Révélations Choc — Le Parti communiste chinois déploie les troupes de l’Armée populaire de libération (APL) en Colombie-Britannique

Je vous invite à lire l’article intitulé « Soutenue par le Parti communiste chinois, une construction industrielle à Surrey, en Colombie-Britannique, suscite des inquiétudes nationales », publié cinq jours plus tard, le 21 octobre 2020, et qui fait suite à l’article ci-dessous. Merci.

Harold C. Turner écrit : « En vertu d’un traité signé à la fin de 2019 avec le Canada, l’Armée populaire de libération de la Chine (APL) a massé discrètement des troupes militaires au Canada depuis le début de 2020 et ces troupes se prépareraient à une véritable invasion militaire des États-Unis. » [1]

Alors que la rumeur court depuis longtemps que la Chine a commencé à masser des troupes et des blindés dans le sud du Mexique pour un objectif d’invasion similaire, la nouvelle de l’apparition de ces troupes au Canada n’a commencé que cette année. Ces rumeurs ont fait l’objet de beaucoup de rire jusqu’à ce que la vidéo des troupes chinoises sur une route secondaire de Salt Spring Island,— tournée par Joe Clemente le 21 mars 2018 près de Vancouver en Colombie-Britannique —, réapparaisse deux ans plus tard grâce à un reportage de CTV News. [2] L’artiste Clemente est connu localement sous le nom de « Banana Joe », pour la culture de fruits et de plantes tropicaux sur l’île. Il conduisait dans le nord de Salt Spring en mars 2018 lorsqu’il est tombé sur une cinquantaine de personnes marchant en treillis et bottes de camouflage militaire. La vidéo de 35 secondes de Clemente montre qu’ils étaient principalement des femmes, apparemment chinoises. [3]

Une autre résidente de la région, Kathy Weisner, faisait du jardinage lorsqu’elle a repéré ce qu’elle croyait être des cadets s’entraînant un après-midi la semaine avant l’expérience de Clemente. Leur commandant aboyait des instructions dans une langue autre que l’anglais. Diplômé des sciences politiques, journaliste et auteur, Éric Pilon écrit sur son site internet :

« Ces “cadettes chinoises”, qui ne portaient pas d’arme, faut-il le préciser, s’entraînaient à partir de Mineral Springs Resort, un complexe d’une douzaine d’hectares avec chalets en bord de mer, sur Salt Spring Island. Le complexe appartient à une entreprise obscure, Create Abundance International Institute Inc. Un nom qui apparaîtra dans une enquête sur un meurtre tout aussi obscur survenu en juin 2020 à Surrey, toujours en Colombie-Britannique.

« Ce meurtre, c’est celui de Bo Fan [4], arrivée au Canada en février 2019 en provenance de sa Chine natale. Mme Fan est morte le 17 juin 2020, battue à mort, selon les policiers, à Surrey, la plus peuplée des 21 municipalités composant l’agglomération du Grand Vancouver. On a entre autres décelé chez elle une fracture du fémur, possible résultat du fait qu’elle aurait été heurtée par un véhicule. Mais ce qui retient le plus l’attention des autorités, c’est qu’elle était à l’emploi d’une firme qui puise son origine dans l’Empire du Milieu : Create Abundance International Institute Inc., celle-là même qui possède le Mineral Springs Resort, le “terrain” d’entraînement des “cadettes chinoises”.

« On ne sait pas grand-chose sur cette formation “paramilitaire”, mais ce que l’on sait, c’est qu’elle fait partie d’un programme mis en oeuvre par Golden Touch, un organisme fondé en Chine par Zhang Xinyue, une adepte de la croissance personnelle. Golden Touch agit, justement, sous le parapluie de Create Abundance International Institute Inc., en offrant des cours, des séminaires et des ateliers non seulement sur la croissance personnelle, mais aussi, et surtout, sur la croissance du portefeuille. Et c’est ici que les choses se corsent. » [5]

Il s’avère que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a ratifié un traité avec la Chine en 2019. [6] Le 15 janvier 2020, la Revue de presse indépendante canadienne l’a rapporté comme suit : « En vertu de la Loi sur la protection des investissements étrangers (APIE), un traité bilatéral ratifié avec la Chine par le gouvernement Trudeau en 2019, les forces de sécurité chinoises peuvent être stationnées sur le sol canadien pour protéger les investissements chinois vitaux, à l’insu ou sans le consentement des autorités locales. les autorités. » Gilbert Gagné écrit dans l’Annuaire canadien de droit international [7] :

