Patriarcat Catholique Byzantin : l’archevêque de Chicago, Blase Joseph Cupich, est-il un serviteur de Dieu, ou un serviteur de Satan ?

Patriarcat Catholique Byzantin : Le cardinal de Chicago, Blase Cupich, a ordonné à « tous les employés et au clergé » de recevoir les injections contre le COVID-19. S’ils ne se conforment pas à cet ordre, ils s’exposeront à des mesures disciplinaires ! Citation de Cupich : « L’objectif de cette politique est que tous les employés et le clergé soient entièrement vaccinés contre le COVID-19. » En plus de recevoir les injections, le clergé doit fournir une documentation au site Web de l’archidiocèse afin que ce dernier puisse exercer une surveillance complète du statut vaccinal de tous les membres du clergé et de ses employés.

« Si une exemption était accordée (pour raisons médicales), le clerc ou l’employé serait obligé de subir des tests hebdomadaires contre le COVID-19 et de soumettre les résultats au portail de suivi de l’archidiocèse. Ceux qui ne sont pas vaccinés devront porter un masque facial en tout temps dans les installations de l’archidiocèse (c’est-à-dire dans les églises, les bâtiments paroissiaux, les écoles, les centres pastoraux…). Il peut leur être interdit de manger dans les cantines. De plus, l’archidiocèse se réserve le droit de leur interdire d’entrer dans les installations de l’archidiocèse (églises ainsi que tous les locaux de l’église). » Le cardinal Cupich a ordonné à ses prêtres de refuser de soutenir les demandes d’exemption religieuse ou de conscience de la vaccination. Il leur a dit que signer un tel formulaire signifierait qu’ils approuvent une chose qui n’est pas conforme à l’enseignement catholique ! Il a également déclaré que les laïcs catholiques ne peuvent pas utiliser l’enseignement de l’Église afin de justifier de telles décisions qui, en essence, sont un rejet de l’authentique enseignement moral de l’Église concernant les vaccins Covid.

Archidiocèse de Chicago

La déclaration de Cupich est un paquet de mensonges, et de la manipulation grossière. C’est le comble d’un abus criminel de l’autorité ecclésiastique qui consiste à poursuivre une politique selon laquelle un catholique n’a plus de droit de conscience, ou de menacer les prêtres que s’ils lui permettent d’utiliser ce droit, cela signifie qu’ils ne sont pas en accord avec l’enseignement catholique. Le despotisme de Cupich constitue un péché contre le Saint-Esprit, car il abuse du pouvoir de l’église pour imposer un système criminel et satanique conduisant à la réduction de l’humanité par une vaccination expérimentale et fatalement dangereuse. En vertu du Code de Nuremberg, Cupich devrait être traduit en justice pour avoir encouragé des crimes contre l’humanité. Ce Judas ecclésiastique et meurtrier d’âmes humaines n’échappera pas au jugement de Dieu. Il convient de noter qu’en raison de sa pensée et de ses actes hérétiques et criminels, cet homme s’est exclu du Corps mystique du Christ (l’Église), et en tant qu’apostat et rebelle ouvert contre Dieu, il ne doit être obéi par personne (voir Gal 1 :8-9). Ceux qui lui obéissent se placent sous la malédiction que Cupich s’est attirée tout comme le faux pape Bergoglio et un groupe de religieux vendus au diable.

Une femme qui a vécu l’Holocauste, Vera Sharav, a récemment parlé des mesures anti-covid actuelles, en ce compris le confinement, la vaccination et les tests obligatoires. Elle a également justifié la similitude avec le régime nazi par le fait qu’à cette époque-là, toute l’élite scientifique était « infectée » par la conception socio-darwiniste de l’eugénisme. Hitler pouvait donc aussi parler « d’experts en médecine ». « Les passeports vaccinaux constituent une passerelle vers un État totalitaire et une surveillance étroite des citoyens, comme c’est actuellement le cas dans la Chine communiste. »

Le cardinal Cupich, qui est un serviteur de Satan plutôt que de Dieu, introduit le fascisme ecclésiastique et une dictature communiste qui se transforme en covid-satanisation, et menace toute l’Amérique.

Chers évêques et prêtres américains, vous opposerez-vous ou succomberez-vous à ce système de génocide planifié associé à la vaccination forcée ? Il ne s’agit pas seulement de la vie physique ; il s’agit de la damnation éternelle en enfer, dans laquelle Cupich et d’autres Judas comme lui entraînent toute l’Amérique en abusant de la structure de l’Eglise.

