Conférence du cardinal Raymond Leo Burke sur le thème “Le coronavirus à la lumière de Fatima: une tragédie et une source d’espoir”

Le 20 mai 2020, le cardinal Raymond Leo Burke donna une conférence sur la réalité spirituelle et dramatique de la crise sanitaire du coronavirus : « Il est clair que des individus et des groupes ayant un agenda particulier utilisent la souffrance profonde, en ce qui concerne à la fois la santé et l’économie des familles, des communautés locales et des nations, pour promouvoir leur agenda, que ce soit l’avancée d’un gouvernement mondial unique, la promotion de causes environnementales, voire des changements radicaux dans la pratique de la foi catholique. Au milieu de la désorientation et de la confusion générées par la crise sanitaire internationale, nous devons avant tout nous tourner vers la bonne raison et vers notre foi pour affronter la crise pour le bien de tous. » Cette conférence a été donnée lors du Rome Life Forum sur le thème « Le coronavirus à la lumière de Fatima : une tragédie et une source d’espoir », organisé par Voice of the Family.

Cardinal Raymond Leo Burke

Raymond Leo Burke (né le 30 juin 1948) est un prélat américain de l’Église catholique. Évêque, cardinal et le titulaire du poste patron de l’Ordre Souverain Militaire de Malte, il a dirigé l’archidiocèse de Saint-Louis de 2004 à 2008 et le diocèse de La Crosse de 1995 à 2004. De Juin 2008 à Novembre 2014, il a été préfet du Tribunal Suprême de la Signature Apostolique. Canoniste, Burke est souvent perçu comme une voix du traditionalisme parmi les prélats de l’Église catholique. Il s’est forgé une réputation de leader conservateur en servant à La Crosse et à Saint-Louis. Burke est un partisan majeur de la messe tridentine, l’ayant fréquemment offerte et conféré des ordinations à des prêtres traditionalistes. Il a critiqué ce qu’il considère comme des lacunes dans la messe post-1969 de Paul VI. Il est fréquemment vu comme un chef de facto de l’aile conservatrice de l’Église.

Burke s’est publiquement heurté au pape François, s’opposant vigoureusement aux tentatives d’autres évêques de relâcher les attitudes de l’Église envers les homosexuels et les catholiques qui ont divorcé et se sont remariés en dehors de l’Église. Burke a estimé que les politiciens catholiques qui soutiennent l’avortement légalisé, y compris le candidat présidentiel John Kerry et le président Joe Biden, ne devraient pas recevoir l’Eucharistie. Tandis que Burke a nié des allégations de déloyauté au pape François, un certain nombre de déclarations de Burke ont été interprétées comme des critiques, mentionnant une fois le besoin possible de « corriger formellement » le pape par rapport à Amoris laetitia. Cela a conduit à une réaction de certains catholiques envers Burke.

Le 26 septembre 2015, le Vatican a annoncé que Burke avait été renommé à la Congrégation pour la Cause des Saints, dont il avait été retiré en décembre 2013, mais pas à ses postes les plus influents dans la Congrégation pour les évêques et la Signature apostolique. En 2016, il n’a pas été reconduit dans ses fonctions de membre de la Congrégation pour le Culte divin.

Le 2 février 2017, Burke a de nouveau été mis à l’écart lorsque le pape François a nommé l’archevêque Giovanni Angelo Becciu comme son délégué spécial auprès de l’Ordre souverain et militaire de Malte, avec la responsabilité exclusive des fonctions qui seraient normalement exercées par Burke en tant que patron. Le 21 février, Albrecht von Boeselager, le grand chancelier de l’ordre, a annoncé que cela signifiait que Burke était « de facto suspendu » du patronage. Le pape François l’a reconduit dans ses fonctions de membre de base de la Signature apostolique en septembre 2017.

Fatima : la réponse du ciel à un monde en crise

Par SE Raymond Leo Cardinal Burke

⚜ La conférence suivante a été donnée le 20 mai 2020 au Rome Life Forum en ligne sur le thème « Le coronavirus à la lumière de Fatima : une tragédie et une source d’espoir », organisé par Voice of the Family.

