À propos du livre de l’ufologue, astrophysicien, informaticien et auteur français, Jacques Vallée, intitulé “Ovni : La grande manipulation”

Voici un autre ouvrage important qui fera lui aussi partie de la bibliographie de mon prochain livre, “CERN : La porte de l’enfer – La Guerre des mondes est ici, maintenant !”. Il s’agit du livre de l’informaticien, astrophysicien, ufologue et auteur français, Jacques Vallée, intitulé “Ovni : La grande manipulation” (Éditions du Rocher, 1983). Il s’agit de la traduction française du livre original “Messengers of deception” que je possède aussi, et qui fut publié en 1979 par And/Or Press à Berkeley, en Californie. Voici comment se décrit le livre de Jacques Vallée : Trop de cas de contact « accidentel » avec des extraterrestres… des cultes d’OVNI priant le ciel… des armes « psychotroniques » secrètes pour infléchir l’esprit humain. Les preuves que Jacques F. Vallée révèle, après de nombreuses années d’investigation scientifique, s’ajoutent à quelque chose de plus menaçant que les monstres de l’espace extra-atmosphérique. “Ovni : La grande manipulation” documente l’effet croissant des allégations de contact avec les ovnis sur nos vies et des systèmes de croyances répandus dans notre société. Il explore les réalités cachées des sectes, les contactés, les intrigues politiques troubles et les motivations des enquêteurs.

Le Dr. Jacques Vallée qui avait interpellé l’ONU à propos des OVNI, est mondialement reconnu comme l’expert par excellence du sujet. Il a analysé par ordinateur des dizaines de milliers de signalements d’OVNI. Il a cherché des modèles qui pourraient servir de clé d’explication du phénomène OVNI. Il est également l’auteur de huit livres sur les OVNI et sa vie servit de modèle au personnage du scientifique français Claude Lacombe dans le film “Rencontres du Troisième Type”.


« Un excellent aperçu de beaucoup de phénomènes de contactés OVNI au moment de sa rédaction. Il fournit également des théories et des explications intéressantes pour rendre compte du phénomène, de son attraction et de sa puissante influence potentielle sur la société, quelle que soit la réalité physique des ovnis. »

Jonathan Hockey, Goodreads, 30 septembre 2021

En mai 1955, Jacques Vallée vit un OVNI en train de voler au-dessus de sa maison en France. Au milieu des années 1960, il tenta d’abord de valider (comme beaucoup d’autres ufologues) l’hypothèse extraterrestre ou HET. Mais, dès 1969, ses conclusions avaient changé. Il déclara publiquement que l’on manquait de beaucoup trop de données pour soutenir l’hypothèse extra-terrestre : « … nous avons affaire à un niveau de conscience que nous n’avons pas encore reconnu, indépendant de l’homme, mais étroitement lié à la terre. Pour des raisons qui deviendront claires dans les pages qui suivent, je ne crois plus que les OVNI soient des engins qui nous viennent de quelque race de visiteurs extraterrestres. » (“Confrontations, Un scientifique à la recherche du contrat avec un autre monde”, J’ai Lu, p. 123)

« D’une manière générale, l’OVNI, vu à faible distance, opère une déformation de la réalité perceptuelle du témoin. Le fait-il par accident, ou dans un but précis ? Le phénomène est-il accompagné par la projection d’images et de scènes susceptibles d’altérer nos systèmes de croyance ? Le phénomène représente-t-il une entreprise globale de “séduction subliminale“ ?… [Les OVNI] créent dans le public un état d’expectative : on s’attend vaguement à ce qu’advienne bientôt une révélation extraordinaire. Des millions d’êtres humains anticipent la réalisation de ce rêve millénaire : le salut qui vient d’En-Haut. Comme il serait agréable de sa soumettre à la volonté supérieure, digne de confiance et infiniment sage de navigateurs venus du cosmos… »

