C’EST LA FOLIE À L’ÉTAT PUR — La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, se rendra à Taïwan malgré les menaces de la Chine

Ceci fait suite à l’article que j’ai publié concernant la tournée en Asie de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, incluant des visites à Singapour, en Malaisie, en Corée du Sud et au Japon. Pas plus tard qu’hier, le Washington Post confirmait que le bureau de la représentante avait publié un itinéraire pour le voyage prévu de Pelosi en Asie énumérant les quatre arrêts, mais ne faisant aucune mention de Taiwan. Des informations selon lesquelles la démocrate californienne prévoyait de visiter l’île démocratique et autonome que Pékin revendique comme la sienne avaient suscité la colère et des menaces en Chine, où les responsables ont juré de faire le nécessaire pour « sauvegarder fermement la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale ».

Or, nous apprenons aujourd’hui même que Nancy Pelosi se rendra effectivement mardi à Taïwan malgré les menaces militaires de la Chine. Mme Pelosi devrait rester une nuit sur l’île, mais les détails entourant sa visite n’ont pas été dévoilés. Il s’agira de la première d’un porte-parole de la Chambre des représentants à Taïwan depuis 25 ans. Le républicain Newt Gingrich a été le dernier président de la Chambre des représentants à se rendre à Taïwan, en 1997.

Selon le quotidien United Daily News, des responsables taïwanais devaient accueillir Nancy Pelosi à son arrivée, prévue dans la soirée de mardi. Le journal taïwanais Liberty Times mentionne qu’elle visitera le Parlement mercredi matin, et poursuivra ensuite sa tournée en Asie. Lundi, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a affirmé que l’armée chinoise ne « resterait pas impassible » face à la visite de Mme Pelosi, et que cela aurait « un impact politique considérable ».

La Chine « semble se positionner » pour une démonstration de force militaire autour de Taïwan, qui inclurait des tirs de missiles, a de son côté déclaré, toujours lundi, le porte-parole de la Maison-Blanche pour les questions stratégiques, John Kirby. Ce positionnement pourrait franchir « un pas de plus dans les prochains jours », a-t-il ajouté, et cela « pourrait inclure des provocations militaires comme des tirs de missiles dans le détroit de Taïwan ou autour de Taïwan », ou encore « d’importantes incursions aériennes » dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan.

Que cherchent donc Nancy Pelosi et les Démocrates si ce n’est de provoquer la Chine au risque de déclencher un conflit international, pour ne pas dire une Troisième guerre mondiale ? Est-ce si excitant de vouloir déclencher l’Armaguédon entre Gog et Magog, tout en mettant en danger la vie de millions d’individus ?! Ceci prouve sans l’ombre d’un doute que Pelosi, Biden et leurs comparses sont atteints de troubles psychiatriques irréversibles et qu’ils sont inaptes à diriger l’une des puissances mondiale.

Afin de vous apporter un point de vue différent de ceux qui vous sont offerts par les médias grand public occidentaux, je retranscris ci-dessous deux articles en provenance de la Chine : un premier article du quotidien Voice of America (VOA Chine) et l’extrait d’un article du quotidien Taizhang.

Des responsables américains et taïwanais annoncent que Pelosi se rendra à Taïwan (VOA Chine)

CNN et le Wall Street Journal et d’autres médias ont rapporté lundi 1er août que Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis qui se rend en Asie, a confirmé qu’elle se rendrait à Taïwan, bien que Taïwan ne soit pas indiqué dans l’itinéraire de visite publique de Pelosi. Dans le même temps, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a de nouveau exprimé une forte opposition à une éventuelle visite de Pelosi à Taiwan lors d’une conférence de presse régulière lundi, et a menacé d’entraîner des événements et des conséquences très graves. « La partie chinoise se tient prête et l’Armée populaire de libération de Chine ne restera jamais les bras croisés », a déclaré Zhao Lijian, ajoutant que « la partie chinoise prendra certainement des contre-mesures résolues et fortes pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale ».

CNN a cité un haut responsable taïwanais anonyme disant que Pelosi se rendra non seulement à Taïwan, mais y passera la nuit. Mais les rapports sur le moment où l’avion de Pelosi arrivera à Taiwan sont mitigés. Selon le compte officiel WeChat du Commandement du théâtre oriental de l’APL chinoise, qui est responsable de la lutte contre Taïwan, le Commandement du théâtre oriental a également ordonné aux troupes de la région de se tenir prêtes et de se battre selon leurs ordres, « enterrant tous les ennemis qui viennent et commettent des crimes et marchent vers la victoire commune. »

En plus d’annoncer des exercices de tir réel à Pingtan, dans le Fujian, en face de Taïwan, l’APL a également annoncé plusieurs jours d’exercices militaires dans certaines parties de la mer de Chine méridionale. CNN a cité des responsables du gouvernement américain disant que les responsables du département américain de la Défense surveillaient de près le mouvement des troupes locales de l’APL 24 heures sur 24 et élaboraient des plans pour assurer la sécurité de Pelosi.