Nous vivons des temps des plus troublés et troublants. Un virus a été, d’une manière ou d’une autre, déchaîné, voyageant dans toutes les régions du monde. Il a causé et fait souffrir de nombreuses personnes de la maladie associée, COVID-19, à un degré plus ou moins grand. Beaucoup sont décédés et meurent, soit directement de la maladie, soit de complications dont la maladie fait partie. En réponse à la propagation de la contagion, de nombreux gouvernements ont imposé de sévères restrictions à la circulation de leurs citoyens, confinant les citoyens chez eux et fermant le fonctionnement de tous les services sauf essentiels. L’effet sur l’économie des familles, des communautés locales et des nations a été dévastateur.

L’origine du virus reste encore incertaine. Les rapports sur sa nature et son évolution sont contradictoires. À l’heure actuelle, il y a un vif débat pour savoir si son cours nous permettra désormais de reprendre nos activités quotidiennes ou si, en raison d’une menace de résurgence de la contagion, nous devons continuer à vivre confinés chez nous. Nous recevons des rapports de ceux qui sont retenus comme experts qui sont clairement contradictoires. Il existe également une crainte légitime que des personnes sans scrupules utilisent la crise sanitaire à des fins politiques et économiques.

Un aspect particulier de la crise sanitaire internationale qui en résulte, ce qu’on appelle une pandémie, est que le plus grand nombre de personnes en bonne santé sont soumises à de sévères restrictions, même en ce qui concerne leur pratique de la foi, en supposant que l’infection par le virus reste souvent cachée jusqu’à ce que il se manifeste soudain. D’une certaine manière, chacun de nous devient un danger possible pour les autres. Dans une telle situation, l’interaction humaine naturelle est sévèrement limitée. Chez certains, la situation a conduit à s’inquiéter constamment d’une éventuelle infection et à nourrir l’illusion que d’une manière ou d’une autre, nous pouvons créer un environnement parfaitement sanitaire dans lequel nous ne serons menacés par aucune bactérie ou virus ou dans lequel, par des mesures prophylactiques, y compris la vaccination imposée universellement, nous serons protégés, avec certitude, contre le coronavirus.

En ce qui concerne la vaccination, il doit être clair qu’il n’est jamais moralement justifié de développer un vaccin en utilisant les lignées cellulaires de fœtus avortés. L’idée de l’introduction d’un tel vaccin dans son corps est à juste titre odieuse. En même temps, il doit être clair que la vaccination elle-même ne peut pas être imposée, de manière totalitaire, aux citoyens. Lorsque l’État se livre à une telle pratique, il porte atteinte à l’intégrité de ses citoyens. Alors que l’État peut fournir des réglementations raisonnables pour la sauvegarde de la santé, il n’est pas le fournisseur ultime de la santé. Dieu est. Tout ce que l’État propose doit respecter Dieu et sa loi. 

Il ne fait aucun doute que la vie est devenue, à bien des égards, étrange. Il y a ceux qui ont voulu caractériser le confinement à la maison comme presque providentiel, c’est-à-dire l’occasion de faire une retraite spirituelle prolongée ou d’enrichir la vie de famille. Certes, nous sommes appelés à accepter toute souffrance qui vient dans notre vie, en la faisant, avec l’aide de la grâce de Dieu, une source de bénédiction pour nous-mêmes et pour les autres. Il n’en demeure pas moins que la situation ne correspond pas à la manière dont Dieu nous a appelés à vivre et que, par conséquent, elle constitue une souffrance. Nous ne pouvons ignorer l’effet négatif généralisé de la situation sur la dépression et d’autres maladies mentales, l’abus d’alcool et de drogues, etc. Alors que nous sommes appelés à offrir nos souffrances à Dieu dans l’amour de Lui et de notre prochain,

Il est également clair que des individus et des groupes ayant un agenda particulier utilisent la souffrance profonde, en ce qui concerne à la fois la santé et l’économie des familles, des communautés locales et des nations, pour promouvoir leur agenda, que ce soit l’avancée d’un gouvernement mondial unique, la promotion de causes environnementales, voire des changements radicaux dans la pratique de la foi catholique. Au milieu de la désorientation et de la confusion générées par la crise sanitaire internationale, nous devons avant tout nous tourner vers la bonne raison et vers notre foi pour affronter la crise pour le bien de tous.

