SOUVENIR — Guy Boulianne et les Mille Poètes à Carcassonne le 14 octobre 2006

Je viens de me remémorer un très bon souvenir… celui du jour où j’ai réuni une vingtaine de poètes et d’auteurs dans cette belle cité de Carcassonne pour une journée mémorable de poésie, de déclamation et de convivialité. C’était il y a treize ans, le 14 octobre 2006.

Ce jour-là, les poètes s’étaient déplacés des quatre horizons de la France pour se rassembler en ce lieu mythique des troubadours médiévaux et de la dynastie des rois velus. Du virtuel au réel, nous étions tous là : Adjel Hamida, Brigitte Willigens, Andréa et Elisa Noël, Pascale Bataille, Léo Vernay, Cathy Raynal, Christiane Kuhk, Claudéa Vossbeck L’Hoëst, Jacques Thorin, Sébastien Lhéritier, Pierre et Jessica Pellegrini, Jenny Marty, Philippe Lemoine, Marie-Pierre Demon, Michel Larroche, Nathalie Racine, Daniel Lenoir et Liza Lo Bartolo Bardin. Amel Hamdi Smaoui avait même fait le déplacement de la Tunisie pour lire ses Haïkus.

Pour ma part, j’avais rassemblé tous ces gens à partir de Montréal. Je pris l’avion le 9 octobre pour atterir à Toulouse, la Ville Rose, capitale des comtes protecteurs des libertés méditerranéennes. Le symbole reprenait vie. Comment les Mille Poètes auraient-ils pu choisir un meilleur endroit pour se réunir ? Cette région où — il y a 800 ans — les peuples se côtoyaient dans la plus grande tolérance et où le commerce florissant entre l’Orient et l’Occident faisait des jaloux dans le royaume de France.

Nous nous étions tous rassemblés à l’Auberge de Jeunesse de Carcassonne située au 8 rue Raymond Roger Trencavel. Après nous être installés dans la “salle de récital” et avoir déposé nos livres sur la table de présentation, nous décidâmes d’aller déjeuner sur la Place Centrale de la Cité. Nous nous sentions comme des rois et des reines. Nous prenions alors toute la place. Comme l’écrivait si bien notre ami Pierre Pellegrini : « J’y pense ! Nous sommes quand même les seuls à avoir réussi à prendre cette cité contre les murs de laquelle des armées entières se sont cassé les dents ! ». Après nous être repus de bon vin et de bonne chaire, nous partîmes en direction de notre rendez-vous ultime : notre récital de poésie.


Après le récital nous nous sommes réunis dans la salle de banquet où nous avons goûté au repas « hum comment dire ? Très Moyen-Ageux avec des tranches de pain en guise d’assiettes », comme disait le jeune Léo Vernay, alias le Poète Noir. Le père de Sébastien nous offrit trois ou quatre bouteilles de vin. Les poètes continuèrent à déclamer leurs vers tandis que je pris la parole à quelques reprises… entre autres pour souhaiter un joyeux anniversaire à Sébastien.

Oh mais ce n’était pas terminé. Ce serait peu connaître les poètes que de penser le contraire… La soirée se poursuivit dans une superbe cour, au sein de la cité médiévale : La Cave à Vin. Entre deux tournées de bière et de boissons diverses, les poètes continuèrent à déclamer leurs poésies. Et c’est ici que prend tout le sens du mot « poète ». Nous vivions à fond notre rôle de trouvères. Nous assistions à la renaissance des troubadours en ce lieu symbolique par excellence. Les comtes de Toulouse et de Carcassonne pouvaient être fiers de nous !

Nous en avons gardé un merveilleux souvenir puisque, peu de temps après, nous avions publié un album de 76 pages incluant les textes de plusieurs des participants, ainsi que des photos en couleur de cet événement poétique. Je viens de rendre à nouveau cet ouvrage disponible. Vous pouvez le consulter et le télécharger ci-dessous, ou bien acheter un exemplaire au format papier. Deux options vous sont alors offertes : le livre illustré en noir et blanc à $ 12.50 CAD, ou bien le livre illustré en couleur à $ 27.75 CAD.


Préface de Abdelouahid Bennani

Abdelouahid Bennani
Abdelouahid Bennani

Tandis que les Mille Poètes déclamaient leurs poésies dans la Citée médiévale de Carcassonne, à mille lieux de chez moi, j’essayais de suivre l’événement derrière mon écran.

Le moniteur ne transmettait aucune image, aucun son qui aurait pu venir de là. En vérité, je ne m’attendais à aucun miracle et n’avais besoin que de sa lumière que je fixais constamment dans l’attente d’un quelconque message pouvant informer sur le déroulement de la journée.

Ce ne fut que bien tard dans la nuit que des images furent publiées. C’était bien ce que j’imaginais : la poésie fut couronnée, elle était la reine incontestée de la journée.

Jour après jour des centaines de photos, de messages, de témoignages remplirent le site des Mille Poètes. Les pseudonymes prirent alors un visage. Les discussions se firent de bouche à oreille. Les salutations virtuelles cédèrent aux embrassades. Qui aurait cru un jour que du virtuel on allait pouvoir accéder au réel ?

Ce que j’aurais donné pour être de la fête ! Je ne manquais pas de le dire carrément sur la Page Web Souvenir.

« Posté le 30/11/2006 19:19:08

« Bonsoir à tous les heureux participants à la rencontre de Carcassonne J’ai passé, hier, deux merveilleuses heures à lire, à visionner et à écouter les témoignages sur cette historique manifestation culturelle des Mille Poètes.

« J’ai pu suivre le voyage de notre Guy.
J’ai vu des visages amis sur les 300 photos souvenirs. J’ai écouté Jacques Thorin, Guy et Philippe à la radio.

« J’étais si heureux d’appartenir à ce coin de l’amitié et de la poésie. Mais j’avais aussi un petit pincement au coeur pour n’avoir pas été de la fête, je l’admets.

« Cette rencontre est une expérience unique, historique, magique. Je vous en félicite.
Amitiés… Wahid »

Des écrits en vers et en prose composent ce magnifique ouvrage collectif qui relate cette formidable journée du 14 octobre 2006. Et on est impressionné par cette profonde trace qu’a laissée cette journée mémorable chez chacun des participants.

Chacun des heureux participants va pouvoir apporter, en vers et en prose, ses impressions, ses sentiments, ses rires, ses pleurs. Son voyage en train, en voiture… son retour chez-lui… le lendemain de la rencontre…

___________