Les avions de guerre de l’Armée populaire de libération (APL) pourraient « accompagner » l’avion de Nancy Pelosi si elle se rend à Taïwan

Des informations selon lesquelles le gouvernement chinois aurait menacé d’abattre l’avion de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, si elle se rendait à Taïwan sont apparues vendredi le 29 juillet 2022, bien que la Chine n’ait jamais proféré cette menace. Aucun élu américain de haut rang ne s’est rendu à Taïwan depuis 25 ans. La démocrate californienne a tweeté que la tournée de la délégation du Congrès de six personnes chercherait à « réaffirmer l’engagement inébranlable de l’Amérique envers nos alliés et amis dans la région ». Son bureau a déclaré que la tournée était dans la « région indo-pacifique »« y compris » des visites à Singapour, en Malaisie, en Corée du Sud et au Japon.

Nancy Pelosi devrait entreprendre cette tournée en Asie aux côtés d’une petite délégation bipartite du Congrès. Bien que la démocrate n’ait annoncé aucun projet ferme de se rendre à Taïwan, beaucoup ont émis l’hypothèse qu’elle pourrait le faire malgré les avertissements concernant les « conséquences » possibles de la Chine, qui revendique la souveraineté sur l’île en vertu de son principe « une seule Chine ». Le plan initial de Pelosi était de se rendre à Taïwan en avril, mais elle a reporté le voyage après avoir été testée positive pour Covid-19. Plus tôt ce mois-ci, elle a déclaré qu’il était « important pour nous de montrer notre soutien à Taiwan ». Le président Joe Biden a déclaré que l’armée américaine estimait qu’une visite de Pelosi à Taïwan n’était « pas une bonne idée pour le moment ».

Un tweet fortement formulé vendredi par le commentateur et propagandiste politique du Global Times affilié au Parti communiste chinois, Hu Xijin (胡锡进), a incité certaines personnes à dire que la Chine avait directement menacé d’abattre l’avion de Pelosi si la visite avait lieu. « Si des avions de chasse américains escortent l’avion de Pelosi à Taïwan, c’est une invasion », a tweeté Hu Xijing, en réponse à un article de CNN disant que Pelosi prévoyait de partir pour l’Asie vendredi. « L'[armée chinoise] a le droit de chasser de force l’avion de Pelosi et les avions de combat américains, y compris en tirant des coups de semonce et en effectuant des mouvements tactiques d’obstruction. Si cela est inefficace, abattez-les. » Le message de Hu Xijin a depuis été retiré par Twitter.

Bien que l’itinéraire de la tournée de Pelosi reste incertain, les responsables chinois l’ont mise en garde à plusieurs reprises contre une escale à Taïwan récemment avec de vagues menaces de représailles militaires. « Si la présidente Pelosi se rend à Taïwan, cette décision violera gravement le principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, mettra gravement en danger la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine », a déclaré le porte-parole du ministère chinois de la Défense, Tan Kefei, plus tôt cette semaine. « L’armée chinoise ne restera jamais les bras croisés et prendra certainement des mesures fortes et résolues pour contrecarrer toute ingérence de forces extérieures et tentatives sécessionnistes pour “l’indépendance de Taiwan” et défendre fermement la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de la Chine », a-t-il ajouté.

Cependant, aucun responsable du gouvernement chinois n’a directement menacé d’abattre l’avion de Pelosi si elle se rendait sur place. Quoi qu’il en soit, plusieurs médias ont rapporté le tweet de Hu comme s’il s’agissait d’une menace directe contre la présidente de la Chambre des représentants.

Un article du Daily Wire avec le titre “La Chine menace d’abattre l’avion de Pelosi si elle essaie de se rendre à Taiwan” a fait valoir que, bien que Hu ne soit officiellement qu’un « propagandiste » pour la Chine, il est également le « porte-parole officieux du pays » et est « capable de dire ce que les hauts responsables chinois veulent dire, mais ne le peuvent souvent pas. » Un titre publié par le Daily Mail a averti que « la Chine dit qu’elle abattra l’avion de Pelosi sI elle se rend à Taïwan sous escorte de chasseurs américains ». Bien qu’aucune menace directe n’ait encore été proférée, on craint légitimement qu’une visite de Pelosi à Taïwan ne déclenche un conflit militaire entre les États-Unis et la Chine, en particulier compte tenu des niveaux de tension déjà élevés entre les pays et des sensibilités entourant Taïwan.

Le président Joe Biden a déclaré la semaine dernière que le voyage potentiel n’était « pas une bonne idée pour le moment ». Pendant ce temps, plusieurs législateurs des deux principaux partis ont fait valoir que Pelosi devrait donner suite à une visite ou risquer que les États-Unis perdent leur « crédibilité » sur la question. Nancy Pelosi est une critique de longue date du gouvernement chinois. Si elle se rendait à Taïwan, elle serait le plus haut responsable américain à se rendre sur l’île depuis la visite de l’ancien président de la Chambre Newt Gingrich pendant trois jours en 1997.

Je retranscris ci-dessous un article du commentateur et propagandiste politique, Hu Xijin, publié le 19 juillet 2022 dans le tabloïd quotidien Global Times, affilié au Parti communiste chinois.

Les avions de combat de l’APL peuvent « accompagner » l’avion de Pelosi si elle se rend à Taïwan

Par Hu Xijin (Global Times, 19 juillet 2022)

Un rapport exclusif publié mardi dans le Financial Times, citant plusieurs sources, a déclaré que Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, se rendra à Taïwan en août au cours de son voyage au Japon, à Singapour, en Indonésie et en Malaisie.

