceux qui partent : Dieu merci peut-être ? Nous occuperons leurs créneaux : notre entreprise, notre production — elle a déjà grandi, et elle reposera en toute sécurité sur le terrain préparé par nos partenaires. Rien ne changera.

Et ceux qui veulent apporter des produits de luxe, du luxe, ils peuvent le faire. Eh bien, ce sera un peu plus cher pour eux, mais ce sont les gens qui ont déjà conduit les Mercedes 600 et continueront à conduire. Je vous assure qu’ils l’apporteront de n’importe où, de n’importe quel pays. Cela n’a pas d’importance pour nous. Pour le pays, pour son développement, je l’ai déjà dit et je le répéterai, les centres d’ingénierie et les centres scientifiques sont importants, qui sont à la base de notre propre développement. C’est à cela que nous devrions penser et à quoi nous devrions travailler tant au sein de la Communauté économique eurasienne que, plus largement, avec nos partenaires — avec ceux qui veulent coopérer avec nous.

Nous avons une très bonne base, héritée de l’ancien temps, nous avons juste besoin de la soutenir — nous devons la soutenir, nous devons y investir des ressources. Et dans les domaines dans lesquels nous n’avions pas investi les ressources appropriées auparavant, y compris, par exemple, les ressources administratives, en nous appuyant sur le fait que tout peut être acheté en vendant du pétrole et du gaz, la vie elle-même nous a maintenant obligés à investir de l’argent là-bas.

Et Dieu merci, c’est arrivé. Ici, je ne vois aucun problème lié au fait que nous n’avons pas terminé quelque chose dans le domaine de la substitution des importations. Nous le ferons non seulement parce que la situation actuelle nous y oblige, nous le ferons parce que c’est dans l’intérêt de notre pays.

Dans le cadre de l’Union économique eurasiatique, une feuille de route pour l’industrialisation a été élaborée. Il a plus de 180 projets avec un investissement total de plus de 300 milliards de dollars. Un programme de développement de l’industrie agricole a été préparé, comprenant plus de 170 projets d’une valeur de 16 milliards de dollars.

Ici et notre pays ont déjà quelque chose à offrir, les représentants des entreprises le savent. Nous sommes devenus absolument compétitifs au niveau mondial, sur les marchés mondiaux. La Russie reste, si l’on parle du secteur agricole, le plus grand exportateur, disons, de blé au monde, le numéro un. Tout récemment, nous ne faisions qu’acheter — maintenant nous vendons, et nous sommes le numéro un mondial. Bien sûr, des pays comme les États-Unis ou la Chine, par exemple, produisent plus, mais ils consomment aussi plus. Et sur le marché extérieur, la Russie est devenue numéro un.

Nos sphères de haute technologie se développent avec succès. Et nous voudrions que nous le fassions avec nos partenaires de la Communauté économique eurasienne. Nous pouvons et devons restaurer ces compétences de travail en commun.

Nous avons discuté avec nos collègues, avec le président du Kazakhstan, avec le Premier ministre arménien, non pas parce qu’une partie des informaticiens a déménagé chez lui, en Arménie : ils ont déménagé, et Dieu merci, laissez-les travailler. Mais c’est aussi un défi pour nous dans une certaine mesure : nous devons créer de meilleures conditions.

Nous avons la possibilité de travailler avec la République de Biélorussie dans un certain nombre de domaines liés à la coopération, et nous le ferons certainement, car la République de Biélorussie a conservé certaines compétences qui sont très importantes pour nous, notamment en microélectronique. Le président Loukachenko et moi venons de nous rencontrer à Sotchi, nous en avons parlé et nous sommes même convenus d’allouer un financement séparé à ces projets à l’intérieur de la Biélorussie, dont les produits — ces entreprises, ces industries — seront demandés en Russie même. C’est une direction très intéressante et prometteuse.

Les pays des « cinq » ont créé les bases de la formation d’un espace numérique commun, comprenant un système unifié de traçabilité des marchandises. Diverses solutions de plate-forme sont activement développées, par exemple le système de recherche « Travailler sans frontières ». C’est très important pour tous nos pays, très important. Malgré tous les phénomènes apparemment de crise associés à la situation politique actuelle, le volume des déductions des travailleurs migrants de Russie vers leur pays ne diminue pratiquement pas, et dans certains pays, il augmente même, comme me l’ont dit mes collègues des pays de notre Commonwealth .

