L’expansion de l’OTAN : La célèbre assurance “pas un pouce vers l’est” du secrétaire d’État américain James Baker faisait partie d’une cascade d’assurances sur la sécurité soviétique

La célèbre assurance « pas un pouce vers l’est » du secrétaire d’État américain James Baker concernant l’expansion de l’OTAN lors de sa rencontre avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev le 9 février 1990 faisait partie d’une cascade d’assurances sur la sécurité soviétique données par les dirigeants occidentaux à Gorbatchev et à d’autres responsables soviétiques tout au long du processus d’unification allemande en 1990 et jusqu’en 1991, selon des documents déclassifiés américains, soviétiques, allemands, britanniques et français publiés par le “National Security Archive” à l’Université George Washington (www.nsarchive.gwu.edu).

Page des notes de Stepanov-Mamaladze du 12 février 1990, reflétant l’assurance de Baker à Chevardnadze lors de la conférence Ciel ouvert d’Ottawa. « Et si l’Allemagne unie reste dans l’OTAN, nous devrions veiller au non-élargissement de sa juridiction à l’est. »

Les documents montrent que plusieurs dirigeants nationaux envisageaient et rejetaient l’adhésion de l’Europe centrale et orientale à l’OTAN dès le début de 1990 et jusqu’en 1991, que les discussions sur l’OTAN dans le contexte des négociations d’unification allemande en 1990 n’étaient pas du tout étroitement limitées au statut du territoire est-allemand, et que les plaintes ultérieures soviétiques et russes concernant le fait d’avoir été induits en erreur au sujet de l’expansion de l’OTAN étaient fondées sur des memcons et des telcons contemporains écrits aux plus hauts niveaux.

Les documents renforcent la critique de l’ancien directeur de la CIA, Robert Gates, selon laquelle « poursuivre l’expansion de l’OTAN vers l’est [dans les années 1990], alors que Gorbatchev et d’autres ont été amenés à croire que cela ne se produirait pas ». [1] La phrase clé, étayée par les documents , est « amené à croire ».

Le président George H. W. Bush avait assuré à Gorbatchev lors du sommet de Malte en décembre 1989 que les États-Unis ne profiteraient pas (« je n’ai pas sauté sur le mur de Berlin ») des révolutions en Europe de l’Est pour nuire aux intérêts soviétiques ; mais ni Bush ni Gorbatchev à ce moment-là (ou d’ailleurs, le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl) ne s’attendaient si tôt à l’effondrement de l’Allemagne de l’Est ou à la rapidité de l’unification allemande. [2]

Les premières assurances concrètes des dirigeants occidentaux sur l’OTAN ont commencé le 31 janvier 1990, lorsque le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher a ouvert les enchères par un important discours public à Tutzing, en Bavière, sur l’unification allemande. L’ambassade des États-Unis à Bonn (voir document 1) a informé Washington que Genscher avait clairement indiqué « que les changements en Europe de l’Est et le processus d’unification allemande ne doivent pas conduire à une “atteinte aux intérêts de sécurité soviétiques”. Par conséquent, l’OTAN devrait exclure une “expansion de son territoire vers l’est, c’est-à-dire en le rapprochant des frontières soviétiques”. » Le câble de Bonn a également noté la proposition de Genscher de laisser le territoire est-allemand hors des structures militaires de l’OTAN, même dans une Allemagne unifiée au sein de l’OTAN. [3]

Cette dernière idée de statut spécial pour le territoire de la RDA a été codifiée dans le traité final d’unification allemande signé le 12 septembre 1990 par les ministres des Affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne, de la RDA, de la France, de la Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis (voir document 25). La première idée de « plus près des frontières soviétiques » est inscrite non pas dans des traités mais dans de multiples mémorandums de conversation entre les Soviétiques et les interlocuteurs occidentaux au plus haut niveau (Genscher, Kohl, Baker, Gates, Bush, Mitterrand, Thatcher, Major, Woerner, et d’autres) offrant des assurances tout au long de 1990 et en 1991 sur la protection des intérêts de sécurité soviétiques et l’inclusion de l’URSS dans les nouvelles structures de sécurité européennes. Les deux problèmes étaient liés mais pas identiques. Des analyses ultérieures ont parfois confondu les deux et soutenu que la discussion n’impliquait pas toute l’Europe. Les documents publiés dans cet article montrent clairement qu’il l’a fait.

