COVID-19 — L’avocat grec Nikos Antoniadis a déposé un recours retentissant accusant le gouvernement, les experts, les hôpitaux, les médias de participer à l’organisation criminelle

J’ai souvent parlé par le passé des différents recours qui ont été déposés devant les tribunaux de différents pays dans le cadre de la crise de coronavirus, tels que l’Allemagne, la Norvège, Israël, la France, l’Italie, le Pérou, le Canada (Alberta, Manitoba, Colombie-Britannique,) et bien sûr le Québec. Or, le 19 juillet dernier, l’avocat grec Nikos Antoniadis (ΝΙΚΟΥ ΑΝΤΩΝΙΑΔΗ) a déposé le procès le plus retentissant qui soit devant les tribunaux, juste avant minuit. Le recours de 4 311 pages qu’il a déposé contre le Premier ministre grec, les membres du Conseil du ministère, les experts Covid, les hôpitaux Covid, les médias, les juges et les procureurs spécifiques, Facebook Corporation et les « vérificateurs de faits » grecs, et toute autre personne participant à l’organisation criminelle qui s’est formée en Grèce, commettant des crimes contre le peuple grec, afin de soutenir le récit d’une « pandémie » via l’application de deux protocoles : le Protocole de la fraude et le Protocole de la mort.

Un deuxième procès suit, prouvant que la portée finale du récit de la pandémie est le meurtre de masse d’une partie de la population dans le cadre du plan mondial de dépeuplement, et il est réalisé via l’application d’un troisième protocole : le protocole de vaccination de masse.

Pendant la « pandémic », l’avocat grec Nikos Antoniadis s’est consacré à aider les patients détenus dans les hôpitaux, en collectant des preuves qui prouvent la plus grande escroquerie de l’histoire de la nation grecque. Il a également aidé plusieurs familles de victimes de covid à prouver que la cause du décès de leurs proches n’était pas la Covid, malgré ce qui était indiqué dans les documents officiels. Au 20 juillet 2021, il a réussi à faire opérer 18 autopsies et 100% de ses cas examinés n’ont montré aucun covid, et a aidé des dizaines de familles, prouvant qu’il existe « un protocole de décès » qui est suivi par des hôpitaux de premier plan. Des patients aux intubations programmées et par conséquent la mort.

En lisant l’incroyable texte des bioscientifiques, je me rends compte que je suis confronté au plus grand défi de ma vie. Si je n’étais pas avocat, j’aimerais bien devenir biologiste moléculaire et généticien… Le défi est grand, car je suis appelé à criminaliser l’expression scientifique du mécanisme létal des vaccins.

Le code pénal au service de la génétique, et inversement… Les deux ensemble composent la bombe nucléaire que je vais larguer sur les bases des vaccins, afin que la mise en œuvre des protocoles de fraude et de mort acquière son sens final.

Encore un peu de patience…

« Tous les codes génétiques sont basés sur la mesure et la proportion de la nature. Ces lois, depuis le début de l’existence humaine, déterminent l’homéostasie, c’est-à-dire le développement et le fonctionnement normaux de tout notre organisme. Toute perturbation de l’équilibre de ces lois, telles qu’elles s’expriment à travers des mécanismes moléculaires de base, qui sont spécialisés chez les individus d’une population, ouvre la boîte de Pandore, aux conséquences incalculables »…

Et je vais compléter.
Ces effets sont le but…

NIKOS ANTONIADIS
Le plus grand défi de ma vie…

La vidéo ci-dessous a été enregistrée le 20 juillet 2021 à 1h00 du matin, juste après le dépôt de la plainte. Comme il est écrit sur la page Bitchute de l’avocat, la dernière partie de la vidéo (à 00:52:34 minutes) où les plaidoiries du procès sont lues est vraiment choquante et vous mettra les larmes aux yeux.

Annonce de Nikos Antoniadis, avocat à Athènes

Le procès pour la plus grande fraude de l’histoire de la nation grecque a été déposé

Nikos Antoniadis

Hier soir, peu avant minuit, après ma consultation avec le directeur de la sécurité de l’Attique, le lieutenant général Petros Tzeferis, et lors d’une réunion en direct avec lui, et avec le directeur de la sous-direction du crime organisé, j’ai soumis à la direction générale Crime organisé de la Direction de la sécurité de l’Attique, un procès pour constitution et adhésion à une organisation criminelle, avec des délits de base, ceux des articles 299 et 322 du Code pénal, c’est-à-dire pour errance des citoyens en état de privation de liberté, et avec la tromperie du meurtre.

L’organisation criminelle continuant à fonctionner à ce jour, cette action constitue un délit permanent et le processus spontané, dont aucun des prévenus n’est exempté (crime spontané), peut se déplacer, et les auteurs peuvent être arrêtés, à tout moment, sans restriction de temps.

Le contenu du procès, qui compte 4 311 pages, démontre la mise en place par l’organisation criminelle d’un protocole de mort dans les hôpitaux publics de référence, dont le but était, et est toujours, l’extermination des patients, afin de renforcer la mise en œuvre parallèle du Protocole contre la fraude contre tous les citoyens, ce qui est également attesté par le procès déposé.

Les deux protocoles ont été mis en œuvre, dans le but de mettre en œuvre le protocole final de l’organisation criminelle, à savoir cette vaccination de masse, dans le but ultime de tous, le meurtre de masse d’une partie de la population, dans le cadre d’un plan global pour la réduire.

La preuve de la mise en œuvre du protocole final sera faite dans les deux prochains mouvements, qui seront annoncés dans les prochaines heures. Le second inclura le premier, sous la forme d’un procès supplémentaire, et sera également déposé auprès de l’Unité du crime organisé.

Une publication avec les détails du dépôt de la plainte et de son contenu suivra.

Le moment est venu pour le gouvernement meurtrier de partir.

Nikos Antoniadis, 20 juillet 2021
Voici un exemple des preuves (photos, audiovisuels,…) des crimes commis dans les hôpitaux Covid qui seront incluses dans le procès de l’avocat Nikos Antoniadis. Soyez certains que ce qui se déroule en Grèce, se déroule aussi ailleurs.

La version anglaise de la plainte déposée par l’avocat Nikos Antoniadis :


Nikos Antoniadis : « S’il vous plaît, ceux qui sont vraiment intéressés, lire !! Ceci est le texte introductif du procès de 4 311 pages – et pas seulement… »

(Traduction approximative de Guy Boulianne)

1.indd

Comme TOUS mes textes, celui-ci du PROCÈS pour la plus grande fraude de l’histoire de la nation grecque, SERA PUBLIÉ TEL QUEL. Dans la deuxième phase, je publierai POUR CEUX DU PROCÈS, sans les photos d’horreur qui l’accompagnent. Ceux-ci, ainsi que le total de la partie principale des 4.311 pages de la POURSUITE ET des données intégrées dans le POURSUITE, seront publiés dans la section des abonnés du site Web, ainsi que les données, documents et matériel audiovisuel de l’ORGANISATION CRIMINELLE, dans une série de publications.

Le site internet est constamment mis à jour, mais le grand saut sera fait immédiatement après l’achèvement des mouvements qui ont lieu pendant ces heures.

Je note que la PLAINTE de 4 311 pages (la première partie, c’est-à-dire avec les protocoles de décès et de fraude, avant son achèvement avec le protocole de vaccination de masse – les 2 544 pages font référence au protocole de décès) sera complétée, d’une part, avec des histoires d’horreur que j’ai entre les mains et je les ai laissées pour la suite et les interrogatoires, par contre, avec tous les plus récents, qui, croyez-moi, dès le dépôt du PROCÈS, arrivent par rafales, et sont l’un des plus horribles des autres (avec l’enfer d’ATTIKON, de Sotiris Tsiodras, étant au top…).

Certains extraits du SUICIDE avec du matériel d’horreur seront également publiés dans d’autres médias. AUJOURD’HUI, à un moment donné (pour des raisons de sécurité, l’annonce sera faite à la dernière minute), l’émission avec l’HISTOIRE D’HORREUR ABSOLUE de SOTIRIA sera téléchargée dans la section d’abonnement. La femme vaccinée qui décrit (et témoignera dans les interrogatoires) des scènes de camps de concentration, avec des victimes pourtant non de l’Allemagne nazie et d’Adolf Hitler, mais vaccinées par l’organisation criminelle de Kyriákos Mitsotákis.

Tout cela, en ce moment critique où s’achèvent les mouvements colossaux pour les vaccins. NON, je le soulignerai ENCORE UNE FOIS, pour leur obligation, mais pour CES VACCINS. Les hôpitaux BOUILLENT, et vous le verrez, à la fois dans le premier lot de santé et dans le second qui suivra, et ce sera encore plus grand, après la livraison du texte – collage pour l’organisation criminelle. Je suis en communication et en concertation avec des représentants de GRANDS GROUPES de TOUS les hôpitaux publics, ET privés, qui rejoindront ce grand mouvement. Toutes les équipes de TOUS les lieux de travail monteront dans ce char.

