Quiconque touche à la franc-maçonnerie, à la mafia et à la grande industrie pharmaceutique se retrouve sous les feux du Mainstream

Le 27 mars dernier, je vous faisais part d’un recours pour crimes contre l’humanité dans le cadre de la crise de Covid-19 qui fut déposé devant la Cour pénale internationale par le magistrat italien Angelo Giorgianni : « Le verrouillage et toutes les mesures connexes – ces dernières si elles sont adoptées pour des périodes prolongées et indéfinies, bien au-delà de la phase d’urgence sanitaire, afin de risquer de dénaturer l’essence même des sociétés, et c’est le cas – sont un crime contre l’humanité en tant qu’ils constituent des crimes d’emprisonnement, de torture et sont des actes causant de grandes souffrances pour la santé mentale et physique. » (Article 7 du Statut de Rome). Je partage donc avec vous un article de mon collègue Fabio Giuseppe Carlo Carisio qui nous donne une mise à jour des événements.

L’Italie n’est pas une République fondée uniquement sur le travail mais aussi sur le pacte secret qu’OSS (remplacée par la CIA) et Cosa Nostra ont conclu en Sicile en 1943 pour faciliter le débarquement des Alliés en Sicile. Cela servit à libérer l’Italie de l’occupation nazie mais aussi à restaurer l’hégémonie que la franc-maçonnerie anglo-saxonne avait conquise avec l’Expédition des Mille soutenue par la mafia picciotti. C’est de l’histoire. Une histoire que la culture scolastique maçonnique ne vous fait pas étudier mais que tôt ou tard vous découvrez si, comme l’écrivain, vous êtes passionné d’historiographie à l’université.

Donc, en 2021 comme en 1992, qui touche la triade de la mafia, de la politique et de la franc-maçonnerie – sur laquelle le Deep State du renseignement militaire surveille depuis l’époque de Gladio mais désormais fermement piloté par les armes et le Big Pharma Lobby contrôlés avant tout par Bill Gates – se retrouve dans le feu croisé des médias grand public.

D’où le courageux et pugnace procureur anti-Ndragheta Nicola Gratteri, procureur de Catanzaro, (dont plusieurs maxi-procès ont vu le jour) se retrouve persécuté comme ce fut le cas pour Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, isolés des médias, de la politique et de la justice avant d’être laissé à la merci des stagiaires de Cosa Nostra.

C’est l’ancien procureur national Pietro Grasso, avant de s’endormir dans le fauteuil d’un sénateur de l’ULE, qui a révélé lors d’une audition de la commission bicamérale anti-mafia l’importance de la soi-disant « information Charon » des carabiniers del Ros de Palerme, focalisée sur les relations entre la mafia, l’entrepreneuriat, la politique et la franc-maçonnerie et considéré comme l’un des motifs probables des massacres de Capaci et de la Via d’Amelio dans lesquels Falcone et Borsellino ont été brutalement tués avec les hommes de leur escorte.

Cette enquête, qui semblait destinée à écrire de nouveaux chapitres du Tangentopoli de Palerme (dans lequel même l’actuel président de la République Sergio Mattarella, acquitté pour le modeste montant de financement illicite, a abouti à un procès), a ensuite été héritée par d’autres magistrats qui demanda le dossier décrété par le juge d’instruction quelques jours après la mort de Borsellino.

L’ATTAQUE CONTRE GRATTERI POUR DÉFENDRE LE MAÇON ARRÊTÉ

Aujourd’hui, le procureur Gratteri a de nouveau découvert le chaudron de la tregenda de ces relations criminelles en se concentrant sur la ‘Ndrangheta, qui est désormais devenue l’organisation criminelle la plus importante d’Italie et l’une des plus puissantes au monde, selon la DIA (Antimafia Investigative Direction), capable d’infiltrer des entreprises du nord de l’Italie, même d’influencer le trafic de drogue en Amérique latine et de piloter certaines élections régionales au Canada, où le crime de vote par échange mafieux n’existe pas encore.