« Pour Van Harten (2014a: p. 1), le TBI Canada-Chine est unique en raison de ses éléments non réciproques au profit de la Chine. Cela va au-delà de la non-réciprocité habituelle entre les pays exportateurs et importateurs de capitaux. Le TBI Canada-Chine implique à la fois une non-réciprocité formelle aux termes du traité, ainsi qu’une non-réciprocité effective. Si l’obligation de traitement national ne s’applique pas à la phase de pré-établissement d’un investissement, le TBI Canada-Chine étend le traitement NPF à la phase de pré-établissement (TBI Canada-Chine, article 5). Dans les quelques TBI canadiens qui excluent le traitement national avant établissement, cette exclusion s’applique également à l’obligation NPF. Contrairement à la Chine, le Canada a accordé des droits de traitement national avant l’établissement aux investisseurs étrangers de pays tiers en vertu d’autres TBI, ce qui a amené la clause NPF du TBI Canada-Chine à étendre ces droits aux investisseurs chinois. Cela représente une concession extraordinaire car il garantit un droit dérivé d’accès au marché uniquement aux investisseurs chinois au Canada (Van Harten, 2014b: p. 16-20). »

Dans un rapport de 2020, le Département d’État des États-Unis écrit : « Les investisseurs étrangers ont un accès complet et équitable au système juridique canadien, les droits de propriété privée étant limités uniquement par le droit des gouvernements d’établir des monopoles et d’exproprier à des fins publiques. (…) En ce qui concerne l’accès des non-résidents aux terres, y compris les terres agricoles, l’Ontario, Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse n’ont aucune restriction sur la propriété étrangère des terres. Cependant, l’Île-du-Prince-Édouard, le Québec, le Manitoba, l’Alberta et la Saskatchewan maintiennent des mesures visant à interdire ou à limiter l’acquisition de terres par des étrangers. Les limites de la superficie varient d’une province à l’autre, allant d’aussi peu que cinq acres à l’Île-du-Prince-Édouard à 40 acres au Manitoba. Dans certains cas, les autorités provinciales peuvent accorder des exemptions de ces limites, par exemple pour des projets d’investissement. En Colombie-Britannique, les terres de la Couronne ne peuvent pas être acquises par des étrangers, alors qu’il n’y a aucune restriction à l’acquisition d’autres terres. » [8]

Le Lieutenant-Commander S.R.K. Gillis écrivait dans sa Maîtrise en études de la défense en 2013 :

Cependant, cela a été grandement contesté au Canada, le critique le plus virulent étant Gus Van Harten qui note que « tous les autres APIE que le Canada a signés sont avec des pays qui n’investissent pas au Canada [et] dans ce traité, c’est juste pour conclure que l’investissement chinois au Canada est très susceptible de dépasser considérablement l’investissement canadien en Chine. » Il existe de nombreux risques importants associés à cet APIE dans la mesure où il est en vigueur pendant 31 ans (alors que l’ALENA peut être résilié dans les 6 mois), « les propriétaires d’actifs au Canada pourront contester les décisions législatives, exécutives ou judiciaires canadiennes en dehors du système juridique canadien et des tribunaux canadiens (y compris les lois environnementales provinciales) » et enfin « les contribuables courent le risque de verser d’énormes paiements aux entreprises qui font utilisation agressive des mécanismes de règlement des différends entre investisseurs et États inclus dans ces accords. »

Le développement d’une telle stratégie n’est cependant pas une question simple, car l’intention des Chinois d’utiliser leur nouveau pouvoir n’a jamais été une source de grande clarté. Plus précisément, l’ingérence du Parti communiste chinois (PCC) dans les entreprises commerciales mondiales chinoises, leur renforcement militaire parallèle, les antécédents de violations des droits de l’homme, les conflits territoriaux régionaux et l’utilisation douteuse du cyberespace à des fins industrielles font qu’il est difficile pour les nations de développer des politiques étrangères capables de diriger efficacement un effort « pangouvernemental » pour les relations d’État à État.

La montée en puissance de la Chine sur la scène économique mondiale a causé un certain malaise car la direction du PCC des opérations des entreprises publiques sur les marchés étrangers est différente des normes du marché libre. Plus précisément, les opérations clandestines des entreprises publiques dans le domaine cybernétique pour soutenir l’espionnage industriel et les objectifs de politique étrangère des États chinois placent les gouvernements des pays hôtes dans une position difficile lorsqu’ils tentent de mettre en œuvre une politique étrangère cohérente. [9]

Harold C. Turner écrit dans son article : « Il faut se demander pourquoi le premier ministre Trudeau signerait un tel traité ? Le Canada n’a-t-il pas sa propre armée pour « protéger les investissements chinois vitaux » ? Le Canada ne fait-il pas confiance à sa propre Gendarmerie royale du Canada ? Les services de police provinciaux du Canada sont-ils en quelque sorte inadéquats ? Ou le premier ministre Trudeau a-t-il trouvé d’une manière ou d’une autre que permettre à la Chine de masser des troupes dans son pays pourrait lui être bénéfique ? Trudeau a-t-il obtenu un énorme gain de la part de la Chine pour trahir les États-Unis comme ça ? Quelle autre explication pourrait-il y avoir ? »

