Le Manitoba donne aux commissaires à la santé des pouvoirs similaires à ceux de la Gestapo — Le Canada est désormais une dictature !


Henry Makow écrit d’emblée que le traître mondialiste, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a pris les plaques d’immatriculation des manifestants anti-masques et leur a envoyé des amendes. [1]

En effet, le premier ministre a déclaré que des amendes seraient envoyées par la poste aux personnes qui ont pris part à ce qu’il décrit comme la «stupidité» d’un rassemblement anti-masque le 14 novembre dernier. [2]

Pallister dit que plus de détails suivront après que plus de 100 personnes ont assisté à la manifestation à Steinbach contre les restrictions visant à ralentir la propagation du Covid-19. Mais il laisse entendre que les billets pourraient être basés sur les plaques d’immatriculation des véhicules vus lors du rassemblement au sud-est de Winnipeg, et non pas sur les constats réels du port du masque comme cela devrait être fait en temps normal selon les lois ! [3]

Un habitant de Winnipeg analyse les changements législatifs qui donnent aux responsables de la santé des pouvoirs similaires à ceux de la Gestapo. La nouvelle loi leur permet de confisquer votre maison ou votre entreprise aux fins d’une installation de quarantaine, de vous ordonner d’être immunisé / vacciné, ou de vacciner vos enfants sans votre consentement. Les amendes provinciales pour les personnes qui enfreignent les ordonnances de santé Covid-19 sont fixées à 1 296 $, tandis que les amendes pour les entreprises peuvent atteindre 5 000 $. [4]

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, fait une mise à jour sur le COVID-19 — 15 avril 2020.

Loi sur la santé publique du Manitoba

Brent Rousin, administrateur en chef de la santé publique

Le 15 avril dernier, le gouvernement du Manitoba a confié des pouvoirs extraordinaires à Brent Rousin, l’administrateur en chef de la santé publique, au cours d’une séance d’urgence d’une journée de la législature à laquelle un tiers des politiciens ont assisté. Une nouvelle loi confère à l’administrateur en chef de la santé publique de nouveaux pouvoirs pour interdire aux gens de se déplacer vers, depuis ou dans une région donnée. Il a également le nouveau pouvoir de donner des ordres précis, comme l’auto-isolement, aux personnes qui arrivent au Manitoba en provenance d’ailleurs. [5]

Le premier ministre Brian Pallister n’est pas honnête quand il dit que l’administrateur en chef de la santé publique du Manitoba a le dernier mot sur les ordonnances de santé publique. C’est inexact en vertu de la loi provinciale et par convention. Selon la loi, l’administrateur en chef de la santé publique de la province ne peut pas émettre d’ordonnance sans que le ministre de la Santé ne l’ait approuvée. [6]

Puisque nous savons maintenant qu’il y a très peu de menace de ce virus (moins de 1% de mortalité), et qu’il ne tue en réalité que des personnes très âgées ou très malades, la prochaine étape raisonnable serait de revenir à la situation normale, avant que ces précautions inutiles ne soient mises en œuvre, qui ont finalement fait beaucoup plus de mal que de bien.

Mais comme la protection de notre santé n’est pas ce que nos élus ont à l’esprit, car ils se sont vendus — eux-mêmes et nous — à l’élite satanique, ils ont plutôt rendu illégale la visite de vos voisins.

D’autres pouvoirs d’urgence surprenants incluent le paragraphe 67(2) : le pouvoir de vous ordonner de renoncer à votre domicile ou à votre entreprise aux fins d’une installation temporaire d’isolement ou de quarantaine, ou si vous êtes réputé « non protégé contre une maladie contagieuse », ordonner que vous soyez immunisé / vacciné, ou de vous abstenir de toute activité professionnelle ou autre jusqu’à ce que le médecin hygiéniste en chef juge que « le risque d’infection n’existe plus ».

Si une personne est simplement soupçonnée d’avoir une maladie contagieuse — ou qui y a été exposée ou pourrait l’avoir été —, les mesures disponibles comprennent un examen ou des tests médicaux, un traitement, une vaccination, un isolement et une mise en quarantaine (paragraphe 43(2)).

Si une personne refuse l’une des mesures recommandées par le médecin hygiéniste, le paragraphe 47(1) permet de saisir la justice pour l’arrestation de la personne. Vous pouvez donc dire non au vaccin (la loi sur la santé le permet; paragraphe 97), mais cela peut entraîner votre incarcération.

