L’un des livres préférés de Bill Gates en 2015 : “Comment mentir avec les statistiques”

Chaque année, Bill Gates sélectionne une poignée de livres qu’il a aimé lire, les examine et nous suggère de faire de même sur son blog personnel, Gates Notes. En 2015, il a tenté de rester à l’écart des volumes financiers et des récits historiques (la liste de 2014 comprenait Stress Test de Timothy Geithner et Doris Kearns Goodwin sur l’examen du pouvoir présidentiel) en faveur d’un prix abordable. En effet, Gates a fait un effort pour recommander des choix plus légers que d’habitude à lire sur la plage, y compris une collection de bandes dessinées du créateur de XKCD Randall Munroe, ainsi que le livre humoristique de réponses scientifiques à des questions scientifiques absurdes, What If?

« L’année dernière, il n’y avait qu’un seul livre sur ma liste de lecture d’été que l’on pouvait raisonnablement appeler une lecture de plage », écrit Gates. « Cette année, j’ai essayé de choisir quelques autres choses plus légères. Chacun de ces livres m’a fait réfléchir ou rire ou, dans certains cas, faire les deux. J’espère que vous trouverez quelque chose à votre goût ici. »

Serons-nous étonnés de constater que le livre qui est bien mis en évidence par Bill Gates, tout en haut de la pile, est le livre “How to Lie With Statistics” (Comment mentir avec les statistiques), de l’écrivain américain Darrell Huff. Gates écrit de ce livre :

« J’ai pris ce livre court et facile à lire après l’avoir vu sur une liste de bons livres pour les investisseurs du Wall Street Journal. Je l’ai tellement apprécié que c’était l’un des rares livres que j’ai recommandés à tout le monde à TED cette année. Il a été publié pour la première fois en 1954, mais à part quelques exemples anachroniques (il y a longtemps que le pain coûtait 5 cents aux États-Unis), il ne semble pas daté. Un chapitre vous montre comment les visuels peuvent être utilisés pour exagérer les tendances et donner des comparaisons déformées – un rappel opportun, compte tenu de la fréquence à laquelle les infographies apparaissent dans vos flux Facebook et Twitter ces jours-ci. Une introduction utile à l’utilisation des statistiques et un rappel utile pour tous ceux qui s’y connaissent déjà. »

Parmi les autres livres proposés par Bill Gates cette année-là se trouve celui de Eula Biss, intitulé “On Immunity” (Sur l’immunité), publié par Graywolf Press. Dans ce livre audacieux et fascinant, l’auteure aborde notre peur du gouvernement, de l’établissement médical et de ce que peuvent contenir l’air, la nourriture, les matelas, les médicaments et les vaccins de nos enfants. Réfléchissant à sa propre expérience en tant que nouvelle mère, elle suggère que nous ne pouvons pas immuniser nos enfants ou nous-mêmes contre le monde. Alors qu’elle explore les métaphores entourant l’immunité, Biss étend ses conversations avec d’autres mères à des méditations sur le mythe d’Achille, Candide de Voltaire, Dracula de Bram Stoker, Silent Spring de Rachel Carson, AIDS and Its Metaphors de Susan Sontag, et au-delà. On Immunity est une inoculation contre notre peur et un récit émouvant de la façon dont nous sommes tous interconnectés – nos corps et nos destins. Bill Gates écrit au sujet de ce livre :

« Lorsque je suis tombé sur ce livre sur Internet, j’ai pensé que cela pourrait être une lecture intéressante. Je n’avais aucune idée de ce que ce serait un plaisir de lire. Biss, essayiste et professeur d’université, examine ce qui se cache derrière les craintes des gens de vacciner leurs enfants. Comme beaucoup d’entre nous, elle conclut que les vaccins sont des outils sûrs, efficaces et presque miraculeux pour protéger les enfants contre des souffrances inutiles. Mais elle n’est pas là pour diaboliser quiconque a des opinions opposées. Ceci est un livre réfléchi et magnifiquement écrit sur un sujet très important. »


À propos du livre “How to Lie With Statistics”

Première édition 1954

How to Lie with Statistics” (Comment mentir avec les statistiques) est un livre écrit par Darrell Huff en 1954 présentant une introduction aux statistiques pour le grand public. Huff n’était pas un statisticien, mais un journaliste qui a écrit de nombreux articles « comment faire » (how to) en tant que pigiste.

Le livre est un volume illustré, bref et aéré, décrivant les erreurs en ce qui concerne l’interprétation des statistiques, et comment ces erreurs peuvent créer des conclusions incorrectes. Dans les années 1960 et 1970, il est devenu une introduction standard aux manuels sur le thème des statistiques pour de nombreux étudiants. Il est devenu l’un des livres de statistiques les plus vendus de l’histoire, avec plus d’un million et demi d’exemplaires vendus dans l’édition de langue anglaise. Il a également été largement traduit.