Le coordinateur des communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré lundi à CNN que l’administration Biden soutenait la visite de Pelosi à Taiwan. « Nous voulons nous assurer que lorsqu’elle voyage à l’étranger, elle puisse visiter en toute sécurité, et nous nous en assurerons. Il n’y a aucune raison pour que les Chinois disent quoi que ce soit, et il n’y a aucune raison de faire quoi que ce soit. Ce n’est pas inhabituel pour les dirigeants du Congrès voyager à Taïwan », a déclaré Bryant. « En tant que nation, nous ne devrions pas être intimidés par des mots ou des actions potentielles. C’est un voyage important pour la Présidente, et nous ferons tout notre possible pour la soutenir », a ajouté Bryant. Lorsqu’on lui a demandé si les États-Unis étaient prêts à faire face aux conséquences de la visite dans leurs relations avec la Chine, Bryant a déclaré : « Il n’y a eu aucun changement dans nos politiques et aucun changement dans notre objectif de maintenir un Indo-Pacifique libre, sûr et ouvert. »

Le Wall Street Journal, citant des sources taïwanaises, a déclaré que certains responsables taïwanais avaient été informés qu’ils rencontreraient Pelosi mardi soir, mais les détails restaient assez vagues. Pelosi est à Singapour lundi, et elle se rendra également en Malaisie, en Corée du Sud et au Japon. Lundi est également le jour de la fondation de l’Armée populaire de libération de Chine. Lorsque le président Biden a évoqué le possible voyage de Pelosi à Taïwan le mois dernier, il a cité le Pentagone disant qu’une visite à Taïwan maintenant n’est pas une bonne idée. Mais il n’a pas directement demandé à Pelosi d’abandonner le voyage à Taiwan. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a discuté avec Pelosi des risques de sa visite à Taïwan, et l’armée américaine a élaboré des plans pour assurer la sécurité de Pelosi.

Selon un rapport de CNN, les responsables américains estiment que bien que Pelosi soit le deuxième successeur de la présidence américaine et qu’elle appartienne également au Parti démocrate avec Biden, sa visite à Taïwan ne représente pas réellement l’administration Biden. Les responsables américains estiment que la Chine a exagéré l’importance de la visite de Pelosi à Taïwan, car elle ne comprend pas pleinement le système politique et l’écologie politique des États-Unis, ce qui a provoqué des vagues inutiles. Par ailleurs, Reuters a rapporté que les médias taïwanais avaient annoncé que Pelosi arriverait à Taïwan pour une visite jeudi. Cependant, interrogé par les médias sur la visite, le président taïwanais Su Zhenchang a seulement dit : « Nous accueillons toujours chaleureusement les dignitaires étrangers qui visitent notre pays. » Il n’a pas révélé quand Pelosi est arrivée à Taiwan.

Le moment exact de la visite de Pelosi à Taiwan est encore incertain. Le Liberty Times de Taïwan, plus vert, a rapporté lundi que bien que l’itinéraire public américain n’ait pas été inclus à Taïwan, il est entendu que Pelosi arrivera à Taïwan mardi soir, passera la nuit et planifiera un événement public, et devrait rencontrer le Yuan législatif le Mercredi. Shi Yinhong, professeur de relations internationales à l’Université Renmin de Pékin, a déclaré à Reuters dans une interview que si Pelosi se rendait à Taïwan, Pékin répondrait par des mesures sévères rarement vues ces dernières années. Mais il voit peu de chance de faire exploser un conflit militaire à grande échelle. « A moins qu’il n’y ait un accident, je ne pense pas que l’une ou l’autre des parties lancerait délibérément une opération militaire qui pourrait poser un risque majeur pour la sécurité », a déclaré Shi Yinhong.

Le président chinois Xi Jinping a réitéré sa ferme opposition à la soi-disant « indépendance de Taiwan » et à l’ingérence de forces extérieures lors d’un appel téléphonique avec le président Biden jeudi dernier, affirmant qu’il n’y aura jamais de place pour une quelconque forme d’indépendance de Taiwan. Xi a déclaré : « L’opinion publique ne peut pas être violée, et quiconque joue avec le feu périra »,.

