Le professeur Denis Rancourt et onze autres universitaires canadiens ont envoyé une lettre ouverte aux agents de santé publique du pays

Les libertés civiles sont menacées au Canada et dans le monde. Sur la base des lois sur la santé publique et des lois sur les maladies infectieuses, des limitations aux droits constitutionnels sont imposées par des ordonnances d’urgence par les médecins hygiénistes du Canada et par des bureaucrates non élus ailleurs. La Charte canadienne des droits et libertés a été rédigée spécifiquement pour limiter la portée excessive du gouvernement. Dans une crise comme celle-ci, il est plus important que jamais de faire respecter les droits garantis par la Charte. Il reste à voir si les mandats et restrictions COVID-19 représentent des limitations raisonnables et nécessaires.

Les membres du groupe nouvellement formé Canadian Academics for Covid Ethics et d’autres universitaires indépendants abordent ces questions dans une lettre à nos responsables de la santé publique. Les auteurs résument les nombreuses incertitudes concernant la gravité de la pandémie, le recours à des procédures de test problématiques et une modélisation erratique, les interventions non pharmaceutiques inefficaces, la suppression des traitements alternatifs, le mépris de l’immunité naturelle et la focalisation destructive sur les vaccins comme seule solution.

La lettre ouverte a été envoyée directement aux agents de santé publique fédéraux, provinciaux et régionaux de l’Ontario, pour s’assurer qu’ils la reçoivent, ainsi qu’aux politiciens et aux médias.

Ligne 01

Lettre ouverte aux agents de santé publique

Après des mois de peur, de désinformation, de confinements, de mandats et de confiance brisée, les Canadiens commencent à se réveiller avec incrédulité :

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez convaincu et continuez de tenter de convaincre le public que nous sommes au milieu d’une crise sanitaire majeure et avez plongé notre pays dans le chaos. Pendant ce temps, la mortalité toutes causes confondues au Canada est conforme aux tendances des dernières années et n’indique pas une telle crise. Vous avez insufflé la peur au grand public de COVID-19 en publiant des données flagrantes (telles que des cas quotidiens et des numéros de soins intensifs) sans mettre ces chiffres en contexte. Quelle est la gravité de ces « cas » ? Combien étaient asymptomatiques ? Quels seraient les nombres de cas similaires au cours des années précédentes pour d’autres maladies telles que la grippe ? Comment le taux d’occupation des soins intensifs se compare-t-il aux années précédentes ? Vous induisez le public en erreur et vous nous préparez à de futures restrictions injustifiées.

Qu’avez-vous fait?!

Vous n’avez pas été transparent sur les taux de survie favorables de COVID. Au lieu de cela, vous nous avez convaincus qu’un résultat de test positif est une condamnation à mort, alors qu’en réalité, le virus affecte massivement les personnes âgées et celles présentant des vulnérabilités spécifiques. Le COVID reste relativement inoffensif pour la majorité de la population.

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez fait grimper le nombre de cas en vous fiant au test PCR, jugé inapproprié comme outil de diagnostic par son inventeur et connu pour donner trop de faux positifs aux seuils de cycle qui ont été utilisés. En fait, l’OMS a recommandé, le 25 juin de cette année, que « le dépistage généralisé des personnes asymptomatiques n’est pas une stratégie recommandée ». Et pourtant, vous insistez pour augmenter le nombre de cas en testant en masse des individus sains et asymptomatiques. Vous avez fait que les Canadiens ont une peur irrationnelle les uns des autres, nous convainquant que la transmission asymptomatique est un facteur d’infection, alors que de nombreuses études démontrent que c’est faux. Pourtant, vous ne parvenez pas à informer le public de l’évolution de la science.

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez contraint toute une population à porter des masques, alors que leur capacité à prévenir la transmission du COVID-19 a été sérieusement remise en cause par les récentes revues systématiques de la littérature médicale. Ceci est également facilement observé en comparant les régions avec et sans mandat de masque. Les masques en tissu et la plupart des masques faciaux produits en série ne sont pas des dispositifs médicaux approuvés, leur véritable objectif semble plutôt être de créer une anxiété publique accrue, d’isoler les porteurs et de se conformer visuellement à des diktats de santé publique infondés. Cette forme insidieuse de contrôle psychologique a des conséquences sanitaires, sociales et psychologiques incommensurables, en particulier pour les enfants, que vous ne reconnaissez pas.

