La chute de Justin Trudeau a commencé. Un livre pour enfants intitulé “Comment le premier ministre a volé la liberté” est No.1 chez Amazon

La marque de Justin Trudeau est en difficulté. Le prince de la politique de 2015 avec les cheveux de célébrités et l’aura de rock star se dirige vers un été 2022 de mécontentement canadien motivé par l’inflation en tant que force de personnalité fanée ayant besoin d’une stratégie de sortie. Vous savez qu’il y a un coup de réputation lorsque Trudeau devient la star anonyme d’un livre pour enfants « How the Prime Minister Stole Freedom » (Comment le premier ministre a volé la liberté), une satire sur sa gestion du Convoi de la Liberté et des mandats de vaccination, qui figure désormais au sommet de la liste des best-sellers d’Amazon. Plus sérieusement, une alarme retentit sur son style de leadership lorsque l’ancien haut fonctionnaire Paul Tellier se déchaîne dans le magazine Policy Options, avertissant que le monstre de contrôle de Trudeau sur un bureau est « en train de détruire la fonction publique… et le mot « détruire » n’est pas trop fort ».

Et bien que ce ne soit guère scientifique, après une enquête d’une semaine auprès de presque toutes les personnes que j’ai rencontrées et dont beaucoup étaient des libéraux par inclination, le jugement général sur Trudeau est celui d’être un rejet politique avec leur langage corporel alternant entre exaspération et roulements d’yeux. Il est trop éveillé, trop précieux, de ton prêcheur, extrêmement suffisant, manquant de leadership, perdant de sa célébrité, lent à agir, myope dans la vision et devenant généralement plus irritant à chaque déclaration publique chuchotée à bout de souffle. Et ce n’est qu’un résumé en une phrase. Comme me l’a dit un éminent et riche partisan libéral de 40 ans : « Je ne leur enverrai pas un sou de plus tant qu’il ne sera pas parti. C’est une mauviette. »

Trudeau est, bien sûr, sans aucun doute inconscient de tout cela. Il n’a même pas reniflé pendant la période des questions mardi, bien qu’il semble avoir beaucoup de mal à répondre aux questions sans lire un script alors qu’il fait face à une deuxième infection au COVID-19.

C’était une série de questions intimidantes qui exigeaient tout son talent d’esquive pour lire les non-réponses aux questions. Il avait besoin de protéger son ministre des Affaires étrangères pour avoir permis à un bureaucrate d’assister à une fête du caviar russe à Ottawa, son ministre de la Sécurité publique pour avoir affirmé que la police avait demandé la Loi sur les urgences pour faire face au Convoi de la Liberté (ils ne l’ont pas fait) et avoir ignoré une analyse gouvernementale obtenue par Globe montrant que ses objectifs d’émissions pour 2030 seront extrêmement difficiles à atteindre.

C’est une affaire théâtrale comme d’habitude pour Trudeau, mais il livre des ratés de performance bien au-delà des Communes. Prenez le Sommet des Amériques récemment achevé, où la rencontre de Trudeau avec le président américain Joe Biden a produit beaucoup de jargon et de rhétorique, mais pas un murmure d’accomplissement pour réparer notre relation jusqu’ici improductive.

Alors que Trudeau est le soi-disant doyen du G7 en termes de longévité politique, il n’a même pas essayé de convaincre Biden de reconsidérer le pipeline Keystone supprimé ou de contrecarrer la menace du gouverneur du Michigan de tuer le pipeline de la ligne 5, ceci à une époque où les États-Unis jouent aux pieds avec le Venezuela pour atténuer la crise des prix de l’énergie. Même lorsque Trudeau entre en action, sa motivation semble suspecte.

Le Wall Street Journal a récemment ridiculisé Trudeau pour avoir agi en réponse aux développements américains en durcissant les lois canadiennes sur les armes à feu à la suite du massacre de l’école du Texas et en soulignant à nouveau le droit d’une femme à l’avortement au Canada avant la décision de la Cour suprême des États-Unis ce mois-ci. « Apparemment, la politique canadienne est trop ennuyeuse, ou paroissiale, ou quelque chose comme ça », a observé l’éditorial. « S’il veut influencer la politique américaine, nous lui recommandons d’émigrer et de se présenter au Congrès. »

Mais surtout, Trudeau n’agit tout simplement pas. Comme l’a noté le chroniqueur du Globe Campbell Clark en ciblant l’hésitation du premier ministre à mettre fin aux mandats de vaccination, une « inertie politique » orbite autour du gouvernement libéral paresseux où « sans impulsion politique pour faire quelque chose, la valeur par défaut est de ne rien faire ». Bien dit.

Trudeau se présentera-t-il à une réélection ?

Bon nombre des engagements évoqués par Trudeau — qu’il s’agisse d’objectifs d’immigration de traducteurs afghans, de nombre de réinstallations ukrainiennes, d’objectifs d’émissions de gaz à effet de serre, de mesures de réconciliation autochtone ou même de plantation d’arbres par milliards — sont des promesses excessives envoyées pour une étude prolongée qui finiront par être sous-livrées.

