Mon cousin au 15e degré, l’ambassadeur de France Nicolas de Bouillane de Lacoste, a quitté la Biélorussie à la demande de Minsk

Dans une vidéo d’une minute publiée sur le site de l’ambassade de France après son départ, Nicolas de Bouillane de Lacoste annonce, les traits tirés : « Mon épouse et moi-même devons hélas quitter la Biélorussie. » En poste depuis moins d’un an à Minsk – nommé par décret en septembre 2020, il a pris ses fonctions en novembre, quatre mois après la réélection d’Alexandre Loukachenko à la tête du pays –, l’ambassadeur français a été sommé par Minsk de quitter le territoire, à l’issue d’un ultimatum expirant lundi 18 octobre. Parti la nuit précédente, le diplomate explique en s’adressant aux Biélorusses : « Comme vous le savez, la France n’a pas reconnu le résultat de l’élection du 9 août 2020, et je n’ai pas remis mes lettres de créance. »

Ce spécialiste de l’Europe de l’Est, ancien premier conseiller, notamment, à l’ambassade de France à Moscou, entre 2012 et 2016, ajoute avoir « passé [en Biélorussie] des jours difficiles mais inoubliables », avant d’appeler son auditoire « à ne jamais perdre espoir en des jours meilleurs ». Tout au long de son message, Nicolas de Lacoste, 57 ans, s’exprime en biélorusse, langue désormais privilégiée par l’opposition au détriment du russe, demeurée la langue officielle dans cette ex-république soviétique. Cela lui a valu des remerciements sur les réseaux sociaux de la part des opposants et une volée de bois vert, à la limite de l’injure, des partisans et de certains médias proches du régime.

Le départ de Nicolas de Bouillane de Lacoste « est intervenu à la suite de la décision unilatérale des autorités biélorusses de mettre fin à l’agrément qui lui avait été délivré le 31 août 2020, en raison d’une non-présentation par l’ambassadeur de ses lettres de créance (au président biélorusse) Alexandre Loukachenko (…) en cohérence avec la position commune européenne de ne pas reconnaître la légitimité du résultat de l’élection présidentielle d’août 2020 », a, de son côté, expliqué le Quai d’Orsay. Paris a par ailleurs déploré une décision « injustifiée » des autorités biélorusses et annoncé avoir pris des « mesures proportionnées s’agissant de la représentation biélorusse en France ».

La France, à l’instar d’autres pays de l’Union européenne, n’a pas reconnu les résultats de la présidentielle d’août 2020, qui ont accordé un sixième mandat à Alexandre Loukachenko et ont suscité durant plusieurs mois des manifestations massives et sans précédent dans cette ex-république soviétique, alliée de la Russie de Vladimir Poutine. Nicolas de Bouillane de Lacoste devrait poursuivre sa mission à distance comme envoyé spécial de la France pour la Biélorussie.

Je vous rappelle que Nicolas de Bouillane de Lacoste est mon cousin au 15e degré, notre ancêtre commun étant Berthon (Barthelemy) de Bouillanne né vers 1430 dans la Vallée de Quint, dans la Drôme, en France. Il est le fils de Jean-Noël de Bouillane de Lacoste, lui-même ambassadeur de France, né le 23 décembre 1934 à Vendôme (Loir-et-Cher) et mort le 21 juillet 2020 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Ce dernier était Commandeur de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, ainsi qu’officier de l’Order Odrodzenia Polski, signifiant en français ordre de la Renaissance de la Pologne.


La Biélorussie rappelle son ambassadeur en France suite au départ de son homologue français de Minsk

Nicolas de Bouillane de Lacoste, ambassadeur de France

Après le départ de Biélorussie de l’ambassadeur français à la demande de Minsk, le pays dirigé par Alexandre Loukachenko a rappelé le 18 octobre son ambassadeur de Biélorussie en France, Igor Fissenko.

« L’ambassadeur de Biélorussie en France, Igor Fissenko, a été rappelé à Minsk pour consultations », a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère, Anatoli Glaz. L’ambassadeur de France à Minsk, Nicolas de Bouillane de Lacoste avait quitté la Biélorussie la veille à la demande des autorités. Selon la presse biélorusse, l’ambassadeur français a été sommé de quitter le territoire biélorusse au motif qu’il n’a jamais présenté ses lettres de créances au président Alexandre Loukachenko après la réélection de ce dernier en août 2020.

« La France n’a pas reconnu le résultat de l’élection du 9 août 2020, et je n’ai pas remis mes lettres de créance », a confirmé Nicolas de Bouillane de Lacoste dans un message vidéo diffusé le 18 octobre par l’ambassade de France à Minsk. Selon l’ambassade, le diplomate avait présenté le 8 décembre 2020 « la copie figurée de ses lettres de créance » au ministre des Affaires étrangères Vladimir Makeï.

« Nous avons passé ici des journées difficiles mais inoubliables […]. Nous avons rencontré de nombreuses personnes courageuses et fortes d’esprit », a souligné l’ambassadeur français dans son message vidéo, en promettant que son épouse et lui resteraient « toujours » aux côtés des Bélarusses.

Pour sa part, Anatoli Glaz a exprimé le même jour ses « regrets sincères » pour la non-remise des lettres de créance par l’ambassadeur français au président Alexandre Loukachenko. « Nous avons l’intérêt à rétablir entièrement le fonctionnement des deux missions diplomatiques », en France et en Biélorussie, a-t-il assuré.

Ces départs arrivent un peu plus d’un mois après que l’opposante soutenue par l’Union européenne Svetlana Tikhanovskaïa a été reçue au quai d’Orsay. Elle avait appelé « la France et le président Macron à agir de façon décisive dans la recherche d’une solution à la crise biélorusse ».

Cette dernière est poursuivie dans son pays depuis l’automne 2020 pour « appels à des actions portant atteinte à la sécurité nationale », crime passible de trois à cinq ans de prison.

Légifrance : Décret du 14 septembre 2020 portant nomination d’un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la République de Biélorussie – M. Nicolas de Bouillane de Lacoste.

RÉFÉRENCES :

La Banque mondiale et le FMI offrent des pots-de-vin et des conditions aux gouvernements pour imposer un verrouillage extrême

D’énormes prêts étrangers sont accordés à des nations souveraines par la Banque mondiale, le FMI, etc. Mais les conditions liées à ces prêts sont rarement communiquées par les gouvernements à leurs citoyens. Un cas récent en Biélorussie a révélé les conditions posées par ces agences pour l’octroi de prêts pour le COVID-19. Le président de la République de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a fourni des informations solides sur le fonctionnement de l’action contre le coronavirus. Il a déclaré lors d’une conférence de presse avoir reçu une offre monétaire importante de 92 millions de dollars de la part de l’Organisation mondiale de … Continuer de lire La Banque mondiale et le FMI offrent des pots-de-vin et des conditions aux gouvernements pour imposer un verrouillage extrême


Anthologie2020PUB007


« Cher M. Boulianne. Vous êtes l’un des plus importants piliers francophones rigoureux, pour l’information, au niveau d’articles éclectiques et de référence de vos textes. »

Damien Tremblay

« Vous lire et vous suivre dans tous vos écrits c’est entrer dans le ROC de la raison et en vérité. Je me réjouirais toujours de votre courage et dévouement charitable. »

Paul Philippe

« Mes remerciements pour votre excellent travail. »

Mélanie Berthiaume