La Commission d’enquête civile située en Israël demande l’arrêt obligatoire de l’administration des vaccins Pfizer en raison de l’absence d’un système de surveillance des effets secondaires

Le Comité d’enquête civile (ועדת החקירה האזרחית), en Israël, écrit dans une lettre au Médiateur : « Arrêtez l’administration des vaccins Pfizer, mettez en place une commission d’enquête, ou nous nous tournerons vers la Haute Cour. » Après avoir recueilli des preuves et des témoignages de nombreuses victimes, y compris des décès, les avocats Irit Yankovitz et Rotem Brown, au nom du Comité d’enquête civile, ont fait appel au procureur général pour demander l’arrêt de l’administration des vaccins Pfizer en raison d’un manque de suivi et de surveillance des effets secondaires. Comme l’écrit l’auteur Gilad Atzmon :

« Dans son rapport qu’il a soumis au procureur général et au ministre de la Santé, le comité a énuméré une chaîne de défaillances juridiques et éthiques critiques qui indiquent une possible tentative d’induire en erreur non seulement les Israéliens mais aussi le monde entier. »

La lettre décrit la situation absurde dans laquelle l’État a expérimenté le vaccin sans informer le public du permis d’urgence qui lui a été délivré, des informations connues et inconnues sur son efficacité et sa sécurité, et d’autre part ne fait pas de suivi et ne surveille pas les rapports du côté des effets s’accumulant sur le terrain en très grandes quantités.

La réalité émergente est celle d’une campagne d’intimidation agressive qui encourage les citoyens à se faire vacciner tout en ouvrant la voie à une belle démonstration de réussite. Un formulaire trivial de signalement, l’absence de base de données ouverte et transparente, l’absence de système de suivi et d’instructions organisées pour les équipes sur le terrain pour signaler les effets secondaires et surtout une épaule froide à quiconque tente de signaler un effet secondaire du vaccin — ce sont quelques-uns des signes inquiétants.

Extrait de la lettre : « Naturellement, lorsque les cas de mortalité à proximité des vaccins sont refusés – ces cas ne seront inclus dans aucune statistique – alors qu’en fait, il est obligatoire de saisir tous les cas de mortalité après vaccination dans la base de données pour un traitement statistique tardif et segmenté. À toute recherche, conclusions épidémiologiques et cliniques. »

Au cœur de la lettre se trouve une référence à l’enquête sur les rapports de centaines de victimes du vaccin transmis au comité, qui comprend un examen direct avec le journaliste et une vérification, y compris près de 200 décès, à partir de seulement 800 rapports de cas de effets secondaires graves. Le comité a des centaines de rapports supplémentaires en attente de traitement et d’analyse.

Une lettre d’avocats indique également une corrélation entre le nombre croissant de vaccinateurs et le nombre de décès, selon les données de CBS. Les auteurs résument la lettre comme suit :

En l’absence de pandémie à ce stade, le comité ne sait pas quels dommages seront causés si son Honneur crée une commission d’enquête indépendante, externe au ministère de la Santé, par des personnes impartiales, et même en collaboration avec des experts de l’étranger, ou désigner l’association de bon sens pour examiner les effets secondaires. Le vaccin avant que deux événements terribles ne surviennent :
A. Les enfants seront vaccinés et peuvent mourir et / ou souffrir d’effets secondaires graves à court et / ou à long terme.
B. Le gouvernement israélien continuera à forcer, par le biais de la marque verte, la réception du vaccin, et peut ainsi, Dieu nous en préserve, conduire des dizaines et des centaines d’autres à leur mort ou à leur invalidité.
Comme indiqué dans nos lettres précédentes, en l’absence de réponse dans les 7 jours à compter de la date de réception de cette lettre, notre seul recours sera la Haute Cour.

L’enquête sur la politique israélienne des vaccins et ses résultats est au-delà de toute critique

Commission d'enquête civile

Le 19 décembre 2020, l’État d’Israël a lancé une opération massive d’injection de BNP162b2 Pfizer. Le médicament est encore au stade des essais cliniques et est donc défini par la FDA comme un « nouveau médicament expérimental ». La préparation a reçu un permis temporaire pour une utilisation d’urgence par la FDA. L’expérimentation sera achevée en février 2023, et ce n’est qu’après cela qu’il sera décidé d’accorder ou non l’homologation permanente du produit.