Dès le début de la crise, il y a eu un échec de la part de l’Église comme un seul corps à annoncer clairement l’Évangile et à insister sur l’exercice de sa mission, en accord avec l’Évangile, également en temps de crise internationale. Des prêtres et des évêques individuels ont été sages et courageux en trouvant les moyens de rester proches du troupeau de Dieu dont ils s’occupaient, en particulier en apportant les sacrements à ceux qui sont malades et mourants, mais malheureusement l’impression générale parmi les fidèles est que leurs prêtres leur ont été enlevés ou les ont abandonnés. La plupart des fidèles sont privés des sacrements depuis des semaines.

Il est tragique d’entendre des rapports de fidèles qui demandent à un prêtre d’entendre leur confession et reçoivent la réponse qu’il est interdit aux prêtres d’entendre des confessions, ou qui demandent la Sainte Communion et se font dire qu’il est interdit aux prêtres de distribuer la Sainte Communion en dehors du Sainte Messe. Il est particulièrement tragique d’entendre les récits de fidèles mourant sans l’aide de leur prêtre ou sans aucun membre de leur famille ou amis présents pour les aider, et les récits de fidèles catholiques de longue date enterrés sans aucun rite funéraire. Dans certains cas, ces circonstances tragiques ont été dictées par l’État et dans certains cas elles ont été dictées par l’Église, au-delà des exigences des règlements de l’État ou conformément aux règlements de l’État, qui sont en violation de la liberté religieuse.

La situation a à juste titre nourri une intense discussion sur les relations de l’Église et de l’État. En l’absence de respect dû à l’Église et à la liberté religieuse de ses membres, l’État assume l’autorité de Dieu lui-même, dictant à l’Église les réalités les plus sacrées comme le Saint Sacrifice de la Messe et le Sacrement de la Pénitence. Si nous avions le moindre doute quant à la perte d’un tel respect, il a été dissipé par des incidents au cours desquels les autorités civiles ont tenté d’empêcher un prêtre offrant la Sainte Messe d’accomplir l’action sacrée.

Depuis le début, on n’a pas réussi à faire comprendre que parmi toutes les nécessités de la vie, la principale nécessité est la communion avec Dieu. Oui, nous avons besoin de ce qui est nécessaire pour notre alimentation, notre santé et notre hygiène, mais aucun de ces besoins essentiels ne peut se substituer à notre besoin le plus fondamental : connaître, aimer et servir Dieu. Comme on m’a appris il y a longtemps, parmi les premières leçons du Catéchisme, Dieu a fait l’homme pour le connaître, l’aimer et le servir dans cette vie et ainsi obtenir la vie éternelle avec Lui au Ciel.

Face à une crise sanitaire internationale, nous devons d’abord nous tourner vers Dieu, lui demandant de nous protéger de la contagion et de tout autre mal. En nous tournant vers Dieu, nous trouvons la direction et la force de prendre toutes les mesures humaines nécessaires pour nous protéger, selon les exigences de la juste raison et de la loi morale. Sinon, si nous pensons à tort que le combat contre le mal dépend totalement de nous, nous prenons des mesures qui offensent notre dignité humaine et, surtout, notre juste relation avec Dieu. À cet égard, l’État doit être attentif à la liberté religieuse des citoyens, afin que l’aide de Dieu puisse être recherchée en tout temps et en toutes choses. Penser autrement, c’est faire de l’État notre dieu et penser que de simples humains, sans l’aide de Dieu, peuvent nous sauver.

S’il y a eu un manque de respect pour notre relation fondamentale avec Dieu au début de la crise sanitaire internationale actuelle, il y a un manque de respect similaire dans ce qui est proposé, une fois la crise passée. On entend à plusieurs reprises le mantra que notre vie ne sera plus jamais la même et que nous ne pourrons jamais revenir à la vie telle que nous la vivions auparavant. Il a été suggéré, par exemple, que le geste ancien de donner la main à l’autre dans l’amitié et la confiance doit maintenant être abandonné à jamais. Aussi, il y a un certain mouvement pour insister sur le fait que désormais tout le monde doit être vacciné contre le coronavirus COVID-19 et même qu’une sorte de puce électronique doit être placée sous la peau de chaque personne, afin qu’à tout moment elle puisse être contrôlée par l’État en matière de santé et d’autres questions que nous ne pouvons qu’imaginer. Il a également été suggéré, même par des pasteurs de l’Église, que la crise actuelle devrait nous amener à nous demander à nouveau si la messe dominicale est essentielle à la vie chrétienne ou si les rites funéraires sont essentiels à la pratique de notre foi.