Masse et substance.
C’est ce dont l’organisation criminelle a peur.
C’est un axe du majestueux mouvement complémentaire.
L’autre est le matériel et les éléments d’horreur correspondants, avec celui du protocole de mort.
C’est la matière et les éléments d’horreur du protocole de vaccination de masse.
Pensez-vous qu’il n’y a pas un tel matériel dans ce protocole ? Un tel volume de données ?
Qu’il n’y ait pas de descriptions infinies, de témoignages éponymes, de mutilations, d’épilepsies, de NÉCROPISTES ??
Oui, des autopsies.
Chez les morts vaccinés.
TOUT CE QUE L’ORGANISATION CRIMINELLE CACHE, ET QUE JE RÉVÈLERAI À TOUTE LA PLANÈTE ?
Ou pensez-vous que tout cela restera à l’intérieur des frontières ?

Et qu’en même temps que ne fait-on pas pour INTERNATIONALISER les démarches colossales qui ont été faites, sont faites, et seront faites, pour tout arrêter, pour que le gouvernement meurtrier parte et que lui et ses complices soient punis ? Ensuite, je prends le relais. Compléter la PLAINTE avec la tentative de meurtre de masse de la population. C’est terrible que dans cette bataille titanesque, j’aie des alliés de centaines de milliers, voire de millions de Grecs, mais CONTRE MOI, en dehors de l’organisation criminelle et de tout ses complices par nature, tous ces petits groupes du côté « ici », qui soit tentent de réduire cette bataille titanesque, soit se taisent. Ils prétendent qu’il ne s’est rien passé.

L’explication est très simple. Ils ont perdu la terre sous leurs pieds. Au début ils espéraient (oui, ils espéraient!) alors qu’au départ « protester » contre « Retard », quand il a été déposé, a commencé à remettre en question son efficacité, « et quand il sera jugé », « et quels juges le jugeront », et divers autres tels. Et certains ne font que le chinois…

Et l’explication de cette confrontation du côté « ici », du PROCÈS et de toute mon action en justice en général, c’est que c’est la SEULE BATAILLE INDISPENSABLE contre les crimes. Ils n’ont que les couronnes révolutionnaires de leurs claviers d’ordinateur et de portable et les vidéos qu’ils téléchargent sur les réseaux sociaux et Internet en général, et les manifestations de rue. Ce qui est bien, montre que les Grecs se réveillent et résistent, mais jusqu’ici. Ils fonctionnent principalement comme soupapes de décompression et de soulagement de la colère. Et pour les mémorandums, des milliers de personnes sont descendues dans la rue, et encore plus pour Prespa. Et; Change quelque chose;

Alors, soit ils dévalorisent ce que je fais, soit ils prétendent que cela n’existe pas. Car, tout simplement, s’ils le soutiennent, les personnes qui les suivent se rendront compte que C’est la réaction INDISPENSABLE et ils perdront le soutien qu’ils ont, puisque le sens de ce qu’ils font sera perdu. Et ils ne veulent PAS ça. Parce que leur intérêt n’est PAS le salut de la Grèce, mais leur promotion personnelle et une part dans le gâteau de la politique. Quelque chose dont je suis dégoûté. La politique.

Et quelque part là-bas, les Gebeliski se sont infiltrés. Qui ont répandu que, « non, ne l’écoute pas, il ira avec Vovolis », « il ira avec Tragas », « il ira avec Velopoulos »… Ils me combattent avec la gemelika « WILL » («attends et VONT voir»), parce qu’ils sont nus de FAITS. Du passé et du présent. Et ils « investissent » dans « l’avenir », jugeant les extraterrestres eux-mêmes, ou calomniant le passé, ou « créant » le passé, imitant Joseph Goebbels. À tous, je dirai que le monde s’est VRAIMENT réveillé. Et il comprend… Pour moi, tous ces gens qui me suivent sont l’arme pour combattre les politiciens. Pour tous, le monde qui les suit est le moyen de devenir politiciens…


La version grecque de la plainte déposée par l’avocat Nikos Antoniadis :


Texte introductif du procès de 4 311 pages (traduction libre)

À:
DIRECTION GÉNÉRALE DE LA POLICE DE L’ATTIQUE
ADRESSE DE SÉCURITÉ ATTIQUE
DÉPARTEMENT CRIMINALITÉ ORGANISÉE DÉPARTEMENT

POUR LA PLUS GROSSE FRAUDE DANS L’HISTOIRE DE LA NATION GRECQUE
INSTITUTION ET INTÉGRATION EN ORGANISATION CRIMINELLEEN ORGANISATION CRIMINELLE
ARTICLE 187 § 1 & 2 CODE PÉNAL

PRINCIPAUX CRIMES : ARTICLES 299 & 322 CODE PÉNAL

Nikolaou Antoniadis , fils de Ioannis et Aikaterini-Themidos, avocat d’Athènes, Reg. Barreau d’Athènes 17494, résident de Stamata, municipalité de Dionysos, Attique, Piperopoulou & Matrozou Street no. 2.

CONTRE

  • Kyriakou Mitsotaki, Premier ministre.
  • Vassilios Kikilias, ministre de la Santé.
  • Panagiotis Arkoumaneas, Président de l’Organisation Nationale de Santé Publique (EODY).
  • Sotiriou Tsiodra, Professeur de Médecine EKPA – GNA ATTIKON, Pathologiste-Maladies Infectieuses, représentant du Ministère de la Santé pour le « nouveau coronavirus ».
  • Les membres du Conseil des ministres.
  • Les commandants des hôpitaux impliqués dans le PROCÈS.
  • Les directeurs des cliniques « Covid-19 » des hôpitaux impliqués dans le PROCÈS
  • Médecins et infirmières, à l’ intérieur et à l’extérieur des cliniques Covid-19, des hôpitaux impliqués dans le PROCÈS.
  • Membres du Comité National de Protection de la Santé Publique contre le Coronavirus Covid -19.
  • Des membres du Comité de gestion des urgences de santé publique par des agents infectieux.
  • Les collaborateurs de l’organisation criminelle impliquée dans les POURSUITES scientifiques spéciales, en plus des membres des comités ci-dessus
  • Vassilios Pliotas, procureur de la Cour suprême.
  • Sotirias Papageorgakopoulou, chef du parquet d’Athènes.
  • Les chefs des Parquets, à la juridiction locale desquels appartiennent les hôpitaux impliqués dans le PROCÈS.
  • Les procureurs et les fonctionnaires judiciaires impliqués dans le PROCÈS.
  • Propriétaires, dirigeants et journalistes impliqués dans les médias judiciaires, des dirigeants de la Société FACEBOOK , à son siège social à Dublin, en Irlande et de leurs collaborateurs en Grèce et des membres de l’organisation à but non lucratif (GSSE), avec le nom « « URBAN NON-PROFIT COMPANY CENTRE ANTI-DÉSINFORMATION ».

ET

TOUT D’AUTRE RESPONSABLE POUR LA MISE EN ŒUVRE DES PROTOCOLES DE FRAUDE ET DE MORT

PARTIE INTRODUCTIVE
BRÈVE DESCRIPTION DE L’OBJET DU PROCÈS

LES DÉFENDEURS participent, dans un rôle de direction, en tant que membres ou complices, à l’ORGANISATION CRIMINELLE qui s’est constituée et opère dans le cadre de la « pandémie » déclarée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 11.3.2020, dans le but de s’engager deux délits principaux :

  • L’enlèvement, selon l’article 322 du Code Pénal, c’est-à-dire l’itinérance de citoyens en état de privation de liberté en trompant les citoyens.
  • Le meurtre avec tromperie, selon l’article 299 du Code Pénal, dans les hôpitaux impliqués lors du PROCÈS. L’organisation criminelle a été formée par les quatre premiers prévenus, Kyriakos Mitsotakis, Vassilios Kikilias, Panagiotis Arkoumaneas et Sotirios Tsiodras, déjà et au moins depuis août 2019, dans le but de mettre en œuvre trois protocoles :
  • La fraude.
  • De la mort.
  • La vaccination de masse.

Le protocole de décès a été mis en œuvre afin de renforcer le protocole de fraude, tous deux ont été mis en œuvre en parallèle, afin de permettre la mise en œuvre du troisième et dernier protocole, la vaccination de masse, dans le but ultime de massacrer la population, dans un plan clair pour la réduire.

Cette PLAINTE décrit l’application des protocoles de fraude et de décès, avec le dépôt, et, directement de PLAINTE SUPPLÉMENTAIRE dans la Sous-Direction du Crime Organisé de la Direction de la Sécurité de l’Attique, de la Direction Générale de la Police de l’Attique, où la preuve de la commission du crime de tentative de meurtre d’une grande partie de la population, ainsi que le même crime commis. Les membres du Comité National de Vaccination du Ministère de la Santé et du Comité National de Bioéthique seront également inclus dans la PLAINTE complémentaire.

