Avocat criminaliste, Me Jean Dury fait des droits individuels son cheval de bataille au Québec

Les mesures sanitaires imposées par Québec continuent de diviser l’opinion publique en matière de libertés individuelles. Certaines personnes qui s’opposent vivement aux décisions des autorités sanitaires se tournent vers Me Jean Dury qui défend les droits individuels.

[Source: TVA nouvelles] — Avocat criminaliste, Me Dury a pour mission de se porter à la défense des personnes qui se disent brimées par les plus récentes obligations, dont le port du masque. Parmi ses clients, des infirmières ou même des parents qui refusent que leur enfant porte le masque à l’école.

« Je reçois énormément d’appels (…) Je représente des professionnels qui sont accusés en vertu du Code des professions du Québec d’avoir parlé contre le port du masque », explique Me Dury à Denis Lévesque sur les ondes de LCN. « Je suis très revendicateur des droits individuels (…) et présentement, on brime les droits et libertés des citoyens avec une pandémie », proclame-t-il avec véhémence. Me Dury allègue que beaucoup de gens sont contre les mesures sanitaires actuelles, en ajoutant que certains sont extrémistes et d’autres sont plus « doux ». Toujours est-il qu’il y a, à l’heure actuelle, « beaucoup d’oppositions ».

« Mes clients me disent, et on le voit beaucoup sur les réseaux sociaux, que c’est des décisions politiques auxquelles nous assistons présentement », assure-t-il, ajoutant que les décisions gouvernementales ne seraient pas prises ici même, mais à l’international, via le biais de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), par exemple. Me Jean Dury relève que de la littérature scientifique va à l’encontre du port du masque et spécifie que son usage est néfaste pour la santé.

L’avocat travaille d’arrache-pied pour amener la cause devant les tribunaux, où le débat tournera autour de l’imposition du masque et de ses conséquences sur la santé des individus. « Comme vous le savez, aucun médecin au Québec ne peut parler contre le masque. Lors de ces débats, nous devrons aller chercher des témoignages de médecins hors du pays et il y en a beaucoup », assure Me Dury.


À propos de Me Jean Dury

Jean Dury est né à Montréal en mai 1950. Il a grandi en banlieue à Saint-Lambert ou il a eu la chance de vivre une enfance heureuse. Sa passion était comme plusieurs à l’époque, la pratique du hockey ou il excellais. Son père aurait bien aimé qu’il étudie le piano classique ayant décelé tout jeune en lui un talent certain pour la musique. Pour y arriver, il avait organisé son premier cours un samedi matin d’une belle journée hivernale avec un professeur réputé de Montréal, mais Jean a préféré ce jour là participer à une importante partie de hockey au parc Dulwich de Saint-Lambert. Il avait 6 ans et son père a été très fâché contre lui. Il ne lui a plus jamais reparlé d’une carrière musicale jusqu’à sa mort à 86 ans.

Jean Dury a souvent pensé à ce qu’aurait pu être sa vie s’il avait été à son premier cours de piano, car déjà à l’époque, il était amoureux de belle musique classique que son père jouait chaque soir avant de s’endormir. Heureusement sa mère l’appuyait en l’encourageant à continuer de jouer dehors toute la journée à la patinoire du coin. C’était bon pour sa santé disait-elle. […]

Jean Dury est maintenant avocat-criminaliste depuis 39 ans. Il a choisi cette orientation afin de représenter les personnes qui sont seules à se battre contre l’état tout puissant. Il a toujours pris très à cœur la défense de ses clients et été à l’écoute de leurs versions à l’égard des accusations.

Un client qui clame son innocence doit absolument être en bonne relation avec son avocat afin que ce dernier puisse bien faire valoir sa défense devant les tribunaux. Le rapport avec le client est très important et doit tenir compte d’une bonne communication afin que celui-ci se sente en confiance et qu’il puisse ainsi traverser la longue route du processus judiciaire qui est souvent très ardue.

Jean Dury a depuis le milieu des années 80 eu l’opportunité de représenter des enseignants faussement accusés d’agression sexuelles à l’égard des élèves et ce à travers la province de Québec. Il est ainsi devenu militant pour que les enquêtes en cette matière soient plus rigoureuses et il a contribué à l’évolution de celles-ci afin d’éviter de graves injustices. De plus, il a donné de nombreuses conférences auprès des syndicats de l’enseignement afin de sensibiliser les professeurs face à leurs droits en cas d’allégation d’abus sexuel dans le milieu scolaire. De même, il a donné une formation aux avocats dans le cadre du colloque annuel 2019 de l’Association québécoise des avocats et des avocates de la défense relativement au contre-interrogatoire de plaignants ou plaignantes en matière sexuelle.