Oui, il est vrai que l’expérience de la crise du coronavirus COVID-19 a marqué de manière significative nos vies, mais elle ne doit pas assumer le sens de nos vies. Notre Seigneur Jésus-Christ reste le Roi du Ciel et de la Terre. Nous restons créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, avec les dons de la foi et de la raison. Nous restons fils et filles de Dieu, adoptés en Dieu le Fils, ce que nous ne pouvons que par l’œuvre merveilleuse de Son Incarnation Rédemptrice. Nous vivons en Dieu, nous recevons la vie de Dieu dans nos cœurs et nos âmes du Cœur glorieux transpercé de Jésus, afin de faire ce qui est droit et juste et bon pour nous-mêmes et pour notre monde. Nous devons retourner à une vie vécue en communion avec Dieu, en utilisant la juste raison et en mettant en pratique les vérités de notre foi catholique.

L’obligation de la messe dominicale, par exemple, participe de la loi naturelle et divine, le troisième commandement du décalogue, que nous sommes tenus d’observer, à moins que, pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous ne soyons pas en mesure de le faire. Pendant la crise actuelle, il a été dit que les évêques dispensent les fidèles de l’obligation de la messe dominicale, mais aucun humain n’a le pouvoir de se dispenser de la loi divine. S’il a été impossible, pendant la crise, aux fidèles d’assister à la Sainte Messe, alors l’obligation ne les liait pas, mais l’obligation restait.

À cet égard, je me suis inquiété de la réponse de certains à l’impossibilité à long terme d’accéder aux sacrements, qui ont dit qu’il était effectivement bon de se passer des sacrements, afin de se concentrer sur la relation plus fondamentale avec Dieu. Certains ont exprimé leur préférence pour regarder la Sainte Messe télévisée dans le confort de leur foyer. Mais la Sainte Messe n’est pas une représentation humaine. C’est le Christ lui-même qui descend sur les autels de nos églises et chapelles pour rendre présent sacramentellement le fruit salvifique de sa passion, de sa mort, de sa résurrection et de son ascension. Que diable pourrait-il y avoir de préférable à la présence du Christ au milieu de nous dans l’action sacramentelle !

Certains pasteurs ont même réprimandé les fidèles qui ont plaidé pour les sacrements, les accusant de vouloir, par égoïsme, risquer de nuire gravement à la santé d’autrui. Personne ne nie la nécessité de prendre les précautions sanitaires nécessaires, mais le désir des sacrements, en particulier de la Pénitence et de la Sainte Eucharistie, est au cœur de notre foi. Notre relation avec Dieu exige que nous quittions l’enfermement de nos maisons et de ce que nous pouvons imaginer être un environnement parfaitement protégé, afin qu’Il, par son Fils unique, puisse parler à nos cœurs et les nourrir de la grâce divine. À cet égard, même s’il est parfaitement normal que des individus sortent de l’isolement de leur domicile pour acheter, par exemple, de la nourriture et des médicaments,

Ici, il faut noter que Notre-Seigneur a confié les réalités sacrées de sa présence avec nous aux soins de nos pasteurs. Ce sont eux qui ont reçu la grâce de sauvegarder ces réalités et d’y donner accès aux fidèles. Leur connaissance et leur expérience doivent toujours être conformes aux vérités de la foi, qui nous sont transmises à travers la ligne ininterrompue de la Tradition apostolique. En période de crise sanitaire, les experts en santé publique peuvent faire des recommandations sur la meilleure façon de protéger la santé de ceux qui ont accès aux églises et aux chapelles, mais ce sont les évêques et les prêtres qui doivent mettre en œuvre ces recommandations d’une manière qui respecte la réalité divine. de la foi elle-même et des sacrements. Par exemple, suggérer qu’un prêtre distribue la Sainte Communion en portant un masque et des gants en plastique, et se désinfecter les mains à plusieurs reprises après avoir consacré la Sainte Hostie peut, d’un point de vue médical, être la pratique la plus hygiénique, mais cela ne respecte pas la vérité que c’est le Christ qui se donne à nous dans la Sainte Hostie. En même temps, l’interdiction de recevoir la Sainte Hostie sur la langue et le mandat de recevoir la Sainte Communion dans la main, alors que c’est peut-être plus sanitaire, bien que cela soit débattu, ne pouvaient être justifiés que par un motif grave.