Selon les habitants de la Colombie-Britannique, les troupes de l’Armée populaire de libération de la Chine sont des troupes stationnées dans le parc urbain Stanley (1000 acres) à Vancouver, comme logement temporaire jusqu’à ce qu’on leur attribue quelque chose de permanent. Ils disent qu’ils ne peuvent pas entrer dans ce parc. Quiconque tente d’entrer dans le parc est arrêté par la police de Vancouver et se voit refuser l’entrée à moins qu’il ne s’agisse de soldats de l’APL ! L’auteur et fondateur du Tribunal International contre les Crimes de l’Eglise et de l’Etat (ITCCS), Kevin Annett, a collecté plusieurs témoignages de personnes habitant dans les environs de Vancouver. Natif de Tsimshian du nord de la Colombie-Britannique, Ernie Peters a connu la pauvreté des réserves, la torture dans les pensionnats indiens et le travail d’esclave pénitentiaire pendant près de soixante-dix ans. Mais selon ses propres mots, il n’a jamais eu aussi peur qu’aujourd’hui dans le parc Oppenheimer.

Lorsque Kevin Annett demande à un informateur de la police ce qui en est des soldats stationnés en Colombie-Britannique, il lui répond : « Vous ne plaisantez pas avec eux. Ce ne sont pas des week-ends de réserve qui veulent être des guerriers. Ces types du PLA sont des tueurs. » Étonné et consterné, Kevin réplique alors : « PLA ? Vous voulez dire, les troupes chinoises ? » L’informateur répond : « Vous les avez partout sur la côte, mec, à Prince Rupert. Un groupe de leurs agents du renseignement militaire travaillent à partir de leur consulat en ville (Vancouver) et ils peuvent transporter les troupes d’assaut ici en une heure, c’est ce qu’on m’a dit. (…) C’est comme ça que ce putain de traître Trudeau a arrangé ça avec Bejing, mec. La côte ouest est à eux. Ce seront eux qui gèreront les couvre-feux et toutes les autres merdes qui vont suivre. Ils sont le pouvoir maintenant. » [10]


« Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s’éveillera le monde entier tremblera » — Napoléon Bonaparte

La carte ci-dessous montre où la Chine rassemblerait ses troupes à Prince Rupert et à Salt Spring Island, en Colombie-Britannique (Canada)
La carte ci-dessus montre où la Chine rassemblerait ses troupes à Prince Rupert, à Salt Spring Island, au parc Oppenheimer et au parc Stanley, en Colombie-Britannique, Canada. / Cliquez sur l’image.

Les États-Unis se préparent à la guerre

Le gouvernement américain sait très bien ce que fait la Chine et il se prépare à les combattre ! Au mois de juillet dernier, les États-Unis ont déployé des F-35 en Alaska, ce qui marque un changement stratégique pour une région critique. La base aérienne d’Eielson deviendra rapidement l’une des unités les plus importantes de l’US Air Force. Comme l’écrit Harold C. Turner : « Ce sont nos avions de combat absolus, les plus avancés, qui n’osent pas nous déranger, de la génération actuelle. Aucun autre avion de combat sur terre ne peut même s’approcher de ses capacités. Ces jets sont si avancés et si chers que nous n’avons qu’une flotte opérationnelle de 187 F-22 et 555 F-35. Alors pourquoi en mettons-nous autant en Alaska ? » [11] Ces avions peuvent voler derrière les troupes chinoises et les bombarder.

L’arrivée de la première paire de Lockheed Martin F-35A Lightning II à la base aérienne d’Eielson le 21 avril 2020 a été significative à plusieurs niveaux. Cette installation distante est située à 26 miles au sud-est de Fairbanks à l’intérieur de l’Alaska et à environ 110 miles au sud du cercle polaire arctique. L’installation a reçu un financement énorme au cours des trois dernières années pour créer une enclave sécurisée massive pour ses nouveaux habitants furtifs. Bien que l’énorme quantité de travail qui a été menée à Eielson pour amener le F-35 dans l’arsenal des forces aériennes du Pacifique est très évidente, l’impact stratégique sur une région de plus en plus importante que l’aile de chasse rajeunie aura ne peut être sous-estimé. [12]

