L’équipe professionnelle de hockey sur glace, les Sénateurs d’Ottawa, ont un taux de vaccination de 100 % et 40 % de l’équipe a été testée positive

Nous apprenons que, malgré un taux de vaccination de 100 %, au moins 40 % de l’équipe professionnelle de hockey sur glace, les Sénateurs d’Ottawa, a été testée positive pour la Covid-19. Je me permet donc de reproduire ci-dessous un article de la journaliste Deborah Stokes, du National Post, afin d'en informer mes lectrices et mes lecteurs.

J'en profite pour vous rappeler l'invitation : En prévision de mon bannissement éventuel de Twitter (plus de 11 700 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page (plus de 6 687 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne

Les deux journalistes Louise Radnofsky et Laine Higgins écrivent dans le célèbre quotidien américain The Wall Street Journal : « La mise à l’écart d’une équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH) la semaine dernière montre que, bien que les taux de vaccination soient élevés, les activités à l’intérieur et sans masque peuvent toujours entraîner une épidémie. » C’est la première fois cet automne qu’une ligue sportive professionnelle nord-américaine — basketball, football ou hockey — annule des matchs en raison de la Covid. Les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas joué sur la glace le 18 novembre dernier contre les Predators de Nashville et ils ont annulé leur match du samedi suivant contre les Rangers de New York. Ils ont également annulé un match plus tôt la semaine dernière contre le New Jersey.

Logo des Sénateurs d'Ottawa

Une épidémie de COVID a mis l’équipe de la LNH sur la touche, malgré la vaccination complète de ses joueurs. Dix joueurs et un entraîneur auraient été testés positifs pour le virus, ce qui équivaut à environ 40% de l’équipe. C’est l’une des plus grandes perturbations du sport professionnel depuis que les vaccins sont devenus largement disponibles.

Les ligues ont activement persuadé les joueurs de se faire vacciner. La LNH affichait un taux de vaccination de 98 à 99 % à l’échelle de la Ligue le jour de l’ouverture, avec 25 équipes entièrement vaccinées. Cela inclut le personnel non-joueur. « Personne qui traite régulièrement avec les joueurs en vertu de protocoles ne peut être non vacciné, donc ces personnes doivent également être vaccinées », a déclaré le sous-commissaire de la LNH, Bill Daly, en septembre.

Les Sénateurs ne disent pas grand-chose, mais ont publié une déclaration plus tôt cette semaine au sujet des trois matchs annulés, « en collaboration avec la Ligue nationale de hockey et à la lumière de l’évolution des problèmes de santé liés à COVID-19. » Il a demandé aux détenteurs de billets de conserver leurs billets pour les matchs reprogrammés. « La santé et la sécurité de la communauté locale, des clients du site, du personnel et des joueurs de l’organisation sont la priorité absolue de Senators Sports & Entertainment », indique le communiqué.

Il n’était pas immédiatement clair si l’un des joueurs d’Ottawa présentait des symptômes de COVID ou s’il venait d’être testé positif dans le cadre du régime de test mandaté par la ligue. Il y a eu des rapports de tests défectueux, certains joueurs des Sénateurs ayant été testés positifs, puis négatifs lors de tests ultérieurs, puis positifs à nouveau. Le défenseur Nikita Zaitsev, par exemple, a eu un test positif avant le match du 13 novembre dernier contre les Kings de Los Angeles. Il a ensuite eu deux tests PCR négatifs — prétendument le test définitif — puis un test positif avant le match contre Pittsburgh. Donc hors de la gamme, dans les limbes de 10 jours. Pour sa part, Drake Batherson a eu un test positif le matin, puis un test PCR négatif. Toujours le même jour, un troisième test dans l’après-midi — celui-ci, un soi-disant antigène — a donné un autre résultat négatif. La séquence des résultats des tests était donc : positif, négatif, négatif, positif. Boum, absent pendant 10 jours. Honnêtement, a-t-il eu la Covid? Qui sait même? Ce qui conduit à soupçonner les tests. Les plus rapides sont généralement de la variété dite antigénique, qui teste les morceaux de protéines fabriqués par le virus.