Il est vrai qu’historiquement l’Église a utilisé différents instruments sacrés pour donner la Sainte Communion à quelqu’un qui était très contagieux, mais ces méthodes de réception de la Sainte Communion n’étaient pas utilisées pour la Sainte Communion des fidèles, en général. On n’a pas supposé que le prêtre et les fidèles, en général, étaient tous infectés, comme cela semble être l’hypothèse aujourd’hui, et, par conséquent, ne pouvaient pas recevoir la Sainte Communion de la manière la plus pieuse possible. Les experts médicaux et les responsables de la santé publique peuvent faire des recommandations à l’Église, mais c’est l’Église elle-même qui doit décider des pratiques touchant aux réalités les plus sacrées de notre foi.

L’épidémie de coronavirus COVID-19 a également soulevé une question des plus graves pour nous en tant que citoyens d’une nation. Le rôle de la République populaire de Chine dans l’ensemble de la crise sanitaire internationale soulève de nombreuses questions sérieuses. Alors que nous, chrétiens, aimons le peuple chinois et voulons pour lui ce qui est pour son bien, nous ne pouvons manquer de reconnaître que son gouvernement est l’incarnation du matérialisme ou du communisme athée. En d’autres termes, c’est un gouvernement qui n’a aucun respect pour Dieu et pour Sa Loi. Le président de la Chine, Xi Jinping, a clairement indiqué que la seule religion acceptable en Chine est la Chine. Son gouvernement est basé sur l’idolâtrie de la nation, et un certain nombre de ses lois et pratiques sont en violation flagrante des préceptes les plus fondamentaux de la loi divine écrits dans le cœur de chaque homme et femme, et articulé dans le Décalogue. C’est une forme de gouvernement maléfique qui, par exemple, pratique des avortements forcés et viole ouvertement la liberté religieuse du peuple. Il est juste de se demander quels principes éthiques ont régi l’implication du gouvernement chinois dans la crise sanitaire internationale du coronavirus COVID-19.

Dans le même temps, il est juste de se demander quelle a été et quelle est l’implication des organisations nationales et internationales de santé publique avec le gouvernement chinois dans l’affaire du virus qui a menacé de nombreuses vies et la stabilité même des nations souveraines. Il y a aussi la grave question des individus disposant de plusieurs milliards de dollars, qui soutiennent régulièrement et puissamment un agenda anti-vie et anti-famille et qui s’impliquent publiquement dans la crise et exercent une forte influence sur l’opinion publique à son égard. En tant que citoyens d’une nation, il est de notre devoir de poser ces questions et de rechercher des réponses toujours honnêtes.

Quand j’étais à l’école primaire et secondaire, l’étude de ce qu’on appelait l’instruction civique était prise avec beaucoup de sérieux. C’était l’étude de la façon dont le gouvernement de sa nation travaille pour protéger le bien commun, y compris les relations justes avec les autres nations. Le but de l’étude était de rendre les étudiants, l’avenir de la nation, responsables du gouvernement de leur nation. On me dit que, depuis longtemps déjà, l’instruction civique n’est pas enseignée dans beaucoup d’écoles. Si tel est le cas, comment les élèves seront-ils outillés pour être des citoyens responsables ? L’exercice d’une telle responsabilité est irremplaçable pour un gouvernement démocratique stable. C’est aussi une partie de la loi naturelle, en particulier, le Quatrième Commandement du Décalogue, qui nous enseigne le respect de nos parents et des institutions qui sauvegardent et promeuvent la vie familiale, en définitive pour la nation.

La crise actuelle a également montré à quel point de nombreux pays dépendent de la République populaire de Chine. Les entreprises qui pendant des décennies ont produit les biens nécessaires d’une nation au sein de la nation produisent maintenant ces biens en Chine dans l’intérêt du gain économique. Combien de produits que nous utilisons quotidiennement portent le label : « Made in China » ? La crise actuelle doit nous conduire à nous demander pourquoi, dans nos nations, nous ne produisons pas nous-mêmes ce qui est nécessaire à la vie saine et forte du peuple de la nation. Ce sont des questions complexes qui sont rendues d’autant plus urgentes par le fait que de nombreuses nations dépendent, en fait, de la République populaire de Chine, un gouvernement qui épouse pleinement et radicalement le matérialisme athée.