Depuis, plus de trois mois se sont écoulés, au cours desquels le gouvernement et le ministère de la Santé ont lancé une pression sans précédent de par son ampleur et son caractère agressif, qui vise à faire « courir pour se faire vacciner » les citoyens israéliens. Une campagne au cours de laquelle toutes les règles de précaution et d’éthique médicale ont été écartées, et avec elles des directives clés formulées après la Seconde Guerre mondiale concernant la participation à des essais médicaux (alias le Code de Nuremberg). Au lieu d’explications transparentes et claires, le public a été induit en erreur par des déclarations répétées selon lesquelles la soi-disant préparation avait été approuvée par la Food and Drug Administration (FDA) et « avait passé des tests rigoureux ».

Les principaux médias ne rapportent pas du tout qu’il y a des effets secondaires possibles à recevoir la préparation, le système de santé nie fermement leur existence et s’efforce de prévenir les signalements et de les cacher. En revanche, les réseaux sociaux regorgent d’histoires personnelles de personnes sur les effets secondaires qu’eux-mêmes ou leurs proches ont ressentis, allant de symptômes locaux à des effets systémiques graves et de nombreux cas de décès survenus à proximité du vaccin.

De nombreuses personnes qui ont subi des blessures après avoir reçu le médicament ont perdu confiance dans le système de soins de santé, qui d’une part les appelle à se faire vacciner, et d’autre part atténue les méfaits potentiels du vaccin ou même les refuse sans collecter et les examiner en profondeur de manière réelle et appropriée.

Contrairement à d’autres pays, il n’y a pas de suivi ou de contrôle de la population dans laquelle le médicament est injecté, et à partir du moment où le médicament arrive dans le pays, il est donné à la population sans interrogation ni analyse, et même à des populations qui n’ont pas été incluses dans les essais cliniques de Pfizer avant de recevoir le permis d’urgence.

D’une part, l’État n’informe pas les citoyens d’Israël que la préparation de Pfizer est à des stades expérimentaux qui ne sont pas encore terminés et qu’à ce stade, ils participent effectivement à l’expérience. D’un autre côté, l’État ne maintient pas de systèmes de contrôle et de surveillance transparents et ouverts pour le public. Cela soulève de sérieuses inquiétudes quant au fait que cette omission grave et négligente découle : 

  1. par crainte que la divulgation de la vraie image ne fasse obstacle au respect des objectifs que l’accord avec Pfizer peut supposer, et / ou
  2. par crainte de réduire la demande pour la quantité inimaginable de flacons achetés à l’avance, et / ou
  3. de peur de révéler des résultats peu flatteurs, voire pire, de l’expérience du «monde réel» menée en Israël.

En l’absence d’un système transparent de déclaration des effets secondaires, la Commission d’enquête civile a demandé à chaque victime de vaccin de remplir un formulaire signé par un avocat et de lui envoyer.

Après avoir reçu plusieurs centaines de cas, la Commission d’enquête civile a publié en mars 2021 un document intitulé « Obligation d’arrêter l’administration des vaccins Pfizer en raison de l’absence d’un système de suivi et de surveillance des effets secondaires ». Le document présente des informations sur le produit expérimental de Pfizer et détaille les échecs actuels et les actions néfastes : le manque de systèmes transparents pour signaler les effets secondaires à la population et aux médecins, le manque d’un système transparent de suivi et de surveillance pour les populations sensibles telles que les femmes enceintes, et l’abolition du système de paternité.

Le document fournit également des informations détaillées sur les effets secondaires, qui sont basées sur les cas signalés au comité. L’image qui apparaît est difficile à contenir et prouve l’existence d’effets secondaires graves, tels que la myocardite, le psoriasis, les accidents vasculaires cérébraux, les fausses couches et les naissances silencieuses, les saignements et les interruptions, la réaction anaphylactique, les maladies auto-immunes, le sida et les taux de mortalité élevés. Le document est long, détaillé et extrêmement important.


RÉFÉRENCES :

banniereFABIENeBay001

« Cher Monsieur. Vos articles sont criants de vérité… Étayés et sourcés. Merci d’exister ! Vous êtes un des rares journalistes d’investigation encore libre ! J’espère que les peuples vont se réveiller pour refuser cet avenir monstrueux pour nos enfants. »

Catherine Marandat

« C’est un réel plaisir de voir que le mouvement pour la Vérité, la Santé et l’Humanité se fait de plus en plus Fort et Universel grâce aux apports et contributions et de Mr Guy Boulianne. Ce sera un dur labeur de longue haleine, un concours, que l’Humanité gagnera, pour sûr. »

Birame BOYE

« Salut Guy, Avant toute chose, merci pour ton dévouement. Je suis conscient du temps que tu mets pour produire tes articles. On devrait copier ton approche (surtout pour le fait tu que donne des références crédibles pour tes articles, livres, etc). »

Jonathan Charette