La « formule Tutzing » est immédiatement devenue le centre d’une vague de discussions diplomatiques importantes au cours des 10 jours suivants en 1990, menant à la réunion cruciale du 10 février 1990 à Moscou entre Kohl et Gorbatchev lorsque le dirigeant ouest-allemand a obtenu l’assentiment de principe soviétique. à l’unification allemande dans l’OTAN, tant que l’OTAN ne s’étendait pas vers l’est. Les Soviétiques auraient besoin de beaucoup plus de temps pour travailler avec leur opinion intérieure (et l’aide financière des Allemands de l’Ouest) avant de signer officiellement l’accord en septembre 1990.

Les conversations avant l’assurance de Kohl impliquaient une discussion explicite sur l’expansion de l’OTAN, les pays d’Europe centrale et orientale, et comment convaincre les Soviétiques d’accepter l’unification. Par exemple, le 6 février 1990, lorsque Genscher rencontra le ministre britannique des Affaires étrangères Douglas Hurd, le dossier britannique montrait que Genscher disait : « Les Russes doivent avoir une certaine assurance que si, par exemple, le gouvernement polonais quittait un jour le Pacte de Varsovie, ils ne rejoindrait pas l’OTAN le lendemain. » (Voir Document 2) Ayant rencontré Genscher alors qu’il entamait des discussions avec les Soviétiques, Baker a répété exactement la formulation de Genscher lors de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze le 9 février 1990 (Document 4) ; et plus important encore, face à face avec Gorbatchev.

Le président Bush accueille le président tchèque Vaclav Havel à la Maison Blanche, 20 fév. 1990.

Pas une fois, mais trois fois, Baker a essayé la formule « pas un pouce vers l’est » avec Gorbatchev lors de la réunion du 9 février 1990. Il était d’accord avec la déclaration de Gorbatchev en réponse aux assurances que « l’élargissement de l’OTAN est inacceptable ». Baker a assuré à Gorbatchev que « ni le président ni moi n’avons l’intention de tirer des avantages unilatéraux des processus en cours », et que les Américains ont compris que « non seulement pour l’Union soviétique, mais aussi pour les autres pays européens, il est important d’avoir garantit que si les États-Unis maintiennent leur présence en Allemagne dans le cadre de l’OTAN, pas un pouce de la juridiction militaire actuelle de l’OTAN ne s’étendra vers l’Est. » (Document 6)

Par la suite, Baker a écrit à Helmut Kohl qui rencontrerait le dirigeant soviétique le lendemain, avec une grande partie de la même langue. Baker a rapporté : « Et puis je lui ai posé la question suivante [Gorbatchev]. Préféreriez-vous voir une Allemagne unie en dehors de l’OTAN, indépendante et sans forces américaines ou préféreriez-vous qu’une Allemagne unifiée soit liée à l’OTAN, avec l’assurance que la juridiction de l’OTAN ne se déplacerait pas d’un pouce vers l’est par rapport à sa position actuelle ? Il a répondu que les dirigeants soviétiques réfléchissaient sérieusement à toutes ces options [….] Il a ensuite ajouté : “Certes, toute extension de la zone de l’OTAN serait inacceptable”. » Baker a ajouté entre parenthèses, à l’intention de Kohl : « L’OTAN dans sa zone actuelle pourrait être acceptable. » (Voir Document 8)

Bien informé par le secrétaire d’État américain, le chancelier ouest-allemand a compris une ligne de fond soviétique essentielle et a assuré à Gorbatchev le 10 février 1990 : « Nous pensons que l’OTAN ne devrait pas étendre la sphère de son activité. » (Voir Document 9) Après cette réunion, Kohl pouvait difficilement contenir son enthousiasme face à l’accord de principe de Gorbatchev pour l’unification allemande et, dans le cadre de la formule d’Helsinki selon laquelle les États choisissent leurs propres alliances, l’Allemagne pourrait choisir l’OTAN. Kohl a décrit dans ses mémoires avoir marché toute la nuit autour de Moscou – mais comprenant toujours qu’il y avait encore un prix à payer.

