Afin de lutter contre ceux qui hésitent à se faire vacciner, les scientifiques veulent distribuer des protéines Spike du Covid dans tous les aliments

VEUILLEZ NOTER : J'ai été bloqué pour la deuxième fois consécutive sur Twitter en moins de deux semaines (plus de 11 000 abonnés) à cause des articles que j'ai écrit concernant le Dr Franc Zalewski, le Dr Carrie Madej et le Dr Zandré Botha. En prévision de mon bannissement éventuel, je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page (plus de 5 834 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne

Beaucoup trop de personnes prétendent pompeusement être des « lanceurs d’alerte », alors qu’elles s’interdisent elles-mêmes de dire les « vraies affaires » de peur de se faire qualifier sur la place publique de « conspirationnistes ». À mes yeux, elles font un travail très incomplet, même si certaines informations qu’elles partagent peuvent s’avérer instructives à un certain niveau. Trop de gens croient qu’ils pourront modifier le cours des événements en brandissant des pancartes, en participant à des manifestations (ou des rencontres amicales), en soumettant des pétitions, en envoyant des mises en demeure ou mêmes en déposant des recours judiciaires auprès des tribunaux. Trop peu de gens sont conscients des véritables enjeux qui nous assaillent actuellement et de la profondeur de ceux-ci. Trop de gens croient que le gouvernement est là pour les aider. Trop de gens ne peuvent admettre que les troubles que nous vivons ont été concoctés de très longue date par des organisations criminelles internationales, tel que le Club de Rome.

Tant que vous n’admettrez pas que les gouvernements complotent à l’unisson pour vous anéantir, vous ne pourrez pas comprendre l’essence même de la bataille et des forces obscures qui se sont liguées contre vous. Dans le cadre de la « crise de Covid-19 », vous verrez ci-dessous que les gouvernements feront absolument tout pour « vacciner » de force tous les habitants de cette planète, même les plus récalcitrants. Si ce n’est pas déjà fait, vous devriez vraiment commencer à vous demander quel plan secret se cache derrière cette « vaccination » de masse, sans aucun consentement éclairé.

En effet, l’agenda mondial pour vacciner chaque homme, femme et enfant est en voie d’aboutir directement dans votre assiette. Une équipe de scientifiques de l’Université de Californie à Riverside étudie des moyens de transformer vos ÉPICERIES en vaccins à ARNm. Afin de lutter contre « l’hésitation à la vaccination » chez la population, ces scientifiques veulent distribuer des protéines de pointe [protéine Spike] du coronavirus dans tous les aliments. Cette expérience pourrait donner naissance à un nouveau paradigme de vaccination qui donnerait à Big Pharma un contrôle total sur l’approvisionnement alimentaire, car ils tentent de modifier génétiquement les aliments pour inonder la population avec plus de protéines de pointe de coagulation sanguine.

Est-ce la raison pour laquelle Bill Gates, investisseur en OGM et en vaccins, achète des terres agricoles à travers les États-Unis ? Tous les vaccins actuels et les centaines de futures expériences vaccinales seront-ils réalisés par le biais de l’approvisionnement alimentaire ?

La modification génétique de l’approvisionnement alimentaire pourrait bientôt être utilisée pour vacciner la population

Chloroplastes (couleur magenta) dans les feuilles
Chloroplastes (couleur magenta) dans les feuilles exprimant une protéine fluorescente verte. L’ADN codant pour la protéine a été délivré par des nanomatériaux ciblés sans aide mécanique en appliquant une goutte de la nano-formulation à la surface de la feuille. (Israel Santana/UCR)

L’avenir de la guerre biologique et de l’expérimentation humaine sera probablement réalisé grâce à l’approvisionnement alimentaire et sera présenté comme sans danger. En modifiant le cytoplasme des plantes comestibles, les scientifiques espèrent introduire des toxines de protéine Spike, produite comme étrangère, dans vos aliments. Ces scientifiques qui cherchent à promouvoir les vaccins, font déjà des expériences sur les plants de laitue et d’épinards, afin de développer une nouvelle espèce de légumes verts qui peut vacciner les gens plus souvent et de manière moins invasive. Ces nouvelles variétés de légumes peuvent également être cultivées à la maison. Les scientifiques travaillent sur un moyen de quantifier le dosage exact de protéines de pointe dans une plante tout en démontrant que la plante peut reproduire suffisamment d’ARNm pour surpasser l’approvisionnement actuel en vaccins.