Mais oubliez le juge, dans l’état d’urgence actuel, le médecin peut ordonner l’arrestation et la détention d’une personne pour non-respect de l’ordonnance (paragraphe 53(1)), ce qui inclut le refus de fournir des renseignements signalétiques à un médecin hygiéniste (paragraphe 53(2)). Cet acte seul est considéré comme une non-conformité. L’ordonnance peut exiger que l’une ou plusieurs des mesures suivantes soient prises (paragraphe 53(3)) :

a) qu’une personne soit arrêtée, remise au lieu de détention qu’elle mentionne et détenue dans ce lieu;
b) qu’une personne soit mise en isolement ou en quarantaine ou hospitalisée;
c) qu’une personne prenne les mesures que le médecin hygiéniste juge raisonnablement nécessaires pour contenir la menace de contagion.

Le non-respect d’une ordonnance sanitaire spécifiée peut entraîner une détention pouvant aller jusqu’à 90 jours (paragraphe 49(5)). Ce délai peut être prolongé de 90 jours supplémentaires :

« Le médecin hygiéniste qui a des motifs raisonnables de croire que le maintien en détention est nécessaire parce que la remise en liberté de la personne constituerait une menace pour la santé publique peut, avant la fin de la période de détention ordonnée en vertu de l’alinéa 49(2)h), demander au tribunal de la prolonger, pour l’un ou l’autre des motifs énumérés au paragraphe 49(2), pour une période additionnelle maximale de 90 jours. » (paragraphe 50(1))

Enfin, en vertu des paragraphes 50 (2) et (3), le médecin peut prolonger indéfiniment la détention de 90 jours supplémentaires. Mais attendez, il y a plus. Selon les paragraphes 46 (1) et (2), les médecins hygiénistes ou les infirmières d’hygiène publique et toute autre personne qu’un médecin hygiéniste autorisé « peuvent examiner un élève, un patient ou un résident d’une école, d’une garderie, d’un hôpital, d’un foyer de soins personnels ou de tout autre établissement où des soins ou des traitements sont prodigués. » L’examen visé au présent article peut être fait « sans le consentement de la personne examinée ni celui du propriétaire, de l’exploitant ou du responsable de l’établissement. »

Loi sur la santé publique du Manitoba (c. P210 de la C.P.L.M.)

S’attaquer aux enfants

Qu’en est-il de ce changement surprenant de la réglementation concernant la vaccination des enfants ? Il est clairement stipulé au paragraphe 57(4) :

« Si le patient est un enfant, les renseignements sont donnés à son père, à sa mère ou à son tuteur dans les cas suivants si l’enfant est âgé de moins de 16 ans, SAUF si le professionnel de la santé qui donne l’agent d’immunisation a des motifs raisonnables de croire que l’enfant est en mesure de comprendre la nature et la portée des renseignements et est conscient des conséquences d’une décision. »

Il est également effrayant que ces ordres puissent être exécutés ou « dirigés vers n’importe qui ». Bien que la mention spécifique des agents de la paix au Manitoba soit incluse, partout où cette directive est mentionnée, la Loi stipule que les ordonnances de détention et d’arrestation peuvent être adressées à des personnes autres que la police : paragraphes 47(5), 53(4), 60(3), 60(4) (cela signifie-t-il qu’il pourrait s’agir de soldats en location ou de soldats de la paix internationaux?)

Les anciennes versions de la loi étaient beaucoup plus restrictives : « Le médecin hygiéniste en chef ne peut déléguer les pouvoirs que lui confère la présente partie qu’à un médecin hygiéniste ou qu’à un directeur qui est médecin. » (Loi sur la santé publique, article 68) [7] Pourquoi ce changement ?

Et dans l’état d’urgence actuel, le paragraphe 83(6) stipule que « s’il a des motifs raisonnables de croire qu’une menace grave et immédiate pour la santé publique existe en raison d’un risque sanitaire ou d’une maladie contagieuse, le médecin hygiéniste peut à tout moment, procéder sans mandat à la visite d’un lieu, y compris une habitation; exercer les pouvoirs que la présente loi lui confère afin de prévenir, d’éliminer ou d’atténuer la menace ou d’y faire face de toute autre façon. » C’est une citation tirée de l’acte !!