Pourquoi, chers évêques et prêtres américains, Dieu permet-il que les postes clés soient occupés par de telles hyènes ecclésiastiques, serviteurs du faux prophète, qui enfreignent tous les commandements et lois naturels et moraux, et font hypocritement appel à la vraie moralité et à l’enseignement de l’Église ? La réponse est : Dieu le permet parce qu’il veut que vous vous réveilliez de votre sommeil à la réalité, et que vous vous dressiez hardiment en faveur de Jésus-Christ, en faveur de Ses enseignements salvateurs, en faveur de votre existence physique et en faveur votre salut face à la damnation éternelle en enfer.

Il ne suffit pas que beaucoup d’entre vous sympathisent avec l’archevêque Carlo Maria Viganò, qui s’est avéré être un héros de la foi et a été le seul d’entre vous à résister ouvertement à ce système maléfique de diabolisation. En suivant son exemple, vous devez également vous séparer de la structure apostate bergoglienne que Bergoglio, avec la papauté, a déjà programmée pour l’autodestruction par le processus dit synodal. Si vous voulez sauver l’institution de la papauté, le seul moyen aujourd’hui consiste à vous séparer de l’hérésiarque Bergoglio et de ses partisans, tels que Cupich et plusieurs autres Judas qui affichent un vernis clérical aux États-Unis, puis de reconnaître le vrai et Pape légitime en la personne de celui qui a prouvé sa fidélité au Christ et à son enseignement malgré les persécutions et les menaces de mort, c’est-à-dire le martyre sans effusion de sang. Qu’attendez-vous, chers évêques et prêtres d’Amérique ?

Il faut sortir de cette maison d’esclavage et commencer la restauration de votre diocèse par l’abolition des principes covidistes antichrétiens. Chers évêques et prêtres, personne ne vous prendra les églises, et même s’ils le font, ils ne vous prendront pas Dieu ! Vous servirez les fidèles dans les catacombes, comme cela était la pratique dans l’Église primitive. Cela vous libérera de la malédiction Bergoglienne que Cupich fait tomber sur l’Amérique.

Si vous restez dans cette structure Bergoglienne, vous perdrez tout : le Christ et la vie éternelle en premier lieu. Alors n’ayez pas peur de sortir ; ayez peur de rester sous cette malédiction ! Vous avez peur de quitter le pape non valable, mais il n’a pas peur de détruire la papauté. A quoi vous accrocherez-vous alors si, à présent, vous perdez Christ et qu’ensuite, la structure papale soit détruite ?

La solution aujourd’hui consiste à lancer votre propre chemin synodal, c’est-à-dire de vous séparer de Bergoglio et de reconnaître le Pape légitime. C’est la volonté de Dieu pour vous, chers évêques et prêtres américains. Si vous franchissez cette étape, tous les autres véritables évêques catholiques du monde se joindront à vous. Si vous restez dans le système de Bergoglio et respectez son anti-évangile et l’esprit de l’antéchrist, vous finirez dans l’étang de feu avec lui – avec ce faux prophète.

Vous tous, sincères évêques et prêtres d’Amérique, faites la promesse à Dieu de consacrer une heure par jour à la prière intérieure. Encouragez les gens à commencer la prière continuelle en mettant en place des veillées de prière toutes les heures. Dieu donnera alors la lumière et la force pour la véritable restauration de l’Église.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin
+ Méthode OSBMr | + Timothée OSBMr
Evêques secrétaires

Le cardinal de Chicago, Blase Cupich, ordonne et impose le vaccin COVID à « tous les employés et au clergé »

Le cardinal de Chicago Blase Cupich a publié une nouvelle politique archidiocésaine, ordonnant à « tous les employés et le clergé » de recevoir les injections de COVID-19 pas plus de « cinq semaines » après l’approbation complète d’« au moins un des trois vaccins », menaçant de « mesures disciplinaires » si les prêtres et les employés ne se conforment pas.

Dans une note datée du 18 août, le cardinal Cupich a souligné que « l’objectif de cette politique est que tous les employés et le clergé soient entièrement vaccinés contre le COVID-19 en utilisant l’un des vaccins et schémas de vaccination autorisés par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis ».

La directive, qui n’est « actuellement » pas applicable aux volontaires, devrait entrer en vigueur « cinq semaines seulement » après que la FDA aura approuvé « au moins l’un des trois vaccins », ce qui, selon Cupich, donnerait le temps aux « personnes non vaccinées d’obtenir leur régime complet » des injections.