« Idéalement, une seule plante produirait suffisamment d’ARNm pour vacciner une seule personne », déclare Juan Pablo Giraldo, chercheur principal et professeur agrégé au Département de botanique et des sciences végétales de l’UCR. « Nous testons cette approche avec des épinards et de la laitue et avons des objectifs à long terme de personnes qui la cultivent dans leurs propres jardins », a-t-il ajouté. « Les agriculteurs pourraient également éventuellement en faire pousser des champs entiers. »

Giraldo s’efforce de démontrer que les vaccins contenant de l’ADN mRNA peuvent être intégrés avec succès dans les cellules végétales. Pour ce faire, les chercheurs ont l’intention de modifier le chloroplaste de la cellule végétale. Le chloroplaste absorbe l’énergie du soleil et la convertit en sucre et en autres molécules dont la plante a besoin pour croître. Les scientifiques veulent interférer avec ce processus naturel et demander au cytoplasme de générer des protéines de pointe et d’autres molécules étrangères qui peuvent être introduites sous forme d’antigènes dans l’homme.

Giraldo et son équipe ont déjà démontré que le chloroplaste est capable d’exprimer des gènes étrangers qui ne font pas partie de la conception naturelle de la plante. Cette modification génétique a été réalisée en enfermant du matériel génétique étranger dans un boîtier protecteur, puis en l’insérant dans les cellules de la plante. L’objectif est d’introduire ces OGM chez l’homme afin que leur système immunitaire puisse être programmé pour lutter contre les antigènes et les séquences virales que les scientifiques ont présélectionnés et conçus.

Un nouveau paradigme de vaccins à base alimentaire est-il sur nous ?

À l’Université de Californie à San Diego, Nicole Steinmetz a déjà développé des nanotechnologies qui peuvent fournir du matériel génétique au chloroplaste des plantes. Steinmetz bricole des nanoparticules de virus végétal et les réutilise pour administrer des gènes étrangers dans les cellules de la plante.

Ce n’est pas la seule expérience de vaccin comestible actuellement en cours. Des scientifiques de l’Université d’Ottawa travaillent sur un vaccin comestible contre les coronavirus depuis plus d’un an.

L’Hôpital d’Ottawa teste déjà le premier prototype. Ce vaccin comestible exprime des antigènes viraux à l’intérieur des plants de laitue et d’épinards. Leur objectif est de délivrer les protéines de pointe au corps humain sans altérer la synthèse protéique des cellules humaines. L’approvisionnement actuel en vaccins doit être maintenu au réfrigérateur à des températures extrêmement basses. Si cet effort de recherche peut démontrer l’administration de protéines de pointe dans tout l’approvisionnement alimentaire, l’approvisionnement actuel en vaccins pourrait être supprimé au profit d’un nouveau paradigme de vaccination alimentaire. Cette expérience pourrait à jamais modifier l’approvisionnement alimentaire, transformant des aliments sains et curatifs en terrains de jeu de guerre biologique que les mondialistes peuvent utiliser pour exploiter la race humaine.


