L’armée canadienne ne prévoit pas d’expulser les camionneurs d’Ottawa. « il n’y a aucun plan pour une telle implication des Forces armées canadiennes », dit le ministère de la Défense

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 400 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 8 669 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J'ai récemment créé un site Web miroir afin de contourner la censure éventuelle qui pourrait survenir de la part des autorités et des GAFAM. Je vous invite donc à visiter régulièrement mon « nouveau » site internet et à vous inscrire à ma nouvelle lettre d’information hébergée chez Follow.it, et ceci même si vous être déjà abonné à ma lettre d’information actuelle. >>> Lettre d’information: follow.it / Site Web: guyboulianne.info.

Bien que la police d’Ottawa ait brièvement évoqué la possibilité d’une intervention militaire pour éliminer une résistance obstinée des camionneurs du « Convoi de la liberté » (Freedom Convoy) qui bloquent leur centre-ville, les Forces armées canadiennes ont rapidement déclaré qu’elles ne feraient rien de tel. Trish Ferguson, chef adjoint par intérim des forces de police, a déclaré que plusieurs centaines de camions se trouvaient toujours dans la ville et que les manifestants qui restaient étaient un groupe très instable. La foule est plus petite que les milliers estimés samedi, mais les renseignements de la police suggèrent que les chiffres devraient augmenter ce week-end. La police a commencé à verbaliser les manifestants, à rédiger 30 contraventions pour des infractions telles que le bruit excessif pour klaxonner et désobéir aux panneaux de signalisation. Jeudi, des manifestants ont été vus en train de construire une structure en bois à Ottawa et de s’approvisionner en carburant comme du propane.

Les organisateurs représentant le « Convoi de la liberté » ont déclaré qu’ils ne prévoyaient pas de rester à Ottawa « un jour de plus que nécessaire », mais que leur départ est conditionnel à la levée de tous les mandats de Covid-19 à l’échelle nationale. « Nous sommes ici par amour pour nos familles, nos communautés et notre nation », a déclaré l’organisatrice Tamara Lich lors d’une conférence de presse qui se tint à Ottawa jeudi le 3 février. « Ces deux dernières années, les mandats Covid nous ont divisés », a-t-elle ajouté, affirmant que le « mouvement » a grandi parce que « les gens ordinaires en ont assez des mandats et des restrictions dans leur vie qui semblent désormais faire plus de mal que de bien ».

Mercredi, le chef Peter Sloly a déclaré que la police seule pourrait ne pas suffire à mettre fin à la manifestation. « Il s’agit d’un problème national, pas d’un problème d’Ottawa », a déclaré Sloly. « Je suis de plus en plus inquiet qu’il n’y ait pas de solution policière à cela. » Sloly a déclaré que les options envisagées incluent la demande d’aide militaire, la négociation, une réponse politique, une injonction du tribunal ou le renvoi forcé des manifestants. Mais toutes les approches s’accompagnent de préoccupations importantes, a-t-il dit, notamment des émeutes, des blessures et des décès. « Cette manifestation a été intolérable, sans précédent. L’éventail des activités illégales, dangereuses et inacceptables dépasse la capacité d’énumération », a-t-il déclaré.

Faire venir l’armée comporterait ses propres « risques massifs », a déclaré Sloly. Il dit n’avoir été au courant que de deux interventions militaires de ce genre au cours des cent dernières années : la crise d’Oka en 1990 et la crise d’octobre en 1970 qui impliquaient des attaques du Front de libération du Québec (FLQ). « Je n’ai pas de mandat unique dans cette ville, cette province ou ce pays, pour négocier la fin de toute manifestation », a déclaré Sloly. « Il doit toujours y avoir un élément extérieur à la police pour que toute manifestation réussisse vraiment, en particulier une de cette taille. »

Daniel Minden, porte-parole du ministre de la Défense nationale, a déclaré jeudi au Wall Street Journal que « les Forces armées canadiennes ne sont pas actuellement impliquées dans l’application de la loi dans cette situation, et il n’y a aucun plan pour une telle implication des FAC ». Le Premier ministre Justin Trudeau a également déclaré jeudi que son gouvernement n’avait reçu aucune demande officielle d’assistance militaire pour retirer ce noyau de manifestants qui campaient à l’intérieur et autour du Parlement. « Il faut être très, très prudent avant de déployer des militaires dans des situations impliquant des Canadiens », a-t-il ajouté, affirmant que ce n’est pas quelque chose à « faire à la légère ».

La crise d’Oka de 1990, a eu un héritage très mouvementé. L’armée a finalement contraint une manifestation dirigée par les Mohawks à lever le blocus d’un agrandissement contesté d’un terrain de golf, mais tout était si compliqué. C’est surtout devenu un modèle pour ce qu’il ne faut pas faire. L’expérience d’Oka est sans doute l’une des principales raisons pour lesquelles les forces de l’ordre canadiennes hésitent à abattre le marteau sur les blocages de toute sorte, même lorsqu’ils s’emparent complètement des lignes ferroviaires du pays pendant des jours.

Quoi qu’il en soit, toutes ces discussions militaires n’ont commencé que parce que le chef de la police d’Ottawa, Peter Sloly, a déclaré mercredi « qu’il n’y a peut-être pas de solution policière à cette manifestation » et que « nous examinons toutes les options, y compris l’aide militaire au pouvoir civil ».

