Association canadienne du clan Sinclair

Clan Sinclair CanadaL’auteur et éditeur Guy Boulianne est membre de l’Association canadienne du clan Sinclair depuis 2001. L’Association canadienne du clan Sinclair – qui est une association de rassemblement familial – a vu le jour dans les années 60 avec les réunions informelles d’une famille Sinclair basée en Ontario. Le CSAC est maintenant une organisation nationale et fait partie du Clan Sinclair dans le monde entier.

Depuis l’an 2000 et le premier rassemblement international du clan Sinclair en Écosse, le clan Sinclair est devenu véritablement international. Les liens avec les collègues Clansmen et Clanwomen au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie sont devenus plus forts et plus profonds. Des amitiés profondes se sont forgées lorsque les membres se rencontrent à des rassemblements à travers le monde.

L’Association et ses organisations locales — la Nova Scotia Society, la section de l’Ontario et la section de l’Ouest canadien — tiennent des rassemblements et des réunions dont la fraternité et la bonne humeur sont les principaux ingrédients. Les événements sont annoncés dans le bulletin, Roslin O Roslin, qui est envoyé aux membres du CSAC chaque trimestre.

Les membres du clan partagent des informations historiques et généalogiques, souvent par le biais de la lettre d’information. Le clan est représenté aux Highland Games pendant l’été, particulièrement en Ontario. Les organisations locales tiennent leurs propres réunions régulières, et tous les quatre ans il y a un rassemblement de clan national pour l’élection des officiers, mais principalement pour rencontrer et saluer de vieux amis.

À propos de la famille Sinclair

La famille Sinclair est une famille écossaise. Sinclair devint le nom du clan écossais qui lui est rattaché, et dont font partie les Rosslyn et les Caithness. Le nom est orthographié de différentes façons, suivant les époques et les usages. Le nom original de Saint-Clair a évolué en Saint Clare après l’arrivée en Écosse puis Sinclair à partir de la fin du XVIe siècle lorsque deux branches sont apparues.

Les Caithness adoptèrent la forme Sinclair. Les Rosslyn préfèrent encore l’ancienne forme de Saint Clare ou parfois St. Clair. Sinclair est néanmoins la forme la plus courante et celle utilisée dans la Scottish Clan and Familly Encyclopedia1 et dans le Webster’s New biographical Dictionnary.

Les Sinclair sont d’origine normande, et leur nom dérive de Sancto Claro, un nom commun de lieu en Normandie. En 1280, William Sinclair, shérif d’Édimbourg se voit attribuer le titre de baron de Rosslyn. Son fils Henry combat à la Bataille de Bannockburn pour Robert Ier d’Écosse en 1314.

William, le fils d’Henry, qui luttait contre les arabes en Andalousie sur le chemin de la Terre-Sainte, y est assassiné en 1330. Henry Sinclair, petit-fils de William Sinclair et héritier par sa mère de droits sur les Orcades, est reconnu comme comte des Orcades par Haakon VI de Norvège en 1379. En 1455, le roi Jacques II d’Écosse concède le titre de comte de Caithness au troisième comte Sinclair.

À la mort en 1676 sans héritier de George Sinclair, 6e comte de Caithness, criblé de dettes, John Campbell de Glenorchy, qui avait mis la main sur la majeure partie des domaines hypothéqués, revendique le titre. Celui-ci fut néanmoins restitué à une lignée cadette de la famille Sinclair, six ans plus tard, sur ordre du Parlement.

Parmi les membres importants de la famille, il faut citer :

  • William de Saint Clair ou Saint Clare (1240-1303), l’un des chefs de la révolte écossaise contre Édouard Ier d’Angleterre
  • Sir William Saint Clare ou Sinclair (?-1330), mort en Andalousie en chemin pour la Palestine, où il emportait le cœur de Robert Bruce.
  • Henry Saint Clare ou Sinclair (ca. 1355-1404) Comte des Orcades, conquiert les îles Féroé et Shetlands alors possessions norvégiennes. Aurait voyagé en 1395 jusqu’au Groenland et peut-être en Amérique en compagnie de l’explorateur vénitien Antonio Zeno.
  • Sir William Sinclair, premier comte de Caithness (?1404-1480), Lord Chancelier et régent d’Écosse.
  • George Sinclair, 4ème Earl de Caithness (?-1582), féroce partisan de Marie d’Écosse
  • Général Arthur St. Clair (1737-1818), militaire et homme politique, un des présidents du Congrès Continental américain, premier gouvernement des États-Unis.
  • Sir John Sinclair (1754-1835), économiste. L’un des fondateurs de la statistique.
  • Catherine Sinclair (en) (1800-1864) écrivain pour enfants.