Il est exigé la PRIORITÉ ABSOLUE d’accélérer les procédures d’enquête des cas individuels mentionnés dans le PROCÈS, à la fois dans ceux où des poursuites ont déjà été déposées et des affaires ont été déposées, ainsi que dans tout le reste, des chapitres des deux protocoles.

Il est requis l’examen de toutes les DEMANDES déjà soumises qui se réfèrent au PROCÈS, sous quelque forme et procédure qu’elles aient été soumises.

Il est requis l’enquête de chacune des hospitalisations ayant entraîné le décès de — à ce jour — 12 826, c’est-à-dire en plus des cas mentionnés dans la PLAINTE.

Il est tenu de contrôler la situation patrimoniale de toutes les personnes physiques et morales impliquées dans le PROCÈS.

Dans le cadre de l’enquête du PROCÈS, le rôle exact et la participation de chacun des individus impliqués dans l’action de l’organisation criminelle seront examinés.

Cependant, aux fins d’une enquête plus efficace sur l’ensemble des actes criminels perpétrés, les cas d’homicides suivants devraient faire l’objet d’une enquête en PRIORITÉ ABSOLUE en principe :

  • Georgiou Varasias, à l’hôpital général universitaire de Rio.
  • Charalambos Hadjicharalambous, à l’hôpital général de Livadia.
  • Par Konstantinos Avramidis, à l’hôpital général du Pirée « TZANIO » (s’est retrouvé à l’hôpital général des maladies thoraciques d’Athènes « SOTIRIA »).
  • Par Dimitrios Kassar, à l’hôpital général d’Athènes « Gennimatas ».
  • Spyridon Karapiperis, à l’hôpital général universitaire d’Athènes « ATTIKON » (dans une tentative).

L’enquête immédiate de ces cas, très représentatifs de l’action de l’organisation criminelle dans les hôpitaux impliqués pendant le PROCÈS.

Le contenu des dossiers pertinents, qui ont déjà été constitués, après le dépôt des poursuites auprès des autorités de police locales compétentes, doit être immédiatement examiné, dans tous sauf ces derniers, des copies des dossiers médicaux ont été reçues, tandis que dans les cas de Georgios Varasias et Charalambos Hadjiharalambous, des autopsies ont été réalisées par les services médico-légaux de Patras et du Pirée, respectivement, pour recueillir les témoignages des patients, compléter les dossiers avec les données requises, et appeler les commandants des hôpitaux ci-dessus et le administrateurs de Μ.Ε.Θ. « Covid-19 », où les victimes susmentionnées de l’organisation criminelle ont été soignées, et les médecins et infirmières directement impliqués dans les hospitalisations spécifiques, afin de fournir des explications et d’enquêter sur leur rôle dans l’organisation criminelle.

Avec l’enquête immédiate sur les cas d’homicide ci-dessus, l’enchevêtrement de l’action de l’organisation criminelle commencera à se dérouler, en partant de « bas » et des homicides déjà prouvés au cours de la POURSUITE, pour atteindre la tête, qui est le chef de l’organisation criminelle, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis.

Je constate que le délit perpétré, de formation et d’adhésion à une organisation criminelle, selon l’article 187 § 1 & 2 du Code Pénal, constitue un délit permanent, de sorte que les participants à l’organisation peuvent être ARRÊTÉS à tout moment dans le cadre de SPONTANÉ, qu’il s’agisse d’un CRIME AUTONOME, il n’y a pas d’exception dans la mise en œuvre de la procédure spontanée, ni pour les députés impliqués, ni pour les ministres impliqués, ni pour le Premier ministre, qui a le rôle de premier plan dans l’organisation criminelle.

L’organisation criminelle a appliqué et continue d’appliquer au détriment des citoyens sur le territoire grec TROIS PROTOCOLES :

  • LE PROTOCOLE DE FRAUDE, au détriment de tous les citoyens.
  • LE PROTOCOLE DE MORT dans les hôpitaux publics de référence, aux frais de milliers de citoyens.
  • LE PROTOCOLE DE VACCINATION DE MASSE.

Le plus dégoûtant, horrible et absolument nécessaire à l’organisation criminelle, afin de mettre en œuvre les deux autres, est celui de la mort, avec les éléments/paramètres suivants :

1. L’exposition intentionnelle de citoyens qui ont eu la malchance d’être admis dans les enfers de Dachau des hôpitaux publics, au SARS-CoV-2, ou aux virus de la grippe baptisés SARS-CoV-2, principalement à des patients atteints de maladies sous-jacentes graves.

Il y a eu un véritable massacre de patients atteints de maladies sous-jacentes. En outre, selon les données de l’EODY elles-même, 96,4% des décès sont des personnes atteintes de maladies sous-jacentes. Il s’agit des hypothèses prouvées et écrites des membres de l’organisation, du positivisme des patients, à la fois dans les consultations externes des hôpitaux et dans les domaines des « cas suspects », et par le transfert des patients directement vers les cliniques « Covid-19 », sans diagnostic. Ceci, bien sûr, inclut tous les cas de faux certificats, à propos de résultats SARS-CoV-2 prétendument positifs, ou avec de faux « diagnostics » en général, tels que ceux avec uniquement des « données » pour le « diagnostic », des tests d’imagerie.

2. La déshydratation, qui a conduit des milliers de patients à effondrer leur système immunitaire, des lésions rénales, une obstruction, des lésions cérébrales et éventuellement la mort.

3. La faim. Les corps des personnes, tant celles qui ont survécu que celles qui ont fini dans la tombe, renvoient à des images d’occupation, de camps de concentration ou de pays africains.

4. L’exposition des patients dans les cliniques Covid-19, mais aussi avant leur transfert vers celles-ci, dans des conditions hostiles, principalement pour les patients souffrant de toutes sortes de pneumonies.

5. L’utilisation de cathéters chez la majorité des patients, ostensiblement pour leur protection (pour ne pas avoir le vertige et tomber), mais en réalité, afin d’acquérir très rapidement la psychologie de l’alité et de l’impuissance, à la merci des hôpitaux, des patients, alors que les hôpitaux « fournissaient » en même temps aux patients des infections urinaires, ce qui contribuait aussi au processus d’extermination des patients.

6. Le bombardement constant des poumons des personnes hospitalisées avec de l’oxygène, qui, combiné à l’omission délibérée des méthodes de ventilation traditionnelles, ostensiblement pour empêcher la  « propagation du virus », et principalement avec la privation d’eau et la déshydratation qu’elle provoque, et la famine, ont conduit les patients à s’effondrer et éventuellement à mourir.

7. L’intimidation chez les patients. Leur abandon. Trop de fois ils ont été laissés nus, dans leur crasse, ou ligotés, sans aucun besoin urgent, alors que bien des fois, encore une fois, chez les patients qui ont réagi, même l’intubation a été utilisée comme une menace.

8. L’interruption des traitements nécessaires à la survie des patients, aux problèmes réels auxquels ils étaient confrontés avant leur admission aux enfers. Il s’agit de l’abattage susmentionné de patients atteints de maladies sous-jacentes.

9. Intubation inconditionnelle. Intubations en dehors de l’USI et les avoués, condamnant pour les patients leur séjour dans l’intubation à l’extérieur de l’USI. Le très grand nombre d’intubations réalisées par des médecins qui n’étaient pas anesthésistes/intensivistes, alors que seuls les médecins de cette spécialité sont légalisés pour pratiquer les intubations, voire des infirmières ou des ambulanciers.

10. Interruption de la communication des patients avec leurs familles, soit sous prétexte de risque de virus, soit sans prétexte, de sorte qu’ils ont perdu le soutien psychologique nécessaire. L’organisation sait très bien que la psychologie des patients joue un rôle crucial dans le processus d’hospitalisation et de convalescence. Et ils l’ont battue sans pitié. Les téléphones portables ont été « perdus » ou retirés des patients. Fermé par le personnel médical.

Il n’aurait pas dû y avoir de « communication » avec les proches, pour que le protocole s’applique plus confortablement dans l’obscurité de l’information, qui même lorsqu’elle existait, les plaintes des proches concernant l’inacceptable, grossier, incomplet à inexistant, et les comportements contradictoires des médecins dans les mises à jour présumées.

« Vous êtes médecin et vous demandez ? », « Et laissez-moi vous dire, comprendrez-vous ? », « Ce n’est pas grave », etc., sont quelques-uns des « clichés » des réponses du personnel médical aux proches de les victimes, même aux mêmes lorsqu’elles « osent » s’enquérir de leur état et de la façon dont elles sont traitées par les hôpitaux.

Bien sûr, comme je l’ai toujours expliqué aux proches des victimes, ce comportement des médecins n’était pas dû à un virus d’impolitesse qui a frappé les hôpitaux soudainement, ni au virus lui-même (bien qu’ils lui attribuaient presque tout ce qui s’est passé dans le hôpitaux, réussissant parfois à tromper les patients et leurs proches, parfois simplement en les mettant en colère), mais dans leur ignorance totale de l’état réel des patients, puisqu’ils appliquaient le protocole de la mort, quel que soit l’état des patients.

