La version française du livre de l’ancien agent du KGB Youri Bezmenov, « Lettre d’amour à l’Amérique », est maintenant disponible !

Je suis très heureux de vous annoncer que la version française du livre de Yuri Bezmenov, alias Tomas D. Schuman, intitulé « Lettre d’amour à l’Amérique », est maintenant disponible aux formats papier et numérique (PDF, ePUB, MOBI). Ce livre fut publié une première fois en 1984 sous le titre suivant : « Love Letter to America ». J’en ai moi-même fait la traduction et je l’ai publié au sein de la maison d’édition, les Éditions Dédicaces. Pour savoir ce qu’est exactement l’opposition contrôlée et comprendre le fonctionnement des actions subversives élaborées par des agents infiltrés, il faut prendre connaissance des enseignements de cet ancien agent de propagande du service de renseignements de l’URSS post-stalinienne, c’est-à-dire le KGB. Vladimir Lénine disait : « La meilleure façon de contrôler l’opposition est de la diriger nous-mêmes. »

À propos de l’opposition contrôlée, Larry Bird (pseudonyme) écrivait en 2016 dans le magazine en ligne AgaroVox : « Il est désolant de constater combien ces formes d’opposition, ces figures alternatives auto-proclamées, ces courageux « engagés », ont souvent la regrettable tendance à nuire aux causes qu’ils sont sensés servir ou défendre… Grands discours, démagogie high tech, agitation du tabou et fatalité du commentaire inopportun, affabulation, comédie, leur champ d’action ne dépasse finalement jamais le périmètre du spectacle ou du business. Pendant ce temps, l’agenda mondialiste suit son cours, pendant ce temps nous autres « gueux », souffrons en silence d’un problème de fond récurent, un manque dramatique de représentants de qualité. Vendus ? Incapables ? Héros incompris ? »

Youri Bezmenov a été personnellement impliqué dans les efforts de propagande mondiaux du régime soviétique. Il a écrit le livre « Love Letter to America », sous le pseudonyme de Tomas D. Schuman. Dans ce livre, il déclare à propos de lui-même : « Comme dans la vraie vie de Winston Smith, du livre 1984 de George Orwell, Tomas Schuman travaillait pour l’équivalent du Ministère de la Vérité de Orwell – l’agence de presse “Novosti”, qui signifie nouvelles en Russe. Novosti existe pour produire des histoires fausses et partiales et les implanter dans les médias étrangers. Le but de cette activité du KGB est la désinformation. » Youri Bezmenov écrivait dans son livre en 1984 :

« Mes chers amis, je pense que vous avez de gros problèmes. Que vous le croyiez ou non, VOUS ÊTES EN GUERRE. Et vous risquez de perdre cette guerre très bientôt, avec toute votre richesse et vos libertés, à moins que vous ne commenciez à vous défendre. J’espère que vous avez remarqué sur vos téléviseurs couleur qu’il y a en fait une guerre en cours en ce moment sur toute cette planète. Cette guerre a de nombreux visages, mais c’est la même chose – c’est la guerre. (…) Cette guerre d’agression mondiale communiste n’est pas menée contre certains « capitalistes » mythologiques comme le prétend la propagande communiste. Non, mes chers amis, cette guerre est menée contre VOUS – personnellement. »

Ce livre est toujours d’une très grande actualité aujourd’hui.

ISBN : 979-8-50338-4-314
Format : 88 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Disponible au format Papier – 19.15 $CA

Disponible au format PDF – 9.60 $CA

payloadz


À propos de Youri Bezmenov, alias Tomas D. Schuman

Youri Bezmenov

Tomas D. Schuman est né sous le nom de Youri Bezmenov à Moscou en 1939, fils d’un officier supérieur de l’Armée rouge. Par conséquent, il est allé dans de bonnes écoles. À l’âge de 17 ans, il entre à l’Institut des langues orientales de l’Université d’État de Moscou.

Après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé pour Novosti, puis a passé deux ans en Inde en tant qu’interprète et chargé de relations publiques chez Soviet Refineries Constructions. Il est retourné à Moscou en 1965 pour travailler pour Novosti, en tant que rédacteur économique pour les éditions hindi, ourdou et anglaises du magazine Sovietland. En 1969, il retourna en Inde et continua ses efforts de propagande pour Novosti à New Delhi, travaillant à l’ambassade soviétique dans un département appelé Recherche et contre-propagande. En raison de son dégoût croissant, il a commencé à planifier sa défection.

