Sarah Luzia Hassel-Reusing, déposera une plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes de Covid contre l’humanité

La militante des droits humains, Sarah Luzia Hassel-Reusing, prépare une charge pénale devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour l’application de la stratégie du choc sous le prétexte du corona. L’accusation portera sur des mesures qui ont atteint la gravité d’un crime contre l’humanité (art. 7 du Statut de Rome). Les civils sont endommagés dans le cadre d’une politique à grande échelle et systématique :

  • crime meurtre (lit. a);
  • l’emprisonnement ou toute autre privation grave de liberté physique en violation des règles fondamentales du droit international (lit. e);
  • la torture (lit. f);
  • persécution (lit. h); et
  • d’autres actes inhumains de caractère similaire causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves au corps ou à la santé mentale ou physique (lit. k).

Les mesures de choc servent le pouvoir, l’idéologie et les intérêts de profit de divers cercles qui se chevauchent.

La militante des droits de l’homme souligne : « Les victimes et les graves dommages à la santé causés par les mesures de choc corona sont là, dans le monde, en particulier sur la voie de la faim (en 2020, 130 millions de personnes supplémentaires affamées de manière aiguë selon une estimation du Programme alimentaire mondial d’avril 2020). Les chirurgies retardées contribuent également à ces dommages, parmi lesquelles environ 50 000 chirurgies du cancer en Allemagne, ainsi que l’isolement, le choc et la ruine économique. Les masques appliqués peuvent également causer des dommages physiques et psychologiques. En plus de cela, remarquablement, les victimes liées au surdosage de médicaments et à la respiration invasive prématurée ont été utilisées pour la propagande de choc. »

Les privations de liberté physique sont, du point de vue du défenseur des droits humains, en particulier l’isolement des résidents des crèches et la quarantaine, en particulier l’isolement des enfants au sein de la famille avec la menace de les mettre en garde à vue, des restrictions strictes de mouvement, et auto-isolements délibérés à la suite du traumatisme causé par la propagande de choc. Comme base de tout cela, un test PCR, qui n’a pas de validation officielle, est donc discutable d’un point de vue médical et juridique.

Le crime de persécution s’accomplit en particulier par la destruction économique de branches entières de l’économie au moyen de fermetures et par l’imposition de masques forcés qui sont mauvais pour les affaires. Elle est également remplie par le discours de haine contre et la destruction économique ciblée des médecins, des journalistes, des blogueurs et des militants des droits humains. C’est, du point de vue de Mme Hassel-Reusing, également le cas des enfants, des personnes âgées et d’autres groupes, qui sont frappés plus durement de manière discriminatoire que d’autres dans le cadre des autres crimes selon l’article 7 du Statut de Rome.

La désactivation et la suppression de sites Web et de chaînes de vidéos, qui informent sur le Sars-Cov-2 ou sur les mesures de choc, peuvent, du point de vue du défenseur des droits humains, être complices d’un crime contre l’humanité si, par exemple, de cette façon, l’information des victimes est frustrée, si la persévérance des crimes est facilitée, ou si la collecte d’informations importantes pour l’enquête pénale est entravée.


La torture est, dans le cadre des mesures de choc, commise en particulier sous la forme de torture psychologique (comparez le tableau de la coercition du professeur Biderman à la p. 53 du « Report on Torture » 1975, Amnesty International), parmi lesquelles la torture d’isolement, monopolisation de la perception, exposition, démonstration de «l’omnipotence», menaces et dégradations, et à la manière de «l’impuissance acquise» selon le professeur Lieberman.

« La plupart des politiciens du monde entier participent, car ils ont eux-mêmes été manipulés par le choc et par des conseils unilatéraux, comme le montre le journal “Wie wir COVID-19 unter Kontrolle bekommen” (Comment maîtriser COVID-19), qui a été créée pour le lobbying auprès du ministère fédéral de l’Intérieur », précise Hassel-Reusing. L’accusation doit attirer l’attention sur les personnes responsables, qui manipulent la perception du public et des décideurs, et sur celles, dans l’intérêt desquelles cette manipulation a lieu, donc Hassel-Reusing. « Il y a, à notre connaissance, de nombreux auteurs plutôt privés, qui ont certains de leurs actifs aux points de coordination de l’État, des médias et des organisations internationales, et l’identité exacte de certains des principaux auteurs se révélera probablement dans le déroulement des enquêtes en droit pénal. »

Pour que la Cour pénale internationale puisse entamer une procédure pénale et déterminer les auteurs, il est nécessaire, d’expliquer le système et la grande échelle, et vous avez également besoin de suffisamment de témoignages de personnes qui ont été endommagées, par leurs proches ou par témoins qui ont observé une partie du crime.

Les témoins sont appelés à s’adresser au défenseur des droits humains ou à l’avocate Viviane Fischer. Si vois habitez en Allemagne ou dans les environs, veuillez envoyer vos témoignages par écrit et avec signature avec une autorisation explicite pour l’utilisation de l’accusation à la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité par les mesures de choc corona, et avec signature à :

Sarah Luzia Hassel-Reusing
défenseur des droits humains selon la résolution 53/144 de l’ONU
Thorner Str. 7,
D-42283 Wuppertal (Allemagne)

ou à l’avocate :

Viviane Fischer
Waldenserstr. 22,
D-10551 Berlin (Allemagne)

Veuillez envoyer vos témoignages, si possible, en allemand et en anglais, car l’allemand n’est malheureusement pas une langue officielle à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.