« D’autres formes de guerre et d’autres armes de destruction massive auraient des effets de grande portée aussi bien pour les collectivités humaines que pour l’environnement de l’homme. Une guerre biologique pourrait libérer de nouveaux agents pathogènes qui s’avéreraient difficiles à combattre. Des progrès récents accomplis en biotechnologie multiplient les applications potentiellement légales de ces armes. De même, la manipulation délibérée de l’environnement (sous formes d’inondations ou de séismes artificiellement provoqués, par exemple) aurait, si jamais on y avait recours, des conséquences s’étendant bien au-delà des frontières des parties à un conflit. » Le Rapport Brundtland (Our Common Future), 1987


L’ONU crée une banque de semences d’ADN humain

Our Common Future

Un article publié sur Technocracy News & Trends révèle que le plan des Nations Unies est de contrôler tout le matériel génétique sur terre sous le couvert de la « biodiversité ». L’objectif est de séquencer numériquement l’ADN de tous les êtres vivants afin qu’il puisse être détenu, breveté, manipulé et utilisé pour créer un ADN synthétique qui n’existe pas dans la nature. Ce schéma est lié à l’agenda transhumaniste et a été ouvertement discuté dès 1987 dans un document de l’Organisation des Nations Unies intitulé “Our Common Future” (Rapport Brundtland).

Servant de modèle pour la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique de 1992, “Notre avenir à tous” cachait des ambitions de modification génétique, et bien sûr des profits d’entreprise, derrière une façade de préoccupation environnementale et de discours sur le “développement durable” : « La diversité des espèces est nécessaire au fonctionnement normal des écosystèmes et de l’ensemble de la biosphère. Le matériel génétique des espèces sauvages rapporte chaque année des milliards de dollars à l’économie mondiale, sous forme de cultures améliorées, de nouveaux médicaments, de médecines nouvelles et de matières premières pour l’industrie. (…) Quelle triste ironie si au moment précis où le génie génétique nous permettrait de prendre la juste mesure de ce qu’est la vie et d’utiliser les gènes au service de l’humanité, nous nous rendions compte que ce trésor est en voie d’extinction. »

De nombreuses espèces se sont éteintes au fil du temps — dinosaures, mammouths laineux, oiseaux dodo, etc. Nous entendons souvent qu’une espèce est en danger d’extinction présentée comme si la préoccupation était la perte de vie et l’amour des animaux, alors qu’en réalité la préoccupation est la perte potentielle de matériel génétique qui pourrait être utilisé par l’industrie de la biotechnologie. Il en va de même pour les humains qui sont également voués à l’extinction. (Pensez à cela comme à l’équivalent humain de la Réserve mondiale de semences du Svalbard en Norvège.)

Réserve mondiale de semences du Svalbard

Un rapport de l’ONU de 1992, “Global Biodiversity Strategy”, a présenté les mêmes concepts d’une manière plus attrayante pour les pays du tiers monde avec des promesses de redevances et de compensation aux communautés locales. Ce rapport indiquait : « Étant donné que la biotechnologie dépend de la biodiversité pour sa matière première, la valeur des ressources génétiques augmentera avec l’industrie. » Le message ici est que la biodiversité et le développement durable ne consistent pas à protéger la nature et l’environnement pour eux-mêmes. Il s’agit plutôt de fournir des matières premières à l’industrie biotechnologique.

Maintenant en 2021, la Convention pour la diversité biologique est devenue le cadre mondial pour la biodiversité post-2020 et lors de sa dernière réunion qui eut lieu cet été, leur “groupe de travail” a discuté des « éléments de ressources génétiques créés artificiellement », « l’accès et l’utilisation de séquences numériques les informations sur les ressources génétiques sont utiles pour la recherche relative à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité, la sécurité alimentaire, la santé et d’autres secteurs importants, y compris les applications commerciales aboutissant à des produits commerciaux. »

Peut-être plus inquiétant encore est le fait que tout cela fait partie d’un plan de réorganisation de la société humaine pour « amener une transformation dans la relation de la société avec la biodiversité et pour garantir que, d’ici 2050, la vision partagée de vivre en harmonie avec la nature soit réalisée ». La question est, qui veut exactement vivre en harmonie avec la nature tout en consommant des produits génétiquement modifiés ? Ce n’est pas quelque chose que le public demande; c’est le plan que les élites mondialistes imposent à l’humanité.