L’USAF a dévoilé sa stratégie pour l’Arctique le 21 juillet 2020. Elle décrit le rôle régional unique et les efforts visant à optimiser les capacités aériennes et spatiales dans ce domaine. « L’Arctique fait aujourd’hui partie des régions du monde les plus importantes du point de vue stratégique – la clé de voûte à partir de laquelle les forces aériennes et spatiales américaines exercent leur vigilance », a déclaré la secrétaire de l’armée de l’air, Barbara Barrett. « Cette stratégie pour l’Arctique reconnaît l’immense conséquence géostratégique de la région et son rôle critique pour protéger la patrie et projeter la puissance mondiale. » [13] Le 14 septembre dernier, nous apprenions que l’US Air Force déploiera bientôt sa plus grande concentration de chasseurs de combat supersoniques et furtifs de cinquième génération au monde dans l’Arctique basé en Alaska, c’est-à-dire pas moins de 150 avions de combat F-35 et F-22. Le sénateur américain Dan Sullivan a déclaré que le développement de Nome en Alaska en tant que premier port maritime profond des États-Unis dans le cercle polaire arctique servirait de message aux grands rivaux de puissance tels que la Russie et la Chine que les États-Unis étaient sérieusement engagés à projeter leur puissance militaire et à protéger leurs intérêts dans l’Océan Arctique. [14]

Il s’ajoute à cela le fait qu’au mois de mars dernier, le président Donald Trump a signé un ordre exécutif autorisant l’appel d’un million de réservistes et de retraités de l’armée, de la marine, de l’armée de l’air et des garde-côtes. À l’époque, on nous a dit que l’appel avait à voir avec le COVID-19 et que ces troupes seraient en mesure d’aider à lutter contre l’épidémie. Cette histoire n’a tout simplement pas tenu la route parce que l’épidémie de COVID n’était pas si grave. Maintenant, l’appel semble avoir du sens. [15]

Plus récemment, le 8 octobre, lors d’une entrevue avec Maria Bartiromo sur la chaîne Fox Business [16], le président Donald Trump a annoncé que l’une de ses priorités était de ramener aux États-Unis les troupes américaines d’Afghanistan avant Noël :

« Je les ai ramenés à la maison, il ne reste plus que 4 000 soldats en Afghanistan et je les ramènerai à la maison d’ici la fin de l’année. Ils rentrent à la maison, 19 années c’est assez. Ils agissent comme des policiers, ils n’agissent pas en tant que soldats. Nous avons les plus grandes troupes du monde. J’ai anéanti 100% du califat de l’Etat islamique, j’ai tué Soleimani, j’ai tué Al-Baghdadi, les plus grands noms et Oussama Ben Laden. Al-Baghdadi a fondé ISIS. Soleimani a été le pire terroriste en 50 ans. Je les ai tués tous les deux. Personne n’a pu les trouver avant mon arrivée. Mais nous avons fait un excellent travail, nos soldats ont été fantastiques. J’ai reconstruit notre armée. Je veux nos militaires à la maison, parce que vous savez quoi ? Nous sommes partout dans le monde, nous sommes sur tous ces sites différents, nous nous battons dans des pays dont personne n’a jamais entendu parler et cela nous fait mal parce que nous épuisons notre armée et nous devons toujours être prêts pour la Chine, la Russie et ces autres endroits. Nous devons être préparés. Peut-être la Corée du Nord, quoi qu’il arrive à la Corée du Nord d’ailleurs. Souvenez-vous que nous allions être en guerre avec la Corée du Nord. On s’entend très bien maintenant … » [17]

Harold C. Turner écrit : « C’est sérieux. Jamais auparavant une grande puissance étrangère n’avait pris des mesures aussi agressives pour s’attaquer directement aux États-Unis. Cela ne restera pas incontesté. »


Justin Trudeau fait construire des camps d’isolement

Le 14 octobre dernier, un de mes contacts sur Twitter m’a transmis un document [18] qui proviendrait selon toute vraisemblance d’un membre élu du gouvernement canadien qui est consterné par les projets du Cabinet du premier ministre du Canada (PMO), Justin Trudeau. C’est un véritable cauchemar qui se déroule actuellement et il faut absolument que la population en prenne conscience le plus rapidement possible. Voici ce message :


Fw: LPC Strategic Committee LeakInboxLPC leaker < LPC_leaker@protonmail.com > 13:47 (il y a 7 heures)

Message original ‐‐‐‐‐‐‐
Le samedi 10 octobre 2020 à 13 h 38, REMOVED <REMOVED> a écrit:

Cher REMOVED,

Je veux vous fournir des informations très importantes. Je suis membre du comité du Parti libéral du Canada. Je siège au sein de plusieurs groupes de comités, mais les informations que je fournis proviennent du comité de planification stratégique (qui est dirigé par le PMO).

Je dois commencer par dire que je ne suis pas content de faire ça mais je le dois. En tant que Canadien et surtout en tant que parent qui souhaite un avenir meilleur non seulement pour mes enfants, mais aussi pour les autres enfants. L’autre raison pour laquelle je fais cela, c’est parce qu’environ 30% des membres du comité ne sont pas satisfaits de la direction que cela prendra au Canada, mais nos opinions ont été ignorées et ils prévoient d’aller de l’avant vers leurs objectifs. Ils ont également indiqué très clairement que rien n’arrêtera les résultats prévus.