Il peut également « retenir tout véhicule automobile, remorque, train, wagon, aéronef, bateau, navire ou embarcation » (paragraphe 86(1)b) ou « exiger qu’une personne lui fournisse des renseignements ou lui communique des documents pour examen ou reproduction » (paragraphe 86(1)f).

C’est le poste d’agent de santé dont nous parlons !
Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a décidé que Noël n’était « pas essentiel ».

En guise de conclusion :

Nous savons qu’une base d’un camp COVID-19 capable d’héberger près de 100 personnes infectées par le coronavirus a été installée au sud de Portage la Prairie, au Manitoba (Canada). Les installations étaient auparavant utilisées comme camp de travail hydroélectrique et ont été réaménagées pour répondre aux besoins de la Fédération des Métis du Manitoba (MMF). Une clôture menaçante à mailles de chaîne avec du fil de fer barbelé sur le dessus a été érigée autour du périmètre du camp.

Jack Park, ministre de l’Énergie et des Infrastructures de la MMF, raconte : « Les camps sont prêts et capables d’accueillir toute personne affectée par la pandémie COVID-19. Nous les avons entièrement équipés, désinfectés et prêts à démarrer si quelqu’un en a besoin. Nos services sont disponibles. » [8]

Laissons maintenant les mots de la fin à Henry Makow Ph.D. :

« Lentement et imperceptiblement, le cadre du Nouvel Ordre Mondial s’est construit au niveau local (Agenda 21). Attendez-vous à ce que les choses empirent. Si vous vous êtes senti impuissant, vous n’êtes pas seul. Mais notre force réside dans le nombre. Rester silencieux maintenant signifiera une certaine destruction. Si votre instinct vous dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec la situation actuelle, vous avez raison !

« Arrêtez d’écouter les nouvelles et écoutez votre cœur. Dites la vérité, bien que les imbéciles qui portent un masque vous détesteront pour cela. Dites au plus grand nombre que vous pouvez que la Charte canadienne des droits et libertés visait à empêcher la violation des libertés fondamentales, Y COMPRIS DU GOUVERNEMENT ! Le moment est venu de parler !! »


« N’oubliez jamais que ce qui se déroule ailleurs, se déroulera aussi chez vous prochainement » — Guy BOULIANNE

Séance d’urgence à l’Assemblée législative du Manitoba, 2e session – 42e législature, 15 avril 2020 16 h 00.

RÉFÉRENCES :
NOTES :
  1. Henry Makow : « Manitoba Gives Health Commissars Draconian Powers ». HenryMakow.com, November 26, 2020.
  2. Amber McGuckin & Erik Pindera : Anti-mask rally in Steinbach sees hundreds of attendees. Global News, November 14, 2020.
  3. The Staff / The Canadian Press : Fines will be mailed out to attendees of Steinbach anti-mask rally, says Manitoba premier. Global News, November 16, 2020.
  4. Sheila Gunn Reid : FIGHT BACK: Manitoba businesses, individuals are being charged & it’s time Fight The Fines. Rebel News, November 21, 2020.
  5. The Canadian Press / Steve Lambert : Manitoba politicians approve new emergency powers in reduced legislature. National Post, April 15, 2020.
  6. Tom Brodbeck : Public health buck stops with Pallister. The Winnipeg Free Press, October 21, 2020.
  7. Manitoba : « Loi sur la santé publique » (article 68, Pouvoir de déléguer), en vigueur le 1 avril 2009. C.C.S.M. c. P210 / c. P210 de la C.P.L.M. (Gazette du Manitoba 2009-02-28). Date de codification : 15 juin 2012 (Gazette du Manitoba 2012-06-02). [WHO MiNDbank]
  8. Guy Boulianne : « Un camp secret COVID-19 capable d’héberger près de 100 personnes infectées par le coronavirus est prêt à l’emploi au Manitoba ». Publié le 5 novembre 2020.

« Je viens de terminer votre livre La société Fabienne M. Boulianne. Ça m’a donné un coup, mais plus que jamais j’ai compris qu’il ne fallait plus croire mais savoir. Merci pour tout ce travail de recherche et pour le contenu. » 💙

Patrick Pic

« Excellent article, comme pas mal tout ce que vous nous faites bénificier. »

Richard Millette

« Monsieur Boulianne, vos articles sont indispensables. Je vous encourage à continuer. Que Dieu vous bénisse. »

Lorraine Bernier