GESDA et CERN
Le logo de “Geneva Science and Diplomacy Anticipator” (GESDA) ressemble étrangement à celui du laboratoire européen pour la physique des particules, couramment désigné sous l’acronyme CERN.

Transhumanisme

Le Forum économique mondial (FEM), club des milliardaires derrière la démolition contrôlée de l’économie mondiale que nous vivons actuellement, discute ouvertement de transhumanisme. Or, le vice-président du FEM, Peter Brabeck-Letmathe, est aussi le président de “Geneva Science and Diplomacy Anticipator” (GESDA), une organisation axée sur la modification génétique et l’intégration de la technologie numérique avec les êtres vivants. Le conseil d’administration de la Fondation a choisi de travailler à la convergence de la numérisation, la médecine, l’écologie, la politique, la diplomatie, et les sciences naturelles et humaines. Le conseil a sélectionné les quatre premiers enjeux scientifiques suivants et défis émergents y relatifs : Révolution quantique et intelligence artificielle avancée, Augmentation humaine, Éco-régénération et géo-ingénierie, Science et diplomatie.

Dans cette optique, GESDA a été fondée pour :

  • Anticiper les avancées possibles de la science et de la technologie des 5, 10 et 25 prochaines années, en travaillant avec les meilleurs scientifiques et instituts de recherche du monde entier.
  • Accélérer la diplomatie en rassemblant, à Genève, diverses communautés aux mentalités différentes, pour s’aligner sur les défis émergents et, pour y faire face, utiliser les meilleurs outils basés sur la science anticipée.
  • Traduire ces outils en solutions percutantes en mobilisant des ressources pour un résultat durable. De possibles solutions pourraient être, par exemple, de mettre en place un nouvel organisme ou un organe international de réglementation sur des questions spécifiques de science et technologie d’anticipation, ou d’organiser à Genève une série d’échanges de haut niveau autour de la science d’anticipation, entre les organisations internationales, les entreprises, la société civile et les représentants des citoyens pour accompagner la transition autour d’une technologie émergente.

Nous remarquons rapidement que le logo de “Geneva Science and Diplomacy Anticipator” (GESDA) ressemble étrangement à celui du laboratoire européen pour la physique des particules, couramment désigné sous l’acronyme CERN. Ceci est loin d’être une simple coïncidence puisque la directrice générale de CERN, Fabiola Gianotti, est aussi membre du conseil d’administration de GESDA. Or, lorsque nous savons ce que CERN prépare dans ses laboratoires, nous avons toutes les raisons de nous en inquiéter. Lors d’une entrevue à l’émission 60 Minutes, Fabiola Gianotti déclara :

« Il y a une théorie en physique des particules qui prédit l’existence de dimensions supplémentaires. Les théories des cordes, par exemple, nécessitent sept dimensions supplémentaires. (…) L’un de leurs plus grands objectifs est de faire la lumière sur la matière noire et l’énergie noire qui sont parmi les grands mystères restants de la science moderne et de rappeler à quel point nous en savons peu sur l’univers. (…) Nous ne savons pas quelle est la composition de cette partie de l’univers. »

J’ai une théorie à ce sujet qui sera très bien élaborée dans mon prochain livre, « CERN : La porte de l’enfer » (La Guerre des mondes est ici, maintenant !), que je m’apprête à publier.

Une autre information primordiale devrait inquiéter tous les Canadiens au plus au niveau. Saviez-vous que la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, est membre du conseil d’administration du Forum économique mondial et qu’elle côtoie donc, de ce fait, son fondateur Klaus Schwab sur une base régulière ? Cela devrait inquiéter tout le monde puisqu’il n’est pas normal qu’un membre du cabinet de Justin Trudeau soit assis à la table d’une organisation étrangère. J’écris cela sous toute réserve, mais ce mélange des genres ne s’assimile-t-il pas à un acte de trahison en vertu du Code criminel canadien ? Selon cette loi, le fait de conspirer est un acte manifeste de trahison : « Commet une trahison quiconque, au Canada, sans autorisation légitime, communique à un agent d’un État étranger, ou met à la disposition d’un tel agent, des renseignements d’ordre militaire ou scientifique ou tout croquis, plan, modèle, article, note ou document de nature militaire ou scientifique alors qu’il sait ou devrait savoir que cet État peut s’en servir à des fins préjudiciables à la sécurité ou à la défense du Canada. » (L.R.C. (1985), ch. C-46(2)b)