Ma réflexion un peu longue ne doit pas conduire au découragement mais plutôt à la poursuite courageuse de notre identité catholique dans le Christ vivant pour nous dans sa sainte Église, identité qui par sa définition même est pour le bien commun, le bien de tous les peuples. Christ est venu pour sauver le monde, et il nous appelle à la vie dans le Saint-Esprit, afin que nous puissions être ses collaborateurs dans sa mission rédemptrice qui continue jusqu’à ce qu’il revienne à la fin des temps pour établir « de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera », pour inaugurer les Noces de l’Agneau, Ses Noces, auxquelles nous sommes appelés à participer par la grâce du Baptême et de la Confirmation.

Notre Seigneur a envoyé sa Vierge Mère à Cova da Iria près de Fatima au Portugal en 1917, pour la mission précise de nous rappeler à la vie en Lui, à une forte identité catholique, face à la montée et la propagation du matérialisme athée ou du communisme. En vous parlant aujourd’hui de la situation critique dans laquelle nous nous trouvons, je ne saurais vous donner de meilleur conseil que nous l’a donné la Vierge Mère de Dieu, à travers les trois bergers de Cova da Iria : les saints Francisco et Jacinta Marto, et le Servante de Dieu Sœur Maria Lucia de Jésus et du Cœur Immaculé.

Les apparitions de Notre-Dame de Fatima sont arrivées à un moment où le monde était dans une crise terrifiante, une crise qui menaçait son avenir même, une crise qui, de bien des manières et effrayantes, continue, de nos jours, de menacer l’avenir de l’homme et du monde. C’est une crise qui a également infecté la vie de l’Église, non pas, bien sûr, en touchant la réalité objective de la vie du Christ dans l’Église pour notre salut mais, au contraire, en obscurcissant et en manipulant l’Église de l’intérieur à des fins étrangères à sa nature et donc venimeux pour les âmes.

La manifestation immédiate de la crise a été la montée du matérialisme athée ou du communisme en Russie et sa propagation à travers le monde. Le matérialisme ou le communisme athée est le mal à sa racine, car c’est l’abandon de la foi en Dieu et en son plan pour notre salut éternel, comme Lui, dès la Création, l’a écrit dans la nature, et, surtout, l’a inscrit sur le cœur humain. C’est l’abandon du Mystère de la Foi, une indifférence, un mépris voire une hostilité à la réalité suprême de l’Incarnation Rédemptrice de Dieu le Fils par laquelle il a conquis à l’homme le salut éternel, le séjour de l’Esprit Saint, de la grâce divine, afin que l’homme puisse vivre en communion avec Dieu, en accord avec son dessein pour sa création. Le Christ a gagné pour l’homme le don de sa propre vie, afin que l’homme puisse atteindre la vie éternelle, tout en préparant le monde à sa transformation, conformément au plan de Dieu, pour l’inauguration « de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera ». Christ est l’Agneau éternel de Dieu, à la fête des noces duquel nous sommes tous appelés à avoir une place.

Dieu a préparé les messagers de la Vierge de Fatima par trois visions de l’Ange du Portugal qui ont eu lieu durant le printemps, l’été et l’automne de 1916. Lors de la première vision, tout en disant aux enfants bergers de ne pas avoir peur « l’Ange de la Paix », il leur a appris à prier trois fois avec ces mots :

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère [en] et je t’aime. Je Te demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n’adorent pas, n’espèrent pas et ne T’aiment pas.

Le messager de Dieu aux enfants bergers indiquait déjà la manière dont la Mère de Dieu conduirait le monde à faire face à la grave crise du matérialisme athée ou du communisme et à son apostasie inhérente : la voie de la foi et de la prière, et de la pénitence et de la réparation.

L’apostasie ne se limite pas simplement au reniement de la foi, mais elle implique tous les aspects de la foi. Selon les termes du Dictionnaire de Théologie Catholique , « l’apostasie est un péché contre la foi, puisqu’elle rejette la doctrine révélée ; contre la religion, parce qu’elle nie à Dieu le vrai culte ; contre la justice, puisqu’elle foule aux pieds les promesses du chrétien. » Se référant à un auteur moderne qui appelle l’apostasie « suicide spirituel », le Dictionnaire de Théologie Catholique déclare : Ce « suicide spirituel » est, après la haine de Dieu, le plus grave des péchés, pour lui, plus complètement et définitivement que les fautes simplement opposées aux vertus morales, sépare de Dieu les pouvoirs de l’âme humaine, de l’intelligence et de la volonté.