Dans l’attaque contre la psychologie des patients, bien sûr, les autres paramètres ont joué un rôle important, l’intimidation, l’abandon dans la saleté, la nudité, l’attachement, le comportement sadique des médecins et des infirmières envers les patients qui avaient soif et faim, boire de l’eau ou manger devant eux, soit en plaçant la nourriture dans un endroit auquel ils n’avaient pas accès, soit la nourriture était misérable et non consommée, soit ses ingrédients nuisaient à la santé des patients.

Bien sûr, il y avait aussi le protocole évident d’E.O.D.Y. (les « prétextes ») ci-dessus, selon lesquels il était interdit aux proches des patients de rendre visite à leurs proches en enfer, aux cliniques et aux unités de soins intensifs, prétendument en raison du « risque » du virus. Cependant, les médecins et les infirmières eux-mêmes ont été arrêtés un nombre incalculable de fois pour avoir circulé dans les mêmes cliniques et soins intensifs Covid-19 sans même un masque, et il existe des témoignages et des preuves pertinents écrits dans le POURSUITE, des preuves et ce comportement de fraude et de connaissance de la part des médecins de la gravité et du danger du SRAS–CoV-2. Il s’agit en fait d’un simple virus respiratoire, comme la grippe commune. Mais aussi aux proches eux-mêmes, lorsqu’ils ont été privés de la possibilité de voir leurs proches quelques minutes pour stimuler sa psychologie, lorsqu’ils sont partis, ils leur ont remis à mains nues, les vêtements du patient atteint de la « mort noire », c’est-à-dire des déchets nucléaires, pour les laver à la maison, en traitant le virus, presque même pas comme une grippe ordinaire.

Après tout, cette image contradictoire à l’intérieur et à l’extérieur des enfers est aussi une preuve de fraude :

Sans masque ou avec de simples précautions, sur les « Covindas » vivants, comme je sais très bien que les tueurs eux-mêmes appellent les malades du Covid-19, mais quand le « Covindas » meurt, il finit dans un sac dans un cercueil scellé, qui est transporté par des astronautes, pour être placé dans une tombe spéciale, à l’écart des autres, de peur que le mort de Covid-19 n’attrape le prochain mort d’un accident de voiture et ce dernier doit être hospitalisé, intubé et meurt… une deuxième fois.

Or, cet élément de fraude était nécessaire à l’organisation criminelle en train de terroriser les citoyens, avec la nécessaire synergie des médias, afin de les convaincre du caractère mortel du virus.

11. L’allongement déraisonnable des hospitalisations, afin d’infecter les patients avec des germes à l’hôpital avec une précision mathématique, ce qui dans de nombreux cas est la véritable cause de décès des patients, comme il est également prouvé dans les autopsies que je fais réaliser, après une bataille acharnée avec l’organisation criminelle et ses complices dans les services médico-légaux et le Parquet, à effectuer sur les corps des personnes décédées avec/du « Covid-19 ». Les infections microbiennes, qui ont « disparues » et eux, comme « disparues » et la grippe. Infections microbiennes, dans lesquelles la Grèce, de championne, s’est retrouvée avec une queue. Pour les voir « réapparaître » dans les nécropsies et les dossiers médicaux.

12.a Cette prolongation a été faite soit acceptée par le patient, soit trompée, soit imposée à lui. Il s’est avéré qu’à la suite de la PLAINTE, il y avait trop de cas où les patients ont demandé leur congé et les hôpitaux ont refusé de les donner.

Les attitudes et les pratiques de décennies entières ont été renversées. A l’époque pré-FRAUDE, les patients qui demandaient à rester à l’hôpital par précaution étaient mal expulsés, pendant la FRAUDE les patients demandaient leur sortie et étaient détenus illégalement. Ces détentions illégales ont été commises, d’une part, dans le meilleur des cas pour les patients, afin de ne pas vider les cliniques Covid-19 et « gâcher » l’image de la terreur des cliniques pleines, d’autre part, dans le pire cas, car les hôpitaux avaient l’intention de mettre en œuvre un protocole de décès chez ces patients et n’avaient pas « à » partir.

12.b Ne pas traiter les blessures graves ou d’autres problèmes, causés intentionnellement ou non en enfer, et les médecins tueurs ne s’en sont pas occupés, afin de réaliser ou de faciliter le processus de mise à mort des patients. Accidents vasculaires cérébraux, blocages, blessures internes, artères coupées, tous ont servi à la mise en œuvre du protocole.

13. L’échec délibéré de l’organisation criminelle à se procurer des médicaments et des traitements qui, s’ils étaient administrés aux patients aux premiers stades de la maladie, empêcheraient l’hospitalisation, l’intubation et la mort.

Et parce que, comme cela s’est produit avec le comportement des dirigeants et des membres de l’organisation, et de ses complices, qui est très vite devenu clair, que le virus n’avait pas le danger qu’il prétendait avoir, en violant les mesures par eux-mêmes, alors que la violation les aurait exposés à un danger mortel, ainsi qu’avec les médicaments, avec la sécurité que leur procurait la couverture de l’organisation criminelle par les médias et la Justice elle-même, ont rendu publics les cas de dons de médicaments à des « immortels » de l’organisation, où les positifs au virus « immortels » ont été guéris rapidement.

Il y a deux paramètres « secondaires » du protocole de décès.

Ceux-ci concernent, d’une part, ces milliers de personnes, dont les graves problèmes de santé n’ont pas été traités, les chirurgies nécessaires, voire programmées, ont été reportées sine die ou annulées, au nom de la « pandémie ».

En revanche, ce sont toutes ces personnes qui ont été poussées à la dépression, alors que nombre d’entre elles se sont suicidées, à cause de leur confinement ou, surtout, de leur effondrement financier, qui s’est produit, soit par la destruction de leur entreprise, soit par leur licenciement. Ces conséquences « secondaires » de la mise en œuvre des deux protocoles étaient « nécessaires », car elles « devraient » se produire alors que nous faisons face à une « terrible pandémie ».

Tous, ainsi que l’ensemble de la population, sont victimes du crime de l’article 322 du Code pénal, l’un des deux principaux crimes de l’organisation de Kyriakos Mitsotakis.

Tous les éléments de l’acte de décès sont attestés par un très grand nombre de preuves et de témoignages et plaintes personnels, des patients eux-mêmes ou des proches des victimes, et le grand volume de preuves, dont une partie est incorporée dans le POURSUITE, tandis que le reste, qui est la plus grande partie (qui, bien sûr, comprend le matériel audiovisuel), ainsi que tous ceux incorporés ici, seront soumis par moi lorsque je serai appelé à témoigner en tant que premier témoin à charge.

De nombreuses données supplémentaires seront soumises après le dépôt de celle-ci, avec des cas supplémentaires d’application du protocole de décès dans les hôpitaux de tout le pays, alors qu’il est certain qu’il y aura un tsunami de plaintes concernant le protocole de décès de tout le pays, lorsque la soumission est annoncée.

Il est impossible de croire que tant de personnes de toute la Grèce, de tous horizons, de toutes idéologies et préférences politiques, croyances religieuses et niveaux d’éducation, se soient réunies pour décrire ce protocole, tous ses paramètres, et confirmer son application dans les enfers.

Les plus grandes preuves, cependant, sont QUATRE, et qui font que le contenu de ce PROCÉDÉ EST PROUVÉ :

PREUVE 1 – Le fait qu’un homme, même pas un médecin, mais un avocat, depuis son domicile et son bureau sur les pentes du Penteli, a réussi avec des publications, hors cour et procès, à modifier les dossiers médicaux de dizaines d’hospitalisations.

Comme décrit en détail et prouvé dans la suite du PROCÈS, avec une multitude de preuves-KOLAFO pour l’organisation criminelle, avec mon public, toujours, des interventions, j’ai réussi, alors qu’il ne devrait pas être basé sur la logique et si la réalité était ce que les hôpitaux ont présenté des patients pour lesquels les médecins des hôpitaux ont confirmé qu’ils étaient « lourds », pour « se rétablir » et rentrer chez eux.

Avec mes interventions j’ai des gens « négatifs » dans les hôpitaux, des gens « positifs » au SRAS–CoV-2.
Avec mes interventions, j’ai empêché l’intubation ou arrêté l’intubation .
Avec mes interventions, j’ai forcé le personnel médical à donner de l’eau et de la nourriture aux patients.

Avec mes interventions j’ai changé le parcours des brancards dans les hôpitaux, et sur le chemin de la clinique Covid-19, ils ont changé de cap et se sont retrouvés dans les cliniques où les patients devaient se retrouver depuis le début.

Avec mes interventions, j’ai aussi obligé les hôpitaux à faire face à des incidents qu’ils avaient abandonnés au nom de la « pandémie ». Les humains n’ont été opérés, même les petits enfants, qu’après mes « attaques » publiques contre les hôpitaux.