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez utilisé les blocages comme un marteau pour faire tomber les cas de COVID, tout en négligeant les dommages collatéraux résultant de la perte de moyens de subsistance, des chirurgies de cancer et de transplantation au point mort, et des taux accrus de dépression, de surdose de drogue et de suicide. Vous n’avez pas réussi à adopter une approche holistique, et votre « remède » s’avère bien pire que la maladie. Il existe de nombreuses études démontrant l’inefficacité des verrouillages, facilement visible par une simple comparaison des juridictions qui ont verrouillé avec celles qui ne l’ont pas fait. Vous nous trahissez en ne comprenant pas l’évolution de la connaissance. Nous apprenons par et à travers les erreurs. Le principe éthique est de reconnaître ses erreurs. Sans ce premier pas, l’ignorance s’épanouit.

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez fourni des prédictions de modèles informatiques fous pour justifier les blocages, proclamant les blocages comme réussis, lorsque les prédictions ne se sont pas concrétisées. Ce n’est pas une preuve. C’est de la manipulation. Les modèles informatiques ont fourni trop de prédictions absurdes et auraient dû être ignorées. Après des décennies d’amélioration des modèles, nous ne pouvons toujours pas prédire avec précision la météo, même un jour à l’avance. Pourtant, vous présentez les résultats du modèle COVID comme s’ils étaient exacts sur plusieurs mois.

Qu’avez-vous fait?!

Vous n’avez fourni aucune preuve scientifique solide que les mesures que vous avez imposées au public sont nécessaires ou efficaces. Vous avez ignoré un corpus de littérature scientifique qui ne soutient pas vos mesures, et vous n’avez pas discuté avec des experts qui ont soulevé des préoccupations ou évalué les mêmes preuves d’une manière qui ne correspond pas à vos points de vue. Vous n’avez pas permis le débat scientifique public sur ces questions, choisissant plutôt d’ignorer, de censurer ou de salir ceux qui ont le courage de les présenter au public.

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez ignoré les protocoles de traitement précoces pour des traitements sûrs, efficaces et peu coûteux du COVID 19 avec des polychimiothérapies, malgré les preuves massives à la fois des médecins de première ligne et de la méta-analyse de la littérature médicale, avec des études publiées montrant leur efficacité dans le monde. Au lieu de cela, vous avez convaincu les citoyens que COVID-19 est une condamnation à mort et que seule la vaccination, voire les mandats vaccinaux, nous sauveront. Vous avez caché des informations importantes au public et aux médecins de première ligne, et plus choquant, vous avez intimidé, diabolisé et menacé de perdre leur licence des médecins qui ont eu le courage de prescrire un traitement salvateur à leurs patients. Quel gâchis de vies !

Qu’avez-vous fait?!

Vous poussez maintenant sans relâche les vaccins expérimentaux sur la population générale comme étant « sans danger ». Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité, comme le montrent près de 14 000 décès signalés dans le système américain de déclaration des événements indésirables des vaccins (VAERS). Depuis décembre 2020, le nombre de décès signalés liés au vaccin covid est déjà plus d’une fois et demie le nombre de décès signalés conjointement avec tous les autres vaccins combinés depuis la mise en œuvre du système en 1990. De plus, il existe un manque de données de sécurité à long terme. Ces thérapies génétiques n’ont reçu qu’une autorisation provisoire d’urgence et n’ont pas fait l’objet du même type d’examen que les produits entièrement approuvés. Vous ne fournissez pas au public les informations dont il a besoin pour pouvoir donner son consentement éclairé.

Qu’avez-vous fait?!

Vous avez forcé les médecins de famille et les urgentistes à abandonner leurs serments d’Hippocrate de « d’abord ne pas nuire ». Vous avez détruit la science entourant la COVID et l’avez remplacée par des prescriptions comportementales sans fondement. Vous avez divisé les citoyens entre eux, les parents de l’enfant, le frère de la sœur. Dans l’ensemble, vous avez participé à la destruction d’un pays autrefois prospère, fort et libre.