Tous les ministres des Affaires étrangères occidentaux étaient à bord avec Genscher, Kohl et Baker. Vient ensuite le ministre britannique des affaires étrangères, Douglas Hurd, le 11 avril 1990. A ce stade, les Allemands de l’Est ont voté massivement pour le deutschmark et pour une unification rapide, lors des élections du 18 mars au cours desquelles Kohl avait surpris presque tous les observateurs avec une vraie victoire. Les analyses de Kohl (expliquées pour la première fois à Bush le 3 décembre 1989) selon lesquelles l’effondrement de la RDA ouvrirait toutes les possibilités, qu’il devait courir pour se rendre en tête du train, qu’il avait besoin du soutien des États-Unis, que l’unification pourrait se produire plus rapidement qu’on ne le pensait possible — tout s’est avéré correct. L’union monétaire se poursuivrait dès juillet et les assurances concernant la sécurité continuaient d’affluer. Hurd a renforcé le message de Baker-Genscher-Kohl lors de sa rencontre avec Gorbatchev à Moscou, le 11 avril 1990, affirmant que la Grande-Bretagne « reconnaissait clairement l’importance de ne rien faire pour porter atteinte aux intérêts et à la dignité soviétiques ». (Voir Document 15)

La conversation de Baker avec Chevardnadze le 4 mai 1990, telle que Baker la décrivait dans son propre rapport au président Bush, décrivait de la manière la plus éloquente ce que les dirigeants occidentaux disaient exactement à Gorbatchev à ce moment-là : « J’ai utilisé votre discours et notre reconnaissance de la nécessité d’adapter l’OTAN, politiquement et militairement, et de développer la CSCE pour rassurer Chevardnadze sur le fait que le processus ne ferait ni gagnants ni perdants. Au lieu de cela, cela produirait une nouvelle structure européenne légitime — une structure qui serait inclusive et non exclusive. » (Voir Document 17)

Baker l’a répété directement à Gorbatchev le 18 mai 1990 à Moscou, donnant à Gorbatchev ses « neuf points », qui comprenaient la transformation de l’OTAN, le renforcement des structures européennes, le maintien de l’Allemagne non nucléaire et la prise en compte des intérêts de sécurité soviétiques. Baker a commencé ses remarques : « Avant de dire quelques mots sur la question allemande, je voulais souligner que nos politiques ne visent pas à séparer l’Europe de l’Est de l’Union soviétique. Nous avions cette politique auparavant. Mais aujourd’hui, nous souhaitons construire une Europe stable et le faire avec vous. » (Voir Document 18)

Le dirigeant français François Mitterrand n’était pas dans un état d’esprit avec les Américains, bien au contraire, comme en témoigne le fait qu’il a dit à Gorbatchev à Moscou le 25 mai 1990 qu’il était « personnellement favorable au démantèlement progressif des blocs militaires » ; mais Mitterrand a poursuivi la cascade d’assurances en disant que l’Occident doit « créer des conditions de sécurité pour vous, ainsi que la sécurité européenne dans son ensemble ». (Voir Document 19) Mitterrand écrivit immédiatement à Bush dans une lettre « cher George » à propos de sa conversation avec le dirigeant soviétique, que « nous ne refuserions certainement pas de détailler les garanties qu’il serait en droit d’attendre pour la sécurité de son pays ». (Voir Document 20)

Au sommet de Washington du 31 mai 1990, Bush s’est efforcé d’assurer à Gorbatchev que l’Allemagne dans l’OTAN ne serait jamais dirigée contre l’URSS : « Croyez-moi, nous ne poussons pas l’Allemagne vers l’unification, et ce n’est pas nous qui déterminons le rythme de ce processus. Et bien sûr, nous n’avons aucune intention, même dans nos pensées, de nuire de quelque manière que ce soit à l’Union soviétique. C’est pourquoi nous nous prononçons en faveur de l’unification allemande au sein de l’OTAN sans ignorer le contexte plus large de la CSCE, en tenant compte des liens économiques traditionnels entre les deux États allemands. Un tel modèle, à notre avis, correspond également aux intérêts soviétiques. » (Voir Document 21)

