Licia Corbella : Si Trudeau autorise Huawei à entrer dans notre réseau 5G, les 38 millions de Canadiens pourraient être pris en otage

VEUILLEZ PRENDRE NOTE : Étant donné l'importance de cette information, je me permet de reproduire la traduction de l'article de la chroniqueuse Licia Corbella qui fut publié dans le National Post mardi le 5 octobre 2021. Licia Corbella est chroniqueuse pour Postmedia à Calgary. Courriel: lcorbella@postmedia.com / Twitter: @LiciaCorbella.

Si les Canadiens pensent que la diplomatie des otages de la Chine avec les deux Michael était mauvaise, ils doivent comprendre que le régime communiste pourrait tenir tout le Canada en otage si le gouvernement fédéral de notre pays permet à Huawei Technologies de fournir n’importe quelle partie de notre réseau sans fil 5G. La technologie sans fil de cinquième génération rendra possibles les voitures sans conducteur, les chirurgies à distance et d’autres merveilles de la technologie, ainsi que des téléchargements de divertissement tout simplement plus rapides. Mais cela pourrait également déclencher des ravages aux mains d’un régime hostile, comme la Chine l’a prouvé au cours des dernières années.

Le Canada dit depuis longtemps qu’il ne négocie pas avec les preneurs d’otages. Mais imaginez si un président chinois en colère, Xi Jinping, menaçait de fermer chaque rame de métro du centre-ville de Toronto, ou chaque feu de circulation dans une province donnée, ou pire encore, chaque centrale électrique au Canada pendant une vague de froid hivernale. Il pourrait menacer de toucher à nos usines de traitement d’eau dans toutes les grandes villes. Non seulement tous les écrans de contrôle du trafic aérien pourraient être éteints pour des raisons géopolitiques, mais toutes les voitures sans conducteur, ou même toutes les voitures modernes équipées de puces connectées au réseau 5G, pourraient être éteintes alors qu’elles accéléraient sur l’autoroute.

Charles Burton, chercheur principal à l’Institut Macdonald-Laurier et ancien conseiller à l’ambassade du Canada à Pékin, souligne que Huawei n’est pas comme les autres entreprises de télécommunications.

Premièrement, comme il le souligne, les récents événements des deux Michaels – Michael Spavor et Michael Kovrig – libérés quelques heures après la libération du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, le 25 septembre, sont la preuve que Huawei n’est pas simplement une autre grande entreprise en Chine. « Le gouvernement chinois traitant Mme Meng non seulement comme la directrice financière d’une grande entreprise, mais vraiment comme un élément clé du régime, souligne vraiment à quel point Huawei est intégré au régime du Parti communiste chinois », a déclaré Burton lors d’une entrevue téléphonique lundi depuis Ottawa. « Le fait qu’ils aient si explicitement lié les deux Michael à Mme Meng — sans même essayer de le cacher — est vraiment révélateur de l’intégration de Huawei dans l’appareil militaire et de sécurité chinois. »

Le gouvernement chinois et les porte-paroles de Huawei ont longtemps soutenu que le géant de la technologie ne serait pas utilisé à des fins d’espionnage ou pour des raisons politiques comme monnaie d’échange, mais le président chinois Xi Jinping a également nié pendant près de trois ans que les deux Michaels aient été détenus comme levier dans le Affaire Meng. De toute évidence, ce n’était pas vrai.

L'homme d'affaires canadien Michael Spavor et le diplomate Michael Kovrig sont rentrés au Canada samedi et ont été accueillis par le Premier ministre Justin Trudeau.
L’homme d’affaires canadien Michael Spavor et le diplomate Michael Kovrig sont rentrés au Canada samedi et ont été accueillis par le Premier ministre Justin Trudeau.

De plus, la loi chinoise sur le renseignement national permet à Pékin d’obliger Huawei à soutenir ses activités de renseignement. Les membres de la Five Eyes Intelligence Alliance (qui comprend les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada) ont tous interdit à Huawei de participer à leurs réseaux 5G, à l’exception du Canada.

Le Premier ministre Justin Trudeau dit qu’il espère partager une décision sur l’opportunité d’interdire Huawei du réseau 5G du Canada dans les semaines à venir. S’adressant à des journalistes lors d’une conférence de presse mardi dernier, Trudeau a déclaré que son gouvernement envisageait toujours différentes options, mais qu’il « serait impatient de partager une décision sur de nombreuses questions différentes, notamment sur les télécommunications et Huawei dans les semaines à venir ».

