Énoch à propos des anges déchus : les Anunnaki, les Nephilims, la race des géants

Le Livre d’Hénoch. On appelle ainsi une collection d’écrits, prophéties et exhortations, qui sont mises, pour la plupart, dans la bouche d’Hénoch. Ce patriarche, « le septième après Adam, » comme précise l’épître de Jude jouit de très bonne heure d’une considération spéciale : pour expliquer qu’il vécut moins de siècles que les autres, le texte hébreu de la Genèse dit à son sujet : « Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit »; ce que la version grecque de la Septante rend ainsi: « Il plutôt à Dieu et on ne le trouva plus parce que Dieu l’avait transféré ». L’auteur de cet ouvrage traite d’abord de la chute des anges, de leur hymen charnel avec les filles des hommes et de la procréation des géants avec lesquels tous les maux se répandent sur la terre. Puis il énumère le nombre des anges, la région terrestre qu’ils habitent, les mystères sacrilèges auxquels ils initièrent les hommes…

Le Livre d’Hénoch est un livre apocalyptique, comme celui de Daniel, avec cette différence que les parties apocalyptiques du Livre de Daniel et les Apocalypses, en général, ne s’occupent que de l’avenir et des vertus qui le préparent. Le Livre d’Hénoch, outre la part qu’il consacre à cet avenir, traite encore des sciences, surtout des sciences naturelles, qui représentent également une forme d’Apocalypse…

L’auteur de cet ouvrage, qui est, bien entendu, un mystique avant la lettre, croit se maintenir sur le terrain de la Bible en puisant largement dans les Ecritures, surtout dans les Psaumes, et dans le livre de Job sa mystique et sa poétique… Il parvient ainsi à enchâsser dans ce fonds biblique les conceptions les plus éloignées de la Bible, grâce à ce mode d’interprétation inépuisable qu’est l’allégorie.


La Guerre des mondes est ici, maintenant !

Le livre d’Énoch à propos des anges déchus, les Anunnaki, les Nephilims, la race des géants. Énoch s’adresse ici aux lucifériens :

PazuzuAlors, s’adressant à moi, il me parla ainsi : Écoute, écoute sans crainte, ô juste Enoch, ô scribe de justice, approche, et écoute ma voix. Va, dis aux vigilants du ciel qui t’ont envoyé pour me prier pour eux : Vous deviez prier pour les hommes, et non pas les hommes pour vous !

Pourquoi avez-vous abandonné les saintes hauteurs du ciel, votre demeure éternelle, pour aller vous souiller avec des femmes ? Pourquoi vous êtes-vous épris des filles des hommes ; en avez-vous fait vos épouses ; avez-vous pratiqué avec elles les oeuvres des enfants de la terre, et donné naissance à une race impie ?

Vous qui étiez des esprits célestes, en possession de la sainteté, de la vie éternelle, vous vous êtes souillés avec des femmes ; vous avez travaillé aux oeuvres de la chair, vous avez engendré dans le sang, vous avez agi comme ceux qui ne sont que de sang et de chair.

Eux, ils ont été créés pour mourir. Voilà pourquoi je leur ai donné des femmes, afin qu’ils puissent cohabiter avec elles, engendrer des enfants qui perpétuent leur race sur la terre. Mais vous, vous avez été créé de purs esprits dès le commencement, vous possèdez une vie éternelle, vous n’êtes point sujets à la mort. Aussi ne vous avais-je point donné de femmes, parce que, esprits purs, vous deviez habiter dans le ciel.

Et maintenant les géants, qui sont le prix du commerce de l’esprit et de la chair, seront appelés sur la terre de mauvais esprits, et leur demeure sera sur la terre. Ils procréeront à leur tour de mauvais esprits, parce qu’ils tiennent au ciel par un côté de leur être, parce que c’est des saints vigilants qu’ils tirent leur origine. Ils seront donc de mauvais esprits sur la terre, et on les appellera esprits du mal. La demeure des esprits célestes est le ciel ; mais c’est la terre qui doit être la demeure des esprits terrestres qui sont nés sur la terre.

Les esprits des géants seront comme les nuages, qui apportent sur la terre les fléaux de toute espèce, la peste, la guerre, la famine et le deuil. Il ne boiront ni ne mangeront, invisibles à tous les regards, ils s’insurgeront encore entre les hommes et les femmes : parce qu’ils ont reçu la vie dans les jours de destruction et de carnage.

________________

ARTICLES CONNEXES :