La « Dame de fer » est également intervenue, après le sommet de Washington, lors de sa rencontre avec Gorbatchev à Londres le 8 juin 1990. Thatcher a anticipé les mesures que les Américains (avec son soutien) prendraient lors de la conférence de l’OTAN début juillet pour soutenir Gorbatchev avec des descriptions de la transformation de l’OTAN vers une alliance plus politique, moins menaçante militairement. Elle a dit à Gorbatchev : « Nous devons trouver des moyens de donner à l’Union soviétique la confiance que sa sécurité serait assurée…. La CSCE pourrait être un parapluie pour tout cela, ainsi que le forum qui a amené l’Union soviétique à discuter pleinement de l’avenir de l’Europe. » (Voir Document 22)

La déclaration de Londres de l’OTAN du 5 juillet 1990 a eu un effet assez positif sur les délibérations à Moscou, selon la plupart des récits, donnant à Gorbatchev des munitions importantes pour contrer ses partisans de la ligne dure au Congrès du Parti qui se tenait à ce moment-là. Certaines versions de cette histoire affirment qu’une copie préalable a été fournie aux assistants de Chevardnadze, tandis que d’autres décrivent simplement une alerte qui a permis à ces assistants de prendre la copie du service de dépêche et de produire une évaluation positive soviétique avant que les militaires ou les extrémistes ne puissent appeler cela de la propagande. Comme Kohl l’a dit à Gorbatchev à Moscou le 15 juillet 1990, alors qu’ils élaboraient l’accord final sur l’unification allemande : « Nous savons ce qui attend l’OTAN à l’avenir, et je pense que vous êtes maintenant au courant également », se référant à la Déclaration de Londres de l’OTAN. (Voir Document 23)

Le 16 décembre 2021, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le projet de résolution A/76/460, intitulée « Lutte contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques », par 121 voix contre 2, avec 53 abstentions. Les États-Unis et l’Ukraine ont été les deux seuls États à voter contre cette résolution. Pourquoi selon vous ? (Résolutions de l’ONU A/C.3/76/L.57/Rev.1 et A/RES/76/149)

Dans son appel téléphonique à Gorbatchev le 17 juillet, Bush entendait renforcer le succès des pourparlers Kohl-Gorbatchev et le message de la Déclaration de Londres. Bush a expliqué : « Donc, ce que nous avons essayé de faire, c’est de tenir compte de vos préoccupations exprimées à moi et à d’autres, et nous l’avons fait de la manière suivante : par notre déclaration commune sur la non-agression ; dans notre invitation à venir à l’OTAN ; dans notre accord pour ouvrir l’OTAN à des contacts diplomatiques réguliers avec votre gouvernement et ceux des pays d’Europe de l’Est ; et notre offre d’assurances sur la taille future des forces armées d’une Allemagne unie — une question dont je sais que vous avez discuté avec Helmut Kohl. Nous avons aussi fondamentalement changé notre approche militaire des forces conventionnelles et nucléaires. Nous avons transmis l’idée d’une CSCE élargie et plus forte avec de nouvelles institutions dans lesquelles l’URSS peut partager et faire partie de la nouvelle Europe. » (Voir Document 24)

Les documents montrent que Gorbatchev a accepté l’unification allemande dans l’OTAN à la suite de cette cascade d’assurances, et sur la base de sa propre analyse que l’avenir de l’Union soviétique dépendait de son intégration à l’Europe, dont l’Allemagne serait l’acteur décisif. Lui et la plupart de ses alliés pensaient qu’une version de la maison commune européenne était encore possible et se développerait parallèlement à la transformation de l’OTAN pour conduire à un espace européen plus inclusif et intégré, que le règlement de l’après-guerre froide tiendrait compte des intérêts de sécurité soviétiques. L’alliance avec l’Allemagne permettrait non seulement de surmonter la guerre froide, mais également de renverser l’héritage de la Grande Guerre patriotique.

Mais au sein du gouvernement américain, une autre discussion s’est poursuivie, un débat sur les relations entre l’OTAN et l’Europe de l’Est. Les avis divergeaient, mais la suggestion du ministère de la Défense, dès le 25 octobre 1990, était de laisser « la porte entrouverte » à l’adhésion de l’Europe de l’Est à l’OTAN. (Voir Document 27) Le Département d’État était d’avis que l’expansion de l’OTAN n’était pas à l’ordre du jour, car il n’était pas dans l’intérêt des États-Unis d’organiser « une coalition anti-soviétique » qui s’étendrait jusqu’aux frontières soviétiques, notamment parce que cela pourrait inverser les tendances positives en Union soviétique. (Voir Document 26) L’administration Bush a adopté ce dernier point de vue. Et c’est ce que les Soviétiques ont entendu.