La feuille de route et l’objectif ont été définis par le PMO et sont les suivants :

• Mettre progressivement en place les restrictions de verrouillage secondaire sur une base continue, en commençant par les grandes régions métropolitaines en premier et en s’étendant vers l’extérieur. Prévu d’ici novembre 2020.
• Accélérer l’acquisition (ou la construction) d’installations d’isolement dans chaque province et territoire. Attendu d’ici décembre 2020.
• De nouveaux cas quotidiens de COVID-19 augmenteront au-delà de la capacité de test, y compris une augmentation des décès liés au COVID en suivant les mêmes courbes de croissance. Attendu d’ici fin novembre 2020.
• Verrouillage secondaire complet et total (beaucoup plus strict que les restrictions de première et deuxième phase glissante). Prévu d’ici fin décembre 2020 – début janvier 2021
• Réforme et extension du programme de chômage en vue d’une transition vers le programme de revenu de base universel. Prévu d’ici le premier trimestre 2021.
• Mutation projetée du COVID-19 et / ou co-infection avec un virus secondaire (appelé COVID-21) conduisant à une troisième vague avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé et un taux d’infection plus élevé. Prévu d’ici février 2021.
• Les nouveaux cas quotidiens d’hospitalisations au COVID-21 et de décès liés au COVID-19 et au COVID-21 dépasseront la capacité des établissements de soins médicaux. Prévu entre le premier trimestre et le deuxième trimestre 2021.
• Des restrictions de verrouillage améliorées (appelées troisième verrouillage) seront mises en œuvre. Des restrictions de voyage complètes seront imposées (y compris entre les provinces et les villes). Prévu T2 2021.
• Transition des individus dans le programme de revenu de base universel. Prévu mi T2 2021.
• Ruptures projetées de la chaîne d’approvisionnement, pénuries de stocks, grande instabilité économique. Prévu fin T2 2021.
• Déploiement de personnel militaire dans les principales zones métropolitaines ainsi que sur toutes les routes principales pour établir des points de contrôle des déplacements. Limitez les voyages et les déplacements. Fournir un soutien logistique à la région. Attendu pour le troisième trimestre 2021.

Parallèlement à cette feuille de route fournie, le comité de planification stratégique a été invité à concevoir un moyen efficace de faire passer les Canadiens en transition pour faire face à une entreprise économique sans précédent. Une solution qui changerait le visage du Canada et changerait à jamais la vie des Canadiens. Ce qu’on nous a dit, c’est que pour compenser ce qui était essentiellement un effondrement économique à l’échelle internationale, le gouvernement fédéral allait offrir aux Canadiens un allègement total de la dette. Voici comment cela fonctionne : le gouvernement fédéral proposera d’éliminer toutes les dettes personnelles (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.) dont tout le financement sera fourni au Canada par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme de réinitialisation de la dette mondiale. En échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette, l’individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs. L’individu devrait également accepter de participer au calendrier de vaccination COVID-19 et COVID-21, ce qui lui permettrait de voyager sans restriction et de vivre sans restriction, même sous un verrouillage complet (grâce à l’utilisation d’une pièce d’identité avec photo appelée passe-santé du Canada).

Les membres du comité ont demandé qui deviendrait le propriétaire des biens et des actifs confisqués dans ce scénario et ce qui arriverait aux prêteurs ou aux institutions financières, on nous a simplement dit que « le programme de réinitialisation de la dette mondiale se chargera de tous les détails ». Plusieurs membres du comité se sont également demandé ce qui arriverait aux individus s’ils refusaient de participer au programme World Debt Reset, ou au HealthPass, ou au calendrier de vaccination, et la réponse que nous avons obtenue était très troublante. Essentiellement, on nous a dit qu’il était de notre devoir de nous assurer que nous élaborions un plan pour que cela ne se produise jamais. On nous a dit qu’il était dans l’intérêt des individus de participer. Lorsque plusieurs membres du comité ont poussé sans relâche pour obtenir une réponse, on nous a dit que ceux qui refusaient vivraient d’abord indéfiniment sous les restrictions de verrouillage. Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d’annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des établissements d’isolement. Une fois dans ces établissements, ils auraient deux options, participeraient au programme d’annulation de la dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l’établissement d’isolement sous la classification d’un risque grave pour la santé publique et auraient tous leurs biens saisis.

