Les Etats-Unis et l’Arabie saoudite bloquent la réglementation de la géoingénierie

[Jonathan Watts] Les États-Unis et l’Arabie saoudite ont bloqué les efforts mondiaux pour examiner la géo-ingénierie climatique afin de profiter à leurs industries de combustibles fossiles, selon de nombreuses sources réunies à l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement qui s’est tenue à Nairobi du 11 au 15 mars 2019.

Les deux plus grands producteurs de pétrole du monde auraient manifesté leur opposition aux projets d’examen des risques liés aux techniques de manipulation du climat, telles que l’aspiration du carbone dans l’air, les miroirs réfléchissants dans l’espace, l’ensemencement des océans et l’injection de particules dans l’atmosphère.

La Suisse et 12 autres pays ont proposé une analyse plus approfondie des risques, qui constituerait un premier pas vers un contrôle plus strict des expériences susceptibles de modifier le monde et qui auraient des incidences sur l’approvisionnement alimentaire, la biodiversité, les inégalités mondiales et la sécurité. Certains ont été essayés, mais aucun n’a encore été déployé à une échelle qui aurait une incidence sur le climat.

Cet appel à la prudence a été soutenu par le président de l’assemblée, Siim Kiisler, ministre de l’Environnement de l’Estonie: « Nous devons parler de la gouvernance de la géoingénierie. Nous avons besoin d’un accord international à ce sujet à l’avenir. Ignorer simplement le problème n’aide pas. Nous devons en parler et savoir comment gérer ces technologies à l’avenir ».

Selon des sources impliquées dans les négociations, cette initiative a été bloquée, d’abord par les États-Unis et l’Arabie saoudite, puis par le Japon et d’autres pays.

Jadis considérée comme une science-fiction téméraire, la géo-ingénierie est devenue l’agenda politique de certains pays alors que la crise climatique est devenue plus apparente.

L’industrie pétrochimique y voit un moyen de justifier le développement des industries des combustibles fossiles. Chevron, BHP et d’autres entreprises à fortes émissions ont investi dans des entreprises qui poursuivent leurs expériences pour extraire le CO2 de l’air.

Les universitaires américains de Harvard sont également prêts à effectuer le plus grand test en plein air d’injection d’aérosols dans la stratosphère, qui simule l’effet de camouflage d’une éruption de volcan. Les chercheurs disent que ce test, appelé Scopex, aura probablement lieu au Nouveau-Mexique.

David Keith, l’un des principaux scientifiques américains à l’origine de ces recherches, a publié un article cette semaine dans lequel il affirme que les risques liés à la géo-ingénierie ne sont pas aussi importants qu’on le craignait auparavant.

Les opposants rétorquent que des études plus approfondies ont montré de graves conséquences sur les cycles de la mousson en Asie, les sécheresses en Afrique, les cyclones tropicaux et les températures extrêmes. Ils veulent que l’ONU impose un moratoire sur les expériences en plein air utilisant cette technologie.

« Plus qu’un test scientifique, il s’agit d’un test politique. C’est un moyen d’établir la technologie », a averti Silvia Ribeiro du groupe de surveillance de l’industrie, ETC. « L’injection d’aérosols dans la stratosphère causerait d’énormes déséquilibres climatiques. Nous pensons que cela va également exacerber l’injustice géopolitique ».

De nombreux scientifiques du climat prétendent que ces recherches détournent l’attention de méthodes éprouvées d’atténuation des émissions par la plantation d’arbres et le passage aux énergies renouvelables.

Jacqueline McGlade, professeure de développement durable à l’University College London, a déclaré qu’elle soutenait certains types de géoingénierie terrestre adaptés aux conditions locales, mais était extrêmement préoccupée par les efforts déployés pour jouer avec la stratosphère. « Si nous déconnions avec des particules, cela pourrait potentiellement toucher tout le monde. En ce qui concerne la physique atmosphérique, nous ne savons pas tout ».

À l’heure actuelle, la principale interdiction des tests est la Convention sur la diversité biologique, que les États-Unis sont le seul pays à ne pas avoir ratifié. Le Protocole de Londres contient également des dispositions interdisant l’ensemencement des océans – une autre forme de géoingénierie qui vise à accroître la capacité de l’eau de mer à absorber le CO2. La question qui se pose maintenant est de savoir s’il faut renforcer les contrôles, en resserrant les règles et en élargissant le contrôle, ou en les réduisant.

Les États-Unis font valoir que la géoingénierie devrait être laissée à des forums sur le climat, tels que le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques des Nations Unies.

Le consensus s’est avéré impossible. La délégation suisse a retiré sa résolution et a regretté que « certains pays » hésitent à aller de l’avant. « Notre motivation était d’obtenir plus d’informations pour éclairer les discussions », a déclaré le chef de la délégation, Felix Wertli. « La gouvernance de la géoingénierie est un sujet important aujourd’hui et encore plus demain. Le sujet n’est pas sur la table. C’est le début d’une nouvelle conversation ».

Cela a été perçu comme une défaite pour le « principe de précaution », en vertu duquel les pays sont supposés accorder la priorité à la sécurité lorsqu’ils sont confrontés à des risques incertains mais potentiellement catastrophiques. Les militants ont averti que les débats à venir sur le sujet sont maintenant plus susceptibles de se focaliser sur la science et la politique plutôt que sur d’autres espèces, l’approvisionnement en nourriture, l’utilisation de l’eau, les inégalités et la paix.

« Il est regrettable que les efforts visant à renforcer la gouvernance des Nations Unies en matière de géoingénierie se heurtent à la résistance de quelques pays producteurs de pétrole à fortes émissions », a déclaré Lili Fuhr de la Fondation Heinrich Böll. « Cette tâche est maintenant plus importante que jamais, alors que nous observons des expériences réelles et que le public soutient de plus en plus ces technologies dans des pays tels que les États-Unis et l’Arabie saoudite, qui bloquaient les avancées sur cette question à Nairobi ».

Ce n’était pas le seul point à l’ordre du jour à Nairobi pour lequel des diplomates de l’administration Trump étaient accusés de dilution ; ils ont également été accusés de saper les efforts visant à assurer une gouvernance environnementale forte. « Ils essaient de supprimer toutes les cibles et tous les délais », a déclaré un délégué principal.

Une résolution indienne ambitieuse visant à éliminer progressivement les plastiques à usage unique d’ici 2025 a été diluée pour permettre de les « réduire considérablement » d’ici 2030, a déclaré un autre délégué. Les États-Unis ont été appuyés par le Brésil et au moins quatre autres pays pour repousser l’échéance et rendre le libellé plus vague.

En ce qui concerne les déchets marins, une proposition norvégienne visant à mettre en place une stratégie mondiale efficace pour lutter contre les plastiques entrant dans les océans s’est également heurtée à la résistance des États-Unis. « Ils veulent retarder l’adoption de mesures afin de protéger leur industrie », a déclaré un ambassadeur d’un grand pays en développement.

A l’approche du journal The Guardian, un responsable américain a nié que son pays joue un rôle d’obstruction.

Cela pourrait bien être la dernière fois que le Royaume-Uni fait partie de la délégation de l’Union européenne lors d’une conférence internationale, et il semble que, après le Brexit, la position britannique puisse être réalignée avec l’approche de Washington axée sur l’économie d’abord et l’environnement en second.