Il est clair que l’apostasie, explicite ou implicite, éloigne les cœurs du Cœur Immaculé de Marie et, ainsi, du Sacré-Cœur de Jésus, seule source de notre salut. À cet égard, comme le Message de Fatima l’indique clairement, les pasteurs de l’Église, qui coopèrent d’une manière ou d’une autre à l’apostasie, aussi par leur silence, portent une très lourde responsabilité.

Les études les plus respectées des apparitions de Notre-Dame de Fatima soutiennent que la troisième partie du Message ou Secret de Fatima a à voir avec les forces diaboliques déchaînées sur le monde à notre époque et entrant dans la vie même de l’Église, qui éloignent les âmes de la vérité de la foi et, par conséquent, du Divin Amour jaillissant du Glorieux Cœur transpercé de Jésus. Notre-Dame de Fatima précise que seule la Foi, qui met l’homme dans la relation d’unité de cœur avec le Sacré-Cœur de Jésus, par la médiation de son Cœur Immaculé, peut sauver l’homme des châtiments matériels et spirituels que constitue la rébellion contre Dieu. porte nécessairement sur ses auteurs et sur l’ensemble de la société et de l’Église. Elle exhorte donc à la conversion quotidienne de la vie pour le salut des âmes et le salut du monde.

Évoquant les châtiments nécessairement liés aux péchés graves de l’époque, Notre-Dame, lors de son apparition du 13 juillet 1917, a annoncé la paix que Dieu veut donner aux âmes et au monde. Elle nous enseigne que la paix de Dieu viendra dans le monde par deux moyens : la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, et la pratique de la Communion réparatrice le premier samedi du mois. Notre-Dame a dit ces mots aux enfants bergers :

Pour empêcher cela [le châtiment du monde ‘pour ses crimes par la guerre, la famine et les persécutions de l’Église et du Saint-Père’], je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et à la Communion de réparation les premiers samedis. Si mes demandes sont entendues, la Russie sera convertie et il y aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde entier, provoquant des guerres et des persécutions de l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront anéanties.

A la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, et elle se convertira, et une période de paix sera accordée au monde. Au Portugal, le dogme de la Foi sera toujours préservé, etc.

Notre-Dame indique le remède spirituel à la situation déplorable dans laquelle se trouvent le monde et l’Église. Elle prédit aussi les terribles châtiments physiques qui résulteraient de l’échec à consacrer l’agent de propagation du communisme athée au Sacré-Cœur de Jésus par son Cœur Immaculé et à entreprendre la pratique régulière de la réparation pour tant d’offenses commises contre l’incommensurable et l’amour incessant de Dieu manifesté si parfaitement dans le Cœur glorieux transpercé de Jésus.

La consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie est aujourd’hui plus nécessaire que jamais. Lorsque nous voyons comment le mal du matérialisme athée, qui a ses racines en Russie, dirige de manière radicale le gouvernement de la République populaire de Chine, nous reconnaissons que le grand mal du communisme doit être guéri à ses racines par la consécration de la Russie, comme Notre Dame l’a ordonné. Reconnaissant la nécessité d’une conversion totale du matérialisme et du communisme athées au Christ, l’appel de Notre-Dame de Fatima à consacrer la Russie à son Cœur Immaculé, conformément à son instruction explicite, demeure urgent.

La communion réparatrice des premiers samedis représente le cœur d’une vie cohérente vécue dans le Christ, une union des cœurs, un avec le Cœur Immaculé de Marie, avec le Sacré-Cœur de Jésus. Nous avons l’assurance de Notre-Dame que son Cœur Immaculé triomphera, que la vérité et l’amour de son Divin Fils triompheront. Nous sommes appelés à être les agents de son triomphe par notre obéissance à son conseil maternel. N’oublions pas la description par Sœur Lucie de la troisième partie du Secret, dans laquelle elle cite « l’Ange à l’épée flamboyante » qu’elle vit à la gauche de Notre-Dame : Pointant la terre de sa main droite, l’Ange cria en une voix forte : « Pénitence, pénitence, pénitence !

