MISE À JOUR D’URGENCE: Trudeau admet que l’entraînement à la guerre d’hiver des militaires chinois s’est produit (info de Rebel News)

[MISE À JOUR DE REBEL NEWS] Hier, nous avons publié un document explosif : 34 pages de secrets militaires détaillant comment les Forces armées canadiennes (FAC) se sont entraînées avec l’Armée populaire de libération de la Chine (APL). Vous pouvez le constater par vous-même en cliquant ici ou en allant sur www.TheChinaFiles.com. Ce qui est si étonnant à propos de ces fichiers, c’est qu’au lieu que les secrets nationaux soient masqués par les censeurs militaires, ils ont simplement été grisés — ils sont donc parfaitement lisibles. (Peut-être qu’un dénonciateur nous l’a donné exprès pour sonner l’alarme sur l’inconduite de Trudeau.)

Les documents montrent que Trudeau a mené 18 projets militaires différents avec la Chine en 2019. Nous formions l’ennemi. Mais ensuite, les FAC ont voulu annuler une séance d’entraînement à la guerre d’hiver pour l’APL, prévue pour la BFC Petawawa en Ontario, avertissant qu’elle risquait un « transfert de connaissances » aux Chinois. Cela a mis Trudeau en colère, qui a ordonné aux FAC de ne plus annuler de séances d’entraînement pour l’APL sans sa permission.

Au cours de la période des questions d’aujourd’hui, le ministre de la Défense de Trudeau, Harjit Sajjan, a tenté de s’attribuer le mérite d’avoir annulé cette session, accusant bizarrement Stephen Harper. (C’est un mensonge, bien sûr – les China Files montrent clairement que les libéraux ont tout fait pour maintenir la formation de l’APL sur la bonne voie.) Mais il y a quelques minutes à peine, nous avons appris une évolution choquante : le porte-parole de Trudeau a admis à Joe Warmington du Toronto Sun qu’en fait, une délégation de l’APL avait visité le Canada en février 2018 pour un entraînement hivernal. C’est difficile à croire, mais un premier ministre canadien a vraiment enseigné aux troupes chinoises nos secrets de guerre d’hiver — et les a cachés aux Canadiens.

Je note que, jusqu’à présent, la SRC n’a pas dit un mot au sujet des China Files. Cela a du sens — ils sont le diffuseur d’État de Trudeau. Tout comme le diffuseur d’État chinois Xinhua, ils ne rapportent que ce que leur maître leur dit.

Votre sincèrement,
Ezra LEVANT

TORONTO SUN : Les troupes chinoises communistes ont observé des exercices militaires sur le sol canadien

Le ministère de la Défense nationale a confirmé que l’Armée populaire de libération de la Chine était effectivement sur le sol canadien en février 2018 pour les exercices d’entraînement d’hiver des Forces armées canadiennes. Mais le MDN insiste sur le fait qu’ils n’étaient là qu’à titre d’observateurs. « Nous ne nous entraînons pas avec l’APL », a déclaré un porte-parole du MDN au Toronto Sun. « Cependant, sur la base d’un accord signé en 2013, il y a eu l’octroi occasionnel et réciproque du statut d’observateur pour des activités non sensibles, y compris des exercices de survie hivernale. »

L’Accord Canada-Chine sur la promotion et la protection réciproque des investissements est entré en vigueur en 2014 alors que Stephen Harper était encore premier ministre. Il ne semble pas y avoir de référence à cet accord concernant l’armée dans les documents obtenus par Rebel News et rapportés jeudi par le Globe and Mail. Mais ces documents indiquaient que les Affaires mondiales du Canada étaient préoccupées par les coquilles d’œufs diplomatiques entourant l’annulation des exercices d’hiver de 2019 de la Chine communiste en raison de la détention des Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig, qui sont maintenant emprisonnés en Chine depuis deux ans.

Une série de rapports et de courriels indiquent une réticence de la part du chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, et du major-général de l’Aviation royale canadienne, Derek Joyce, à aller de l’avant avec ces efforts conjoints.

Avant la détention des « Deux Michaels » et l’arrestation par le Canada du dirigeant d’entreprise de Huawei, Meng Wanzhou, sur des accusations portées par les États-Unis, le MDN reconnaît maintenant que la version 2018 des exercices d’hiver avait des soldats en uniforme de l’APL ici dans le cadre d’un accord entre le Canada et la Chine. « Par exemple, une délégation de l’armée canadienne s’est rendue en Chine en janvier 2018, tandis qu’une délégation de l’APL s’est rendue au Canada en février de la même année », a déclaré le porte-parole.

Les documents indiquent que la formation hivernale a eu lieu à la BFC Petawawa. « Oui à Petawawa », a déclaré le MDN. Mais le MDN déclare qu’« il n’y a eu aucune activité réciproque de statut d’observateur en 2019 ou 2020. » Bien que contactée, la Maison Blanche du président Donald Trump a déclaré qu’elle n’avait pas de commentaire jeudi. L’alliance de l’OTAN, dont le Canada est membre et non la Chine, n’a pas non plus fait de commentaires jusqu’à présent.

Pendant ce temps, on ne sait toujours pas si le statut d’observateur couvre les officiers supérieurs au niveau du colonel ou au niveau général venant participer à des programmes d’éducation militaire au Canada comme les documents l’indiquent. « Nous allons vérifier, mais le creusement requis pourrait prendre un certain temps », a déclaré le MDN.

Des documents, qui n’ont pas été effectivement expurgés pour dissimuler des documents classifiés, indiquent que les engagements des Forces armées canadiennes avec « l’Armée de libération du peuple chinois » au Canada devaient inclure des membres de l’APL participant au Programme des valeurs mobilières du Canada au CFC (Collège des Forces canadiennes) de Toronto. Le document indique « 2 membres de l’APL, typiquement au niveau Sr. Col, Col ou LCol » à confirmer.

D’autres cours similaires sont également mentionnés à Kingston, mais l’un de ce collège historique de Toronto s’est démarqué car il a été un terrain fertile pour tant de généraux qui ont gravi les échelons. Un autre document parle d’un « Dialogue des commandants de l’éducation militaire » impliquant une « délégation de niveau 1 ou 2 étoiles » et d’un autre « Dialogue de coordination de la défense CAF-PLA » impliquant une « délégation de niveau 2 étoiles ». Le MDN a indiqué que les invités qui ont participé à ce programme sont hébergés au « Holiday Inn Yorkdale 3450 Dufferin Street ».

On ne sait pas si des invités de Chine se sont enregistrés. Mais il est maintenant clair, et d’après les archives, les troupes chinoises de l’APL se trouvaient à la BFC Petawawa.