Avec mes interventions j’ai sauvé un grand nombre de personnes. Soit en les « guérissant », soit en leur « donnant » la décharge.
Des gens avec des noms.
Avec les familles, les parents, les enfants, les petits-enfants, les conjoints.
Et pas des unités impersonnelles sans identité , juste des numéros sur des listes de terreur et de tromperie des citoyens.

Listes de « cas ».
Listes des hospitalisations.
Listes de tuyauterie.

Sauf pour les listes, bien sûr, des personnes décédées alors qu’elles avaient été vaccinées. Là, l’organisation criminelle a décidé de « protéger » les données personnelles des… numéros. Mais ceux-ci dans le PROCÈS SUPPLÉMENTAIRE.

Il est évident que les hôpitaux ne m’ont pas fait de « faveurs » lorsqu’ils ont annulé une intubation imminente, arrêté l’intubation, ou sont soudainement ressortis négatifs jusqu’au moment de mon intervention positive.

Bien sûr, je n’ai pas non plus une sorte de capacité extraterrestre pour guérir les patients, et à distance, et les personnes qui étaient prêtes à être hospitalisées, intubées ou à deux pas de la mort, pour se rétablir et rentrer chez elles.

Je ne suis pas non plus… un exorciste et expulsant le virus.
Je viens de remettre les choses en place.
Rien de moins, rien de plus.

À partir d’un moment, en fait, je suis devenu la peur et la terreur des meurtriers en enfer. En conséquence, dans de nombreux cas, les données n’ont été modifiées qu’en invoquant mon nom, et de nombreuses fois sans même consultation préalable avec moi, qui l’a appris par la suite du rescapé.

PREUVE 2 – Le fait que, alors que j’ai dénoncé des dizaines d’hôpitaux pour avoir tué et torturé des personnes, appliquant comme le jeune Mengele, et pire que lui, un protocole de mort impensable,

J’ai longtemps dénoncé le gouvernement grec comme une organisation criminelle, dirigée par le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, qui a conçu, organisé et mis en œuvre les protocoles de fraude et de mort,

J’ai dénoncé les membres des deux comités, le Comité National de Protection de la Santé Publique contre le Coronavirus Covid-19 et le Comité de Gestion des Urgences de Santé Publique par Maladies Infectieuses, et les non-comités « nécessaires » à l’organisation pour cette organisation criminelle, fournissant une couverture scientifique pour les crimes sous-jacents de fraude et d’homicide,

la direction du Pouvoir Judiciaire, les autorités suprêmes des Parquets compétents localement, et les procureurs spécifiques, pour les tas d’actes criminels et d’omissions, et surtout la Couverture nécessaire à l’organisation et à la mise en œuvre des protocoles d’escroquerie et de décès,

les médias systémiques et spécifiques, qui ont fourni l’assistance nécessaire à l’organisation pour organiser, maintenir et renforcer la fraude, cibler et le discréditer des voix opposées à la fraude, l’exclusion complète du point de vue scientifique opposé, pour la première fois dans l’histoire du monde dans des régimes « démocratiques », et, bien sûr, la réduction au silence des crimes horribles, de la torture et des meurtres, ainsi que Facebook et les mécanismes de contrôle présumé des fausses nouvelles, en fait l’imposition d’une censure absolue et fasciste et le silence du point de vue opposé et la diffusion de la vérité,

MAIS,

PAS un seul de ces dizaines d’hôpitaux, leurs administrations et les médecins et infirmières impliqués, n’ont jamais contesté un seul mot de mon public, des plaintes effrayantes, mais toujours fondées. J’ai publié tous mes textes juridiques, ils ont été revus et examinés par l’ensemble du monde médical et juridique, et ils n’ont jamais été contestés.

NI le gouvernement, pas un seul député, sous-ministre ou ministre.

NI les membres des comités ci-dessus ni les scientifiques « experts », associés des membres de l’organisation criminelle, malgré leurs aveux publics via Facebook et les sites où mes plaintes ont été publiées, malgré mes déclarations extrajudiciaires, rapports et poursuites judiciaires contre eux.

Ni Facebook ni les canulars grecs, malgré mes LOURDES plaintes du public. Ils ont simplement continué les exclusions et la censure.

PERSONNE n’a réagi, même élémentairement. Avec une annonce, un mot, bien plus avec un règlement à l’amiable ou un procès.

NI, cependant, le procureur de la Cour suprême et le chef du parquet d’Athènes. Alors que je les ai mis au défi à plusieurs reprises de le faire en public. Dans le même temps, ils ont été « implacables » dans tous les autres cas de remise en question de la « pandémie », de la fraude et du récit du virus mortel. Les articles 183, 191 et 285 prennent feu. La seule exception était moi.

Ils n’ont jamais osé.

Non. Pas un seul chef d’accusation, de tous les responsables de mes plaintes contre les dizaines d’hôpitaux. Que quelqu’un ordonne un examen préliminaire, même pour le simple délit de diffusion de fausses nouvelles de l’article 183 du Code pénal, même pour l’un des centaines de mes textes les plus graves par leur contenu. Un délit, celui de « fake news », qui est apparu, à côté de celui de la violation de l’article 285 du Code pénal (pour les citoyens ordinaires, cependant, pas lorsqu’il a été violé par des membres de l’organisation criminelle), en gros un « sport » pour le bureau du procureur.

Au contraire, c’est moi qui me suis retourné, à la fois publiquement et avec des poursuites judiciaires et extrajudiciaires, contre un grand nombre de procureurs.

L’attitude coupable de la Justice était si claire pour les centaines de milliers de personnes qui me suivent et lisent mes plaintes publiques, que « un procureur pour le récupérer » est finalement devenu un « slogan ». Ce slogan était la réponse spontanée de ce monde, aux efforts futiles des agents internet, évidents et non, au final et les grands médias, pour me défier, me calomnier et arrêter mon chemin vers la preuve, la déconstruction et la démolition de la fraude. Des agents, qui ont appelé le parquet à intervenir parce que « je mets en danger la santé publique », parce que « je calomnie les hôpitaux et les médecins… les combats », etc., etc., et ont conclu que je devrais être « arrêté par le procureur »

Les gens ont été vite convaincus de la vérité, car le procureur devait VRAIMENT « me relever » si toutes ces allégations étaient fausses.

Car VRAIMENT, dans ce cas, j’aurais mis la santé publique en danger. Je ne suis pas un graphiste, dont les actions, les écrits et les mots, personne ou quelques-uns n’ont regardé. Des centaines de milliers de personnes, à l’intérieur et à l’extérieur de la Grèce, ont lu ce que j’ai écrit et m’ont regardé en direct sur divers comptes Facebook.

Mais puisque personne ne m’a « ramassé », ce que l’on attendrait alors d’une Justice sérieuse et honnête, serait d’intervenir, de m’appeler, très vite encore, pour présenter toutes les preuves que j’avais réunies pour les crimes qui dénoncent, et prendre des mesures pour lutter contre la criminalité et prévenir les jeunes.

Rien du tout.

PREUVE 3 – Donc, au final, la SEULE chose que l’organisation m’a faite a été de lancer une « chasse à l’homme » inconcevable sur internet en général, et principalement sur Facebook, avec une censure incroyable, qui est allée jusqu’à fermer mon compte Facebook 5.4.2021, avec 5 000 « amis » et 145 000 followers à l’époque, avec l’affirmation diffamatoire selon laquelle j’aurais fait la vidéo que j’ai téléchargée sur mon compte avec le comportement criminel de l’Etat de Nice contre un patient de 78 ans. Vidéo qui est AUSSI CECI, l’une des preuves du collage de la POURSUITE pour l’organisation criminelle. Accompagné de la deuxième vidéo niçoise, avec les piqûres qu’ils ont faites au malheureux.

J’ai été calomnié, j’ai été visé, j’ai été insulté. De la part d’agents salariés ou non rémunérés, individuellement ou en groupe, avec leur véritable identité, de toutes les sphères politiques, ou avec de fausses informations.

Et là-haut.

Sur le fond de mes réclamations et actions ZERO.

Le zéro ABSOLU.

Alors qu’au final, il a mis les grands médias, bien connus et très influents dans le public, les journalistes, dans les grands médias pour m’attaquer, mais jamais, aucun d’eux n’ose prononcer mon nom.

Après ma réaction immédiate, avec des règlements à l’amiable, des procès et le déclenchement du processus spontané, tous ces journalistes, et les grandes chaînes de télévision, n’ont plus osé me prendre dans leur bouche.