Messengers of deception

« Toutes ces observations, qu’ont-elles en commun ? Dans chaque cas, le prétendu “engin extraterrestre“ se dissout sur place au lieu de s’éloigner à grande vitesse. Ou bien il s’évanouit tout simplement, ou bien il s’évanouit lentement… en laissant pour toute trace un nuage blanchâtre, et parfois le bruit d’une explosion. Selon d’autres dépositions, certains OVNI fusionnent, d’autres encore s’enfoncent tout simplement dans le sol. Je n’ai pas besoin d’insister sur le fait qu’un tel comportement est contraire à celui des objets aériens matériels, et qu’il est impossible de le reproduire en utilisant les technologies purement physiques actuellement à notre disposition. Ce comportement est plus proche de celui d’une image, d’une projection holographique ou d’une vision. Il est vrai que parfois les objets ont aussi laissé des traces matérielles réelles. » (“Ovni : La grande manipulation”, Éditions du Rocher, Monaco, 1983, pp. 28-29 et 43-44)

Jacques Vallée écrit dans son livre “Autres dimensions : chroniques des contacts avec un autre monde” : « Avec une seule sonde de la taille d’un tonnelet de bière, en orbite à 1600 kilomètres au-dessus de la terre, la technologie humaine, en son état actuel, serait capable de capter en quelques semaines les principaux faits concernant notre géographie, notre météorologie, notre végétation et nos cultures. Par ailleurs, étant donné l’abondance des émissions radio et télévision sur terre ces cinquante dernières années, le déploiement même d’une telle sonde spatiale serait inutile. Voilà l’un des aspects peu connus du problème OVNI qu’il conviendra d’expliquer par la théorie. Celle des visites faites au hasard ne l’explique pas. Soit les OVNI choisissent leurs témoins selon des critères psychologiques ou sociologiques, soit ils sont tout autre chose que des véhicules spatiaux. Dans les deux cas, leurs apparitions sont délibérées. » (pp. 283-284) Il poursuit plus loin : « Je crois que lorsque nous parlons d’observations OVNI comme de visites de l’espace, nous considérons le phénomène sur un mauvais plan. Il ne s’agit pas de vagues successives de visites de l’espace. Il s’agit d’un système de contrôle. » (p. 297)

Dr. Jacques Vallée insiste : « Pour ma part, je crois, derrière le phénomène des OVNI, à l’existence d’une manipulation sociale. Son effet est de créer une nouvelle mythologie. » Il écrit aussi dans son livre “Confrontations : un scientifique à la recherche d’un autre monde“ : « Le soi-disant “examen médical” auquel les enlevés sont apparemment soumis s’accompagne de manipulations sexuelles sadiques et rappelle plutôt les contes moyenâgeux des rencontres avec les démons. Tout cela est dépourvu de sens dans un cadre technique ou biologique avancé : une intelligence qui serait en possession des merveilles technologiques dont font preuve les OVNI serait en mesure d’atteindre tous les objectifs scientifiques que leur attribuent les ufologues dans un temps plus court et avec moins de risques. » (J’ai Lu, Paris, p. 25.)


« Il serait tout aussi approprié de faire le parallèle entre les occupants des OVNI et la conception populaire des démons… »

— Jacques Vallée, “Ovni : la grande manipulation”, 1983, p. 21


À propos de Jacques F. Vallée

Jacques Vallée

Jacques Fabrice Vallée, né à Pontoise en France le 24 septembre 1939), est un pionnier de l’Internet, informaticien, capital-risqueur, auteur, ufologue et astronome résidant actuellement à San Francisco, Californie et Paris, France. Il a obtenu son diplôme de premier cycle en mathématiques à l’Université de Paris en 1959 et a reçu l’équivalent d’un M.S. en astrophysique de l’Université de Lille Nord de France en 1961. Il a commencé sa vie professionnelle comme astronome à l’Observatoire de Paris en 1961. Il a reçu le prix Jules Verne pour son premier roman de science-fiction, Le Sub-espace (1961), publié sous le pseudonyme de Jérôme Sériel.

Vallée a déménagé aux États-Unis en 1962 et a commencé à travailler comme associé de recherche en astronomie sous Gérard de Vaucouleurs à l’Université du Texas à Austin. Pendant son séjour à l’observatoire McDonald, il a compilé la première carte d’information détaillée de Mars de la NASA avec de Vaucouleurs.