De nombreux membres de la famille servirent les rois de France dans la Garde écossaise.

Henry I Sinclair, comte d’Orkney

Henry I Sinclair, comte d’Orkney, seigneur de Roslin (vers 1345 – vers 1400) était un noble écossais et norvégien. Sinclair détenait le titre de comte d’Orkney (qui fait référence à Norðreyjar plutôt qu’aux îles d’Orkney) sous le roi de Norvège. Il était parfois identifié par une autre orthographe de son nom de famille, St. Clair. Il était le grand-père de William Sinclair, 1er comte de Caithness, le constructeur de la chapelle de Rosslyn. Il était surtout connu aujourd’hui en raison d’une légende moderne selon laquelle il a participé à des explorations du Groenland et de l’Amérique du Nord près de 100 ans avant Christophe Colomb. William Thomson, dans son livre “The New History of Orkney”, a écrit : « Le destin singulier de Earl Henry a été de jouir d’une réputation posthume en constante expansion qui n’a que très peu à voir avec tout ce qu’il a accompli dans sa vie. »

Henry Sinclair était le fils et l’héritier de William Sinclair, seigneur de Roslin, et de sa femme Isabella (Isobel) de Strathearn. Elle était fille de Maol Ísa, Jarl des Orcades. Le grand-père maternel de Henry Sinclair avait été privé d’une grande partie de ses terres (le comté de Strathearn étant complètement perdu au profit du roi d’Écosse).

Quelque temps après le 13 septembre 1358, le père d’Henry mourut, moment auquel Henry Sinclair succéda en tant que baron de Roslin, Pentland et Cousland, un groupe de propriétés mineures à Lothian.

Bien que le Jarldom norvégien d’Orkney ne soit pas un poste héréditaire, les nominations successives se sont déroulées comme si elles l’avaient été. Après une vacance de 18 ans, trois cousins ​​— Alexandre de L’Arde, seigneur de Caithness; Malise Sparre, seigneur de Skaldale; et Henry Sinclair — étaient rivaux pour la succession. Essayant initialement de L’Arde en tant que capitaine des Orcades, le roi Haakon VI de Norvège a été rapidement déçu du comportement de de L’Arde et l’a renvoyé.

Le 2 août 1379, à Marstrand, près de Tønsberg, en Norvège, Haakon choisit Sinclair plutôt que Sparre, investissant Sinclair avec le Jarldom ou Earldom dans la pairie d’Écosse. En retour, Henry s’est engagé à payer une redevance de 1000 nobles avant la Saint-Martin (11 novembre) et, lorsqu’il y est appelé, à servir le roi sur les Orcades ou ailleurs avec 100 hommes entièrement armés pendant 3 mois. On ne sait pas si Haakon VI a jamais tenté de faire appel aux troupes promises par Henry ou si l’un des frais a été effectivement payé.

Pour garantir le respect de l’accord, le nouveau jarl laissa des otages derrière lui lorsqu’il quitta la Norvège pour les Orcades. Peu de temps avant sa mort à l’été 1380, le roi autorisa les otages à rentrer chez eux. En 1389, Sinclair a assisté à la salutation du roi Eric en Norvège, en promettant son serment de fidélité. Les historiens ont émis l’hypothèse qu’en 1391, Sinclair et ses troupes avaient tué Malise Sparre près de Scalloway, paroisse de Tingwall, Shetland.