Or, Chrystia Freeland a quelques squelettes dans son placard, puisqu’elle sait depuis longtemps que son grand-père maternel ukrainien (Michael Chomiak) était le rédacteur en chef du journal nazi « Krakivs’ki Visti » en Pologne occupée qui avait vilipendé les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce journal était dirigé auparavant par un éditeur juif qui a par la suite été déporté et assassiné dans le camp d’extermination de Belzec. Le 21 août 1942, Chomiak titrait fièrement dans son journal « Glorieuse victoire allemande » (Glorious German Victory), le raid sur Dieppe de plus de 5000 soldats canadiens, dont 3367 furent tués, blessés ou faits prisonniers. (Lire mon article du 21 mars 2019)

Comme si ce n’était pas assez, nous savons depuis longtemps que le Forum économique mondial et le Canada discutent ouvertement du concept de transhumanisme en utilisant le terme « convergence bionumérique . En effet au Canada, l’organisation “Horizons de politiques Canada” a préparé un document intitulé “Explorer la convergence bionumérique – Qu’arrive-t-il lorsque la biologie et les technologies numériques fusionnent ?”. La directrice générale, Kristel Van der Elst, écrit en introduction : « La convergence des systèmes biologiques et numériques pourraient changer notre manière de travailler, de vivre et même d’évoluer en tant qu’espèce. Plus qu’un changement technologique, cette convergence bionumérique pourrait transformer notre compréhension de nous-mêmes et nous amener à redéfinir ce que nous considérons comme humain ou naturel. » Kristel Van der Elst est PDG du Global Foresight Group et ancienne cheffe de la prospective stratégique du Forum économique mondial.

Il est facile de constater que toutes ces personnes sont liées et qu’elles complotent ensemble depuis fort longtemps afin de forger un avenir que nous n’avons pas choisi et qui se situe à des années-lumière de ce qu’on pourrait nommer « démocratie ». Comme l’écrit l’auteur et chercheur Henry Makow : « Ne vous y trompez pas, il n’y a pas que la faune sauvage qu’ils veulent modifier génétiquement. Ce n’est pas une coïncidence si cela est discuté ouvertement en même temps qu’une poussée massive dans le monde entier pour injecter de force à tout le monde des médicaments expérimentaux de thérapie génique à base d’ARNm. Ce n’est que le début d’un cauchemar high-tech où tous les êtres vivants sont la propriété de l’élite mondialiste et le monde devient un laboratoire d’expérimentation génétique. »

“Les Limites à la croissance dans un monde fini” (The Limits to Growth) est un rapport de 1972 sur la croissance économique et démographique exponentielle avec une offre finie de ressources, étudiée par simulation informatique. L’étude a utilisé le modèle informatique World3 pour simuler les conséquences des interactions entre la terre et les systèmes humains. Le modèle était basé sur les travaux de Jay Forrester du MIT, comme décrit dans son livre “World Dynamics”. Commandée par le Club de Rome, les résultats de l’étude ont été présentés pour la première fois lors de réunions internationales à Moscou et à Rio de Janeiro au cours de l’été 1971.

RÉFÉRENCES :


« Vous êtes un de nos meilleurs journalistes. Longue vie et courage. »

Jacinthe Martel

« Bravo, j’ai lu son livre. Tout ce que dit Guy se produit en ce moment. »

Jeanj Lavoie

« Merci M. Boulianne de nous partager les fruits de vos efforts pour que nous puissions réaliser dans quel monde nous vivons. Merci infiniment. » 👍💞

Lise Duperré