Plus de convoi de camionneurs

Le « Convoi de la liberté » refuse toujours de partir jusqu’à ce qu’Ottawa réponde à leur demande de mettre fin à toutes les restrictions COVID (même celles qu’Ottawa n’a pas imposées). Et ainsi, le centre-ville d’Ottawa reste effectivement fermé, les commerces étant fermés (y compris le Centre Rideau de 200 magasins) et la police exhortant la circulation à éviter le centre-ville. Jusqu’à présent, mis à part l’arrestation occasionnelle de manifestants violents, la principale réponse des forces de l’ordre a été l’émission de contraventions, qui, selon la police, se poursuivraient quotidiennement.

Pendant ce temps, les Torontois craignent que leur centre-ville ne soit le prochain à être victime d’une invasion de grosses plates-formes qui refusent de partir. Jusqu’à présent, la seule preuve d’une manifestation à Toronto est une série de dépliants circulant en ligne appelant à un convoi pour bloquer l’Assemblée législative de l’Ontario à partir de samedi, bien qu’il convient de noter que c’est exactement ainsi que le « Convoi de la liberté » a commencé. Plutôt que de tenter de dissuader une telle chose, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, leur a simplement demandé d’être pacifiques. « Si les gens veulent descendre et protester, que Dieu les bénisse », a-t- il déclaré .

Le « Convoi de la liberté » obtient techniquement des sondages plus élevés que le Parti libéral du Canada en ce moment. Un nouveau sondage Abacus Data a révélé que 32 % des Canadiens « ont beaucoup en commun avec les manifestants et leur façon de voir les choses ». Ce n’est pas beaucoup, mais selon le dernier sondage Nanos, les libéraux n’obtiendraient que 28,2 % si des élections devaient avoir lieu demain. Une autre conclusion intéressante du sondage Abacus ? Parmi les partisans du Parti vert, 57 % sont à bord avec les camionneurs.

GoFundMe a suspendu la collecte de fonds en ligne officielle du « Convoi de la liberté » après avoir atteint 10 millions de dollars. La raison ? « Nous interdisons strictement le contenu des utilisateurs qui reflète ou encourage un comportement en faveur de la violence », a écrit GoFundMe dans un communiqué. Si vous êtes un partisan du convoi, c’est probablement là que vous mentionnerez que GoFundMe n’a pas ressenti le besoin de faire quoi que ce soit de la sorte lors de manifestations canadiennes antérieures qui ont détruit des statues ou utilisé de l’équipement lourd pour bloquer un groupe de travailleurs du pipeline, au milieu de nulle part au milieu d’inondations historiques.

On peut soutenir qu’un blocus de convoi plus conséquent (au moins d’un point de vue économique) est celui qui soutient le commerce transfrontalier au poste frontalier de Coutts, Alta. Mercredi, la Première Nation Athabasca Chipewyan a pesé sur le blocus, demandant aux autorités d’arrêter les participants conformément à la Critical Infrastructure Defence Act, une loi albertaine adoptée en 2020 dans le but d’interdire une récente série de blocages d’autoroutes et de voies ferrées dirigés par des Autochtones. « Si ce blocus était organisé par des peuples autochtones, nous ne doutons pas que les autorités réagiraient rapidement », ont-ils écrit.

Inter-Pacific Transportation appuie les camionneurs (2 février 2022)

Inter-Pacific Transportation appuie les camionneurs :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate
2 février 2022

Objet : Convoi de la liberté 2022

Le 1er février 2022, nous avons reçu un appel de la GRC de l'Alberta et d'autres agences demandant notre aide pour fournir des services de remorquage lors de la manifestation de franchissement de la frontière entre l'Alberta et les États-Unis à Coutts.

Comme de nombreux Canadiens le savent, il s'agit d'une situation très difficile pour toute entreprise de l'industrie du camionnage et du transport. Notre équipe a toujours maintenu les normes de qualité et de service professionnel très élevées. Cela dit, il n'est pas dans notre intérêt commercial ou personnel d'aider au remorquage et à la saisie des Canadiens et nous avons choisi de refuser d'aider à cette demande et à toute autre demande de cette nature entourant le convoi et les protestants à moins qu'elle ne soit demandée par un conducteur ou compagnie de transport pour des raisons mécaniques.

Chez Inter-Pacific Transportation (Groupe d'entreprises), nous sommes d'accord avec les manifestations pacifiques et soutenons nos amis légitimes de l'industrie qui se battent pour leurs droits et libertés canadiens en Alberta et dans le reste du Canada.

Nous continuons à maintenir notre professionnalisme lorsque nous fournissons des services à nos clients actuels et nouveaux dans tout l'Ouest canadien et demandons la même chose en retour. C'est une période très stressante pour notre industrie et pour les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons avancer vers un avenir radieux.

FreedomConvoy2022
Sincèrement.

JONATHAN FRANCIS
Directeur des opérations, PDG

RÉFÉRENCES :



« Bravo, j’ai lu son livre. Tout ce que dit Guy se produit en ce moment. »

Jeanj Lavoie

« Je suis tout vos travaux, j’adore ce que vous faites… Merci à vous, que la force de l’Ours sois avec vous. »

Ormekooper

« Vous êtes pour moi une source d’information de confiance et n’êtes rien de moins qu’un héros à mes yeux. »

Patrick Daigneault