Pas plus tard qu’en mars 1991, selon le journal de l’ambassadeur britannique à Moscou, le Premier ministre britannique John Major assura personnellement Gorbatchev : « Nous ne parlons pas du renforcement de l’OTAN. » Par la suite, lorsque le ministre soviétique de la Défense, le maréchal Dmitri Yazov, a interrogé Major sur l’intérêt des dirigeants d’Europe de l’Est pour l’adhésion à l’OTAN, le dirigeant britannique a répondu : « Rien de tel ne se passera ». (Voir Document 28)

Lorsque les députés du Soviet suprême russe sont venus à Bruxelles pour voir l’OTAN et rencontrer le secrétaire général de l’OTAN, Manfred Woerner, en juillet 1991, Woerner a dit aux Russes que « nous ne devrions pas permettre […] l’isolement de l’URSS de la communauté européenne ». Selon le mémorandum de conversation russe, « Woerner a souligné que le Conseil de l’OTAN et lui sont contre l’élargissement de l’OTAN (13 des 16 membres de l’OTAN soutiennent ce point de vue). » (Voir Document 30)

Ainsi, Gorbatchev est allé jusqu’au bout de l’Union soviétique assuré que l’Occident ne menaçait pas sa sécurité et n’étendait pas l’OTAN. Au lieu de cela, la dissolution de l’URSS a été provoquée par les Russes (Boris Eltsine et son principal conseiller Gennady Burbulis) de concert avec les anciens chefs de parti des républiques soviétiques, en particulier l’Ukraine, en décembre 1991. La guerre froide était alors terminée depuis longtemps. Les Américains avaient essayé de garder l’Union soviétique unie (voir le discours de Bush « Chicken Kiev » du 1er août 1991 — Transcription). L’expansion de l’OTAN était dans des années à venir, lorsque ces différends éclateraient à nouveau, et que plus d’assurances viendraient au dirigeant russe Boris Eltsine.

L’organisation “National Security Archive” a compilé ces documents déclassifiés pour une table ronde le 10 novembre 2017 lors de la conférence annuelle de l’Association for Slavic, East European and Eurasian Studies (ASEEES) à Chicago sous le titre “Who Promised What to Whom on NATO Expansion ?” (Qui a promis quoi à qui lors de l’élargissement de l’OTAN ?) Le panel comprenait :

• Mark Kramer du Davis Center à Harvard, rédacteur en chef du Journal of Cold War Studies, dont l’article du Washington Quarterly de 2009 soutenait que la “promesse de non-élargissement de l’OTAN” était un « mythe ». [4]

• Joshua R. Itkowitz Shifrinson de la Bush School de Texas A&M, dont l’article de 2016 sur la sécurité internationale affirmait que les États-Unis jouaient un double jeu en 1990, amenant Gorbatchev à croire que l’OTAN serait intégrée dans une nouvelle structure de sécurité européenne, tout en travaillant pour assurer l’hégémonie en Europe et le maintien de l’OTAN. [5]

• James Goldgeier de l’Université américaine, qui a écrit le livre faisant autorité sur la décision de Clinton sur l’expansion de l’OTAN, Pas si mais quand, et a décrit les assurances américaines trompeuses au dirigeant russe Boris Eltsine dans un article de WarOnTheRocks de 2016. [6]

• Svetlana Savranskaya et Tom Blanton des archives de la sécurité nationale, dont le livre le plus récent, “The Last Superpower Summits: Gorbatchev, Reagan, and Bush: Conversations That Ended the Cold War” (CEU Press, 2016) analyse et publie les transcriptions déclassifiées et les documents connexes de tous les sommets de Gorbatchev avec les présidents américains, y compris des dizaines d’assurances sur la protection des intérêts de sécurité de l’URSS. [7]


