Le Premier ministre du Japon, Yoshihide Suga, démissionne une semaine après le scandale des contaminants métalliques trouvés dans plus de 2,6 millions flacons de « vaccin » Moderna

Le philosophe, encyclopédiste et homme d’affaires français Voltaire écrivait : « Ce que nous appelons le hasard n’est et ne peut être que la cause ignorée d’un effet connu. » Le 28 août dernier, je vous annonçais que le Ministère japonais de la Santé, du Travail et du Bien-être (MHLW) confirmait que « le vaccin COVID-19 de Moderna est contaminé par une particule métallique qui réagit aux aimants ». Dès le lendemain, je vous informais à nouveau que le MHLW avait publié un nouveau communiqué de presse national dans lequel il annonçait le décès de deux personnes qui ont toutes deux reçu le vaccin COVID-19 Moderna pour injection intramusculaire. Comme si cela n’était pas assez, je publiais un article trois jours plus tard informant mes lecteurs qu’un corps étranger noir avait été trouvé dans un autre lot suspect du vaccin Moderna sur le site d’inoculation de Kanagawa, au Japon. Or, voilà que nous apprenons que le Premier ministre du Japon, Yoshihide Suga, démissionne et ne sera pas candidat à l’élection à la présidence du Parti libéral-démocrate (PLD) convoquée pour le 29 septembre. Ceci arrive à peine une semaine après le scandale des contaminants métalliques trouvés dans plus de 2,6 millions flacons de « vaccin » Moderna.


Yoshihide Suga quitte son poste de Premier ministre japonais

Yoshihide Suga démissionne

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga (72 ans) a annoncé le 3 septembre dernier qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle du PLD prévue pour la fin de ce mois. On s’attend à ce qu’il se retire du poste de Premier ministre à la fin du mois de septembre lorsqu’il sera en fonction.

Dans l’après-midi du même jour, le Premier ministre Suga a déclaré aux journalistes à la résidence officielle du Premier ministre qu’« une énorme quantité d’énergie » est nécessaire pour équilibrer l’élection du président et les contre-mesures contre le nouveau coronavirus, donc « Je veux me consacrer aux contre-mesures contre le nouveau corona ». Il a fait part de son intention de ne pas se présenter (annonce le 17 septembre, vote le 29).

La cote d’approbation du Cabinet Suga a continué de baisser en juillet et en août. Alors que la propagation du nouveau virus corona se poursuit, les soins médicaux sont serrés dans divers endroits, et il y a un certain nombre de personnes qui ne peuvent pas recevoir de traitement hospitalier.Dans un sondage mené par le Mainichi Shimbun le 28 août, le taux d’approbation est tombé à 26% .

Lors des élections municipales tenues dans sa ville natale de Yokohama le 22 août, le candidat soutenu par M. Suga a été battu par le candidat recommandé par l’opposition par une large marge d’environ 180 000 voix.

Dans ces circonstances, il est rapporté que diverses insatisfactions et inquiétudes ont été soulevées au sein du parti à l’égard des élections générales, qui devraient avoir lieu en octobre.

Lors de la réunion extraordinaire du conseil d’administration du Parti libéral-démocrate qui s’est tenue le matin du même jour, M. Suga a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux élections présidentielles. En réponse à cela, Toshihiro Nikai, le secrétaire général du Parti libéral-démocrate, a déclaré aux journalistes : « Je suis honnêtement surpris, mais je pense que j’ai pris la décision après y avoir réfléchi. » Je lui ai parlé. Lorsqu’un journaliste lui a demandé : « Est-ce lié à la baisse de la cote d’approbation du Cabinet et au mécontentement des jeunes du parti ? », il a répondu : « Cela n’a rien à voir. »

À la bourse de Tokyo, le 3 septembre, lorsque la nouvelle de l’échec de M. Suga à se présenter à la présidence a été transmise, les ordres d’achat se sont multipliés. Le Nikkei Stock Average a augmenté de plus de 500 yens par rapport au cours de clôture de la veille et s’est temporairement rétabli au niveau de 29 000 yens. TOPIX a progressé de 33,15 points (1,7%) par rapport à la veille jusqu’en 2016.72, le plus haut depuis avril 1991. Les marchés financiers de Tokyo ont déjà continué de croître cette semaine en raison des spéculations sur la dissolution et les élections générales.