Les thèmes du livre incluent « La corrélation n’implique pas la causalité » et « L’utilisation d’un échantillonnage aléatoire ». Il montre également comment les graphiques statistiques peuvent être utilisés pour déformer la réalité, par exemple en tronquant le bas d’un graphique linéaire ou à barres, de sorte que les différences semblent plus grandes qu’elles ne le sont, ou en représentant des quantités unidimensionnelles sur un pictogramme par deux ou trois – des objets dimensionnels pour comparer leurs tailles, de sorte que le lecteur oublie que les images ne sont pas mises à l’échelle de la même manière que les quantités.

L’édition originale contenait des illustrations de l’artiste Irving Geis. Dans une édition britannique, ceux-ci ont été remplacés par des dessins de Mel Calman. Paul Rullière  écrit sur le site Mon PMBA : « On ressent rapidement l’aisance de l’auteur avec ce sujet. Il a un recul certain et traite les statistiques en expert pour un public universel. Les illustrations parfaitement adaptés aux sujets traitées sont agréables et humoristiques. On ne s’ennuie pas en lisant “How to lie with statistics”. De plus le format court et synthétique offre une porte d’entrée rapide et accessible : un concentré d’informations en peu de temps de lecture ! Malgré les exemples un peu passés de date étant donné la date d’écriture (1954), tout ce qui est dit est encore vrai aujourd’hui. Et qui plus est cela est clairement utile pour déchiffrer les nombreuses “agressions chiffrées” que renferme notre quotidien. »

« Une statistique bien emballée vaut mieux que le “gros mensonge” d’Hitler; elle induit en erreur, mais elle ne peut pas vous être imputée. »

— Darrell Huff (1913-2001)


Darrell Huff (1913-2001), vers 1990
Darrell Huff (1913-2001), ∼ 1990

Dans toute mesure, à partir du moment où on fait le choix d’un échantillon – même très représentatif de la population globale –, la notion de hasard intervient : entre deux séries d’enquêtes, les résultats peuvent varier, notamment du fait du hasard. Son importance dans les résultats obtenus est donc non négligeable et on doit même être capable de la mesurer, ou du moins de l’estimer.

Une utilisation malsaine du hasard dans les enquêtes est par exemple les chiffres excellents affichés par les marques de cosmétique pour montrer les effets bénéfiques de leur produits, testés sur un panel (« une peau jeune en 15 jours, c’est possible… »). En réalité les laboratoires peuvent se contenter de faire des séries de panels et ne garder que le panel de mesures qui sera satisfaisant, notamment du fait du hasard.

Une autre source de biais dans les études statistiques concerne le choix de ce panel : comment bien représenter la population globale concernée ? La réflexion en amont des mesures est essentielle pour obtenir des résultats justes. Grâce à des astuces nombreuses, on peut facilement tromper le cerveau humain, quelques fois un peu naïf ! Enfin grâce aux mathématiques les tours de passe-passe sont assez aisés. Le livre n’a jamais été publié, mais Huff a par la suite été critiqué par les statisticiens pour son implication et les arguments avancés dans les ébauches.

Dans les années 1960, Darrell Huff a été financé par l’industrie du tabac pour publier une suite à son livre sur les statistiques, intitulé “How to Lie with Smoking Statistics” (Comment mentir avec les statistiques sur le tabagisme) qui tentait d’utiliser des arguments statistiques pour saper les allégations selon lesquelles le tabagisme était nocif pour la santé. Cela a conduit à la controverse et à de nombreuses critiques à la fin des années 1960. Le livre était destiné à être publié par Macmillan, mais vers la fin de 1968, les plans pour sa publication se sont arrêtés brusquement.

Ce n’est qu’après l’Accord de règlement cadre sur le tabac (Tobacco Master Settlement Agreement) en 1998 que l’existence du livre, des lettres entre Huff et des avocats de l’industrie du tabac, que l’intégralité du manuscrit non publié est devenu accessible au public.

MISE À JOUR DE L’AUTEUR (12 MAI 2020) : Je viens d’acquérir la version originale du livre de Darrell Huff, « How to Lie with Statistics », publié en 1954 par W W Norton & Co Inc. à New York Cette publication fut rééditée la même année par Victor Gollancz Ltd, à Londres. Cette version originale du livre est pratiquement introuvable, sinon à un prix exorbitant (voir sur Abebooks ici, ici et ici). Or, j’ai eu la chance de l’obtenir à un prix ridiculement bas et j’en suis très heureux. 🙂


__________

RÉFÉRENCES :