En 1963, Vallée a déménagé à Chicago, Illinois. Il a d’abord été employé comme analyste de systèmes à la Northwestern University voisine, tout en continuant à poursuivre des recherches ufologiques non institutionnelle avec son mentor, J. Allen Hynek, président du département d’astronomie de l’université. Professionnellement, il a commencé à mener des recherches sur l’intelligence artificielle et a obtenu un doctorat. en génie industriel et informatique de l’institution en 1967. Par la suite, il a brièvement travaillé pour Royal Dutch Shell (à Paris) et la RCA Service Company (à Cherry Hill, New Jersey) en tant qu’ingénieur avant de rejoindre le Stanford University Computer Center en tant que directeur des systèmes d’information en 1969. En 1970, Vallée est devenu consultant pour l‘Institute for Plasma Research du physicien appliqué de Stanford Peter A. Sturrock. En apprenant que Vallée avait écrit plusieurs livres sur les ovnis, Sturrock s’est senti dans l’obligation professionnelle de parcourir le travail de Vallée, ce qui a incité ses propres recherches sur le sujet.

En 1971, Vallée quitte Stanford pour rejoindre le groupe Engelbart en tant qu’ingénieur de recherche senior. Son mandat à l’ARC a coïncidé avec l’immersion du groupe dans Erhard Seminars Training et d’autres expériences sociales, ce qui a finalement incité son départ. Pendant son séjour à l’Institute for the Future en tant que chercheur principal de 1972 à 1976, il a succédé à Paul Baran en tant que chercheur principal sur le grand projet de la National Science Foundation pour les réseaux informatiques, qui a développé l’un des premiers systèmes de conférence ARPANET, Planning Network (PLANET), bien avant la messagerie instantanée. La technologie a été intégrée à InfoMedia, une start-up fondée par Vallée en 1976. Bien que la société ait formé plusieurs entreprises dérivées internationales et s’est associée à diverses entreprises et organisations gouvernementales de premier plan (y compris Lehman Brothers, Renault et la NASA), elle n’a pas atteint la rentabilité à long terme.

Suite à sa cession en 1983, Vallée entre dans la sphère du capital-risque en tant qu’associé de Sofinnova. De 1987 à 2010, il a été associé commandité de plusieurs fonds dans la Silicon Valley, notamment en tant que co-fondateur de la famille de trois fonds Euro-America Ventures en Amérique du Nord et en Europe. En tant qu’investisseur privé, il continue d’occuper le poste de directeur exécutif de Documatica Financial, une boutique de San Francisco axée sur les jeunes pousses de la santé et de la technologie. Parmi les sociétés pour lesquelles il a été le fer de lance des financements de démarrage, quatorze ont réalisé une introduction en bourse. D’autres sociétés financées par Vallée (notamment HandyLab, qui a produit un instrument reconnu comme « transformateur pour l’oncologie ») ont été rachetées avec succès par Becton-Dickinson, Intel, Lucent, AOL, Cisco, Wilson Greatbatch et Intuitive Surgical.

Il a également siégé au Comité consultatif national du Collège d’ingénierie de l’Université du Michigan et est l’auteur de quatre livres sur la haute technologie, dont “Computer Message Systems”, “Electronic Meetings”, “The Network Revolution” et “The Heart of the Internet”.

Recherche paranormale :

En mai 1955, Vallée a aperçu pour la première fois un objet volant non identifié au-dessus de sa maison de Pontoise. Six ans plus tard, en 1961, alors qu’il travaillait au sein de l’équipe du Comité français de l’espace, Vallée prétend avoir été témoin de la destruction des bandes de suivi d’un objet inconnu en orbite autour de la terre. L’objet particulier était un satellite rétrograde — c’est-à-dire un satellite en orbite autour de la terre dans le sens opposé à la rotation de la terre. Au moment où il a observé cela, il n’y avait pas de fusées assez puissantes pour lancer un tel satellite, donc l’équipe était très excitée car elle supposait que la gravité de la Terre avait capturé un satellite naturel (astéroïde). Il prétend qu’un supérieur anonyme est venu et a effacé la bande. Ces événements ont contribué à l’intérêt permanent de Vallée pour le phénomène ovni. Vallée a commencé à correspondre avec Aimé Michel (qui deviendrait un mentor clé et collaborateur de recherche) en 1958.