La pratique des règlements en monnaies nationales se développe, ce qui est très important. Je note que leur part dans le commerce mutuel des pays de l’Union a déjà atteint 75 %. Nous continuerons à travailler sur l’appariement et l’utilisation mutuelle des systèmes de paiement nationaux et des cartes bancaires.

Nous estimons qu’il est important d’accélérer le dialogue sur la question de nos propres mécanismes financiers et de règlement internationaux, y compris le passage du système SWIFT à des contacts directs de correspondants entre banques de pays amis, y compris par le biais du système de messagerie financière de la Banque centrale de Russie. Nous proposons également de renforcer la coopération avec les principaux centres financiers de la région Asie-Pacifique.

Parmi les nouveaux thèmes de l’intégration eurasienne figure le développement de la coopération dans le domaine des technologies « vertes », de la protection de l’environnement et des économies d’énergie. Ici, nous comptons sur le soutien de la communauté des affaires, sur ses propositions d’initiative.

Chers collègues !

Dans l’environnement international actuel, où, malheureusement, les liens commerciaux et économiques traditionnels et les chaînes d’approvisionnement sont détruits, l’initiative russe de former un grand partenariat eurasien — et nous en avons également parlé il y a de nombreuses années, nous en parlons depuis de nombreuses années — cette initiative prend aujourd’hui un sens particulier.

Nous sommes reconnaissants aux dirigeants des pays de l’EurAsEC qui ont soutenu cette proposition dès le début. Les membres du BRICS, la Chine et l’Inde, ainsi qu’un certain nombre d’autres pays, se sont également prononcés en faveur de la création d’un grand partenariat eurasien. L’Organisation de coopération de Shanghai, l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est et d’autres organisations s’intéressent à cette initiative.

Ici, je voudrais m’attarder sur quelques idées spécifiques pour le développement global du Partenariat Grand Eurasie.

Premièrement. Il convient de développer des institutions communes au continent aux points clés de croissance, notamment en réfléchissant à la création d’un centre d’exportation eurasien et de maisons de commerce, en accélérant les travaux sur la constitution d’une société de réassurance eurasienne et en étudiant le développement de zones économiques spéciales transfrontalières, peut-être même avec des pouvoirs supranationaux.

Deuxièmement. Il est important de développer activement la coopération entre l’EurAsEC et les partenaires étrangers, de les informer sur les bénéfices et les avantages de travailler avec l’EurAsEC, sur nos projets et plans clés. Les collègues savent que l’intérêt pour notre association grandit. Dans ce contexte, l’EurAsEC Business Council, qui développe déjà avec succès des liens au-delà du périmètre de l’Union, pourrait également jouer un rôle significatif. Son système de dialogues commerciaux peut devenir un exemple de plate-forme potentielle de coopération commerciale de la grande Eurasie.

En même temps, comme je l’ai déjà dit, il est souhaitable de soutenir la liberté d’initiative des entreprises, l’activité créative des entreprises et de nos investisseurs. Je propose de créer pour eux de meilleures incitations supplémentaires, afin qu’ils participent plus activement au financement des projets eurasiens. Les entreprises représentant l’entreprise nationale des pays de l’EurAsEC devraient bien entendu bénéficier ici d’un soutien prioritaire.

Troisièmement. Le moment est venu d’élaborer une stratégie globale pour le développement d’un grand partenariat eurasien, et elle devrait refléter les principaux défis internationaux auxquels nous sommes confrontés, ainsi que définir des objectifs à long terme, contenir des outils et des mécanismes pour les atteindre. Il est nécessaire d’envisager d’autres étapes pour développer un système d’accords de commerce et d’investissement, y compris avec la participation des États membres de l’OCS, de l’ANASE et des BRICS.

En fait, on peut parler de la formation de nouveaux accords qui développent et complètent les règles de l’OMC, au sein desquelles il est important de prêter attention non seulement aux tarifs, mais aussi à l’élimination des barrières non tarifaires, qui peuvent avoir des effets plus importants sans exposer les économies nationales à des risques.

En conclusion, je voudrais dire ce qui suit. La Grande Eurasie est, sans exagération, un grand projet civilisationnel, et l’idée principale est de créer un espace commun de coopération égale pour les organisations régionales. Le Grand Partenariat Eurasien est conçu pour changer l’architecture politique et économique, pour devenir un garant de stabilité et de prospérité sur tout le continent et, bien sûr, en tenant compte de la diversité des modèles de développement, des cultures et des traditions de tous les peuples. Je suis sûr que oui, et c’est tellement clair que ce sera un centre qui intéressera beaucoup de monde.