En février 1970, il se déguisa en hippie avec des perles et une perruque et rejoignit un groupe de touristes pour s’échapper à Athènes. Il a contacté l’ambassade des États-Unis et, après un long débriefing par les services de renseignement américains, il a obtenu l’asile et s’est rendu au Canada.

Au Canada, il a étudié les sciences politiques à l’Université de Toronto pendant deux ans, il a enseigné la langue et la littérature russes et, en 1972, il a été embauché par le Service international de la Société Radio-Canada en tant que producteur / annonceur, diffusant en Union soviétique dans le cadre du Service international de la SRC. C’est alors qu’il rencontra sa femme, Tess. En 1976, Bezmenov quitte la SRC et se lance dans le journalisme indépendant. Il est devenu consultant pour Almanach Panorama of the World Information Network. Bezmenov a affirmé que le KGB avait utilisé avec succès l’ambassadeur soviétique au Canada pour persuader le premier ministre canadien Pierre Trudeau de faire pression pour qu’il soit démis de ses fonctions. Il a affirmé avoir reçu des menaces de mort voilées du KGB.

Il a déménagé à Los Angeles dans les années 1980. En 1983, lors d’une conférence à Los Angeles, Bezmenov a exprimé l’opinion qu’il « ne serait pas surpris » si l’Union soviétique avait abattu le vol 007 de Larry McDonald, un membre démocratique anti-communiste de la Chambre des représentants des États-Unis. À peu près au même moment, Bezmenov avait un enfant à l’ouest, une fille nommée Tanya. Il a ensuite eu un fils nommé Johnathan. En 1984, il a donné une entrevue à G. Edward Griffin, intitulée « Subversion soviétique de la presse du monde libre ». Dans l’entretien, Bezmenov a expliqué les méthodes utilisées par le KGB pour la subversion progressive du système politique des États-Unis.

« L’accent mis sur le KGB n’est pas dans le domaine de l’intelligence. Seulement environ 15% du temps, de l’argent et de la main-d’œuvre sont dépensés en espionnage. Les 85% d’autres sont un processus lent que nous appelons la subversion idéologique ou les mesures actives … ou la guerre psychologique. »

En 1984, le Washington Post a annoncé que Bezmenov dénonçait publiquement l’admission d’un navire de croisière soviétique à Los Angeles lors des Jeux olympiques d’été de 1984, indiquant qu’ils étaient placés sous l’apparence de divertissement, mais maintenaient à bord l’équipement de surveillance électronique de la radio et de la communication téléphonique. Dans une autre entrevue, Bezmenov décrivait une série de méthodes que le KGB avait utilisées pendant les Jeux, y compris l’espionnage des journalistes étrangers soviétiques et l’utilisation d’autres membres du personnel pour « fournir un meilleur contrôle contre les éventuelles défections sportives ».

En 1989, lui et sa femme ont divorcé. La même année, il a déménagé à Windsor, en Ontario, alors qu’elle est restée à Montréal. Deux ans plus tard, il a commencé à enseigner des relations internationales à l’Université de Windsor. Fin décembre 1992, Bezmenov a visité Tess et leurs enfants à Montréal pour Noël. Deux semaines plus tard, la mort de Bezmenov a été signalée le 6 janvier 1993. Selon le Windsor Star, il est décédé d’une « crise cardiaque massive » attribuée, en partie, à l’alcoolisme.


banniereFABIENeBay001

« Mr Boulianne, vous êtes un soutien indéfectible de la VÉRITÉ en cette époque de mensonges qui s’effondrera en champ de ruines avec hélas beaucoup trop de dommages “collatéraux ». »

Carole Lavoie

« Avec vous ont a les vraies informations. Merci Monsieur Boulianne. »

Diane Leboeuf

« Salut, Je viens de découvrir ton site, via ton canal Youtube. Je pense que vous avez découvert depuis un bout ce que je viens à peine de réaliser. Je voulais vous remercier pour ce que vous faites. »

Martin Lebel