Il y a trois ans, l’Université Johns Hopkins avait préparé un scénario futuriste sur une pandémie SPARS qui se poursuivrait jusqu’en 2025-2028

En 2017, une équipe d’experts du Johns Hopkins Center for Health Security a publié un scénario dans le cadre d’un exercice de formation qui, selon eux, pouvait se produire dans un avenir pas si lointain, ce qui se produisit moins de deux ans plus tard.

L’année est 2025 – Quelques voyageurs américains revenant d’Asie meurent d’une maladie grippale inconnue. Les Centers for Disease Control and Prevention confirment que les victimes ont été infectées par un nouveau coronavirus, SPARS-CoV. On ne sait rien de ce nouveau coronavirus. Il n’y a pas de test de diagnostic rapide. Il n’existe aucun traitement connu. Et il n’y a pas de vaccin.

L’épidémie SPARS ne tarde pas à se transformer en pandémie mondiale.

Le CDC constate que SPARS est transmis par des gouttelettes respiratoires et recommande à chacun de pratiquer l’hygiène des mains et de désinfecter fréquemment les surfaces. Les experts apprennent que SPARS a une longue période d’incubation — 7 à 10 jours — et qu’il peut être propagé par des porteurs asymptomatiques. Les femmes enceintes et celles souffrant de maladies sous-jacentes comme l’asthme et l’emphysème courent un risque plus élevé de complications et de décès. L’OMS commence à recommander la distanciation sociale et l’isolement des cas suspects.

On espère qu’un médicament antiviral existant pourrait aider à traiter le SPARS, mais il n’y a eu aucun essai contrôlé randomisé. La Food and Drug Administration américaine délivre une autorisation d’utilisation d’urgence pour ce médicament pour traiter les patients SPARS. Bientôt, il y a une forte demande publique pour le médicament et des millions de doses sont dispensées du Strategic National Stockpile. Cependant, il devient vite évident que le médicament peut provoquer des effets secondaires graves.

Les choses deviennent politiques. Les républicains expriment leur soutien à la drogue tandis que les démocrates expriment des doutes. L’Amérique est plus connectée mais plus divisée que jamais. Des rumeurs et des informations erronées concernant le virus et les traitements potentiels circulent sur les réseaux sociaux. L’économie en prend un coup alors que la pandémie se prolonge. Dans un an, un vaccin potentiel entame un examen accéléré et il y a des promesses que des dizaines de millions de doses seront disponibles dans quelques mois. Mais sur les centaines de millions de personnes vivant aux États-Unis, qui recevra le vaccin en premier ?


La simulation « Pandémie SPARS, 2025-2028 » détaille un nouveau scénario de coronavirus qui suivra la Covid-19

Le projet mené par l’anthropologue médical Monica Schoch-Spana, PhD s’intitulant « The SPARS Pandemic, 2025-2028: A Futuristic Scenario for Public Health Risk Communicators » (La pandémie SPARS, 2025-2028: un scénario futuriste pour les communicateurs des risques pour la santé publique) était une simulation de l’Université Johns Hopkins complétée en octobre 2017. Et nous savons tous maintenant ce qu’il advient des simulations : elles deviennent réelles. Le document mentionne un nouveau virus qui infectera l’humanité en 2025 et qui durera jusqu’en 2028.

Dans un document intitulé « Project appraisal document on a Covid-19 Strategic preparedness and response program and proposed 25 projects under phase 1 using the multiphase programmatic approach » (c’est-à-dire: “Document d’évaluation de projet sur un programme de préparation stratégique et d’intervention Covid-19 et proposition de 25 projets au titre de la phase 1 en utilisant l’approche programmatique en plusieurs phases”. Voir la note en bas de page), la Banque mondiale stipule que la Covid-19 (SARS-CoV-2) est un “Programme de préparation et d’intervention stratégique” (SPRP) qui devrait se poursuivre jusqu’au 31 mars 2025 (page 1 sur 60). Voici une capture d’écran ci-dessous :

Dès que la Covid-19 sera terminée, au printemps 2025, une nouvelle pandémie Coronavirus démarrera à l’automne durant la même année. Dans cette simulation, ils ont choisi le nom SPARS, en fonction de la ville où il est apparu pour la première fois (Saint-Paul), mais le virus portera probablement un nom différent le moment venu. Il est intéressant de noter que SPARS va être un nouveau coronavirus, ce qui signifie que le « projet » Covid-19 ne disparaîtra jamais. Cela continuera aussi longtemps que NOUS, LE PEUPLE, lui permettons de continuer.

La simulation « Pandémie SPARS, 2025-2028 » mentionne également qu’en 2021, le coronavirus mute dans les animaux domestiques en Asie du Sud-Est, qui devront être sacrifiés pour arrêter la mutation. Nous l’avons déjà vu à plusieurs reprises dans le passé, avec diverses pandémies. Rassembler les animaux dans les pays pauvres et les sacrifier pour arrêter une prétendue mutation virale entraîne la pauvreté et la famine dans ces régions, et Dieu seul sait combien de morts humaines.