Donc, comme vous pouvez l’imaginer après avoir entendu tout cela, cela s’est transformé en une discussion passionnée et s’est intensifiée au-delà de tout ce que j’ai jamais vu auparavant. En fin de compte, le PMO a laissé entendre que l’ensemble de l’ordre du jour ira de l’avant, peu importe qui est d’accord ou non. Que ce ne sera pas seulement le Canada, mais que toutes les nations auront en fait des feuilles de route et des programmes similaires. Que nous devons profiter des situations qui nous attendent pour promouvoir un changement à plus grande échelle pour le mieux-être de tous. Les membres qui s’y opposaient et ceux qui soulevaient des questions clés qui découleraient d’une telle chose ont été complètement ignorés. Nos opinions et préoccupations ont été ignorées. On nous a simplement dit de le faire.

Tout ce que je sais, c’est que je n’aime pas cela et je pense que cela va placer les Canadiens dans un avenir sombre.


Bien que la communication ci-haut ne soit pas exactement vérifiée et vérifiable, elle correspond tout de même au député indépendant de Lanark-Frontenac-Kingston, Randy Hillier, qui a parlé du plan de détention infâme du gouvernement lors d’une période de questions provinciale devant le gouvernement de l’Ontario. Comme par hasard, le débat télévisé au Parlement eut lieu seulement deux jours avant la fuite du document ci-haut. L’informateur anonyme et Randy Hillier ne seraient-ils qu’une seule et même personne ? C’est ce que présume Harold C. Turner. [19] Le député indépendant écrit :

« Le libellé de la DDR est trop large et ambigu, et nous devrions avoir des précisions sur l’objectif de ces installations d’isolement / de quarantaine. J’ai posé des questions claires et précises sur l’appel d’offres du gouvernement fédéral pour les “camps d’isolement / quarantaine” en Ontario. Où seront-ils, combien y en aura-t-il et combien de personnes seront-elles logées? » [20]


PREUVES À L’APPUI — Le Gouvernement canadien érige un réseau d’installations de quarantaine et d’isolement

Randy Hillier, député indépendant de Lanark-Frontenac-Kingston, en Ontario (Canada)

Un politicien ontarien sonne l’alarme face au projet du gouvernement libéral Trudeau d’étendre les installations d’isolement / de quarantaine COVID d’un océan à l’autre. Randy Hillier, député provincial indépendant de Lanark-Frontenac-Kingston, s’est dit préoccupé par les « sites fédéraux de quarantaine et d’isolement » au cours de la période de questions provinciale du 8 octobre dernier.

Il s’est levé et a interrogé le gouvernement de Doug Ford de l’Ontario, lui demandant combien de personnes seront détenues et combien de camps de concentration doivent être construits. Il s’est dit préoccupé par leur utilisation actuelle — pour contrôler la propagation du Covid-19 — et a souligné dans la documentation que ces sites pourraient être utilisés pour “d’autres besoins” à l’avenir. « Donc, votre gouvernement doit être en négociations et au courant de ces plans visant à détenir et isoler potentiellement les citoyens et les résidents de notre pays et de notre province. Alors Monsieur le Président, au premier ministre, où ces camps seront-ils construits, combien de personnes seront détenues, et pour quelle raison, pour quelles raisons les gens peuvent-ils être maintenus dans ces camps d’isolement, et j’aimerais que le premier ministre assure la population de l’Ontario… », a déclaré Hillier, dont le micro a été coupé avant qu’il ne puisse terminer. [21]

Dans un courriel envoyé à ses abonnés, Hillier a exprimé davantage de ses préoccupations :  « Le premier ministre esquive activement mes questions depuis juillet. Aujourd’hui, c’était juste un autre exemple du nouveau statu quo à Queen’s Park, aucune réponse. Après cet échange, je ne suis même pas sûr que le premier ministre et son Cabinet sachent ce qui se passe concernant le gouvernement fédéral qui envisage l’expansion des installations d’isolement / de quarantaine d’un océan à l’autre. » Il ajoute plus loin : « Le leader du gouvernement à la Chambre suggère qu’il s’agit de “voyageurs internationaux”, mais la demande de propositions indique que “la santé publique et d’autres exigences fédérales connexes associées à la riposte à la pandémie du COVID-19”. Ma question sur l’objet a été écourtée et, encore une fois, le gouvernement a refusé de répondre. Pourquoi ne répondent-ils pas? »

Nous pouvons lire sur le site internet de BNN Bloomberg : « Les personnes atteintes d’infections à coronavirus légères ou sans symptômes doivent être forcées de s’isoler, à la fois de leurs communautés et de leur famille. (…) La stratégie a été utilisée en Italie, à Singapour et en Corée du Sud au plus fort de leurs propres épidémies de coronavirus plus tôt cette année. Confronté à une résurgence le mois dernier, Hong Kong a converti un centre d’exposition pour accueillir des patients légers COVID-19 et construit d’autres installations de ce type. » [22] « Il vaut bien mieux être plus agressif à court terme avec des cas même bénins que de laisser de tels cas passer sous le radar », a déclaré Nicholas Thomas, professeur agrégé en sécurité sanitaire à la City University de Hong Kong.