Henri Santo Claro (Henry St. Clair) a signé une charte du roi Robert III en janvier 1404. On suppose qu’il est décédé peu de temps après, bien que son fils n’ait pris le titre qu’en 1412. Par conséquent, il mourut quelque part entre 1404 et 1412, tué dans une attaque sur Orkney, peut-être par des marins anglais ou dans une attaque du sud.

Le prétendu voyage en Amérique du Nord

L’une des théories les plus courantes à propos de Sinclair est qu’il a été l’un des premiers Européens à visiter l’Amérique du Nord lors d’un voyage antérieur à Christophe Columb. En 1784, il fut identifié par Johann Reinhold Forster comme étant peut-être le prince Zichmni décrit dans des lettres prétendument écrites vers l’an 1400 par les frères Zeno de Venise, dans lesquels ils décrivent un voyage à travers l’Atlantique Nord sous le commandement de Zichmni.

Certains partisans de la théorie soutiennent qu’il existe des sculptures en pierre de plantes américaines dans la chapelle de Rosslyn en Écosse. La chapelle a été construite par le petit-fils de Henry Sinclair William Sinclair et a été achevée en 1486. ​​Columb a fait son premier voyage en 1492. Ceci est considéré par les écrivains Christopher Knight et Robert Lomas comme une preuve irréfutable de la théorie selon laquelle Sinclair avait navigué en Amérique, bien que les chercheurs ont dit que les plantes sont simplement des représentations stylisées de plantes européennes communes.

De plus, certains écrivains comme l’historien amérindien Evan Pritchard ont affirmé que Glooscap, la figure du héros spirituel du peuple micmac, était en fait une représentation d’un des premiers explorateurs européens, probablement Henry Sinclair.

L’affirmation selon laquelle Henry Sinclair a exploré l’Amérique du Nord a été popularisée par plusieurs autres auteurs, notamment par Frederick J.Pohl, Andrew Sinclair, Michael Bradley, William S.Crooker (qui prétendait avoir découvert le château d’Henry Sinclair en Nouvelle-Écosse), Steven Sora, et plus récemment par David Goudsward. L’allégation repose sur plusieurs propositions distinctes :

  • Que les lettres et la carte attribuées aux frères Zeno et publiées en 1558 sont authentiques.
  • Que le voyage décrit dans les lettres comme effectué par Zichmni vers 1398 au Groenland a effectivement atteint l’Amérique du Nord.
  • Ce Zichmni est Henry Sinclair.

Le récit du voyage de Sinclair est étroitement lié à l’affirmation selon laquelle Henry Sinclair était un chevalier templier et que le voyage était parrainé par ou mené pour le compte des Templiers, bien que l’ordre ait été supprimé près d’un demi-siècle avant la vie de Henry.

Knight et Lomas supposent que les Templiers ont découvert sous le Mont du Temple à Jérusalem une archive royale datant de l’époque du roi Salomon qui déclarait que les Phéniciens de Tyr ont voyagé vers un continent occidental à la suite d’une étoile appelée « La Merika ». Selon Knight et Lomas, les Templiers ont appris que pour naviguer vers ce continent, ils devaient suivre une étoile du même nom. Sinclair aurait suivi cette voie.

Les affirmations persistent que la chapelle de Rosslyn contient des images des Templiers. Andrew Sinclair spécule que la dalle de la tombe maintenant dans la crypte est celle d’un chevalier templier: selon l’auteur Robert Lomas, la chapelle a également une gravure représentant un templier tenant l’épée sur la tête d’un initié, soi-disant pour protéger les secrets de les templiers. La chapelle de Rosslyn a été construite par Sir William St Clair, dernier comte de St Clair d’Orkney, qui était le petit-fils de Henry.

Guy Boulianne était en relation directe avec Monsieur Niven Sinclair, fondateur du Clan Sinclair Trust et protecteur de la Chapelle de Rosslyn, en Écosse, avec lequel il avait entrepris une longue correspondance Écosse/Québec. D’ailleurs, à l’été 2001, Guy Boulianne avait écrit un communiqué pour le bulletin du Clan Sinclair, Roslin O Roslin, dans lequel il établissait la relation entre la famille Sinclair, les Mérovingiens, les Templiers et la descendance Davidique.