Dr Mark Trozzi : Statistiques sur les décès. En quoi Covid-19 est-elle une « pandémie » ? La réponse vient du roman de 1984 et de l’OMS

Si vous avez fait des recherches sur le virus de Wuhan et la situation géopolitique mondiale, vous avez probablement rencontré des journalistes indépendants du monde entier, qui ont examiné les statistiques annuelles sur les décès de nombreux pays et remarqué quelque chose d’inhabituel. Ce qu’ils ont constaté, c’est que bien que les pays aient signalé de nombreuses personnes décédées de Covid-19 en 2020, les totaux annuels de décès pour les pays n’ont généralement pas augmenté. C’est surprenant. Nous n’avons pas trouvé de remèdes profonds pour toutes les autres choses dont les gens meurent comme la vieillesse, les maladies cardiaques, le cancer et les maladies pulmonaires; Donc, si ces choses continuent comme d’habitude, et qu’il y a une nouvelle chose (Covid) qui tue beaucoup de gens, alors il devrait y avoir plus de gens en train de mourir au total. Sinon, cela confirme l’observation selon laquelle il y a eu une grande poussée dans une grande partie du monde pour revendiquer Covid-19 comme cause de décès, alors que c’était sans doute autre chose qui a causé la mort. Il existe de nombreux rapports à l’appui, dont certains se trouvent sur le site du Dr Mark Trozzi : www.drtrozzi.com.

Pour le démontrer, pensez à quelqu’un qui a fumé deux paquets de cigarettes par jour pendant cinquante ans et qui a développé une BPCO sévère (bronchopneumopathie chronique obstructive). Ils sont très fragiles, vivent à court de souffle, nécessitent de nombreux médicaments pour survivre et vivent avec un supplément d’oxygène. Tout défi respiratoire pourrait aggraver considérablement leur état et même précipiter leur mort. Ce défi peut être l’inhalation de poussière ou autre irritant, attraper un rhume ou même un changement de temps. Lorsqu’une personne dans cette situation décède, la cause du décès est la BPCO , ou « des années de tabagisme » si vous le souhaitez. La cause de leur mort n’est pas attribuée à la poussière, au froid ou à un changement de temps; bien que ces choses aient pu être la proverbiale « paille qui a brisé le dos du chameau ». Cependant, récemment, nous avons trouvé dans de nombreux endroits, une telle personne a été signalée comme mourant de covid. Ceci est un exemple modéré. Il existe de nombreux rapports faisant état de décès dus au cancer, aux maladies cardiaques et même à des traumatismes physiques tels qu’un accident de moto, enregistrés comme « décès dus à la covid-19 ». Le résultat de cet abus de statistiques est que, bien que le même nombre typique de personnes meurent, un plus grand nombre d’entre elles sont enregistrées comme des décès dus à Covid-19, et moins sont signalées comme mourant d’autres causes. En d’autres termes, les décès sont passés de leur catégorie appropriée et réelle à la catégorie de l’agenda politique : Covid-19.

Ceci est révélé non seulement par les nombreux médecins et travailleurs de la santé qui dénoncent la pression pour sur-diagnostiquer Covid-19 comme cause de décès; mais aussi par l’absence d’augmentation du nombre total de décès dans les pays.

Jetons donc un coup d’œil aux statistiques annuelles sur le nombre total de décès au Canada et voyons si beaucoup plus de gens meurent vraiment.

Observations et comparaison avec la grippe espagnole

Le nombre de décès au Canada pour mille a augmenté graduellement de 2012 à 2020, passant de 6,9 ​​à 7,89. À l’échelle mondiale, le nombre de décès pour mille varie considérablement d’un pays à l’autre. Moins de 2 est très faible et 15 est très élevé. Les conditions de vie, ainsi que l’âge de la population, déterminent le nombre de décès d’un pays pour mille. Ce sont les pays pauvres avec une mauvaise nutrition, de mauvaises conditions sanitaires et d’autres défis plus difficiles à la survie qui ont les taux de mortalité les plus élevés.