Au Japon, où la propagation du nouveau coronavirus se poursuit, 21 préfectures décrètent actuellement l’état d’urgence jusqu’au 12 septembre. Le nombre total de personnes séropositives a dépassé 1,52 million et un total de 16 184 personnes sont décédées (au 3 septembre).

Au Japon, l’activité vaccination a connu un retard important par rapport à l’Europe et aux Etats-Unis, mais les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo se tiennent depuis la fin juillet comme prévu. Après cela, le nombre de personnes infectées a augmenté progressivement à divers endroits. On dit que cela a conduit à la détérioration de la cote d’approbation du cabinet Suga.


À propos de Yoshihide Suga

Yoshihide Suga

Yoshihide Suga (菅 義偉) est né le 6 décembre 1948 à Ogachi, dans la préfecture d’Akita. Il est le fils aîné d’un salarié de la Société des chemins de fer de Mandchourie du Sud avant guerre, devenu cultivateur de fraises après le conflit. Son père fait partie de l’élite locale. Yoshihide Suga s’installe à Tokyo pour ses études. Il est le seul des 130 élèves de son école primaire à être entré à l’université.

M. Suga a été élu pour la première fois membre du conseil municipal de Yokohama en 1987. N’appartenant à aucune dynastie politique, il s’est présenté aux élections de 1996 à la Chambre des représentants du 2e district de Kanagawa, officiellement reconnu par le Parti libéral-démocrate, et a été élu pour la première fois. En 2005, il est devenu vice-ministre de l’Intérieur et des Communications (en charge de l’information et des communications et des services postaux) dans le Troisième Cabinet Koizumi, L’année suivante, il est ministre des Affaires intérieures et des Communications du 26 septembre 2006 au 27 août 2007 puis secrétaire général du Cabinet dans le premier cabinet de Shinzō Abe.

Lorsque le deuxième cabinet Abe a été créé en 2012 après le changement de gouvernement, il est devenu secrétaire en chef du cabinet. Lorsque M. Abe a annoncé sa démission en août 2020 en raison de l’aggravation d’une maladie chronique, il est devenu président du parti après l’élection présidentielle et est automatiquement devenu Premier ministre.

Le secrétaire général du PLD Toshihiro Nikai annonce le 3 septembre 2021 que Yoshihide Suga ne sera pas candidat à l’élection à la présidence du parti, convoquée pour le 29 septembre suivant, ce qui entraînera son départ de la direction du gouvernement dans un second temps. À quelques semaines des élections législatives, son impopularité causée par sa mauvaise gestion de la cinquième vague de la pandémie de Covid-19 et les échecs des candidats du PLD au cours de plusieurs scrutins locaux avaient convaincu les cadres dirigeants du PLD de ne plus le soutenir, et ce alors que l’ancien ministre des Affaires étrangères Fumio Kishida se présentait contre lui à la direction du parti majoritaire.


RÉFÉRENCES :


« Monsieur Boulianne, vos articles sont indispensables. Je vous encourage à continuer. Que Dieu vous bénisse. »

Lorraine Bernier

« Je viens tout juste de terminer votre ouvrage sur la Société fabienne. Ce livre est profondément bouleversant. Ce livre est le plus bouleversant que j’ai lu de ma vie et j’en ai lu des centaines. Je crois que c’est un des ouvrages les plus importants écrits sur les conspirations. »

Benoît Goyette

« Vous êtes un homme-orchestre impressionnant. Merci d’exister, vous êtes un compagnon de route important pour plusieurs d’entre nous. »

Carole Lavoie