Guy Boulianne a fait l’acquisition de l’édition originale du livre de Richard E. Byrd, « Alone », l’un des plus importants explorateurs polaire

Je suis très heureux d’avoir fait l’acquisition de l’édition originale du livre de l’explorateur polaire et aviateur américain Richard E. Byrd, « Alone », qui fut publié une première fois en 1938 par la maison d’édition G. P. Putnam’s Sons (New York). Cette édition est plutôt rare à dénicher, surtout que mon exemplaire est signé par l’explorateur lui-même sur la page de garde ! Il s’agit donc d’une pièce de collection. Le livre est fait de toile d’origine, enveloppé dans une très bonne jaquette et comportant des décorations de Richard E. Harrison.

1990

L’amiral Byrd raconte dans ce livre sa deuxième expédition en Antarctique, entreprise en octobre 1933. Ses objectifs étaient une exploration géographique supplémentaire et l’étude des conditions météorologiques en hiver. Lorsque des réserves suffisantes n’ont pas été stockées avant le début de l’hiver, il a décidé de rester seul à la base avancée pour effectuer les observations météorologiques. Cet hiver-là, Byrd a failli périr mais a été secouru par des membres d’une équipe d’observation des météorites qui se sont mis en route lorsque les messages de Byrd sont devenus erratiques et confus après cinq mois d’isolement… L’épreuve a eu un effet durable sur Byrd. Son livre « Alone » est un témoignage de son expérience (DAB).

RichardByrdSignature

À propos de Richard E. Byrd

Richard Byrd en blouson d'aviateur, années 1920

Richard Evelyn Byrd (Winchester, 25 octobre 1888 – Boston, 11 mars 1957) est un explorateur polaire et aviateur américain de l’US Navy ayant le grade de contre-amiral. Il est formé dans quatre institutions différentes, l’Académie militaire de Shenandoah, l’Institut militaire de Virginie, l’université de Virginie (1904-1908) et l’Académie navale d’Annapolis (1912). Entré dans l’US Navy en 1912, il sert sur le USS Kentucky, le USS Wyoming et le USS Missouri et participe aux campagnes contre le Mexique et à l’occupation de Veracruz (1914). Il est ensuite affecté sur le yacht du secrétaire d’État à la Marine et sur celui du Président. Quittant la Marine en 1919 mais continuant à servir au Bureau du personnel naval à Washington, il apprend rapidement à piloter à Pensacola et se passionne pour les moyens de navigation maritimes appliqués à l’aéronautique. Il enquête sur les crashes d’appareils et est conseiller de l’US Navy lors de la mise au point d’une traversée aérienne transatlantique en 1919.

Responsable des pilotes de l’expédition arctique de Donald Baxter MacMillan (1925), le 9 mai 1926, il tente le survol du pôle Nord avec le Fokker F.VIIa/3m baptisé Josephine Ford, quelques jours avant le survol du pôle par Amundsen avec le dirigeable Norge, mais il est contraint de faire demi-tour à cause d’une avarie. Il reçoit néanmoins la médaille du Congrès.

Le 29 juin 1927, il réalise sur un Fokker F.VIIa/3m baptisé « America » un vol transatlantique de New York à Ver-sur-Mer1. À cette occasion, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

C’est en 1928 qu’il lance sa première expédition dans l’Antarctique avec deux navires et trois avions spécialement équipés. Un équipement radio permit le suivi mondial de l’expédition. Durant l’été 1928, un camp de base est construit sur la grande barrière de Ross. Ce camp de base est dénommé Ver-sur-Mer, en souvenir de l’accueil qu’il avait reçu lors de son amerrissage pour sa traversée de l’Atlantique en juin 1927. Il joue un rôle prépondérant dans la découverte de la zone comprise entre le plateau Rockefeller et la Eights Coast, à laquelle il donne le nom de « Terre Marie Byrd », en l’honneur de sa femme, Mary Byrd.