Je souhaite à tous les participants du Forum économique eurasien un travail fructueux et une communication fructueuse entre eux.

Merci pour votre attention. Merci.


« Le mépris des intérêts des autres pays dans le domaine de la politique et de la sécurité, comme c’est maintenant devenu clair, conduit au chaos, aux bouleversements économiques, et cela affecte le monde dans son ensemble. »

— Vladimir Poutine, 26 mai 2022

Réunion du Conseil économique suprême eurasien

Le 27 mai 2022, Vladimir Poutine a participé à une réunion du Conseil économique suprême eurasien par vidéoconférence. La réunion a réuni le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, le président biélorusse Alexandre Loukachenko, le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev, le président kirghize Sadyr Japarov, le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev — observateur auprès de l'UEE — et le Président du conseil d'administration de la Commission économique eurasienne Mikhail Myasnikovich.

Le président de la République de Cuba, Miguel Díaz-Canel Bermúdez — observateur auprès de l'Union économique eurasiatique — s'est adressé aux participants du sommet par un message vidéo. À la suite de la réunion, un ensemble de documents a été adopté.

SOURCE — Président de la Russie : www.kremlin.ru.

VLADIMIR POUTINE : Chers collègues, bonjour !

Je soutiens ceux qui ont pris la parole et ont évalué positivement les activités de l’Union économique eurasienne.

En effet, dans le cadre de la Communauté économique eurasienne, le rythme de la construction de l’intégration s’accélère, l’efficacité des marchés communs des biens, des services, des capitaux et du travail s’accroît. Pas à pas, un vaste espace économique commun de la Communauté économique eurasienne est en train de se former.

Comme nous l’avons déjà noté, le 29 mai marque le huitième anniversaire de la signature du traité fondamental sur la Communauté économique eurasienne. Pendant ce temps, nous avons parcouru un très long chemin, développant la coopération sur les principes du dialogue égal et du respect mutuel, renforçant considérablement notre Union eurasienne. Nous l’avons fait très efficacement, nous en avons fait un organisme économique régional efficace et influent, une organisation.

Des réalisations importantes ont été enregistrées dans des domaines de coopération clés : le commerce, l’industrie, la finance et l’agriculture. Et, plus important encore, le bénéfice du travail d’intégration, auquel nous sommes constamment engagés, dans la pratique, dans leur vie quotidienne, est ressenti par les citoyens de nos pays.

Et nous soutenons pleinement la décision préparée de déclarer le 29 mai Journée de l’Union eurasienne. Ainsi, une nouvelle date significative apparaîtra dans le calendrier, unissant nos peuples et symbolisant l’engagement commun des États de l’EurAsEC dans la construction de l’intégration.

Le fait que l’intégration eurasienne apporte de réels rendements est confirmé par des indicateurs économiques spécifiques.

Les échanges mutuels entre les États membres de l’Union se développent à un rythme soutenu. À la fin de 2021, le volume des échanges, selon nos données, selon nos statistiques, a augmenté d’environ un tiers et s’élevait à 72,6 milliards de dollars. Dans le même temps, le produit intérieur brut total des pays de l’EurAsEC a augmenté de 4,6 % (en Russie, il est légèrement supérieur — de 4,7 %). L’augmentation de la production industrielle s’est élevée à 5,3%, les investissements en immobilisations — 6,8%, le volume des travaux de construction — 5,4%, la mise en service de logements — 12%, le chiffre d’affaires du fret a augmenté de 4,7%.

Il est important que notre travail commun soit construit de manière planifiée et systématique. Le programme de développement stratégique de l’intégration économique eurasienne jusqu’en 2025 est mis en œuvre de manière cohérente.

Les départements économiques et les régulateurs de nos pays poursuivent leurs efforts pour identifier et éliminer les restrictions et les obstacles restants à la libre circulation des biens, des services, des capitaux et de la main-d’œuvre sur le marché intérieur de la Communauté économique eurasienne. Au cours des deux dernières années seulement, 30 restrictions de ce type ont été levées.