Au milieu des années 1960, comme de nombreux autres chercheurs sur les ovnis, Vallée a d’abord tenté de valider la populaire hypothèse extraterrestre (ou ETH). Cependant, en 1969, les conclusions de Vallée avaient changé et il déclara publiquement que l’ETH était trop étroit et ignorait trop de données. Vallée a commencé à explorer les points communs entre les ovnis, les cultes, les mouvements religieux, les démons, les anges, les fantômes, les observations de cryptides et les phénomènes psychiques. Ses spéculations sur ces liens potentiels ont été détaillées pour la première fois dans son troisième livre sur les ovnis, “Passport to Magonia: From Folklore to Flying Saucers”.

Comme alternative à l’hypothèse de visite extraterrestre, Vallée a suggéré une hypothèse de visite multidimensionnelle. Cette hypothèse représente une extension de l’ETH où les prétendus extraterrestres pourraient être potentiellement de n’importe où. Les entités pourraient être multidimensionnelles au-delà de l’espace-temps ; ainsi, ils pourraient coexister avec les humains, sans toutefois être détectés. L’opposition de Vallée à l’ETH populaire n’a pas été bien reçue par d’éminents ufologues américains, c’est pourquoi il a été considéré comme un paria. En effet, Vallée se présente comme un « hérétique parmi les hérétiques ». L’opposition de Vallée à la théorie de l’ETH est résumée dans son article, “Five Arguments Against the Extraterrestrial Origin of Unidentified Flying Objects”, Journal of Scientific Exploration, 1990.

Les idées de Vallée sur le Miracle à Fatima et les apparitions mariales sont qu’elles sont une classe de rencontres d’OVNI. Vallée est l’une des premières personnes à spéculer publiquement sur la possibilité que la « danse solaire » à Fatima soit un OVNI. Vallée a également spéculé sur la possibilité que d’autres apparitions religieuses aient pu être le résultat d’une activité OVNI, y compris Notre-Dame de Lourdes et les révélations à Joseph Smith. Vallée croit que les expériences religieuses comme celle-ci devraient être étudiées en dehors de leurs contextes religieux.

Grâce à une association professionnelle avec le SRI et des amitiés indépendantes avec Harold E. Puthoff et l’analyste de la Central Intelligence Agency Kit Green (qui a obtenu une autorisation de sécurité temporaire pour lui en 1974), Vallée a été consulté par intermittence sur des recherches classifiées de visualisation à distance (y compris le projet Stargate) tout au long de la années 1970 et 1980. Au cours des premières expériences SRI (dirigées par Puthoff et Russell Targ en collaboration avec Green en tant que moniteur contractuel de la CIA), il fit la connaissance d’Uri Geller, Edgar Mitchell, Charles Musès, Andrija Puharich, Jack Sarfatti, Arthur M. Young, Edwin C. May, Pat Price et Ingo Swann. En 1973, Bill Whitehead, rédacteur en chef de Doubleday, présenta Vallée à Ira Einhorn, un proche complice de Puharich ; leur association couvrirait les réseaux commerciaux et paranormaux de Vallée jusqu’à ce qu’Einhorn soit accusé du meurtre de son ex-petite amie en 1979. Plus récemment, il a été associé à Robert Bigelow en tant que consultant auprès du National Institute for Discovery Science et membre du conseil consultatif scientifique de Bigelow Aerospace.



« Merci infiniment M. Bouliane pour cet excellent article, qui explique l’inexplicable ! Ma foi profonde me renforce dans ma position et vos explications, références et analyses éclairent mon ressenti. »

Nathalie Clavel

« Je suis un avide lecteur. L’oeuvre de M. Bouilianne est non seulement très bien documentée, recherchée. C’est un livre qui deviendra une référence, nul doute. »

Pascal Audry

« Merci à vous car maintenant vous êtes ma référence dans les vraies informations. »

Murielle D