Un article écrit par le journaliste Antoine Furey : L’enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence ne s’annonce pas bonne pour Justin Trudeau

Dans le cadre du dossier sur le « Convoi de la Liberté », je partage avec vous un article du journaliste Antoine Furey qui fut publié le 4 juin dernier dans le journal Toronto Sun, intitulé « The Emergencies Act inquiry isn't looking good for Trudeau ». Cet article de M. Furey constitue en quelque sorte une suite logique aux différents articles qui furent publiés sur mon site internet, datés du 15 mai, du 8 mai et du 20 février 2022.

PAR ANTOINE FUREY : Les choses semblent difficiles pour le premier ministre Justin Trudeau en ce qui concerne le déroulement de l’enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence. Le mois dernier, ou environ, a apporté un certain nombre de clarifications sur ce qui s’est exactement passé pendant le convoi de la liberté de cet hiver et sur ce qui s’est passé dans les coulisses avant et pendant l’invocation controversée de la loi. Et bon nombre d’entre eux révèlent qu’une grande partie de ce que le gouvernement libéral fédéral faisait croire aux gens n’était que des mensonges éhontés.

Les libéraux ont insisté sur le fait qu’ils n’ont introduit la loi qu’après que la police l’ait demandée (mon collègue Lorne Gunter a trouvé au moins six exemples du ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, faisant cette affirmation). Cependant, au comité, les chefs de la police d’Ottawa et de la GRC ont dit qu’ils n’avaient jamais fait une telle demande. Ensuite, il y a l’affirmation du ministre de la Justice David Lametti selon laquelle des étrangers malveillants finançaient le convoi. Mais des témoignages ont révélé qu’aucun niveau des forces de l’ordre ne leur avait jamais dit cela. Finances Canada a même témoigné que le convoi était principalement soutenu par de petits dons de milliers de Canadiens moyens.

Il y a aussi des rumeurs plus incendiaires que certains politiciens fédéraux se sont fait un plaisir d’amplifier – comme des affirmations selon lesquelles des participants au convoi auraient tenté d’incendier un immeuble résidentiel. Ils ont été pour la plupart démystifiés maintenant. Mais voici le problème : toutes ces révélations accablantes se sont produites avant même que l’enquête ne commence. Il y a eu une certaine confusion à ce sujet, mais les gros titres sur les nouvelles provenant des audiences sur la loi proviennent en fait d’un comité de la Chambre des communes qui se penche sur la question.

Ce n’est que l’échauffement. L’événement principal n’a même pas commencé. Pourtant, les arguments du gouvernement libéral sont déjà en lambeaux.

C’est quelque chose, car ce premier comité est sans doute celui qui a été truqué en faveur de Trudeau. Au cours de certaines des réunions, les députés libéraux du comité sont intervenus pour essayer d’empêcher que des questions difficiles soient posées et ont posé des questions simples aux ministres qui témoignaient. Ces cascades partisanes seront beaucoup plus difficiles à réaliser sous le juge Paul Rouleau, commissaire d’enquête.

Trudeau a déjà tenté de s’immiscer politiquement dans l’enquête en essayant de définir le mandat – affirmant que le but de l’enquête est de sonder des choses comme le financement et la prétendue désinformation. Les libéraux refusent de reconnaître qu’une grande partie – sans doute la partie principale – consiste à sonder leur décision même d’invoquer la loi.

Cela n’a pas d’importance cependant. Car ce n’est pas à Trudeau de définir la portée de l’enquête. C’est au juge Rouleau, qui est sûrement conscient de la façon dont le comité parlementaire a déjà affaibli les arguments du gouvernement avant le début de ses travaux.

Les choses semblent si difficiles en ce moment que s’il s’agissait d’une affaire judiciaire, l’avocat de la défense de Trudeau pousserait son client à rechercher un accord de plaidoyer plutôt que de risquer l’humiliation colossale potentielle d’un procès.

Il n’y a vraiment aucun moyen que le premier ministre Justin Trudeau sorte bien dans le rapport final. Il apparaîtra comme un leader qui a eu une crise de sifflement autoritaire parce que pour la première fois de son mandat, il avait fait face à de sérieuses protestations contre son leadership et avait donc menti sur ce qui se passait réellement pour tenter de justifier une réaction excessive extrême. Ce type de recul démocratique n’est pas de bon augure pour un pays du G7.

Quelles en seront les véritables répercussions ? Probablement très peu et les fédéraux le savent. Comme lorsque Trudeau a été reconnu coupable d’avoir enfreint la Loi sur les conflits d’intérêts (plus d’une fois), il y a très peu de sanctions qui l’accompagnent. En fait, lorsque le rapport d’enquête sera finalement publié, Trudeau pourrait faire ce qu’il fait souvent lorsqu’il est reconnu coupable : essayer de le retourner et de prétendre que c’est un moment propice à l’apprentissage pour tout le monde sauf lui.

Cela fonctionnera-t-il à nouveau ? Y a-t-il une limite au nombre de fois où les Canadiens se laisseront duper ? Nous verrons.


Consultez le dossier du Convoi de la Liberté



« M. Boulianne. Je vais commander tous vos livres pour les ajouter à ma collection. Selon moi, vous êtes le meilleur journaliste au Québec. »

Annoula Watsu

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

« Vous êtes un homme-orchestre impressionnant. Merci d’exister, vous êtes un compagnon de route important pour plusieurs d’entre nous. »

Carole Lavoie

4 réflexions au sujet de « Un article écrit par le journaliste Antoine Furey : L’enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence ne s’annonce pas bonne pour Justin Trudeau »

  1. Je n’arrive tout simplement pas à croire que cet homme Justin Trudeau est encore au pouvoir et pire encore soutenue malgré tout par une bonne partie de la population et les médias. Mensonges et fraudes protégés en plus d’un maintien à l’obligation vaccinale frontalière et surtout des employés fédéraux…Horribles, je suis dégoutée de la tournure des évènements !

    Aimé par 1 personne

  2. Il y a belle lurette que la pseudo vie normale a repris son cours comme si de rien n’était. Je suis abasourdi par tant de corruption au Canada puis que ça ne choque même pas les citoyens Canadiens. On dirait qu’ils s’en accomode très bien. Je me demande bien ce que va nous réserver l’automne 2022. J’ai beau entendre « ça ne passera plus leurs mesures », mais vous inquiétez-pas, quand elles vont revenir en 10x pire, tous les canadiens vont être bien dociles et bien obéissants devant leurs maîtres fraudement élus. Parfois, je me demande pourquoi j’ai quitté un pays occidental pour un autre pays occidental. Quand est-ce qu’on va s’en sortir ? Pourquoi l’armée n’intervient pas et nous sorte de ce merdier ?

    Aimé par 1 personne

  3. Quelle chance de pouvoir vous lire face aux mensonges et agressions de se monde égoïste.
    J’invite à lire ‘La Société Fabienne’ tout ce qui se passe en ce moment devient plus facile à comprendre et grâce à vous Monsieur BOULIANNE on pourra résister et s’engager pour un monde meilleur. Salutations à vous et que Dieu vous bénisse.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s