Si Pelosi, un collègue démocrate du président américain Joe Biden, se rend à Taïwan, personne ne croira que c’est parce que Biden « ne peut pas la contrôler ». Les gens sont plus susceptibles de croire que sa visite fait partie de la tactique de Washington du « bon flic/méchant flic ».

En tant que président de la Chambre, Pelosi est la deuxième dans la succession présidentielle américaine selon la Constitution américaine. Sa visite à Taïwan n’est pas seulement une escalade du soutien américain à « l’indépendance de Taïwan », mais un incident majeur. Il a été rapporté en avril que Pelosi ferait la visite, mais le voyage prévu en Asie a été annulé car elle avait alors été testée positive pour COVID-19.

Il a été prouvé que les États-Unis ne seront pas raisonnables sur la question de Taiwan, et la seule façon pour la Chine de répondre à la provocation de Washington est d’utiliser des contre-mesures résolues pour faire comprendre le coût de jouer la carte de Taiwan, qui est la seule langue dans laquelle Les États-Unis comprennent.

Bien que le président de la Chambre de l’époque, Newt Gingrich, se soit rendu à Taïwan en 1997, le voyage était davantage considéré comme une manifestation extérieure du mauvais sang politique intérieur américain, puisque Gingrich était un républicain, en face du président de l’époque, Bill Clinton. La visite de Pelosi à Taïwan, si elle a lieu, serait cependant un défi flagrant à la Chine par l’ensemble des États-Unis.

Je crois que les contre-mesures de la Chine seront écrasantes, et nous n’accepterons pas cette avance grossière du soutien américain à « l’indépendance de Taiwan », mais nous dirons clairement aux États-Unis qu’ils commettent une erreur subversive.

En tant que personnalité médiatique qui observe depuis longtemps la situation dans le détroit de Taïwan, je suggère que la Chine prenne cette fois des mesures fermes pour s’assurer que la visite de Pelosi à Taïwan soit sabordée, soit qu’elle abandonne la visite prévue par peur, soit que sa visite devienne un voyage risqué, la laissant ainsi que l’autorité du Parti démocrate progressiste (DPP) à Taïwan, qui l’accueillera, dans un état de panique et avec un sens aigu de la perte.

Lorsqu’il a été annoncé en avril que Pelosi allait se rendre à Taïwan, j’ai écrit un article préconisant que la partie continentale de la Chine établisse une zone d’exclusion aérienne au-dessus de Taïwan, ou que les avions de combat de l’Armée populaire de libération (APL) survolent l’île. Aujourd’hui, je voudrais réitérer le plaidoyer ci-dessus.

Je suggérerais en outre que les avions de guerre de l’APL pourraient « accompagner » l’avion de Pelosi à une distance appropriée, entrer dans l’île en même temps qu’elle, survoler son site d’atterrissage, puis survoler l’île et retourner sur le continent chinois. Il y aurait une faible probabilité de provoquer une confrontation militaire directe en faisant cela, et une fois que les avions de combat de l’APL entreraient et traverseraient l’île, ce serait un précédent encore plus marquant que la visite de Pelosi à Taiwan. Dans ce cas, nous devrions probablement remercier Pelosi pour avoir créé l’opportunité pour les avions de combat de l’APL de survoler l’île, ouvrant un tout nouvel espace pour que les avions de combat de l’APL exercent leur souveraineté sur l’île de Taïwan.

La partie continentale de la Chine doit être assez courageuse pour franchir cette étape consistant à faire voler des avions de guerre au-dessus de l’île, ce qui, contrairement aux vols d’avions de guerre autour de Taïwan, peut véritablement refléter la souveraineté de la Chine sur le territoire et est plus important que toute visite à Taïwan de hauts responsables étrangers. Utiliser la visite de Pelosi à Taïwan pour compléter ce saut est le plus susceptible d’en faire une transition pacifique.

Bien sûr, pour que les avions de combat de l’APL survolent l’île de Taïwan, nous devons être pleinement préparés à une confrontation militaire, et je pense que de telles préparations de l’APL sont en cours. Nous n’avons pas l’intention de voir une guerre éclater dans le détroit de Taiwan maintenant, mais nous sommes sans aucun doute la partie qui a le moins peur qu’une guerre éclate dans le détroit en ce moment. Les avions de guerre de l’APL survoleront tôt ou tard l’île. Si l’armée taïwanaise ose tirer sur les avions de combat de l’APL, la réponse sera une action résolue consistant à abattre les avions de combat taïwanais ou à frapper ses bases militaires. Si les États-Unis et l’île de Taïwan veulent une guerre totale, alors le moment viendra de libérer Taïwan. Je conseille aux États-Unis et à l’île de ne pas se faire d’illusions.

Laissons Pelosi et l’administration Biden ainsi que les autorités taiwanaises faire leur choix.



« Bravo pour votre travail d’information. Il est encourageant de voir que le sang de France qui coule dans vos veines est resté en lien avec celui de la vieille France qui bien que réduite au silence lutte comme elle le peut face à un adversaire bien plus fort. »

Louis Chiren

« Merci M. Boulianne. Je sais pas où vous trouvez le temps de dormir, mais vous donnez toujours les dernières nouvelles, découvertes. »

Paule

« Vous êtes une source précieuse d’informations. Merci pour votre travail et votre courage. »

Sylviane Faigel