Que devriez-vous faire?

Admettez publiquement que vos recommandations et vos ordres sont à la fois nuisibles et sans fondement. Retirez immédiatement toutes vos recommandations et commandes. Arrêtez les mandats de vaccination. Excusez-vous auprès des Canadiens et démissionnez.

Publié le 13 septembre 2021

OCLA Denis G. Rancourt
Denis Rancourt, PhD
Angela Durante, PhD ; Laurent Leduc, PhD ; Maximilian C. Forte, PhD ; Jan Vrbik, PhD ; Valentina Capurri, PhD ; Anton de Ruiter, PhD ; John Zwaagstra, PhD ; Claudia Chaufan, MD, PhD ; Alexander Andree, PhD ; Janice Fiamengo, PhD ; Jens Zimmermann, Doctorat

À propos de l’Ontario Civil Liberties Association (OCLA)

OCLA (logo)

L’Ontario Civil Liberties Association (OCLA) défend avec vigueur la liberté d’expression authentique et sans réserve de tout individu, sur tout sujet et sous toute forme, conformément à la Charte canadienne des droits et libertés. L’OCLA milite aussi pour le libre exercice des libertés civiles et des droits civils de toute personne, dans toute interaction avec les institutions et corporations publiques et privées.

Il y a un besoin criant en Ontario d’une association des libertés civiles qui défend les libertés civiles. Nous distinguons l’influence sociétale d’un individu par l’expression du pouvoir actionné d’un individu qui découle de sa position hiérarchique institutionnelle.

Nous soutenons que l’influence sociétale de l’individu par l’expression, non structurellement dérivée de la hiérarchie institutionnelle et organisationnelle, est un droit absolu, indépendamment de la race, du sexe, de l’orientation, etc. Nous pensons que la santé de la société dépend du droit absolu de l’individu à la liberté d’expression. Nous défendons toute expression individuelle comme un droit absolu, aussi inacceptable qu’elle puisse paraître aux autres.

Nous soutenons la liberté d’expression individuelle quelle que soit sa forme ou son contenu. Nous nous opposons à toute censure de l’État et des entreprises, y compris les ordonnances de bâillonnement des employeurs sur les employés. Nous nous opposons à toutes les formes de mobbing sociétal qui ont pour effet de censure.

En ce qui concerne les questions controversées du jour, nous soutenons le droit de :

  • toute expression individuelle critique à l’égard de tout État, y compris Israël et l’Iran ;
  • toute expression individuelle critique de toute religion ou culture, y compris le judaïsme, l’islam et le christianisme ;
  • toute expression individuelle critique de toute orientation sexuelle, y compris les hétéros et les homosexuels ;
  • toute expression individuelle critique des deux côtés du conflit de l’avortement, y compris pro-vie et pro-choix ;
  • toute expression individuelle critique à l’égard de toute politique ou loi publique, y compris libérale ou conservatrice ;
  • toute expression individuelle d’émotions, y compris la haine et l’amour ;
  • toute expression individuelle sur le comportement criminel, y compris l’expression sur la pornographie enfantine, le génocide, la guerre, l’esclavage et le meurtre en série ;
  • toute expression individuelle critique envers toute personne, y compris les personnalités publiques, les voisins et les collègues.

L’OCLA n’est pas affiliée à l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) ni à l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (ALCCB). Ces trois associations sont distinctes.


Anthologie2020PUB007


« Je suis toujours autant étonné par vos écrits et surtout par leur contenu d’une justesse impressionnante. » (VK)

Louis-Rene Jacommos

« Félicitations et honneur à vous Monsieur Boulianne pour ce titre dans le monde périlleux du vrai Grand journalisme tellement nécessaire et que nous apprécions. »

Paul Philippe

« Ce livre est le livre qui me manquait pour faire une synthèse de toute l’information éparse et souvent incompréhensible que je possédais sur une facette du mondialisme, le rôle de la Société fabienne. »

Charles Danten