Le gouvernement canadien est également à la recherche de fournisseurs de services tiers pour élaborer une stratégie de « sites de quarantaine / isolement fédéraux » supplémentaires qui, s’ils sont construits, pourraient être utilisés pour « d’autres besoins » pendant les deux prochaines années, si cela est jugé nécessaire pour sauvegarder la santé publique. Des contrats gouvernementaux sont en cours pour fournir les sites en biens et services. La sollicitation de fournisseurs est répertoriée sur le site internet Achatsetventes.gc.ca du Gouvernement du Canada sous forme de lettre d’intérêt (LI) et de demande de renseignements (DDR) pour des « sites fédéraux de quarantaine / d’isolement ».

La demande de renseignements et la lettre d’intention indiquent que l’utilisateur final des services est l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada comme l’entité qui cherche à se procurer les « sites d’isolement ». Une date de clôture du 19 octobre est indiquée. Selon l’ASPC, les sites actuels « sont utilisés pour répondre aux exigences des voyageurs internationaux n’ayant pas d’endroit convenable pour s’isoler ». La DDR sur les « sites de quarantaine / isolement fédéraux » stipule que l’utilisation des DSQ pourrait être « temporairement interrompue jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau requise par le gouvernement du Canada », mais pourrait également être utilisée pour « d’autres exigences » dans l’attente d’un « éventuel besoin continu de sites de quarantaine au cours des 1 à 2 prochaines années compte tenu de la pandémie COVID 19. »


La DDR indique que l’ASPC gère actuellement un total de 11 sites à l’échelle nationale qui sont désignés comme « sites de quarantaine (DQS) » pour la quarantaine de quatorze jours du COVID-19, qui peuvent “héberger jusqu’à 1 600 voyageurs”. Il s’agit de Calgary, Vancouver, Kelowna, Winnipeg, Regina, Toronto, Montréal, Halifax, Fredericton, St. John’s et Whitehorse. Le plan de détention ne s’arrête pas là. Le gouvernement canadien répertorie toutes les provinces et tous les territoires du Canada, selon les besoins, comme région potentielle pour la livraison de « sites fédéraux de quarantaine / d’isolement ».

Le Gouvernement du Canada déclare que l’objectif de la demande de renseignements « pour les sites de quarantaine / d’isolement fédéraux » est d’engager « un fournisseur de services tiers pour les sites de quarantaine / d’isolement fédéraux qui seront utilisés pour héberger et soigner les personnes pour la santé publique et d’autres exigences fédérales connexes. associée à la riposte à la pandémie du COVID-19. » Le gouvernement du Canada dit qu’il « a besoin de produits et de services pour soutenir la réponse du Canada au COVID-19 » et qu’il « explore toutes les options pour sécuriser l’équipement et les fournitures nécessaires pour lutter contre la pandémie du COVID-19 ».

« L’ASPC envisage de confier à un tiers fournisseur de services la prestation et la gestion des sites existants et de tous les services connexes en son nom. L’ASPC peut également envisager d’étendre l’empreinte de son site à d’autres emplacements indiqués à l’annexe C ci-jointe », indique la partie C du contexte de la DDR. L’annexe C énumère comme nouveaux sites potentiels à l’étude Saskatoon, Windsor, Niagara, Ottawa, Winnipeg / Thunder Bay, Québec, Charlottetown, Iqaluit et Yellowknife.

Le gouvernement se prépare également à la résistance. Le site internet Achatsetventes.gc.ca du Gouvernement du Canada contient une demande de propositions (DP) du 15 septembre du ministère de la Défense nationale (MDN) pour une commande de 36 000 cartouches de gaz lacrymogène, qui devrait être livrée au printemps 2021 au dépôt de munitions des Forces canadiennes à Dundurn, en Saskatchewan, d’ici le 31 mars 2021.


Bien que l’utilisation du gaz lacrymogène comme méthode de contrôle des foules ne soit pas nouvelle au Canada, la demande de propositions de « gaz lacrymogène » a attiré l’attention de l’avocat Rocco Galati, qui a spéculé sur les médias sociaux sur les raisons pour lesquelles une commande aussi importante est nécessaire pour le printemps 2021. « Ordonnance sur les gaz lacrymogènes – Lutte contre les émeutes – Gouvernement du Canada – À échéance le 31 mars », a-t-il écrit sur Twitter, affichant un lien vers la demande de propositions de « Gaz lacrymogène » du site internet Achatetvente.gc.ca. « Vous vous demandez en quelque sorte ce qu’ils ont prévu d’autre pour le printemps. »

La “Convention sur l’Interdiction des Armes Chimiques” interdit aux pays signataires, dont le Canada, d’utiliser des « agents antiémeutes comme méthode de guerre », mais offre des exemptions à des « fins nationales de lutte antiémeute » par les forces de l’ordre. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés au Canada, ainsi qu’aux États-Unis, ces derniers mois pour dissiper des foules de manifestants. [23]

En prenant connaissance des informations fournies ci-haut, nous constatons encore une fois que nous nous situons à des années-lumière des théories et des élucubrations conspirationnistes. Nous nous trouvons au contraire plongé en plein centre du monde des adultes, cruel et sans pitié.