Et bien sûr, la vie elle-même dicte la nécessité de créer un marché unique véritablement sans barrières dans l’espace eurasien. Nous sommes tous convaincus qu’une intégration plus étroite permettra à nos pays de devenir économiquement plus forts et de réduire considérablement leur dépendance vis-à-vis des conditions extérieures, y compris politiques.

Les avantages du cours d’intégration sont particulièrement évidents maintenant, dans la situation internationale difficile actuelle, dans des conditions de quasi agression de la part de certains États qui nous sont hostiles. Ici, le président de la Biélorussie en a parlé spécifiquement. Mais nous tenons à souligner que le gouvernement russe prend des décisions opportunes pour le fonctionnement stable et confiant des marchés et du secteur financier. Une grande attention est accordée au soutien des industries clés et des entreprises dorsales. La procédure pour faire des affaires a été considérablement simplifiée — la charge administrative a été considérablement réduite afin de maximiser la liberté d’entreprendre.

Nous nous efforçons également d’augmenter la disponibilité des financements pour reconstituer le fonds de roulement et maintenir la liquidité bancaire. À cette fin, nous étendons la pratique des règlements en monnaies nationales dans le commerce avec les pays qui ont prouvé dans la pratique qu’ils sont des partenaires fiables pour la Russie. Soit dit en passant, la part des paiements en monnaies nationales dans les règlements mutuels des pays de l’EurAsEC a déjà atteint 75 %.

À cet égard, je voudrais souligner qu’à l’initiative de la Russie, les Cinq eurasiens ont adopté un certain nombre de mesures anticrise urgentes visant à minimiser les conséquences des sanctions, à accroître la stabilité de nos économies, à renforcer la stabilité macroéconomique et à aider les entrepreneurs et les citoyens de nos États.

Ainsi, la Commission économique eurasienne a déjà approuvé plus de 30 décisions anti-crise, et cela, bien sûr, a son effet.

Dans le domaine de la réglementation douanière, depuis mars, trois ensembles de mesures ont été approuvés pour supprimer les droits de douane sur plus de 1 600 produits de base d’importation critiques. En conséquence, les importateurs peuvent économiser environ 800 millions de dollars au cours des six prochains mois.

En outre, les exigences des règlements techniques de l’Union ont été adaptées. Pour contenir les prix, la Commission a relevé à mille euros le seuil d’importation en franchise des biens à usage personnel.

Des mesures sont prises en vue de remplacer les importations et d’approfondir davantage la coopération industrielle entre les pays de l’Union dans des secteurs stratégiques, notamment l’aviation civile et les produits pharmaceutiques.

Un programme interétatique est en préparation pour étendre l’infrastructure informatique électronique des pays de l’EurAsEC. La numérisation des corridors logistiques, la mise en place de services d’administration douanière de haute technologie, le développement et l’amélioration de la qualité du commerce en ligne se poursuivent.

Je pense qu’il est important de continuer à accorder une attention particulière aux questions de sécurité alimentaire. Vous savez que la situation dans le monde n’est pas facile. Nos pays apportent une contribution très sérieuse à la résolution de ces problèmes, et la Russie et tous les autres membres de notre organisation se comportent au plus haut degré de responsabilité.

Aujourd’hui, nos cinq pays, grâce à leur propre production, couvrent entièrement les besoins nationaux pour les principaux types de produits alimentaires et agricoles. Étant donné que l’Union économique eurasienne est également le plus grand exportateur mondial de produits agricoles, comme je l’ai dit, notre organisation prend toutes les mesures possibles, y compris la réglementation tarifaire et non tarifaire, pour assurer la durabilité des chaînes d’approvisionnement.

Chers collègues ! Il est gratifiant que, malgré la situation internationale difficile, malgré l’affrontement déclenché par l’Occident soi-disant collectif, malgré le fait que nos malfaiteurs essaient d’opposer toutes sortes d’obstacles à notre intégration, néanmoins — et mes collègues viennent de parler — il est tout à fait évident pour nous tous qu’il existe un intérêt croissant pour les activités de l’Union économique eurasienne de la part de nombreux partenaires étrangers.

Actuellement — ces pays ont déjà été répertoriés ici — des négociations sont activement en cours pour conclure un accord de libre-échange à part entière, y compris avec l’Iran. Cet accord est destiné à remplacer l’actuel accord temporaire de 2018, dont la mise en œuvre a déjà considérablement affecté le chiffre d’affaires commercial de l’Union avec la République islamique : en 2021, les échanges ont augmenté de 73,5 % à cinq milliards de dollars, les exportations de la zone économique eurasienne Union a augmenté de 2,1 fois – jusqu’à 3,4 milliards de dollars.

