Publications

Le Prince Fou (tome 2), par Guy Boulianne

ISBN : 978-1-77076-721-8
Format : 146 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Ce livre de Guy Boulianne est un recueil de textes écrits et publiés sur son site internet entre les mois de juin 2016 et janvier 2017. Il fait suite au premier tome qui introduisait le lecteur dans sa quête personnelle, à la fois spirituelle et historique. De la France mystérieuse aux origines de sa famille, le lecteur pouvait alors le suivre dans ses découvertes qu’il partageait sans aucune retenue.

Dans ce nouvel ouvrage, l’auteur se concentre à élucider les origines de ses ancêtres. Du vicomte de Nîmes Ursus au capitaine de milice Jean-Marc de Bouillanne, en passant par le magistrat Paul Boyer de Bouillane, il remonte le cours de l’histoire et réussi à lier les dates, les lieux et les événements pour en faire un ensemble cohérent.

Il souhaite maintenant aller plus loin en utilisant les analyses ADN-Y, couplées à des analyses ADN autosomal, pour démontrer si — oui ou non — la famille de Bouillanne est liée par le sang aux familles de Planta et Planta de Wildenberg. En effet, les deux familles ont habité les mêmes régions, c’est-à-dire le Dauphiné en France et la Suisse, elles ont participé à l’Assemblée de Vizille en 1788, qui préfigura la Révolution Française, et elles possèdent le même meuble sur leurs blasons respectifs, soit la Patte d’Ours. Le généalogiste par ADN Jean-Pierre Gendreau-Hétu lui écrivait : « J’espère que cette expérience réussira! Vous pourriez réussir à établir une des plus anciennes signatures ADN-Y de France connues à ce jour! »

« Connais-toi toi-même » est le précepte qui est gravé à l’entrée du temple de Delphes. Inlassablement, Guy Boulianne poursuit sa quête du graal qui lui découvrira les secrets enfouis sous les voiles du temps. L’auteur vous convie donc à le suivre sur ce fil d’Ariane.

PRIX : 15.75 $CA

Bouton-Acheter-FR

Disponible au format PDF – 6.50 $ >>>>


Le Prince Fou (tome 1)Le Prince Fou (tome 1), par Guy Boulianne

ISBN : 978-1-77076-594-8
Format : 152 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Voici le premier d’une série d’ouvrages relatant des faits historiques souvent oubliés ou méconnus du grand public, des faits historiques qui se rattachent à des noms, à des dates, à des événements et à un symbolisme pouvant difficilement être réfutés. Comme dit le proverbe : « La force de vie sacrée, invisible et puissante, contient la mémoire du passé et la vision du futur. Elle permet à la création de se manifester dans la matière ici et maintenant ». Depuis des années, Guy Boulianne scrute la mémoire collective et la mémoire de son être, afin de restituer une vérité enfouie au plus profond de lui-même et au plus profond des souvenirs humains. Chapitre après chapitre – tel un journal intime – il conduit le lecteur dans sa Quête du Graal et lui donne les clés pour une meilleure compréhension du monde passé, actuel et à venir. Avec lui, l’histoire secrète de la France refait surface et se transporte sur cette terre d’accueil qu’est la Nouvelle-France.

Au fil des pages, l’auteur restitue toujours un peu plus l’histoire de sa famille qui trouve son origine dans les temps les plus reculés et qui remonte au Prince Ursus, descendant du roi mérovingien Dagobert II, de la princesse wisigothe Gisèle de Rhedae et de l’exilarque Makhir ben Habibaï, représentant du puissant judaïsme babylonien. Cette marque de noblesse est inscrite sur le blason familial : « d’azur à une patte d’ours d’or, mise en bande ». Tel Arthur sur son dextrier, l’épée Excalibur en main, Guy Boulianne pourfend les dragons – gardiens des trésors – et partage avec vous la substantifique moelle de ses recherches.

« L’histoire est le témoin des temps, la lumière
de la vérité, la vie de la mémoire, l’institutrice
de la vie, la messagère de l’antiquité. »
– Cicéron, homme d’état et philosophe

PRIX : 15.75 $CA

Bouton-Acheter-FR

Disponible au format PDF – 7.90 $ >>>>

Traductions : espagnol |


Avant-propos d’un prince fou, par Guy Boulianne

ISBN : 978-1-926723-10-5
Format : 56 pages, 6 x 9 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Guy Boulianne, quoique jeune encore (20 ans), nous livre ici son premier recueil de poèmes. Poète autodidacte, il n’est d’aucune école sinon celle de la vie avec ses aléas quotidiens et ses instants fugaces de joie intérieure. Ses poèmes reflètent dans un premier temps sa prise de possession du monde qui l’entoure, puis phénomène d’osmose, il recrée ce monde dans un symbolisme subtil, visionnaire.

Symbolisme fait de correspondances où les sons et les couleurs se heurtent faisant naître une musique qui trahit la passion, la révolte, la douceur :

  • douceur où s’échappe une sensibilité naïve et délicate ;
  • passion où perce une sensibilité sensuelle et amoureuse ;
  • révolte où gronde une sensibilité profonde et cruelle.

— Bernard Tanguay (1983)

  • Ce recueil de poèmes fut publié une première fois en 1983.