Authorized map of the Second Byrd Antarctic Expedition

Le 29 novembre 1929, Byrd tente le survol du Pôle Sud qu’il réussit après un vol périlleux de 18 heures à basse altitude. Il utilise alors un Ford Trimotor baptisé Floyd Bennett. À son retour, il est acclamé dans les rues de New York. Byrd lance encore trois expéditions en Antarctique :

  • en 1933-1935 : à cause du mauvais temps, cette expédition faillit lui être fatale, car, confiné dans un abri creusé dans la glace, il est près de l’asphyxie par monoxyde de carbone. C’est la radio qui le sauve et permet son rapatriement. Cette expédition dispose de trois Citroën-Kégresse prêtées par André Citroën et qui résistent tant bien que mal à des froids de −70 °C2 ;
  • en 1939-1941 ;
  • en 1946-1947, opération Highjump qui est la plus importante en Antarctique. Cette expédition mobilise un impressionnant cortège de navires, d’avions, d’hommes et de matériel. Des rumeurs parlent même d’annexion de l’Antarctique. Après le crash d’un appareil et le heurt d’un iceberg par un sous-marin, il est mis fin subitement à cette expédition.

En 1955, il commande l’expédition Deep Freeze I et II qui établit la base américaine permanente McMurdo en bord de mer de Ross (1955-1957).

L’amiral Byrd est décédé dans son sommeil d’une maladie cardiaque à l’âge de 68 ans le 11 mars 1957, à son domicile du 7 Brimmer Street dans le quartier de Beacon Hill à Boston. Il a été enterré dans le Cimetière national d’Arlington. L’amiral Byrd était l’un des officiers les plus décorés de l’histoire de la marine américaine. Il est probablement le seul individu à recevoir la Médaille d’honneur, la Croix de la Marine, la Croix de l’Aviation distinguée et la Médaille de sauvetage d’argent. Il a également été l’un des rares individus à recevoir les trois médailles d’expédition en Antarctique émises pour des expéditions avant la Seconde Guerre mondiale. Byrd était éligible à titre posthume à la Médaille du service en Antarctique, établie en 1960, pour sa participation aux expéditions antarctiques Operation Highjump (1946 à 1947) et Operation Deep Freeze (1955 à 1956). Byrd a également reçu de nombreux autres prix d’entités gouvernementales et privées aux États-Unis.

Deux points géographiques ont reçu son nom : le Mont Byrd sur l’île de Ross en Antarctique et le cratère lunaire Byrd. Deux navires de l’US Navy ont également été nommés en son honneur, le cargo USNS Richard E. Byrd et le destroyer USS Richard E. Byrd. Une plaque commémorative à son nom a été érigée en 1965 à la base antarctique McMurdo, elle est classée monument historique de l’Antarctique.


Le mystérieux “Journal secret” de l’amiral Byrd

Terre plate - Antarctique

Il est question dans une certaine littérature d’un « Journal secret » (Secret Diary) attribué à l’amiral Richard E. Byrd et qui aurait été écrit le 24 décembre 1956, quelques mois avant sa mort. Considéré comme le  « journal manquant » du grand explorateur décrivant son mystérieux voyage à l’intérieur de la terre qui n’a jamais été révélé au public.

Soi-disant, Byrd dit qu’une grande terre se situe au-delà du pôle et qui n’était pas couverte de glace. Il y aurait rencontré des êtres d’une super nature. Il débute son journal ainsi :

« Je dois écrire ce journal dans le secret et l’obscurité. Il s’agit de mon vol arctique du dix-neuvième jour de février de l’année dix-neuf et quarante-sept. Il vient un temps où la rationalité des hommes doit s’effacer dans l’insignifiance et il faut accepter l’inévitabilité de la Vérité ! Je ne suis pas autorisé à divulguer la documentation suivante au moment d’écrire ces lignes… peut-être qu’elle ne verra jamais la lumière d’un examen public, mais je dois faire mon devoir et enregistrer ici pour que tous puissent la lire un jour. Dans un monde de cupidité et d’exploitation, l’humanité ne peut plus supprimer ce qui est la vérité. »

Évidemment, nous n’avons jamais retrouvé aucune trace de ce journal qui est attribué à l’amiral Byrd. Il n’est pas non plus indexé parmi ses papiers et documents qui sont conservés à l’Université d’État de l’Ohio (Programme d’archives du Centre de recherche polaire et climatique Byrd, ID RG 56.1). Certains diront que cela est normal puisqu’il s’agit d’un « journal secret ».