Notez qu’il n’y a pas d’augmentation particulièrement importante du nombre de décès au Canada en 2020, bien que la « pandémie » ait commencé au début de 2020. Comment cela peut-il se produire si une nouvelle maladie super mortelle tue un grand nombre de personnes ? Est-il possible que nous ayons simultanément guéri la plupart des vraies causes de décès telles que les maladies cardiaques, les maladies pulmonaires et le cancer ? Pas probable. En réalité, nous savons que de nombreux patients qui avaient besoin de traitements pour des maladies majeures comme le cancer, ont été négligés en raison de la fermeture des services hospitaliers en 2020, et les taux de mortalité de ces maladies ont donc vraisemblablement augmenté.

En intégrant le virus de Wuhan et la négligence médicale de maladies graves comme le cancer en raison de fermetures d’hôpitaux, le taux de décès total pour mille au Canada en 2020 était de 7,89 et il n’était que de 0,23 supérieur à celui de 2019. Ce n’est pas un changement impressionnant ou inhabituel; le même chiffre a augmenté de plus, 0,36 en 2015. Pour un certain contexte, considérons la très authentique pandémie de grippe espagnole de 1918 qui, à elle seule, a tué environ 6 Canadiens sur mille.

Alors, comment Covid a-t-il justifié l’utilisation du terme «pandémie»?

Lorsque la plupart d’entre nous pensent à une « pandémie », nous pensons à une maladie infectieuse, qui se propage partout et cause beaucoup de morts. Jusqu’en 2009, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a suivi cette définition d’une pandémie :

« On parle de pandémie en cas de propagation mondiale d’une nouvelle maladie. Une pandémie de grippe survient lorsqu’un nouveau virus grippal apparaît et se propage dans le monde entier, en l’absence d’immunité dans la grande majorité de la population. Si un pourcentage élevé de la population est infectée, même si la proportion des sujets infectés contractant une forme grave est faible, le nombre total des cas graves peut devenir relativement important. » (OMS)

Regardons maintenant une histoire récente. En 2009, l’OMS a déclaré la grippe porcine H1N1 comme une pandémie. Cela a abouti à des précommandes massives de nouveaux vaccins contre la grippe porcine dans de nombreux pays, les gouvernements acceptant la responsabilité des dommages causés par les vaccins. L’industrie pharmaceutique avait un marché garanti avec peu ou pas de risque ou de responsabilité. Cependant, lorsque la « pandémie » s’est officiellement terminée en août 2010, elle n’avait causé que 18 449 décès dans le monde. Comparez cela avec les décès annuels de grippe saisonnière mondiale d’environ 250 000 personnes. La « pandémie » de grippe porcine n’avait pas causé plus de décès que la grippe saisonnière, mais elle n’avait causé que 7% de décès par rapport à une grippe saisonnière, ce n’était donc pas une véritable pandémie. Elle ne répondait pas aux critères : « des taux de mortalité qui dépassent de plusieurs ordres de grandeur des vagues saisonnières mais tout aussi fortes de grippe ».

Ainsi, en 2010, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a lancé une enquête sur l’influence indue de Big Pharma et de l’OMS pour avoir falsifié une pandémie afin de créer un marché lucratif des vaccins. Cependant, l’OMS a changé sa définition de « pandémie » pour ne plus exiger un taux de mortalité élevé; ils ont simplement retiré cette partie de la définition. Cela a ouvert la voie à de nouvelles entreprises lucratives d’accaparement du pouvoir comme la « pandémie » de Covid-19.

Alors au Canada et dans le reste du monde, comment la Covid-19 est-elle une « pandémie ». La réponse vient du roman de 1984. L’OMS a changé sa définition du mot pandémie.

Liens vers les sources de statistiques :

SOURCE — Dr Mark Trozzi : « Canadian Death Statistics, How is This a Pandemic? ».


banniereFABIENeBay001

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Salut Guy, Avant toute chose, merci pour ton dévouement. Je suis conscient du temps que tu mets pour produire tes articles. On devrait copier ton approche (surtout pour le fait tu que donne des références crédibles pour tes articles, livres, etc). »

Jonathan Charette

« Merci pour votre travail. Je vous suis depuis quelques mois. Je crois que vous êtes un des seuls qui dit la vérité. J’ai toujours eu des doutes pour ce qui est des complots du gouvernement mais là j’avoue que cette fausse pandémie confirme que mes doutes sont maintenant bien fondés. »

Eric Sarault