PRIX : 9.99 $CA


La bataille des saints, par Guy Boulianne

ISBN : 978-1-926723-09-9
Format : 76 pages, 6 x 9 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

En lisant « la Bataille des saints » de Guy Boulianne, le lecteur y découvre l’oeuvre d’un jeune poète. La jeunesse y laisse sa trace. C’est vrai que la poésie n’attend pas ; Rimbaud, Nelligan n’ont-ils pas écrit leurs oeuvres avant qu’ils eurent vingt ans. Le poète lance son cri vibrant, il se cogne au mur de la dure réalité de la vie. La vie, la mort, l’amour, la solitude, le rejet sont les thèmes de ce recueil : « A savoir si je mourrai avant même de frôler ma destinée », écrit-il.

Le drame de toute cette jeunesse d’aujourd’hui est ici noir sur blanc.

Seul, il ose crier son mal de vivre et espère se faire entendre au-dessus du tintamare universel. Ce qu’il faut être jeune pour espérer qu’un poème puisse changer les règles de notre société. Voilà une réflexion dû à mon vieil âge.

Le poète croit à la magie du verbe, ne lui coupons pas les ailes. Il faut l’écouter, c’est la chance que je vous souhaite.

— Raymonde Lacasse, artiste-peintre

  • Ce recueil de poèmes fut publié une première fois en 1987.

PRIX : 9.99 $CA


Les Biflides se souviennent, par Guy Boulianne

ISBN : 978-1-926723-07-5
Format : 40 pages, 8.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur : Encre intérieure, couleur pure,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Avant de lire « Les Biflides se souviennent », il serait peut-être préférable de lire d’abord les « Avant-propos d’un prince fou » de Guy Boulianne si l’on veut de la clarté et du sens, des vers et des verbes qui raisonnent. Car une fois sur Les Biflides se souviennent, tous les liens avec le réel seront coupés. Le non-sens sera roi. Le rêve de substituera au réel. L’imagination épousera les fantasmes les plus enfouis. Le monde finira d’être ce qu’il est vraiment pour devenir ce qu’il devrait être par la force de l’imaginaire. Hommes, plantes et animaux ne feront plus qu’un. Fusion de tous les êtres, de toutes les créatures. Le petit être deviendra grand et le grand deviendra petit. Aucune notion de temps. Aucune notion d’espace. Aucun souci de forme, ni du beau, ni de l’utile.

Il serait préférable, avais-je dit, de lire d’abord les Avant-propos d’un prince fou car on trouve déjà dans son « Cauchemar », ces choses aux formes rondes, ces animaux bizarres, ces danses d’orgie, ces couleurs de mille feux, ces fleurs et ces plantes hallucinogènes qui poussent dans l’eau et cette sensation de bien être quand on rêve, qu’on retrouvera une fois sur Les Biflides se souviennent et ses illustrations.

Illustrations qui, au lieu d’apporter un quelconque éclairage, inversent toutes les perceptions que nous avons de la vie et des choses. C’est comme si l’on voyait du mauvais côté des jumelles. Ce sont des détails tirés du célèbre tableau de Jérôme Bosch à trois panneaux « Le jardins des délices». L’auteur a choisi le panneau du centre qui représente le paradis terrestre où les animaux et les hommes vivent en harmonie. Une harmonie démoniaque, soutiennent ceux qui n’y voient que sexe, sodomie et perversion.

Guy Boulianne annonce déjà que c’est un court récit de voyage surréaliste et complètement absurde. C’est donc un monde dicté par la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison. Les propos comme les images échappent à toute logique ou à tout sens commun. C’est là la toute puissance du rêve.

Mais comment et pourquoi lire un récit de voyage où il n’y a rien à comprendre ? Quel intérêt revêt un écrit dépourvu de tout sens de toute préoccupation esthétique ou morale.

En sachant que Guy Boulianne est à la fois poète et peintre qui a ouvert ses propres galeries d’art, qui a vécu en ermite s’entourant de ses livres, on s’approche peut-être de la réponse. Car j’imagine qu’il faut agir avec son récit de voyage de la même manière qu’avec une production picturale. C’est-à-dire qu’il faut fermer les yeux, rompre avec le monde rationnel et se laisser emporter par les images et seulement par les images que suggèrent ses vers.

Il y a effectivement de nombreuses images mais qui ressemblent parfaitement aux détails d’un gigantesque tableau, à l’image de celui de Bosch « Le jardin des délices ». Elles sont aussi dignes de ce peintre gothique du quinzième siècle. J’en ai dénombré seize. Il va sans dire que c’est un compte tout à fait subjectif puisque dans pareils cas, à chacun d’imaginer le message et la signification des images, à chacun de retrouver sa petite vallée personnelle.

Les Biflides se souviennent est un court récit de voyage où le pinceau et la plume se confondent comme se confondent les personnages de Bosch. Des images à regarder, des vers à lire de « l’intérieur ».

Nous avons, certes, l’habitude d’écrire noir sur blanc, mais que se passerait-il si nous écrivions blanc sur noir ?

— Abdelouahid Bennani, poète

  • Illustré par Jérôme Bosch : Le Jardin des délices (1480-1490).

PRIX : 18.00 $CA