Dans la « simulation » de 2017, un vaccin appelé COROVAX (et qui est également appelé CORAVAX une fois dans l’article) est proposé comme la solution pour arrêter la pandémie. Curieusement, un vaccin nommé CORAVAX a été développé dans la vraie vie près de trois ans plus tard par Matthias Schnell, PhD, directeur du Jefferson Vaccine Center.

En outre, une société appelée COROVAX LTD a été constituée le 12 mars 2020, au Royaume-Uni, par le professeur britannique Angus George Dalgleish, célèbre pour ses recherches sur le VIH / sida. Nous ne savons pas s’il y a un lien ici, mais il est assez intéressant de le mentionner, car on a longtemps supposé que le SRAS-CoV-2 a été fabriqué par l’homme et épissé avec le VIH afin de devenir plus infectieux.

Il est bien sûr très plausible (et probable) que le professeur Dalgleish ait décidé de commencer à travailler sur un vaccin contre la Covid-19 et ait choisi le nom COROVAX pour son entreprise, car c’est ce qu’il fait : un vaccin contre le coronavirus. Néanmoins, la coïncidence est frappante.

En ce qui concerne la probabilité que le SRAS-CoV-2 soit artificiel et épissé avec le VIH / SIDA, veuillez lire ce court article. Beaucoup de membres de la communauté scientifique ont été choqués lorsque le prix Nobel Luc Montagnier est apparu dans l’émission de télévision câblée française CNews le 17 avril 2020 pour dire que le virus qui cause la Covid-19 est d’origine humaine et que des éléments du VIH et du Plasmodium falciparum, un parasite qui cause le paludisme, se trouvent dans le génome du coronavirus. Montagnier disait :

« Nous n’avons pas été les premiers depuis qu’un groupe de chercheurs indiens a tenté de publier une étude qui a montré que le génome complet de ce coronavirus [a] des séquences d’un autre virus, qui est le VIH. »

La recherche à laquelle fait référence Montagnier a été publiée sur le site Web scientifique Biorxiv le 31 janvier 2020 et a depuis été retirée. Les chercheurs ont écrit :

« Nous avons trouvé 4 insertions dans la glycoprotéine de pointe (S) qui sont uniques au 2019-nCoV et qui ne sont pas présentes dans d’autres coronavirus. Il est important de noter que les résidus d’acides aminés dans les 4 inserts ont une identité ou une similitude avec ceux du VIH-1 gp120 ou du VIH-1 Gag. » (…) « La découverte de 4 inserts uniques dans le 2019-nCoV, qui ont tous une identité / similitude avec des résidus d’acides aminés dans des protéines structurales clés du VIH-1, ne sera probablement pas fortuite par nature. »

La vidéo de Diana Lenska (ci-haut) mentionne également une société nommée CODEX DNA, qui promet d’être la solution à la pandémie COVID-19. Ils vendent un appareil appelé « poste de travail de biologie synthétique ». L’appareil s’appelle BioXp ™ et il est capable de « construire la biologie », ce qui ressemble beaucoup à du clonage. Et si vous lisez la description, c’est exactement ce que la compagnie prétend faire :

« Dites bonjour au système BioXp ™ et dites adieu aux semaines d’attente pour les gènes synthétisés. Le système BioXp ™ est le premier et le seul poste de travail de biologie synthétique au monde pour la création de bibliothèques, de fragments de gènes, de clones , etc. »

Alors quel est le but de tout cela ? pourquoi le font-ils ? Preuve ultime : la Covid-19 était prévue pour inaugurer le Nouvel Ordre Mondial.


RÉFÉRENCES :
NOTE :
  1. Le titre intégral du document étant : « Project appraisal document on a Covid-19 Strategic preparedness and response program and proposed 25 projects under phase 1 using the multiphase programmatic approach with an overall financing envelope of up to US$ 6.00 billion equivalent, of which up to $4 billion for Health financing (up to US$ 1,300 million IDA and up to US$ 2.7 billion under the IBRD) April 2, 2020 ». Traduction : « Document d’évaluation de projet sur un programme de préparation stratégique et d’intervention Covid-19 et proposition de 25 projets au titre de la phase 1 en utilisant l’approche programmatique en plusieurs phases avec une enveloppe de financement globale allant jusqu’à 6,00 milliards USD, dont jusqu’à 4 milliards USD pour le financement de la santé (jusqu’à 1300 millions USD IDA et jusqu’à 2,7 milliards USD dans le cadre de la BIRD) le 2 avril 2020 ».


Je suis votre site depuis 6 mois. Vous maîtrisez vos sujets et j’admire vos réflexions. Bonne continuation dans votre quête, je suis près, avec vous. Salutation cordiale Guy.

Quadforce

« Bonjour M. Boulianne. Je reçois régulièrement les informations que vous placez sur votre site internet, informations que je trouve pertinentes, enrichissantes et boulversantes. »

Luc Dufour

« Un immense MERCI M. Boulianne pour votre travail indispensable et incommensurable !!! Je vous aime beaucoup et que Dieu vous bénisse ! »

Martine Huot