Biden a déclaré à Xi Jinping que la politique d’une seule Chine des États-Unis n’avait pas changé et que les États-Unis s’opposaient à tout changement unilatéral du statu quo dans le détroit de Taiwan de part et d’autre. La dernière fois que le président de la Chambre des représentants des États-Unis s’est rendu à Taiwan, c’était il y a 25 ans. Newt Gingrich, le président républicain de l’époque, s’est rendu à Taïwan via le Japon à la demande de Pékin après avoir visité Pékin. De plus, le but principal de la visite de Gingrich était d’avertir les deux côtés du détroit de ne pas se provoquer, afin de ne pas provoquer une nouvelle crise du détroit de Taiwan.

« Si elle ose » : la Chine avertit Nancy Pelosi de ne pas se rendre à Taïwan (Taizhang)

La Chine a déclaré que son armée ne serait jamais « inactive » si la présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, se rendait à Taïwan, une île autonome revendiquée par Pékin. A Pékin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a répété lundi un avertissement antérieur, affirmant que « si elle insiste pour la visite, il y aura de graves conséquences ». Il n’a pas précisé de conséquences précises. « Nous sommes pleinement préparés à toute éventualité. L’Armée populaire de libération [APL] ne restera jamais immobile. La Chine prendra des mesures fortes et résolues pour sauvegarder la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale ».

La Chine n’a cessé d’augmenter la pression diplomatique et militaire sur Taiwan. Les menaces de représailles pour la visite de Pelosi ont fait craindre une nouvelle crise dans le détroit de Taiwan qui pourrait perturber les marchés mondiaux et les chaînes d’approvisionnement. Plusieurs médias taïwanais ont rapporté lundi soir, citant des sources anonymes, que Pelosi se rendrait à Taïwan mardi et passerait la nuit à Taipei. L’un des journaux, le Liberty Times, a déclaré que Pelosi devait se rendre au parlement de Taiwan mercredi matin avant de poursuivre sa tournée en Asie.

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a déclaré qu’il avait refusé de commenter les informations sur les projets de voyage de Pelosi. Au milieu de nombreuses spéculations sur son intention de s’arrêter à Taïwan, le bureau de Pelosi a déclaré dimanche qu’elle dirigerait une délégation du Congrès dans la région qui comprendra des visites à Singapour, en Malaisie, en Corée du Sud et au Japon. Il ne mentionne pas Taïwan. Zhao a déclaré que si Pelosi se rendait à Taïwan, ce serait « une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine » et a averti que cela conduirait à « des développements et des conséquences très graves ». Interrogé sur les mesures que l’Armée populaire de libération pourrait prendre, Zhao a répondu : « Si elle ose y aller, attendons de voir ».

Le commandement du théâtre oriental de l’APL a produit une vidéo soigneusement conçue montrant des scènes d’exercices et de préparatifs militaires et l’a publiée sur un site Web d’un média d’État lundi soir, avec le texte suivant : « Enterrez tous les ennemis qui arrivent ! J’ai hâte d’y être! ». La Chine considère la visite de responsables américains à Taiwan comme un signal encourageant pour le camp indépendantiste de l’île. Washington n’a pas de relations diplomatiques officielles avec Taïwan, mais est tenu par la loi américaine de fournir à Taïwan des moyens de légitime défense. Pelosi, deuxième en ligne pour succéder au président américain et critique de longue date de la Chine, se rendra à un moment où les relations entre Washington et Pékin se sont détériorées.

Si Pelosi se rend sur place, Pékin pourrait interrompre certains échanges avec des alliés américains, fermer des consulats et augmenter les exercices militaires à grande échelle dans la région, a déclaré Ross Feingold, analyste des risques politiques en Asie. Il a ajouté que le but de sa visite n’était pas clair. « La vérité est que Pelosi est un peu boiteuse. En janvier, elle ne sera probablement pas oratrice. C’est donc une question légitime de savoir ce qu’elle peut vraiment faire pour Taïwan dans les mois restants de son mandat en tant que présidente. Alors, quel est l’intérêt de tout cela ? C’est vraiment juste symbolique », a déclaré Feigold à Al Jazeera.



« Bonjour Monsieur Boulianne ! Toute ma gratitude et chapeau bas pour vos articles exceptionnels. »

Myriam

« L’honnêteté intellectuelle de Monsieur Boulianne fait que justement il est crédible, et quand il avance un fait, c’est qu’il l’a vérifié lui-même. »

Jean Ronchiato

« Cher Monsieur Boulianne, je suis ébahi par la qualité de votre recherche, de vos textes, et l’immense charge de travail que vous assumez avec la foi et l’intégrité d’un honnête homme. »

Damien Tremblay