Bien entendu, même dans mes actions en justice contre des agents ou des journalistes de renom, les procureurs ont pris soin de leur fournir la couverture nécessaire. Comme ils l’ont fait dans le reste de mes poursuites – « rua mat », qui a conduit à une impasse l’organisation criminelle et les procureurs qui la couvrent. Ainsi, dans le cas de la procédure spontanée engagée contre le journaliste de la chaîne de télévision MEGA CHANNEL, Nikos Evangelatos, le procureur a « freiné » les voitures de patrouille, qui se dirigeaient vers la chaîne pour l’arrestation du journaliste, après mon procès contre lui au département de police de Kallithea, pour la radiographie de 2015 d’un patient, qu’il a présentée dans son émission d’information, et qu’il a faussement prétendu, trompant l’audience de la télévision, que c’était soi-disant 2020, afin de terroriser les citoyens pour les dommages causée par le virus dans les poumons.

PREUVE 4 – La « cerise sur le gâteau » des anciens, et basée sur une simple logique, preuve du véritable contenu du PROCÈS, a été la réaction inédite de tout le système aux demandes d’autopsies, dans des procédures pénales engagées après des procès par les familles des victimes de l’organisation criminelle.

L’absence d’autopsie était l’un des deux filets de sécurité de l’organisation criminelle dans les hôpitaux.

La non-délivrance des dossiers médicaux était l’autre. Les deux ont été fournis par l’organisation criminelle à ses complices dans les hôpitaux, pour couvrir leur activité criminelle.

Les proches des morts tombaient sur un mur. Les excuses pour ne pas livrer les dossiers ou retarder leur livraison, afin d’épuiser les candidats dans l’espoir qu’ils abandonnent, étaient aussi sérieuses que la fraude en général.

Dans de trop nombreux cas, les hôpitaux se sont appuyés sur… l’infection des enveloppes par… un virus surréaliste.

D’autres hôpitaux ont demandé, en plus de l’identité des demandeurs et de l’attestation des proches, des testaments ou attestations de non publication de testament !! Comme si les dossiers médicaux constituaient… des atouts.

Même lorsque les proches ont fourni les documents incroyables exigés par les hôpitaux, ils ont retardé la soumission des dossiers pendant des mois ou ne les ont jamais donnés.

Bien sûr, les mêmes hôpitaux, lorsqu’ils ont exterminé leurs victimes, ont remis les… effets personnels des morts aux proches, sans même demander de carte d’identité, alors qu’il va de soi que si les dossiers médicaux étaient, contaminés, ils devraient avoir fortement contaminés les effets personnels des morts par la « mort noire », comme l’organisation criminelle et ses complices présentent le virus aux citoyens. Cependant, les vêtements des morts, leurs portefeuilles, leurs téléphones portables et d’autres objets étaient normalement remis à des proches. Mais quand est venu le temps des dossiers médicaux, les « problèmes » ont commencé.

En effet, les hôpitaux sont pratiquement impossibles à vérifier les dossiers médicaux et à modifier leur contenu afin d’éradiquer les preuves de l’application du protocole de décès. Il n’était pas non plus possible de ne pas effectuer tous les examens prescrits. Au contraire, comme en témoigne l’image des patients, ils ne se contentent pas de les faire, par ex. tests sanguins, mais ils étaient épuisés, les aiguilles étant enfoncées dans leur corps par rafales.

Il était impossible de changer radicalement l’image des patients, de supprimer ou d’ajouter des procédures et des traitements médicaux. Ce sont des milliers de personnes, des milliers de fiches de reddition de comptes et d’hospitalisation, des milliers de tests, des milliers de radiographies et de tomodensitométries.

En même temps, nous avons eu l’énorme mensonge, qu’E.O.D.Y. aurait interdit à des proches de voir leurs morts à l’hôpital. Pas même dans les salons funéraires.

Cependant, selon ces instructions, les proches ont pu voir leurs morts normalement, en respectant les mesures de sécurité. Les salons funéraires étaient normalement autorisés à laver, peigner et habiller les morts.

Ε.Ο.Δ.Υ. gardait quelques prétextes dans ses documents, mais oralement l’organisation avait chargé les hôpitaux de violer ses instructions dans certains cas. Il est évident que les proches « n’auraient pas dû » avoir vu l’état de leurs morts. Quand nous arriverons au cas d’Antonia Dimitriou et aux photos que nous avons obtenues, vous comprendrez l’état du corps et pourquoi le KAT, le Laboratoire de médecine légale et de toxicologie de l’Université d’Athènes, et le procureur Nikolaos Ornerakis ont bloqué l’autopsie.

Le principal filet de sécurité, cependant, était celui d’interdire les autopsies. Et là, nous avons une violation des instructions d’Ε.Ο.Δ.Υ., qui, tant dans les instructions de 2020 que dans celles de 2021, n’interdisent pas les autopsies, qui sont pratiquées comme dans tout autre cas de maladies infectieuses.

Cependant, comme avec l’interdiction faite aux proches de voir leurs morts dans les hôpitaux, ainsi avec les autopsies, ils ont convaincu les gens qu’ils étaient interdits en raison du risque présumé de propagation du virus. Bien entendu, les médias, et jusqu’à récemment les médecins légistes eux-mêmes, ont également contribué à cette illusion.

J’avais réagi dès le départ en soulignant que les autopsies ne sont pas interdites, et j’ai avancé l’argument parfaitement logique que les hôpitaux et le gouvernement, non seulement n’auraient pas dû les interdire, mais auraient dû les rechercher, d’une part, pour que les scientifiques puissent connaître la nouvelle maladie « inconnue » et « mortelle », comme on disait, d’autre part, et à partir d’un moment donné, lorsque j’ai dénoncé un meurtre après l’autre, et prouvé l’application du protocole de la mort dans les hôpitaux, donc que les ombres de mes plaintes aux hôpitaux.

Il était clair dès le départ, mais aussi attendu, que l’organisation empêcherait les autopsies. Elle l’a fait, et elle continue de le faire jusqu’à la dernière minute, précisément parce qu’elles ne prouveraient pas l’innocence des hôpitaux mais LEUR CULPABILITÉ ABSOLUE.

Logique simple.

Après tout, l’Association médicale panhellénique, lorsqu’elle a commencé à guetter en désespoir de cause que je déchirais le filet de sécurité des dossiers médicaux et pratiquais des autopsies, dans un aveu clair de culpabilité, elle a demandé… l’immunité des médecins du ministère de la Justice, invoquant la « maladie totalement inconnue » !!

S’il s’agissait d’une « maladie totalement inconnue », l’attente logique serait de demander non pas une immunité pour les tueurs, mais qu’une autopsie soit pratiquée sur CHAQUE MORT par/avec le Covid-19, afin de connaître… cette maladie inconnue, au lieu de l’invoquer pour couvrir la torture et l’homicide.

Ainsi, au début de cette année, et peu avant, pendant et immédiatement après Pâques, une famille après l’autre a commencé à déposer des accusations d’homicide par négligence auprès des services de police compétents (en principe), avec des demandes d’autopsies-nécropsies, pour les décès de leur proches en enfer, la réaction de l’organisation criminelle a été forte.

Des procureurs corrompus, complices de l’organisation criminelle, à Pyrgos, Athènes, Larissa et Thessalonique, ont fourni l’assistance nécessaire aux hôpitaux et aux services médico-légaux compétents, en empêchant les autopsies de quelque manière que ce soit.

Ce n’est qu’au Pirée qu’il n’y a jamais eu de problème. En fait, l’une des autopsies effectuées par le Service de médecine légale du Pirée, après l’ordre pertinent du ministère public du Pirée, a fourni la preuve dans le protocole du paramètre de décès du traitement non hospitalier des blessures causées dans les hôpitaux, lors de l’hospitalisation des patients. C’est le cas du Père Charalambos Hadjicharalambous, que nous verrons en détail, bien entendu, dans le chapitre correspondant, suite au PROCÈS (et c’est l’un des cas, pour lesquels je mentionne dans l’introduction qu’il est nécessaire d’engager les procédures pertinentes avec priorité absolue, dans le cadre de l’inclusion de ces cas, dans la procédure pénale ici pour organisation), dont le père Charalambos Hadjicharalambous est décédé à l’hôpital de Livadia, prétendument du Covid-19, mais l’autopsie a prouvé que ce malheureux avait une aorte abdominale sectionnée, que les meurtriers de l’hôpital n’ont jamais délibérément soignée.

Succédant à la délivrance du parlement n°77/2021 de la chambre de recours de Patras, qui parlait le langage de la logique scientifique et juridique, le « château » de Patras est tombé. Thessalonique « est tombée », car des attaques publiques contre les hôpitaux et le parquet étaient également nécessaires là-bas, tandis qu’à Athènes, trois nécropsies ont été effectuées, et la dernière, après que le parquet correctionnel a été emmené pour la première fois. Divers procureurs ont bloqué les demandes d’autopsie, traitant les affaires concernées comme des procédures pénales ordinaires, les corps restant dans les réfrigérateurs de la morgue. Ici aussi, nous avons eu, la semaine dernière, correspondant au conseil 77/2021 de Patras, conseil du Conseil des tribunaux pénaux d’Athènes, une colonie pour l’organisation criminelle et les procureurs qui collaborent avec elle, qui ordonne l’exhumation du corps d’Antonia Dimitriou et l’autopsie-nécropsie qui a suivi, tandis que le procureur chargé de l’affaire de l’homicide de Nikolaos Stavros à l’hôpital général d’Athènes « IPPOKRATIO » s’est déjà retiré et a finalement ordonné une autopsie, qui a été réalisée par le service d’examen médical en présence du conseiller technique désigné par la veuve, et a montré qu’il y avait une grande quantité de liquide dans le poumon, ce qui n’aurait pas dû exister, et en prévision des résultats de laboratoire, une fois de plus les médecins légistes ont été contraints d’écrire « non spécifié ».