Une agente politique méfiante a récemment insisté sur le fait qu’ayant été impliquée dans les négociations de Trudeau pour un accord influençant le pouvoir avec le NPD, elle est convaincue que Trudeau se présente à la réélection pour donner le temps de cimenter son héritage.

Si tel est le cas, sa démonstration fragile de véritable leadership devrait récompenser les conservateurs avec un mandat gouvernemental lors des prochaines élections. Mais Trudeau a eu beaucoup de chance en politique, donc à moins que le candidat à la direction du parti conservateur, Pierre Poilièvre, ne pivote quelque peu dans la pensée dominante, les conservateurs pourraient ne pas être à la hauteur de ce qui est nécessaire pour renverser Trudeau d’un quatrième mandat.

Parlant de pivoter vers un signe actuel du statut malade du premier ministre, son parti médiatique au 24 Sussex Drive revient mercredi avec Trudeau dans l’isolement COVID. J’ai demandé à un collègue si l’hôte célèbre disparu entraverait la fréquentation de la tribune de la presse. « En fait, je pense que ce sera beaucoup mieux sans lui. » Il ne fait aucun doute que beaucoup de libéraux pensent de la même manière à propos de leur parti sous Justin Trudeau.

Comment le premier ministre a volé la liberté

Un livre pour enfants critiquant la réponse du premier ministre Justin Trudeau à la soi-disant pandémie de COVID-19 et le Convoi de la Liberté a assuré la place n ° 1 d’Amazon au Canada pendant deux semaines. Le livre à succès intitulé “How the Prime Minister Stole Freedom” (Comment le premier ministre a volé la liberté) parodie le célèbre « Comment le Grinch a volé Noël » du Dr Seuss en décrivant un premier ministre sosie de Trudeau qui déteste la liberté et favorise une forme de gouvernance totalitaire. Le livre illustré a été publié pour la première fois le 24 mai et a occupé la première place des meilleures ventes d’Amazon au Canada au cours des deux dernières semaines.

L’histoire, qui présente des schémas de rimes ressemblant à ceux du Dr Seuss, prend des coups comiques au Premier ministre avec une référence à son cerveau étant « trois tailles trop petites », faisant allusion à l’histoire de Seuss dans laquelle le cœur du Grinch était « trois tailles trop petit ».

Dans le pitch du livre sur Amazon, l’auteur Derek Smith écrit :

« Dans la ville d’Ottawa, sur la Colline du Parlement, le gouvernement canadien débat et adopte des projets de loi. Tout le monde au Canada aimait beaucoup la liberté, mais pas le premier ministre qui dirigeait le pays. Il a pris les libertés de chacun et a enfermé tout le monde. Il semblait que les fermetures n’avaient pas de fin en vue. Jusqu’au jour où les camionneurs sont devenus très ennuyés, alors ils ont décidé de former un convoi de liberté. Le premier ministre sera-t-il tiré d’affaire ? Vous ne le saurez qu’en lisant ce livre. »

Le livre a été accueilli avec admiration par les Canadiens pro-liberté, avec des centaines de critiques positives louant l’auteur Derek Smith et l’illustrateur Kaede Knipe pour leur travail. « Représentation extraordinairement précise d’événements réels malgré le fait qu’il s’agisse d’une parodie. Lecture vraiment amusante. Excellent moyen d’expliquer ce qui s’est passé au Canada aux enfants », a écrit un critique.

« Mis à part l’agenda politique, c’est un livre solide et réfléchi. Il expose comment la lente érosion de nos droits et libertés se produit en peu de temps. C’est bien d’avoir un moyen d’expliquer l’autoritarisme à nos jeunes esprits d’une manière qu’ils peuvent comprendre. Chapeau à l’auteur et à l’illustrateur [pour avoir parfaitement retranscrit] les événements d’Ottawa. La liberté n’est pas gratuite et nos jeunes générations doivent être conscientes et engagées. Achetez-en un exemplaire pour vous et un ami », a ajouté un autre.

C’est la deuxième fois au cours des derniers mois qu’un livre pour enfants critiquant la gauche politique a pris de l’importance du jour au lendemain. Fin avril, le commentateur conservateur Matt Walsh du Daily Wire a publié « Johnny the Walrus« , un livre illustré pour enfants qui ridiculise l’idéologie radicale du genre. Tout comme « Comment le Premier ministre a volé la liberté » de Smith, « Johnny le morse » de Walsh a été annoncé par les parents comme une alternative bien faite au matériel « WOKE » souvent poussé aux enfants par les éducateurs et les militants politiques.



« Merci pour tous vos bons ouvrages. Je trouve ça important de vous en faire part. Un bon travail mérite d’être reconnu et remercier. »

Marc André Garand

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Bonjour M. Boulianne. Un mot pour vous dire que vos blogs sont très intéressants. Vous devez travaillez très fort dans ce grand combat et je vous en suis très reconnaissant. »

Jean Tardy