Mémorandum de conversation entre Mikhaïl Gorbatchev et James Baker à Moscou

Vendredi le 9 février 1990 : Même avec des expurgations (injustifiées) par des agents de classification américains, cette transcription américaine de l’assurance américaine peut-être la plus célèbre aux Soviétiques sur l’expansion de l’OTAN confirme la transcription soviétique de la même conversation. Répétant ce que Bush avait dit au sommet de Malte en décembre 1989, Baker dit à Gorbatchev : « Le président et moi avons clairement indiqué que nous ne recherchons aucun avantage unilatéral dans ce processus » d’inévitable unification allemande. Baker poursuit en disant : « Nous comprenons le besoin d’assurances envers les pays de l’Est. Si nous maintenons une présence dans une Allemagne qui fait partie de l’OTAN, il n’y aurait pas d’extension de la juridiction de l’OTAN pour les forces de l’OTAN d’un pouce à l’est. » Plus tard dans la conversation, Baker pose la même position sous forme de question : « Préférez-vous une Allemagne unie en dehors de l’OTAN, indépendante et sans forces américaines ou préférez-vous une Allemagne unie avec des liens avec l’OTAN et l’assurance qu’il n’y aurait pas de l’extension de la juridiction actuelle de l’OTAN vers l’est ? » Les déclassificateurs de ce memcon ont en fait expurgé la réponse de Gorbatchev selon laquelle une telle expansion serait effectivement « inacceptable » – mais la lettre de Baker à Kohl le lendemain, publiée en 1998 par les Allemands, donne la citation.

  • SOURCE : Département d’État des États-Unis, FOIA 199504567 (National Security Archive Flashpoints Collection, Box 38).
Michail Gorbatchev discutant de l’unification allemande avec Hans-Dietrich Genscher et Helmut Kohl en Russie, 15 juillet 1990. Photo: Bundesbildstelle / Presseund Informationsamt der Bundesregierung.

L'OTAN NIE AVOIR PROMIS À LA RUSSIE QU'ELLE NE S'ÉTENDRAIT PAS APRÈS LA GUERRE FROIDE :

Dans les faits : pareil accord n'a jamais existé. La porte de l'OTAN est ouverte à de nouveaux membres depuis la création de l'Organisation, en 1949 – et cette politique n'a jamais changé. Cette « politique de la porte ouverte » est consacrée par l'article 10 du traité fondateur de l'OTAN, qui stipule que peut solliciter une adhésion « tout État européen susceptible de favoriser le développement des principes du présent Traité et de contribuer à la sécurité de la région de l'Atlantique Nord ». Les décisions relatives à l'adhésion à l'OTAN sont prises par consensus entre tous les Alliés. Aucun traité signé par les États-Unis, l'Europe et la Russie ne contient de dispositions concernant l'adhésion à l'OTAN.

L'idée d'une expansion de l'OTAN au-delà d'une Allemagne unie n'était pas à l'ordre du jour en 1989, en particulier dans la mesure où le Pacte de Varsovie existait toujours. Mikhaïl Gorbatchev l'a confirmé dans un entretien en 2014 : « La question de ' l'expansion de l'OTAN ' n'a pas du tout été examinée, et elle n'a pas été évoquée durant ces années. Je le dis de manière pleinement responsable. Pas un seul pays d'Europe orientale n'a soulevé la question, pas même après que le Pacte de Varsovie eut cessé d'exister, en 1991. Les dirigeants des pays occidentaux ne l'ont pas soulevée non plus. »

Des transcriptions déclassifiées provenant de la Maison Blanche révèlent en outre qu'en 1997, Bill Clinton a invariablement refusé la proposition de Boris Eltsine relative à un accord sur l'honneur stipulant qu'aucune des anciennes républiques soviétiques n'adhérerait à l'OTAN. « Je ne peux pas prendre d'engagements pour le compte de l'OTAN, et ce n'est pas moi qui vais opposer un veto à l'élargissement de l'OTAN s'agissant de n'importe quel pays, et encore moins vous laisser, à vous ou à quelqu'un d'autre, le loisir de le faire... L'OTAN fonctionne par consensus. »

SOURCE : https://www.nato.int/cps/en/natohq/topics_111767.htm?selectedLocale=fr#c203.