Comme nous l’avons dit, ce protocole de décès, qui est brièvement décrit ci-dessus, est essentiellement contenu dans le protocole de fraude, et a été mis en œuvre afin de « verrouiller » la FRAUDE. Véritable pandémie, il ne suffit pas de n’avoir que des chiffres de « cas » et d’hospitalisations. Peu importe combien ils ont « décollé » les numéros des « cas », avec les astuces spéciales utilisées par les participants de l’organisation.

LES MORT SONT REQUIS.

Et parce que, comme cela a été démontré, le virus SARS-CoV-2 n’est pas mortel, de sorte que l’organisation criminelle peut faire état d’un nombre suffisant de morts afin de convaincre les citoyens du « danger », et ainsi les faire errer dans un état de privation selon l’article 322 du code pénal, dans le but ultime de mettre en œuvre le protocole de vaccination de masse, qui fera l’objet d’une PLAINTE SUPPLÉMENTAIRE, des milliers de malheureux de Dachau et Auschwitz imaginent des destinations de vacances enchanteresses.

Des personnes ont été exécutées et ces meurtres ont été « inculpés » de virus, tandis qu’en application du protocole de fraude à la mort, un grand nombre de décès, qui n’ont pas été causés par des actes meurtriers, ont également été « inculpés » de virus, tandis que d’autres ont été les vraies causes de ces décès. Deux des dix-huit autopsies qui ont été réalisées, alors que quatre sont actuellement en cours, ont montré cette dimension même de la fraude dans l’application du protocole de décès. Vendredi Kotsifa, Filippos Kalligeris. Nous les verrons dans le chapitre correspondant du protocole de décès.

J’ai d’abord été confronté au protocole de fraude, et à ces faits qui m’ont « réveillé » et m’ont convaincu très rapidement que la « pandémie » était une ENORME FRAUDE.

Lorsque l’OMS a déclaré la pandémie le 11.3.2020, le gouvernement grec menait déjà depuis août 2019 la plus grande fraude de l’histoire du monde et par conséquent de l’histoire de la nation grecque, bien avant même que l’existence du virus ne soit annoncée par les autorités chinoises, tandis que le 25.2.2020 avait même prévu avec un Contenu Législatif l’obligation de vaccination contre le SRAS-CoV-2, avant même que la « pandémie » ne soit déclarée ci-dessus par l’OMS, le premier « cas » étant annoncé juste le lendemain de l’opération.

Cette fraude est si grave, mais lorsque tout le système y participe, avec le soutien nécessaire des médias, la censure fasciste organisée sur Internet et la couverture encore plus nécessaire de la Justice, même une fraude aussi sommaire a un succès garanti.

Jusqu’à présent…

J’ai donc vite compris qu’il s’agissait d’une FRAUDE. Au début, j’ai aussi été trompé. Raisonnable. Je ne pouvais pas croire qu’une fraude aussi colossale avait été mise en place dans le monde entier.

Je constate d’emblée que je suis complètement indifférent à savoir si le virus est venu de la nature ou a été construit et s’est échappé, intentionnellement ou non, du laboratoire de Wuhan. Peu m’importe s’il s’agit d’un coronavirus, nouveau ou ancien, appelé SARS-CoV-2 ou s’il s’agit en fait d’une mutation du virus de la grippe H3N2, comme c’est également très probable.

Nous verrons tout cela dans le paramétrage du protocole de fraude concernant la disparition artificielle de la grippe. Une grippe cependant, qui avant de « disparaître » à la 14e semaine, coordonnée dans le monde entier, coexistait avec le SARS-CoV-2. Cependant, alors que les premiers tests pour distinguer les virus de la grippe du SRAS-CoV-2 n’ont été publiés qu’en septembre, le premier verrouillage a été imposé aux citoyens sur la base d’un certain nombre de « cas » de SARS-CoV-2, que l’organisation criminelle n’aurait pas pu savoir s’il s’agissait de la grippe ou du SARS-CoV-2.

Bien entendu, dans le cadre de la fraude avec les « cas » de SARS-CoV-2, en combinaison avec la « disparition » de la grippe, ainsi que celle des infections nosocomiales, comprend la mise en œuvre d’un grand nombre de tests dans la population en bonne santé, également pour la première fois dans l’histoire du monde, et que les résultats « positifs » de ces tests ont été enregistrés comme des « cas », alors que la notion de cas présuppose une infection aiguë ou une maladie respiratoire.

Les faux chiffres comprennent aussi les multiples « cas » d’une même personne, la non-suppression de « cas » qui ont été immédiatement annulés, la non-enregistrement des sorties dans le système hospitalier, la détention illégale de patients, les tests inexistants d’E.O.D.Y. dans les rues et les places.

Alors que la simple logique et les données et pratiques médicales de décennies, voire de siècles, ont été bouleversées pour les besoins de la FRAUDE, puisqu’il ne suffisait pas à l’organisation criminelle de « cuisiner » sur les « cas », mais ce n’était pas, en violation de tout sens de la logique et du sérieux scientifique, n’a jamais fixé le nombre de tests effectués quotidiennement depuis le début de la FRAUDE jusqu’à aujourd’hui.

S’il est bien connu qu’une véritable pandémie est contrôlée par un nombre fixe de tests quotidiens, l’organisation criminelle a fait fluctuer le nombre de tests effectués (réellement ou non) quotidiennement, donnant avec cette pratique à ceux qui pensent fondamentalement, une PREUVE de plus qu’il s’agit d’une fraude.

Autrement dit, l’organisation contrôlait toujours à chaque fois le montant de la « charge virale », contrôlait le nombre de « cas » qui « devraient » être signalés à chaque fois, afin que ces données soient adaptées aux décisions du gouvernement et non les décisions aux données, comme c’est le SEUL RAISONNABLE.

Avec ces « cas », cependant, ils ont trompé un peuple entier, l’ont privé de sa liberté, ont détruit des milliers de foyers et d’entreprises, ont conduit des citoyens à la dépression et au suicide, et ont tué des milliers de personnes dans les enfers publics pour « verrouiller » leur tromperie sur le virus soi-disant mortel.

Il importe également de savoir quels étaient ces tests, qui auraient détecté le SARS-CoV-2 tout ce temps. La déconstruction des tests a lieu dans le chapitre correspondant du PROCÈS, dans le cadre du protocole de la fraude.

Après tout, il est vite devenu évident que non seulement ces données, mais aussi les recommandations des comités, étaient également adaptées aux décisions qui devaient être prises par les dirigeants de l’organisation.

En d’autres termes, il est devenu clair pour l’ensemble de la population saine que les décisions du gouvernement n’avaient rien à voir avec la gestion d’une véritable pandémie.

C’était clair quand, par ex. les défilés ont été interdits le 28 octobre 2020, mais quelques jours plus tard les événements du 17 novembre 2020 ont été autorisés, le ministre de la Protection civile, Michalis Chrysochoidis, déclarant hardiment qu’il n’est pas possible qu’Athènes reste fermée le 17. Il était cependant possible de rester fermé le 28 octobre. J’avais écrit alors que cela ne pouvait s’expliquer que si le coronavirus est de la… génération de l’École polytechnique, alors qu’au contraire il est possédé par des sentiments anti-grecs.

Les exemples de gestion de « pandémie » en des termes autres que les vrais termes scientifiques, mais en termes de FRAUDE, abondent.

Nous avons affronté un virus « mortel », une « mort noire », avec des heures. Un virus qui « choisit » quels endroits visiter et lesquels non. Un virus, contre lequel nous devions, pour nous protéger, porter un masque même au sommet de la montagne. Un virus qui les a tous « frappés », mais qui n’a « étrangement » frappé AUCUN des participants à l’organisation criminelle. Certains ont joué le rôle du survivant du « virus », et ont décrit aux citoyens trompés « l’horreur » qu’ils ont vécue du virus, alors qu’ils ont joué un rôle actif en trompant les citoyens et en les influençant dans la phase de mise en œuvre du protocole final de vaccination de masse, ils ont joué le rôle de centres d’influence de l’opinion publique, de la direction de l’Église protestante.

Aucun membre de l’organisation criminelle n’est mort de/avec « Covid-19 ». Malgré le fait que bon nombre des principaux participants à l’organisation criminelle, zéro du chef de Kyriakos Mitsotakis lui-même exclu (le contraire), ont été exposés maintes fois et maintes fois au « virus mortel ».