Sœur Lucie décrit ensuite le martyre de ceux qui restent fidèles à Notre-Seigneur, de ceux qui sont d’un seul cœur, dans le Cœur Immaculé de Marie, avec son Très Sacré Cœur. Ne manquons pas d’embrasser toute souffrance qui vient de notre témoignage fidèle à Celui qui est le vrai trésor de nos cœurs, à Celui qui est le Roi du ciel et de la terre.

La réalité de l’apostasie de la foi, manifestée dans la diffusion du matérialisme athée à notre époque, nous effraie à juste titre et profondément. Notre amour du Christ et de son Corps mystique, l’Église, nous fait comprendre la gravité du mal qui cherche à nous ravir notre salut éternel en Christ. Ne cédons pas au découragement mais rappelons-nous plutôt que le Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie, assumé dans la gloire, ne cesse de battre d’amour pour nous, les enfants que son divin Fils lui a donnés, alors qu’il mourait sur la Croix. Avec une sollicitude maternelle, elle attire nos cœurs à son glorieux Cœur Immaculé, afin de porter nos cœurs au Divin Cœur, le Sacré-Cœur de Dieu le Fils qui est le Fils de Marie, qui n’a cessé de battre d’amour pour nous et pour notre monde. Elle nous instruit, comme elle instruisait les sommeliers des Noces de Cana dans leur détresse : « Faites ce qu’il vous dira. » Soyons, avec l’aide de la Vierge Mère de Dieu, prêts à accepter tout sacrifice qui nous est demandé, afin d’être des frères et sœurs fidèles du Christ, des soldats fidèles du Christ, le Fils unique de Dieu, fidèles coopérateurs de sa grâce.

Prions quotidiennement pour la conversion de la Russie, et prenons le chemin de la prière, de la pénitence et de la réparation, que nous enseigne Notre-Dame de Fatima. Faisons nôtre la prière enseignée aux saints bergers par l’Ange du Portugal lors de sa première vision :

Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère [en] et je t’aime. Je Te demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n’adorent pas, n’espèrent pas et ne T’aiment pas.

En priant ainsi, n’oublions pas les paroles du même Ange, messager de Dieu aux enfants bergers pour les préparer aux apparitions de la Mère de Dieu : Priez ainsi. Les Cœurs de Jésus et de Marie sont attentifs à la voix de vos supplications. Ne doutons jamais que les Cœurs de Jésus et de Marie soient toujours ouverts pour recevoir nos prières et nous aider dans tous nos besoins.

Pour notre part, suivons le conseil du même Ange, donné aux enfants bergers, lors de sa deuxième apparition : « Offrez des prières et des sacrifices au Très-Haut. » Faisons, comme l’Ange a continué à instruire les enfants : 

Faites de tout ce que vous pouvez un sacrifice, et offrez-le à Dieu comme une action de réparation pour les péchés dont il est offensé, et en supplication pour la conversion des pécheurs. Vous attirerez ainsi la paix sur votre pays. Je suis son Ange Gardien, l’Ange du Portugal. Surtout, acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra.

Acceptons avec joie, à l’imitation des saints bergers, la souffrance pour le pardon des péchés et la réparation du désordre que le péché introduit toujours dans notre vie personnelle et dans le monde. Soyons réalistes sur les grands maux qui assaillent le monde et l’Église, et, en même temps, soyons pleins d’espérance dans la victoire du Sacré-Cœur de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie, pour laquelle nous luttons chaque jour avec les armements spirituels incomparables de la prière et de la pénitence, et de la réparation des péchés commis.

Je vous assure de mes prières quotidiennes, demandant à Notre-Seigneur, par l’intercession de Notre-Dame de Fatima, des Quatorze Saints Secours et de Saint Roch, de vous protéger du mal du coronavirus COVID-19 et de tout autre mal. Que Dieu vous bénisse ainsi que vos maisons.

Raymond Leo Burke (signature)

Anthologie2020PUB007


« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Bravo!!! Un héros comme toi Guy! Tu sais que tu mérites une collection de médailles? Tu es un grand héros national! J’admire ton courage et le don de toi-même que tu offres. »

Anne Aster

« Vos parutions sont excellentes… Merci de dire la Vérité. »

Ginette Major