SOURCE — Svetlana Savranskaya and Tom Blanton : « NATO Expansion: What Gorbachev Heard » (Declassified documents show security assurances against NATO expansion to Soviet leaders from Baker, Bush, Genscher, Kohl, Gates, Mitterrand, Thatcher, Hurd, Major, and Woerner. Slavic Studies Panel Addresses “Who Promised What to Whom on NATO Expansion?”). National Security Archive, Suite 701, Gelman Library. The George Washington University, December 12, 2017.

CONSULTER LES DOCUMENTS DÉCLASSIFIÉS :
NOTES ET RÉFÉRENCES :
  1. See Robert Gates: “Robert M. Gates Oral History”. University of Virginia, Miller Center Oral History, George H.W. Bush Presidency, July 24, 2000, p. 101. [PDF]

  2. See Chapter 6, “The Malta Summit 1989”, in Svetlana Savranskaya and Thomas Blanton, The Last Superpower Summits (CEU Press, 2016), pp. 481-569. The comment about the Wall is on p. 538.

  3. For background, context, and consequences of the Tutzing speech, see Frank Elbe, “The Diplomatic Path to Germany Unity”, Bulletin of the German Historical Institute 46 (Spring 2010), pp. 33-46. Elbe was Genscher’s chief of staff at the time.

  4. See Mark Kramer, “The Myth of a No-NATO-Enlargement Pledge to Russia”, The Washington Quarterly, April 2009, pp. 39-61.

  5. See Joshua R. Itkowitz Shifrinson, “Deal or No Deal? The End of the Cold War and the U.S. Offer to Limit NATO Expansion”, International Security, Spring 2016, Vol. 40, No. 4, pp. 7-44. [PDF]

  6. See James Goldgeier, “Not Whether But When: The U.S. Decision to Enlarge NATO” (Brookings Institution Press, 1999); and James Goldgeier, “Promises Made, Promises Broken? What Yeltsin was told about NATO in 1993 and why it matters”, War On The Rocks, July 12, 2016.

  7. See also Svetlana Savranskaya, Thomas Blanton, and Vladislav Zubok, “Masterpieces of History: The Peaceful End of the Cold War in Europe, 1989” (CEU Press, 2010), for extended discussion and documents on the early 1990 German unification negotiations.



« Bonjour Monsieur Boulianne ! Toute ma gratitude et chapeau bas pour vos articles exceptionnels. »

Myriam

« L’honnêteté intellectuelle de Monsieur Boulianne fait que justement il est crédible, et quand il avance un fait, c’est qu’il l’a vérifié lui-même. »

Jean Ronchiato

« Cher Monsieur Boulianne, je suis ébahi par la qualité de votre recherche, de vos textes, et l’immense charge de travail que vous assumez avec la foi et l’intégrité d’un honnête homme. »

Damien Tremblay

3 réflexions au sujet de « L’expansion de l’OTAN : La célèbre assurance “pas un pouce vers l’est” du secrétaire d’État américain James Baker faisait partie d’une cascade d’assurances sur la sécurité soviétique »

  1. Bonjour,

    Je vous remercie pour votre article.

    Je voudrais mentioner un phénomène qui m’est arrivé à propos de l’intervention russe en Ukraine; j’ai été amené à seulement deux reprises à avoir une conversation avec quelqu’un et à exprimer des idées sur cela.

    La première fois, j’ai littéralement rencontré un mur, confronté à des arguments extrêment basiques et infondés envers Poutine et les actions des troupes russes; la conversation prenait presque une tournure ou je me sentais comme face à un agent de la Gestapo, prêt à aller me dénoncer, alors j’ai dû arrêter de manifester un point de vue favorable à la Russie. Par précaution.

    La seconde fois, j’ai décelé chez mon interlocuteur que la même logique infondée était présente, et qu’il valait mieux ne pas aller sur ce terrain, ou du moins laisser tomber.

    Je ne me suis pas senti bien en le fait qu’exprimer la vérité puisse être plus dommageable que ne pas l’exprimer. J’ai vu que donner suite à l’expression d’un point de vue favorable à la Russie porterait fortement atteinte à une relation.

    Plus tard, j’ai compris que l’invasion de l’Iraq pourrait avoir contribué à avoir habitué l’esprit à de la fausseté. Cela signifierait que si les personnes n’ont pas à l’esprit que l’invasion de l’iraq était illégitime, il y a peu de chance pour qu’elles puissent apercevoir la vérité par rapport à l’Ukraine.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s