Le défenseur d’Ottawa Michael Del Zotto a déclaré à TSN que ses coéquipiers ne souffrent pas de symptômes graves, au-delà de la perte du goût et de l’odorat.

La ligue exige que les joueurs entièrement vaccinés passent un test PCR toutes les 72 heures, tandis que les joueurs non vaccinés doivent en passer un par jour. Les joueurs vaccinés doivent en prendre un par jour s’ils sont exposés à un contact étroit testé positif. Cela inclut les membres de l’équipe. « Si quelqu’un est positif, alors tous les membres de l’équipe sont testés tous les jours », explique Issac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Toronto et consultant pour la NHL Players Association.

Bogoch n’est pas surpris par les cas révolutionnaires du virus hautement contagieux et de ses variantes dans un sport où les joueurs sont en contact si étroit. « Les vaccins sont extrêmement efficaces pour réduire le risque de transmission, mais ils ne sont pas parfaits. Si les gens pratiquent un sport comme le hockey, pendant une période de temps considérable, où il y a un contact physique étroit, et qu’ils jouent à l’intérieur, sans masque, il y a un bon risque de transmission. »

Les Penguins de Pittsburgh ont également connu une épidémie plus tôt ce mois-ci, qui a exclu le centre Sidney Crosby pendant 10 jours après avoir été testé positif. L’équipe a eu huit joueurs dans le protocole COVID cette saison, dont l’entraîneur Mike Sullivan. Bogoch affirme que la LNH a fait du bon travail pour faire vacciner ses joueurs et réduire les risques. « Il n’est pas rare et pas surprenant que nous assistions à des épidémies. Les vaccins en gardent une grande partie sous contrôle. »

De nombreuses preuves montrent que les vaccins sont efficaces pour prévenir les maladies graves et les hospitalisations, et peuvent également ralentir l’infection.

Alors que la LNH et d’autres ligues sportives professionnelles reviennent à un état de jeu plus normal, avec des arénas et des stades remplis de fans, COVID est toujours quelque chose avec laquelle ils devront faire face. « Il est toujours là », dit Bogoch. « Nous devons continuer à faire tout notre possible pour réduire le risque. Nous sommes toujours dans la phase pandémique, pas dans la phase endémique. »

Mais le Canada, en général, réussit bien en ce qui concerne l’accès aux vaccins, les taux de vaccination et la minimisation des risques, dit-il. « Vous pouvez vous attendre à des épidémies ici et là, mais si tout se passe bien, j’espère que les choses se régleront d’ici le printemps prochain. »


Ci-haut un extrait de l’émission “La tour du 18 novembre 2021 animée par Patrick Huard, avec Stéphane Fallu et les docteurs Caroline Quach et Jean-François Chicoine. Il est très déplorable que des personnalités publiques (animateur, médecin, humoriste) en arrivent à un tel niveau de bassesse et de trahison envers la population et les enfants en particulier. Par contre, je suis heureux de constater que de plus en plus de Québécois signent la déclaration appelant à la fin des mandats Covid, initiée par les deux avocats Bruce Pardy et Lisa Bildy, entre autres Me William Desrochers que nous connaissons bien. Au moment où j’écris ces lignes, la déclaration a collecté plus de 34 576 signatures. — G.B.


« Salut, Je viens de découvrir ton site, via ton canal Youtube. Je pense que vous avez découvert depuis un bout ce que je viens à peine de réaliser. Je voulais vous remercier pour ce que vous faites. »

Martin Lebel

« Merci de tout coeur M. Boulianne, vos informations sont capitales pour ceux qui recherchent la vérité. »

Robin Caron

« Un gros merci pour tout le travail que vous faites. J’ai réservé votre livre CERN que j’ai bien hâte de recevoir. Que Dieu vous bénisse monsieur Boulianne. »

Micheline Neault Lemieux