Ce retard dans la prise de décision sur Huawei concerne Burton.

« Considérant que la question est à l’étude depuis environ trois ans maintenant et que le gouvernement a promis de prendre une décision avant les dernières élections – il y a deux élections – cela fait craindre que le gouvernement essaie de trouver un moyen d’approuver Huawei 5G, comme l’annoncer tard un vendredi après-midi avant les vacances de Noël », a déclaré Burton.

« L’administration américaine de Trump et de Biden a déclaré que si le Canada autorise la technologie Huawei 5G dans les télécommunications, cela mettra en péril la capacité des États-Unis à partager des renseignements dans les Five Eyes, dont le Canada est un consommateur net de renseignements. C’est très troublant. L’idée que le Canada puisse être perçu comme un partenaire peu fiable pour les questions liées à la sécurité est désolante. Le fait que le président (Joe) Biden ait qualifié l’Australie d’allié le plus proche et le plus fidèle de l’Amérique est également troublant dans le sens où les Canadiens ont toujours pensé que le Canada était l’allié le plus fort et le plus proche des États-Unis. »

Le 21 septembre, Biden a déclaré : « Les États-Unis n’ont pas d’allié plus proche ou plus fiable que l’Australie », entrant dans un nouveau pacte de sécurité avec le Premier ministre australien, Scott Morrison, y compris une annonce antérieure selon laquelle Washington fournirait à Canberra une technologie de pointe pour sous-marins à propulsion nucléaire dans le cadre d’un accord trilatéral avec le Royaume-Uni et dans une tentative de cerner la Chine.

« Le Canada est très en décalage avec nos alliés et je pense que la Chine peut s’en servir comme d’un coin pour essayer d’affaiblir l’alliance occidentale et d’améliorer sa propre position au Canada et sur la scène internationale. C’est une grande inquiétude », a ajouté Burton.

De nombreux observateurs s’attendaient à ce que Trudeau annonce très rapidement que le Canada n’autoriserait pas Huawei à entrer dans notre système de télécommunications dans les jours qui ont suivi la libération des deux Michael, ce qui aurait montré que sa réticence à faire cette annonce était exclusivement liée à la sécurité des deux hommes qui ont été détenus dans des conditions inhumaines pendant 1 020 jours. Ce serait une victoire politique pour lui.

Alors pourquoi attendre ?

Après tout, les sondages d’opinion ont indiqué que quatre Canadiens sur cinq souhaitent que le gouvernement interdise Huawei de nos réseaux de télécommunications.

« Dans quelle mesure le gouvernement Trudeau est-il prêt à prendre une mesure qui provoquerait un énorme tollé public, ce que cela ferait — du public, des experts en sécurité, de nos alliés. Ce serait une explosion. Mais vu que le gouvernement est conscient qu’il n’y aura pas d’élections bientôt — et peut-être parce que le gouvernement libéral, ou du moins les Trudeau, pourraient penser que c’est leur dernier mandat au gouvernement — qu’ils sont prêts à prendre cette mesure contre l’opinion publique, car les personnes impliquées dans l’approbation du Huawei 5G seront vraisemblablement récompensées par le régime chinois de diverses manières. »

C’est un commentaire étonnant.

Huawei est en mesure de fournir sa technologie 5G à un prix moins cher qu’Ericsson, Nokia ou Samsung parce que le régime chinois a subventionné son soi-disant « champion national » avec des milliards de dollars et parce qu’il a également utilisé la propriété intellectuelle d’autres télécoms, dont Nortel. Huawei fournit déjà certaines technologies de réseau au Canada. Les experts disent que même à la périphérie d’un réseau, le régime chinois pourrait infiltrer des infrastructures critiques et nous espionner.

Si Huawei est autorisé à fournir le réseau 5G du Canada, notre pays et nos alliés seront en danger. Ce serait comme si la Chine détenait 38 millions d’entre nous contre rançon. Il ne faut pas laisser le gouvernement Trudeau faire cela.


« Bonjour M. Boulianne. Je dois vous remercier du fond du coeur pour le travail de recherche colossal que vous faites. »

Jules Laforest

Merci Guy pour votre talent de communicateur, il est bien agréable de commencer un nouveau jour avec une mésaventure heureuse accompagnée d’un bon café 💗.

Tueur d’Ours

« Avec vous ont a les vraies informations. Merci Monsieur Boulianne. »

Diane Leboeuf