Le « non-respect » du mandat d’injection pourrait entraîner des « mesures disciplinaires »

Cardinal Blase Joseph Cupich

La directive de Cupich stipule qu’en plus de recevoir les injections de thérapie génique, les employés et le clergé doivent fournir une “documentation” au “portail ou site Web de suivi” de l’archidiocèse afin de prouver leur statut vaccinal. Ce « suivi » doit être effectué « au niveau central » afin que l’archidiocèse ait une surveillance complète du statut vaccinal de tous les membres du clergé et des employés.

Malgré la nature abortive des injections – qui a conduit le cardinal Raymond Burke à déclarer qu’il n’est « jamais moralement justifié de développer un vaccin en utilisant des lignées cellulaires de fœtus avortés », le cardinal Cupich n’a autorisé aucune exemption religieuse. « Conformément aux directives actuelles de l’Église, il n’y aura pas d’exemption religieuse autorisée du respect de la politique de vaccination », a écrit le cardinal. Cependant, ce faisant, Cupich a ignoré une ligne de la note de décembre 2020 de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF).

Alors que le document du CDF offrait un certain soutien à l’utilisation de vaccins contaminés par l’avortement — une question fortement protestée par un certain nombre de membres du clergé éminents et fidèles — le CDF a également déclaré que « la raison pratique montre clairement que la vaccination n’est pas, en règle générale, une obligation morale et que, par conséquent, elle doit être volontaire ». Au lieu de cela, Cupich autorise des exemptions du mandat uniquement pour des raisons médicales. Si une telle exemption médicale est demandée, une demande doit être évaluée par « un panel comprenant deux médecins ; un pasteur, un membre du bureau du conseiller juridique et un représentant des ressources humaines de l’AoC ».

La décision de cet organe n’est pas susceptible d’appel, a écrit Cupich. Si une telle exemption était accordée, le clerc ou l’employé serait obligé de subir des tests hebdomadaires pour COVID-19 et de soumettre les résultats au portail de suivi de l’archidiocèse. De plus, ceux qui ne sont pas vaccinés devront porter un masque facial « en tout temps dans les installations de l’archidiocèse jusqu’à nouvel ordre pour la santé et la sécurité des employés/clergé et des invités ».

De telles restrictions s’ajoutent à la stipulation du cardinal selon laquelle « les non vaccinés peuvent être empêchés d’utiliser certaines commodités telles que manger dans les salles à manger si une distanciation sociale appropriée et/ou d’autres mesures d’atténuation ne peuvent être mises en œuvre pour maintenir un environnement sûr (par exemple, horaires décalés, plus plus de six pieds de distance, etc.) dans les installations de l’archidiocèse jusqu’à nouvel ordre pour la santé et la sécurité des employés et des invités ».

De plus, ceux qui sont en mesure d’obtenir une exemption médicale du mandat de vaccination du cardinal pourraient encore faire face à des restrictions supplémentaires, non encore précisées : «L’archidiocèse se réserve le droit d’interdire aux employés/clergés non vaccinés d’entrer dans les installations de l’archidiocèse pour des raisons de santé et de sécurité des employés et des invités.»

La politique se termine par une menace voilée du bureau du cardinal alors qu’il met en garde contre « le non-respect des dispositions de cette politique », qui « peut entraîner des mesures disciplinaires pour ces personnes ». Aucun autre détail n’est donné sur les « mesures disciplinaires » auxquelles on pourrait s’attendre. LifeSiteNews a contacté à plusieurs reprises le secrétaire du cardinal, le bureau de presse diocésain et le bureau de la politique des vaccins, mais n’a pas pu entrer en contact avec succès avec toute personne autorisée à répondre aux questions de LifeSite sur la politique.

Cupich ordonne aux prêtres de refuser les exemptions de vaccins

Le cardinal, connu pour son écart généralisé par rapport à l’enseignement de l’Église sur diverses questions, a également ordonné à ses prêtres de ne délivrer aucune exemption religieuse aux injections entachées d’avortement. Dans une lettre envoyée le 17 août, Cupich a dit aux prêtres de « refuser poliment » de signer de tels modèles d’exemption religieuse, déclarant « qu’il n’y a aucune base dans l’enseignement moral catholique pour rejeter les mandats de vaccination pour des motifs religieux ».

