Les « Fêtes apocalyptiques » de Meery Devergnas ont inspiré Guy Boulianne

L’une des personnes qui m’a le plus influencé au début de ma carrière artistique, il y a plus de 35 ans, est la poétesse Meery Devergnas.

Son recueil de poésie « Fêtes apocalyptiques » fut pour moi une véritable révélation. Sa poésie colorée et très imagée touchait de plein fouet mes cordes sensibles. Mais je vous raconte le plus fantastique :

Lors de ma première participation au Salon du livre de Montréal en 1983, alors que j’attendais en ligne pour obtenir mon badge d’auteur, je reconnu de dos celle qui m’inspira dans mon œuvre poétique. Je m’approchai par derrière auprès de cette personne, elle se retourna et c’était bien elle : Meery Devergnas ! Nous sympathisâmes immédiatement et nous restâmes ensemble durant un bon moment pendant ce salon du livre. Ce fut un moment réellement merveilleux et magique pour moi qui n’avait alors que 20 ans.

D’autres poètes m’ont inspiré dans ma jeunesse dont Michel Metthé, Germain Beauchamp, Ronald Després … sans oublier bien sûr Félix Leclerc. Le grand poète et rockeur américain Jim Morrison m’a aussi beaucoup influencé dans le style de ma poésie (au même titre que Meery Devergnas). Dans le domaine des arts visuels, ma plus grande influence aura été le frère Jérôme. Je dois aussi rendre un hommage au sculpteur Armand Vaillancourt et à la poétesse Janou Saint-Denis. Tous trois étaient des amis intimes.

L’Estonienne Meery Devergnas (née Krindatchevka le 25 mars 1912) quitte l’Union soviétique en 1922, à l’âge de dix ans. Elle a par la suite vécu dans de nombreux pays européens dont la Suisse et la France, où elle a reçu le Prix Découverte-Poésie pour son recueil « Reliquaires » (Paris, 1961) et une mention pour le prix international du Vichy (1963). Elle publie des poèmes et des traductions du poète russe Youri Galanskov. Elle se fixe à Montréal en 1963 où elle écrit un recueil de nouvelles, « Fuite » (1976).

Au Québec, sa carrière a été particulièrement féconde. C’est ici que la plupart de ses ouvrages ont été édités. Essayiste, elle a écrit pour Le Devoir de nombreux articles sur la littérature russe et soviétique. Membre de la Société des poètes canadiens-français, de la Société des écrivains canadiens-français depuis 1967 et du PEN Club international depuis 1973, Meery Devergnas a collaboré aux revues « Poésie », « Incidences », « Le Monde moderne », « Catacombes » (Paris), etc.

Fonds Rina Lasnier – 1895-2002 (cote : MSS264). Poèmes de Meery Devergnas.

À l’occasion de son retour d’Europe, Meery Devergnas a remis à la BAnQ l’ensemble de ses papiers concernant son séjour de 25 ans au Québec. Son fonds contient les manuscrits de ses principales oeuvres : « Tec-Tec », « Fête apocalyptique », « Fuite ». On y trouve de plus un grand nombre d’articles qu’elle a rédigés sur la littérature russe et soviétique. Par ailleurs, plus de la moitié du fonds est constituée d’une riche correspondance avec, entre autres, Rina Lasnier, Pierre Mathieu, Claire Delamirande, Reine Malouin, Suzanne Paradis.

Meery Devergnas nous a quittés paisiblement dans son sommeil à l’âge de 101 ans. La cérémonie religieuse fut célébrée samedi 14 septembre 2013 en l’église de Notre-Dame de Cholet, en France. Meery repose au funérarium Gillard-Mathon.

________________

RÉFÉRENCES :