« Fuyez le Canada… ou préparez-vous à la guerre! » — Guy Boulianne

__________

RÉFÉRENCES :

NOTES :

  1. Harold C. Turner : Arm Yourselves and Prepare; China Massing « Tens-of-Thousands » of Troops in Prince Rupert and Vancouver Canada. Invade USA?. Hal Turner Radio Show, 08 October 2020.
  2. David Molko : ‘It’s almost like a mystery novel’: Investigators say Surrey murder victim worked for ‘Golden Touch’. CTV News Vancouver, July 20, 2020.
  3. Bob Mackin, Ina Mitchell : Exclusive: How a military-style boot camp on Salt Spring is related to a Surrey murder mystery. theBreaker, July 20, 2020.
  4. Joanne Lee-Young, Nick Eagland : Woman whose death was ‘suspicious’ belonged to self-help group that took root in B.C. in 2014. The Vancouver Sun, June 26, 2020.
  5. Eric Pilon : Un meurtre, des « militaires » et une secte chinoise au Canada. Publié le 3 août 2020.
  6. Dongwoo Kim, Isaac Lo : What is China’s New Foreign Investment Law, and What Does It Mean for Canada and the Global Economy?. Asia Pacific Foundation of Canada, April 9, 2019.
  7. Gilbert Gagné : The Canadian Policy on the Protection of Foreign Investment and the Canada-China Bilateral Investment Treaty. Beijing Law Review, January 2019, pp. 367-368.
  8. Report : 2020 Investment Climate Statements: Canada (Chapter 5: Protection of Property Rights). The United States Department of State (DOS), 2020.
  9. Lieutenant-Commander S.R.K. Gillis : Why Canada Needs To Develop Overarching Strategic Policy in Light of China’s Rise. Maîtrise en études de la défense (PCEMI 39). Collège des Forces armées Canadiennes. Ministre de la Défense nationale, 2013.
  10. Kevin Annett : “Maybe they’re finally getting rid of us”: Two Seconds to Midnight in the Downtown East Side. Murder by Decree, May 1, 2020.
  11. Harold C. Turner : Covert Intel: U.S. re-deploying 150 F-22 & F-35 … to Alaska Nation. Hal Turner Radio Show, 26 September 2020.
  12. Jamie Hunter : F-35s Nest In Big New Alaskan Facility Marking Strategic Shift For Critical Region. The Drive (The War Zone), July 23, 2020.
  13. Secretary of the Air Force Public Affairs : Department of the Air Force introduces Arctic Strategy. U.S. Air Force, published July 21, 2020.
  14. United States : US to Deploy 150 Fifth Generation F-35, F-22 Combat Aircraft in Arctic, Senator Dan Sullivan Says. Sputnik, 14.09.2020.
  15. Guy Boulianne : LA GUERRE IMMINENTE: Trump active un million de réservistes militaires alors que le pays se prépare à des pertes massives de combats. Publié le 31 mars 2020.
  16. Interview : Maria Bartiromo Interviews Donald Trump on Fox Business – October 8, 2020.
  17. Nico Hines : Trump: Bring Troops Home So They’re Fresh to Fight China, Russia, or North Korea. Thedailybeast, October 08, 2020.
  18. Politics : « Is this leaked info really Trudeau’s crazy COVID plan for 2021? You decide … ». The Canadian Report, October 14, 2020. [Archive] [Discussion]
  19. Harold C. Turner : CANADA GOING TYRANNICAL! 2nd « Total » Lockdown; ISOLATION CAMPS for « Refusers ». Hal Turner Radio Show, 14 October 2020.
  20. Randy Hillier : (Video) Question: What’s Going On???. Member of Provincial Parliament – Lanark-Frontenac-Kingston, October 08, 2020.
  21. Lance D Johnson : Canadian Government Erecting A Network Of Covid Detainment Camps. Humans Are Free, October 15, 2020.
  22. News Wire : Forced isolation may be the only way to stop resurgence of virus. BNN Bloomberg, August 13, 2020.
  23. Anthony Murdoch : Politician raises alarm over Trudeau Govt’s plan to build COVID ‘Quarantine/Isolation’ camps. LifeSiteNews, October 9, 2020.