Personnellement, je n’affirme pas que ce journal existe ou non. Peut-être s’agit-il d’un simple canular. Par contre, s’il existe, il n’est pas exclu qu’il puisse être retrouvé l’un de ces jours comme ce fut le cas le 8 mai 1996 pour son voyage en Arctique. En effet, exactement 70 ans après que le célèbre explorateur ait prétendu avoir été le premier à survoler le pôle Nord, les archivistes de l’Université d’État de l’Ohio ont annoncé qu’ils avaient trouvé le journal de Byrd qui donne l’image la plus claire à ce jour de ce qui s’est passé pendant ce vol célèbre. (Ohio State News)

Illustration de la théorie de Symmes des sphères concentriques (1878)
Illustration de la théorie de Symmes des sphères concentriques (1878)

En 1947, l’amiral Richard E. Byrd effectua un vol dans la région polaire sud du monde. Avant de se lancer dans l’aventure, Byrd a fait une déclaration mystérieuse depuis sa base arctique : « J’aimerais voir cette terre au-delà du pôle. Cette zone au-delà du pôle au centre du grand inconnu ». Dans le cockpit de son avion se trouvait une puissante radio bidirectionnelle. Lorsque Byrd et ses compagnons scientifiques ont décollé de leur base au pôle Sud, ils ont réussi à voler à 1700 milles au-delà. C’est à ce moment-là que la radio de l’avion de Byrd a été utilisée pour rapporter quelque chose d’absolument incroyable. Amadeo F. Giannini a été le premier à citer Byrd dans son livre “Worlds Beyond the Poles”. Son histoire sur le vol de Byrd en 1947 a été répétée dans le numéro de décembre 1959 du journal “Flying Saucers” dans un article sensationnel écrit par l’éditeur, Ray Palmer.

Le récipiendaire de la médaille d’honneur, l’amiral Richard E. Byrd, aurait écrit sa rencontre avec une civilisation perdue en Antarctique. Selon les théoriciens de la Terre creuse, Byrd a rencontré une race ancienne sous terre au pôle Sud. Selon le « journal » de Byrd, le gouvernement lui a ordonné de garder le silence sur ce dont il a été témoin pendant sa mission dans l’Arctique :

11 mars 1947
« Je viens d’assister à une réunion du personnel au Pentagone. J’ai exposé pleinement ma découverte et le message du Maître. Tout est dûment enregistré. Le président a été avisé. Je suis maintenant détenu pendant plusieurs heures (six heures, trente-neuf minutes, pour être exact.) Je suis interviewé attentivement par les forces de sécurité supérieures et une équipe médicale. C’était une épreuve !!!! Je suis placé sous contrôle strict via les dispositions de sécurité nationale de ces États-Unis d’Amérique. J’AI REÇU L’ORDRE DE RESTER SILENCIEUX PAR RAPPORT À TOUT CE QUE J’AI APPRIS, AU NOM DE L’HUMANITÉ !!! Incroyable! On me rappelle que je suis un militaire et que je dois obéir aux ordres. »

Après de nombreuses réalisations polaires, Byrd a organisé l’opération Highjump en 1947. L’objectif : construire un centre d’entraînement et de recherche américain au pôle Sud. Certains disent que le gouvernement américain a envoyé ses troupes au pôle Sud pour toute preuve de la rumeur de la base allemande 211. Les nazis étaient fascinés par tout ce qui concernait la race aryenne. Ils ont voyagé partout dans le monde, y compris en Antarctique, pour en savoir plus sur les origines présumées. Les Allemands ont fait leur marque au pôle Sud.