Je ne suis donc pas du tout intéressé par qui est ce virus et comment il est apparu. Je suis intéressé qu’un virus soit apparu, ce qui nous a convaincu qu’il est mortel et hautement contagieux. Et ils nous ont convaincus que notre liberté devait être restreinte au dernier degré afin de nous protéger de ce terrible virus. Limiter et en tout cas contrôler nos déplacements, subir un confinement constant, et suivre des mesures de « sécurité », qui ont été constamment différenciées.

Ce sont les mesures qui sont imposées « obligatoirement » et « légalement » lorsqu’un État est confronté à une véritable pandémie. Il s’agit du confinement ou de la restriction des déplacements, du respect des distances et du port du masque, mais aussi un certain nombre d’autres restrictions individuelles. Bien entendu, aucune n’a été mise en œuvre sur la base de vrais critères scientifiques et surtout de données. Des incarcérations ont été prononcées ou interrompues, d’une part, sur la base d’un certain nombre de « cas » dont l’organisation criminelle avait la pleine maîtrise, et d’autre part, le basculement constant entre liberté et privation visait à épuiser le protocole final, celui de la vaccination de masse.

Bref, l’organisation criminelle est allée au-delà de toute mesure nécessaire, logique et scientifiquement étayée, même dans le cas hypothétique d’une véritable pandémie. Son but était d’épuiser les citoyens, de les épuiser financièrement et psychologiquement, afin qu’ils puissent chercher leur propre vaccination en guise de « rédemption ». Ceux qui n’étaient pas convaincus de la « pandémie », et ceux qui n’ont pas eu recours à la vaccination en guise de « rédemption », ont ensuite été victimes de chantage au travail, victimes d’une discrimination sans précédent entre vaccinés et non vaccinés, et enfin l’organisation criminelle a eu recours à la « solution finale » d’Adolf Hitler et l’Allemagne nazie, c’est-à-dire l’obligation de vacciner. Ceux-ci, cependant, tout au sujet du troisième protocole, la vaccination de masse, seront dans le POURSUITE SUPPLÉMENTAIRE. Où tout est expliqué. Car cette obsession contre nature du gouvernement de vacciner la population, de la protéger d’un virus, pour lequel je prouve, en fait j’ai déjà prouvé, plus haut, qu’il a activé l’horrible protocole de mort afin d’exterminer des milliers de personnes à Dachau des hôpitaux publics-l’enfer, pour « convaincre » les citoyens qu’il est un meurtrier, et qu’ils ont besoin de protection contre lui par leur vaccination, la seule explication logique pourrait être celle prouvée par la PLAINTE SUPPLÉMENTAIRE : Qu’ils ont tué des milliers, pas pour en tuer quelques milliers de plus, mais des millions, en assassinant en masse une grande partie de la population afin de la réduire.

Atteindre la fin de la partie introductive du PROCÈS pour la PLUS GRANDE FRAUDE DANS L’HISTOIRE DE LA NATION GRECQUE, dont le contenu est PRÉFÉRÉMENT FOURNI dans le cadre de ceux-ci, selon le QUATRE PROCÈS AD de 4 300 pages,

1- c’est-à-dire un homme seul, même pas un médecin, mais un avocat, A CHANGÉ LES DONNÉES MÉDICALES DE DIX HOSPITALISATIONS,

ou PAR SES INTERVENTIONS,

ou, à partir d’un moment, lorsque la PEUR ET LA TERREUR des MEURTRES ont eu lieu, et UNIQUEMENT AVEC LA MENTION DE SON NOM,

2- que cet homme n’a été CONTREDIT PAR AUCUN DES DOUZAINES D’HÔPITAUX, DONT IL SE PLAINT POUR  TROIS MOIS POUR TORTURE ET MEURTRE DE PERSONNES,

NI DE LEUR PERSONNEL MÉDICAL ET INFIRMIER,

NI DU GOUVERNEMENT,

NI de l’OPPOSITION,

NI DES COMITES NI DES AUTRES « SPÉCIALISTES »,

N’A PAS ÉTÉ POURSUIVI PAR LA JUSTICE,

pendant qu’ils le suivent, le lisent et l’écoutent DES CENTAINES DE MILLIERS DE PERSONNES, DANS ET HORS DU TERRITOIRE GREC,

3- que cet homme a été censuré, pourchassé et ciblé CAR PEU D’ESPRITS ONT CONTESTÉ LA FRAUDE, À L’INTÉRIEUR ET HORS D’INTERNET, MAIS LÀ,

4- que cet homme A PROUVÉ LA CULPSABILITÉ DE L’ORGANISATION CRIMINELLE, à l’issue de ce premier voyage de treize mois, de la preuve et de la déconstruction de la FRAUDE et le début du voyage final, qui commence par le DÉPÔT DU PROCÈS, la DESTRUCTION DE LA FRAUDE et la PUNITION DU COUPABLE, à travers l’INCENDIE, LA RÉACTION D’AUTO-CULPABILITÉ, LES HÔPITAUX,

SERVICES MÉDICAUX JUDICIAIRES,

PROCUREUR ET AUTORITES JUDICIAIRES,

dans les demandes de NECROSES / NECROTOMES,

MAIS EN ASSURANT, DANS LA PANIQUE DE L’ORGANISATION, LA PREUVE DES CRIMES DE 18 MORTS,

mais aussi à travers les COMMISSIONS INJUSTIFIÉES,

A L’ARRET DU PROCUREUR DE SES POURSUITES,

et avant de commencer à démêler l’enchevêtrement de l’horrible PROTOCOLE DE LA MORT, nous passons ensuite à celui de la FRAUDE, pour les besoins duquel celui de la MORT a été appliqué en parallèle, dans la participation des médias systémiques, et journalistes, groupes de censure et agents Internet, et LA COUVERTURE DE LA FRAUDE, DE LA TORTURE et DU MEURTRE par la Justice, et conclure le PROTOCOLE DE DE LA FRAUDE ET DE LA MORT,

JE DOIS NOTER CE QUI SUIT :

Il me suffirait de déposer cette PLAINTE et de demander à être convoqué par le parquet et la police, de présenter les preuves, de proposer des témoins et de soumettre les demandes.

Il suffirait de lister les éléments du protocole de mort avec ses horribles paramètres.

Parce que cela seul suffit à prouver que cette histoire est FAUSSE.

Que cette histoire est la PLUS GRANDE FRAUDE DE L’HISTOIRE DE LA NATION GRECQUE.

Pourquoi même si les nombres doubles de « cas » nous avaient été présentés par l’organisation criminelle, même les triples, si elle n’avait pas EXÉCUTÉ BEAUCOUP DE NOS GENS DANS LES ENFERS, tout cela n’aurait été que DES CHIFFRES, SANS valeur pratique pour l’organisation.

Alors que la fraude est MONDIALE, de nombreux efforts juridiques ont également été déployés dans d’autres pays, tels que les États-Unis, et en Allemagne, dans le sens de sa déconstruction,

SEULEMENT ICI, EN GRÈCE, IL EST PROUVÉ QU’IL Y A EU DES MEURTRES DE MASSE pour « verrouiller » la fraude.

Et cela s’est produit, non pas parce que je suis un avocat plus intelligent ou capable que mes collègues de ces autres pays, mais parce que SEULEMENT ICI, ces crimes ont été commis d’UNE TELLE AMPLEUR.

Nulle part ailleurs dans le monde les meurtriers n’ont laissé autant de traces et de PREUVES de ces crimes.

Et quelque part là-bas, je me suis retrouvé sur leur chemin, et pendant treize mois, nuit et jour, des milliers d’heures et des nuits interminables, annulant ma vie professionnelle et personnelle, J’AI SUIVI ces traces et COLLECTÉ les preuves, que je présente aujourd’hui en DROIT GREC et sur TOUTE LA PLANÈTE.

Ce PROCÈS sera traité par D’AUTRES PROCUREURS, À L’EXCEPTION DE LA LISTE DES DÉFENDEURS ICI.

Les procureurs, qui sont appelés à écrire leurs noms en lettres d’or dans l’histoire de la nation grecque.

Moi, ma DETTE dans mon pays natal, je l’ai fait et je continuerai de le faire après le dépôt du PROCÈS, dans la deuxième et LA PLUS CRITIQUE phase de ma bataille titanesque contre la plus grande fraude de l’histoire de ma nation.

Contre l’organisation criminelle qui a opprimé et exterminé des milliers de mes semblables sur le territoire grec.

Contre, finalement, le mal lui-même…



RÉFÉRENCES :

Anthologie2020PUB007

« Merci de tout coeur M. Boulianne, vos informations sont capitales pour ceux qui recherchent la vérité. »

Robin Caron

« Monsieur. Je viens de découvrir votre excellent site. Je suis ravi de constater l’existence de journalistes réellement indépendants dans le monde francophone. »

Patrice Bouriche

« En signe d’appréciation et de reconnaissance pour le travail d’information extraordinaire que vous nous offrez. »

Carole Brochu