Asservissement au Mexique : La campagne silencieuse du métro pour éviter la contagion du coronavirus dans la nouvelle normalité

Il faudrait être aveugle, inconscient ou stupide pour ne pas constater et admettre les évidences, alors que celles-ci sont exposées à la connaissance de tous par les nombreux chercheurs et enquêteurs se trouvant un peu partout à travers le monde. En fait, celles et ceux qui se soumettent et/ou endossent les directives qui leur sont imposées dans le cadre des « mesures sanitaires du COVID-19 », c’est-à-dire le “Certificat Of Vaccination IDentity” (le vrai nom du virus étant SARS-CoV-2), font le jeu d’institutions médicales et de gouvernements criminels.

Y a-t-il encore des gens qui ne comprennent pas que l’Organisation mondiale de la santé est une institution privée, corrompue et délinquante dont le bailleur de fonds principal est un informaticien milliardaire du nom de Bill Gates ? Y a-t-il encore des personnes qui ne comprennent pas qu’elles sont les victimes d’un complot fomenté lors des dernières réunions du groupe Bilderberg et du Forum économique mondial dans le but ultime de déclencher ce qu’ils appellent la Grande Réinitialisation (Great Reset) afin d’assujetir la population ? Y a-t-il encore des gens qui croient aux statistiques qui leur sont proposées par leurs gouvernements alors que la fraude est manifeste ?

Pourtant, de plus en plus de médecins à travers le monde risquent leurs carrières afin d’exposer la vérité à la vue de tous : ACU2020 en Allemagne, Médicos por la Verdad en Espagne, America’s Frontline Doctors aux États-Uni. L’objectif du gouvernement mondial (car — oui — il y a un gouvernement mondial) est d’asservir les peuples en leur apposant la marque pour le nouvel holocauste. Avec la distanciation, l’éloignement et le port du masque obligatoires, l’objectif est d’éloigner les individus les uns des autres afin de contrecarrer tout désir de rebellion. Le but est de les soumettre et de les faire taire… Cette expérience a actuellement cours au Mexique avant qu’elle ne s’étende au reste de la planète.

À ce sujet, voici la traduction d’un article paru dans le journal en ligne Infobae le 2 juin dernier.

COVID-19 - une transparence nécessaire, par Gaël Campan


« Silencieux, nous prévenons la contagion »

Des esclaves volontaires cachés derrière les masquesLe Mexique a eu son premier jour dans la célèbre « Nouvelle Normalité » et l’un des endroits les plus populaires est les transports publics, où des millions de Mexicains voyageront à nouveau après de longs mois de quarantaine. Pour éviter la propagation du coronavirus, le Metro Collective Transportation System (STC) a commencé à mettre en œuvre la campagne « Silencieux, nous prévenons la contagion ».

Cette action vise à réduire les émissions de gouttelettes que les utilisateurs pourraient produire en parlant, en particulier dans les espaces fermés comme les trains. Pour cela, les utilisateurs sont encouragés à ne pas parler, chanter ou crier lors de leurs voyages sur la voie.

Des panneaux d’information ont été placés dans les stations qui continuent de fournir des services. De plus, les informations de la campagne sont diffusées sur les réseaux sociaux, grâce à l’audiomètre et à l’aide de bâtons affichés par les éléments de sécurité STC.

La stratégie de prévention a été développée sur la base d’analyses scientifiques qui montrent comment les gouttelettes de salive peuvent propager le virus en toussant, en éternuant ou en parlant.

« Pour cette raison, il est extrêmement important que les utilisateurs du métro évitent de parler lors du transport, car la réduction de l’émission de gouttelettes devient particulièrement pertinente dans le cas des porteurs asymptomatiques. »

Les autorités de Mexico (CDMX) ont répété en disant que l’un des principaux objectifs des mesures mises en œuvre lors de la Journée nationale de Sana Distancia était « de ne pas propager et de ne pas attraper ». Maintenant que cela est terminé, et étant donné que la capitale continue d’être un point rouge d’infections et de décès dans le pays, les citoyens de la capitale devront continuer à se conformer à ces recommandations.

Pour éviter des contagions massives, le STC a exhorté ses utilisateurs à utiliser le masque buccal en permanence et de manière obligatoire, d’autant plus qu’ils ont découvert que de nombreux utilisateurs l’ont enlevé une fois à bord du train.

Dans un communiqué, le métro a rendu compte de ce programme et a annoncé que « pratiquement 100% des utilisateurs pénètrent dans les installations avec des masques faciaux, qui doivent être entretenus tout au long du trajet et éviter de l’enlever ou de l’abaisser au niveau du menton ».

Ils ont également demandé aux citoyens que s’ils présentaient des symptômes du COVID-19, ils resteraient chez eux et s’abstiendraient de prendre les transports en commun.

« Le métro est le système névralgique de la mobilité de la ville, pour lequel l’exhortation du Gouvernement à rester à la maison s’il n’y a pas besoin de partir, et sinon à se conformer à toutes les mesures de protection possibles. L’objectif est de sauver des vies, le défi est de ne pas propager et de ne pas attraper. »

Les stratégies de formation des utilisateurs et de canalisation, qui ont commencé à être mises en œuvre il y a quelques jours, seront renforcées dans des stations telles que Cuatro Caminos (L-2), Saragosse (L1), Hidalgo (L2), Centro Médico (L3), Pantitlán (L9) ) et Ciudad Azteca (LB).

Pour les appliquer, ils s’appuient sur les lignes simples depuis la zone de la billetterie et même les tourniquets pour garantir une distance saine et retarder l’arrivée des utilisateurs sur le quai, afin d’éviter les agglomérations à risque. En plus de la distribution de gel antibactérien bien connue dans les stations.

Des panneaux ont également été placés sur les étages à un mètre et demi pour indiquer aux utilisateurs à quelle distance ils se trouvent à une distance saine d’une autre personne et protéger la santé de ceux qui sont revenus prendre le métro STC.


À propos de Infobae :

Infobae est un site d’information créé en Argentine en 2002 par l’homme d’affaires Daniel Hadad. Infobae compte 450 journalistes et plus d’un millier de cordons. Leur siège social est situé à Buenos Aires, en Argentine. La société possède également des bureaux de presse et des éditions locales à New York, Mexico, Miami, Bogotá, São Paulo et Madrid. Infobae.com est principalement consulté dans les pays hispanophones : Amérique latine, Espagne et États-Unis. Il compte en moyenne 120 millions d’utilisateurs uniques par mois et 1800 millions de pages vues.