« Je suis sûr que tout le monde est sceptique à propos de la CPI et je partage ce sentiment. Cela dit, peu importe si les chances sont une sur un million que la CPI se saisisse de cela, il vaut toujours la peine d’essayer toutes les voies légales possibles pour demander justice.

« Nous ne pouvons certainement pas laisser cela échouer par apathie cynique, il y a une chance ici, et nous ferions échouer l’humanité en ne la prenant pas. Qui sait, peut-être qu’au fur et à mesure que les soulèvements populaires renverseront plus de gouvernements dans le monde, la CPI se rendra compte que ne pas entendre l’affaire est une menace existentielle pour eux-mêmes, parce que c’est le cas. »

— Kenan (@SonOfEnos), journaliste canadien indépendant


Plainte relative aux droits de l’homme auprès du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies concernant les mesures Corona

Sarah Luzia Hassel-Reusing

Le 8 mars 2021, Sarah Luzia Hassel-Reusing a aussi déposé une plainte en matière de droits de l’homme auprès du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies concernant les mesures Corona. Le 17 mars 2021, le Comité Corona de l’avocat allemand Reiner Fuellmich a communiqué son soutien à la plainte au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Toujours le 17 mars, l’équipe de Sarah Luzia Hassel-Reusing a appris par téléphone de l’ONU que le Conseil des droits de l’homme a actuellement un arriéré de traitement de 6 à 12 mois.

La plainte relative aux droits de l’homme porte sur l’expérimentation humaine des « vaccins » ARNm modificateurs de gènes et ses risques inexpliqués, notamment en ce qui concerne les ADE, les maladies auto-immunes et la capacité de reproduction, l’application de la stratégie de choc à la population, l’isolement et le masquage forcé, et ce que cela a à voir avec la torture psychologique et physique, ainsi que la persécution des médecins en Allemagne. La plainte indique également que la mortalité et l’infectivité de Sars-Cov-2 sont beaucoup plus faibles que celles initialement propagées, et explique les lacunes du test PCR et l’absence d’isolat.  En outre, la plainte attire l’attention sur l’effort visant à donner à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le pouvoir d’émettre des conditions contraignantes en cas de pandémie, une concentration de pouvoir qui facilite encore plus les arrêts sans fin, et qui ne correspond pas à la structure actuelle de l’ONU orientée vers Emmanuel Kant.

En plus de l’instrumentalisation de la peur, il y a maintenant aussi l’abus de l’approvisionnement alimentaire à des fins politiques. Ceci est incompatible avec le droit humain universel à l’alimentation (article 11 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies). Depuis plus d’un an, la population est tourmentée par la propagande de choc, l’isolement et les exigences de masquage de plus en plus drastiques qui s’étendent en termes d’espace et de temps, et il devient également plus clair que ceci est incompatible avec la dignité humaine et le droit de vote égal aux droits fondamentaux et, dans de nombreux cas, franchit la ligne de la torture psychologique et, surtout, lorsque porter un masque pendant de longues périodes et même au niveau de la torture physique de tension physique. La torture est interdite et punie par le droit international.

L’article 2 de la Convention des Nations Unies contre la torture devient très clair :

  1. Tout Etat partie prend des mesures législatives, administratives, judiciaires et autres mesures efficaces pour empêcher que des actes de torture soient commis dans tout territoire sous sa juridiction.
  2. Aucune circonstance exceptionnelle, quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse de l’état de guerre ou de menace de guerre, d’instabilité politique intérieure ou de tout autre état d’exception, ne peut être invoquée pour justifier la torture.
  3. L’ordre d’un supérieur ou d’une autorité publique ne peut être invoqué pour justifier la torture.

Indépendamment de ce qui peut figurer dans les ordonnances Corona, cela doit rester inapplicable dans la mesure où cela inclut la torture. Parce que l’interdiction de la torture est absolue et fait partie du droit international impératif («jus cogens»), outre le fait que tout le droit international a préséance sur les lois et ordonnances nationales.

Dans le même temps, les expressions d’amour qui sont importantes pour notre système immunitaire, telles que les sourires, les câlins et les baisers, sont sanctionnées par une amende, car l’amour est plus fort que la peur et fait obstacle aux efforts pour régner avec la peur. Le sport et la culture ainsi que des industries entières sont détruits par les fermetures et la base de revenus du budget de l’État et de la sécurité sociale est de plus en plus mise en danger. L’OMS a confirmé le 20 janvier 2021 que les tests PCR à eux seuls ne peuvent pas détecter les infections. L’ensemble de la « pandémie test » selon le document de stratégie du ministère de l’Intérieur « Comment maîtriser COVID-19 » du 22 mars 2020 s’inscrit dans la confession de la chancelière allemande lors de la conférence de presse fédérale selon laquelle les mesures sont motivé politiquement.

RÉFÉRENCES :

banniereFABIENeBay001

« Bonjour M. Boulianne. Je reçois régulièrement les informations que vous placez sur votre site internet, informations que je trouve pertinentes, enrichissantes et boulversantes. »

Luc Dufour

« Merci M. Boulianne. Je sais pas où vous trouvez le temps de dormir, mais vous donnez toujours les dernières nouvelles, découvertes. »

Paule

« Merci Guy d’avoir condensé toutes les informations, les lectures, les vidéos et les livres sur le sujet. Cela en donne une vision très précise de ce qui nous attend. Un travail de moine. »

Marie Claire Tellier