L’infirmière de l’US Air Force, Matilda O’Donnell MacElroy (12 juin 1924-12 août 2007), était affectée au 509ème Escadron de Bombardiers (atomiques) sur la base militaire aérienne de Roswell au Nouveau-Mexique, en 1947. Il est écrit sur son site internet :

« L’État profond et en particulier la CIA sont connus pour la  « divulgation » de la désinformation et de faux mensonges, dans ce cas, destinés à discréditer à la fois les rencontres de l’amiral Byrd avec la technologie extraterrestre et les adeptes de la théorie de la terre creuse, déployant le vieux joug de la CIA qui les transforme en « théoriciens du complot » portant des chapeau en papier d’aluminium. Ce jeu de désinformation qui sature à la fois les médias grand public et alternatifs de nos jours, en particulier sur Internet, a été une stratégie d’État profond extrêmement efficace pour « garder ses sales petits secrets » encore secrets, cachés ou sceptiquement non acceptés par un public confus qui ne sait croire d’autre que l’autorité et la science.

« Un examen plus approfondi de l’origine du soi-disant journal de Byrd perdu semble également conduire à une autre arnaque de désinformation. Il n’y a eu qu’un seul journal de Byrd qui documente de manière authentique l’expérience de l’explorateur et c’était son premier vol au-dessus du pôle Nord en 1926 présenté dans un livre de 1928 intitulé Skyward. Même un examen superficiel du style d’écriture du vrai Byrd et du récit de science-fiction de bande dessinée amateur du journal « découvert » ultérieur de février 1947 laisse planer de sérieux doutes sur le fait que ce dernier a été écrit par l’explorateur. »

Vrai ou faux, le « Journal secret » de l’amiral Richard E. Byrd a peut-être comme dessein d’attirer notre attention sur une autre réalité, tout en apportant le discrédit sur toutes les personnes qui tenteraient d’y voir plus clair. N’oublions pas que Byrd était un franc-maçon actif et que, dans ce cas, il avait peut-être une double mission à l’image de Janus, le dieu du passage et des portes. Il a été élevé (devenu maître maçon) dans la Federal Lodge No. 1, Washington, DC, le 19 mars 1921, et affilié à Kane Lodge No. 454, New York City, le 18 septembre 1928. Il était membre de National Sojourners Chapter No. 3 à Washington, une organisation patriotique américaine de francs-maçons qui ont servi dans les forces armées des États-Unis. En 1930, Byrd a reçu une médaille d’or de Kane Lodge. En 1931, Byrd devient compatriote de la Tennessee Society of the Sons of the American Revolution, une société américaine à but non lucratif, réservée aux hommes dont la lignée généalogique respecte des critères précis. Il a reçu le numéro de membre d’État 605 et le numéro de membre national 50430. Il a reçu la Médaille du service de guerre de la société pour son service pendant la Première Guerre mondiale.

La blogueuse Alexandria Ducksworth écrit sur la plateforme Medium : « Qu’est-ce que le Maître a enseigné d’autre à Byrd ? Et le reste de l’équipage de l’opération Highjump ? Byrd n’a pas découvert le monde souterrain seul. Que toute l’histoire de Hollow Earth soit un fait ou une fiction, il est bon d’imaginer qu’il existe encore des civilisations cachées dans le monde. »

Carte de la Terre plate dessinée par Orlando Ferguson en 1893. La carte contient plusieurs références à des passages biblique.

banniereFABIENeBay001

« Bonjour M Boulianne, merci pour votre travail qui m’a apporté la clefs que j’avais besoin pour comprendre tout ce que j’avais déjà lu, mais il me manquait la clefs pour voir. Grâce à votre ouvrage, tout est devenu clair. Merci. »

Sebastien Pauthier

« Cher Monsieur Boulianne, je suis ébahi par la qualité de votre recherche, de vos textes, et l’immense charge de travail que vous assumez avec la foi et l’intégrité d’un honnête homme. »

Damien Tremblay

« Toutes mes félicitations Guy pour tes efforts à éveiller la population face à la grande manipulation par le gouvernement de l’ombre. La VÉRITÉ est la lumière qui chassera la noirceur. »

Richard Bernier