Écrivant que le Saint-Siège « a clairement déclaré que recevoir le vaccin Covid est incontestablement conforme à la foi catholique » et que la morale catholique « maintient toujours au centre le bien commun », Cupich a déclaré que les prêtres doivent ainsi refuser de soutenir les demandes d’exemption religieuse. Il a demandé au clergé d’expliquer que signer un tel formulaire « signifierait que vous approuveriez quelque chose qui n’est pas conforme à l’enseignement catholique ».

Alors que le cardinal de 72 ans a admis que les laïcs « peuvent déterminer leurs propres actions » et refuser l’injection, il a dit aux prêtres de « clarifier » que les laïcs catholiques « ne peuvent pas utiliser l’enseignement de l’église pour justifier de telles décisions, qui dans leur essence, sont un rejet de l’enseignement moral authentique de l’église concernant les vaccins Covid. »

Quelques jours plus tôt, des rapports ont révélé que l’opposition de Cupich à une telle exemption religieuse l’avait amené à « s’appuyer fortement » sur les évêques et les membres du conseil d’administration du National Catholic Bioethics Center (NCBC) pour retirer leur défense des exemptions religieuses de la vaccination obligatoire. Dans une déclaration du 2 juillet, le NCBC a défendu les exemptions religieuses, médicales et de conscience et, quelques jours plus tard, a publié un modèle de lettre d’exemption qui a servi de base à la lettre du Colorado quelques semaines plus tard.

S’adressant anonymement à l’AIIC, l’un des membres du conseil d’administration du NCBC a révélé que Cupich avait exercé « une pression énorme » sur l’organisation pour qu’elle rétracte ses déclarations autorisant les exemptions religieuses, mais a ajouté que le NCBC ne modifierait pas sa déclaration.

Guerre civile entre les évêques américains au sujet des exemptions de vaccins

Avec la question de la vaccination obligatoire qui se profile désormais dans de nombreux domaines de la vie, l’épiscopat catholique aux États-Unis semble divisé sur l’opportunité d’accorder des exemptions religieuses à de tels mandats. Les évêques catholiques du Colorado et du Dakota du Sud, ainsi que le National Catholic Bioethics Center, ont récemment écrit pour défendre les exemptions des mandats de vaccination. Toutes ces déclarations soutenaient le droit à des exemptions religieuses, médicales et à la liberté de conscience en matière de mandats de vaccination.

« Si un catholique juge en connaissance de cause qu’il ne devrait pas recevoir de vaccin, alors l’Église catholique exige que la personne suive ce jugement de conscience et refuse le vaccin », ont écrit les prélats catholiques du NCBC et du Colorado.

Pendant ce temps, avec Cupich, un nombre croissant de la hiérarchie américaine refuse d’autoriser des exemptions religieuses aux vaccins contaminés par l’avortement, notamment l’archevêque José Gomez de Los Angeles, le cardinal Timothy Dolan de New York, l’évêque Robert McElroy de San Diego et l’évêque Daniel Garcia de Monterey. Leur soutien aux injections, ainsi que le soutien aux injections obligatoires, s’opposent directement au cardinal Burke, ancien préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, qui s’était précédemment prononcé contre les vaccins utilisant des bébés avortés: « En ce qui concerne la vaccination, il doit être clair qu’il n’est jamais moralement justifié de développer un vaccin en utilisant des lignées cellulaires de fœtus avortés. L’idée de l’introduction d’un tel vaccin dans son corps est à juste titre odieuse. En même temps, il doit être clair que la vaccination elle-même ne peut pas être imposée, de manière totalitaire, aux citoyens. Lorsque l’État se livre à une telle pratique, il porte atteinte à l’intégrité de ses citoyens. Alors que l’État peut fournir des réglementations raisonnables pour la sauvegarde de la santé, il n’est pas le fournisseur ultime de la santé. Dieu est. Tout ce que l’État propose doit respecter Dieu et sa loi. »

La conférence du cardinal Raymond Leo Burke a été donnée le 20 mai 2020 au Rome Life Forum en ligne sur le thème “Le coronavirus à la lumière de Fatima : une tragédie et une source d’espoir”, organisé par Voice of the Family.

RÉFÉRENCES :


« Guy, merci pour tous tes travaux ! j’ai beaucoup appris en te lisant… que la paix et la force t’accompagnent… »

Maeva Sirkis

« Merci à vous d’exister, et pour toutes vos quêtes de vérité. Vous n’imaginez pas le nombre de personnes que vous aidez. »

Christiane

« J’ai beaucoup appris de vos écrits et j’apprécie grandement votre présence sensée au sein de la société québécoise. Vous pouvez être très fier de vos accomplissements. »

Laurie Feeney