Afin de maintenir le régime commercial préférentiel actuel avec l’Iran jusqu’à la conclusion d’un nouvel accord de libre-échange, nous soutenons la décision de proroger l’accord intérimaire.

Nous considérons également qu’il est opportun d’intensifier les négociations sur un accord de libre-échange avec l’Égypte, d’entamer des négociations similaires avec l’Indonésie et, en outre, d’étudier la question de la conclusion d’un accord commercial préférentiel avec les Émirats arabes unis.

En conclusion, je me joins aux paroles de gratitude déjà exprimées au Président du Kirghizistan, Sadyr Nurgozhoevich Zhaparov, pour avoir organisé nos travaux. Nous notons les efforts déployés par le Kirghizistan en tant que président de l’Union économique eurasienne pour assurer le fonctionnement efficace de notre association cette année, et nous nous efforçons de fournir toute l’assistance possible à nos amis kirghizes et nous continuerons à le faire à l’avenir.

Je tiens à souligner à nouveau : pour la Russie, l’approfondissement des liens alliés avec tous les États de l’Union économique eurasienne est une priorité essentielle. Nous espérons vivement que nos partenaires les plus proches, y compris l’Ouzbékistan, étudiant tous les avantages de la coopération au sein de l’organisation, prendront des mesures dans une direction qui satisfera les intérêts de l’Ouzbékistan lui-même, mais développera également notre association en conséquence. Pour notre part, je tiens à le souligner, nous ferons tout pour soutenir les processus d’intégration dans l’espace eurasien.

Merci pour votre attention.


« Il est gratifiant que, malgré la situation internationale difficile, malgré l’affrontement déclenché par l’Occident soi-disant collectif, malgré le fait que nos malfaiteurs essaient d’opposer toutes sortes d’obstacles à notre intégration, néanmoins il est tout à fait évident pour nous tous qu’il existe un intérêt croissant pour les activités de l’Union économique eurasienne de la part de nombreux partenaires étrangers. » — Vladimir Poutine, 27 mai 2022


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Liste des documents adoptés lors de la réunion du Conseil économique suprême eurasien

1. Décision « relative à l’ouverture de négociations avec la République d’Indonésie en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange ».

2. Décision « sur les grandes orientations de la politique macroéconomique des États membres de l’Union économique eurasienne pour 2022-2023 ».

3. Décision « relative à l’entrée en vigueur du protocole à l’accord intérimaire conduisant à la formation d’une zone de libre-échange entre l’Union économique eurasienne et ses États membres, d’une part, et la République islamique d’Iran, d’autre part main, datée du 17 mai 2018, signée le 14 mars 2022″.

4. Décision « Sur les amendements au Règlement sur les symboles de l’Union économique eurasienne ».

5. Décision « Sur les amendements au Règlement intérieur de la Commission économique eurasienne ».

6. Décision « Sur les résultats de l’audit externe (contrôle) dans les organes de l’Union économique eurasienne en 2021 ».

7. Décision « Sur la cessation anticipée des pouvoirs d’un membre du Conseil d’administration de la Commission économique eurasienne ».

8. Décision « Nomination d’un membre du Conseil d’administration de la Commission économique eurasienne ».

9. Ordonnance « sur la fourniture d’informations conformément à l’alinéa 5 du paragraphe 20 du protocole sur des principes et règles uniformes pour la réglementation des activités des sujets des monopoles naturels (annexe n ° 20 au traité sur l’Union économique eurasienne du 29 mai , 2014) ».

10. Ordonnance « Sur les résultats des travaux visant à supprimer les obstacles au marché intérieur de l’Union économique eurasienne ».

11. Décret « Sur l’établissement de la Journée de l’Union économique eurasienne ».

12. Ordonnance « Sur l’heure et le lieu de la prochaine réunion du Conseil économique suprême eurasien. »



« M. Boulianne. Je vais commander tous vos livres pour les ajouter à ma collection. Selon moi, vous êtes le meilleur journaliste au Québec. »

Annoula Watsu

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

« Vous êtes un homme-orchestre impressionnant. Merci d’exister, vous êtes un compagnon de route important pour plusieurs d’entre nous. »

Carole Lavoie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s