Mais son enquête Rebirth Scott dans laquelle un éminent avocat a été arrêté pendant des mois avec des agents des forces de l’ordre a été vilipendée par le journal Il Riformista. Dans cette enquête en décembre 2019, 334 personnes ont été arrêtées (et presque toutes sont maintenant jugées), y compris des représentants de la ‘Ndrangheta et des politiciens tels que l’avocat et ancien parlementaire Giancarlo Pittelli, interceptés en affirmant que « le rite écossais ouvre les routes et autoroutes mondiales » en référence à l’ancien rite écossais accepté de la franc-maçonnerie, qui culmine au Conseil suprême, y compris celui de Palerme où Nino Salvo était également inscrit, arrêté pour les affaires de Cosa Nostra par feu le juge Giovanni Falcone.

Il Riformista (propriété de l’entrepreneur Alfredo Romeo arrêté en 2017 et aujourd’hui jugé pour pots-de-vin présumés dans le domaine de la santé et du maxi-contrat Consip) a défendu à plusieurs reprises l’avocat Pittelli, longtemps emprisonné en Sardaigne et aujourd’hui jugé pour l’accusation de complicité externe dans une association mafieuse, attaquant Gratteri. Mais ce n’est que ces derniers jours que les grands journaux ont réalisé, avec un retard suspect, qu’il était l’auteur de la préface du livre « Strage di Stato » publié en décembre. Pourquoi ?

Simple : car il y avait une imminence d’une conférence Facebook en direct prévue le samedi 27 mars entre Giorgianni et Gratteri sur le thème « Covid-19: urgence démocratique et mafieuse? ». D’une manière ou d’une autre, l’agitation méphitique a obtenu un effet partiel temporaire puisque Giorgianni, afin d’éviter d’impliquer Gratteri dans de fausses controverses, a préféré qu’il renonce à participer.

Ce journal est si tristement célèbre contre le procureur de Catanzaro qu’il invoque une procédure disciplinaire du CSM pour le seul fait qu’il a écrit la préface du livre de son confrère Angelo Giorgianni Strage di Stato qui met en évidence les lacunes dans la gestion du urgence pandémique et thérapies ignorées par le ministère de la Santé déjà rapportées dans des dizaines d’enquêtes de Gospa News avant même la publication du dossier-enquête également rédigé par le coroner napolitain Pasquale Bacco.

Invoquer une action du Conseil supérieur de la magistrature, visant à éviter la candidature de Gratteri au parquet de Milan, sur le territoire duquel la ‘Ndrangheta a développé des accords sensationnels avec la mafia financière en col blanc, est l’un des militants de gauche, avocats, Guido Neppi Modona. La même personne qui, dans un article paru en première page du réformiste d’aujourd’hui (samedi 3 avril 2021), ne voudrait plus qu’aucun criminel ne soit mis en prison pour éviter le risque d’infection Covid en prison.

La première page d'Il Riformista du 3 avril 2021
La première page d’Il Riformista du 3 avril 2021 avec l’éditorial de Guido Neppi Modona.

LA PERSÉCUTION DE GIORGIANNI POUR LA PLAINTE À L’AJA

Le juge de la cour d’appel de Messine, Angelo Giorgianni, fondateur de l’association L’Eretico avec l’éminent virologue Giulio Tarro, et secrétaire général de l’Organisation mondiale de la vie (OMV) avec des référents dans 15 pays étrangers, se retrouve en revanche accusé d’être un théoricien du complot comme Robert F. Kennedy Jr (fils du procureur général homonyme et neveu du président JFK tous deux assassinés à l’ombre de l’État profond).

Kennedy a fait quelque chose d’extraordinaire il y a quelques années en intentant une action en justice contre le département américain de la Santé car ce dernier refusait d’admettre que les contrôles de pharmacovigilance sur les vaccins imposés par les lois américaines n’étaient pas effectués.

Le petit-fils de JFK a remporté une victoire historique et grandiose en forçant le ministère de la Santé à admettre qu’un rapport de suivi n’avait été fait qu’une fois toutes les années alors que la propagande vaccinale des Big Pharma était une activité ordinaire et intense. Toutes ces expériences dans le domaine du commerce des vaccins l’ont donc conduit à parler d’une « pandémie planifiée depuis des décennies par Bill Gates », complétée de références détaillées similaires à celles détectées indépendamment par Gospa News dans les enquêtes Wuhan-Gates, en relation avec l’urgence COVID-19. En fait, il ne faut pas oublier que des virologues et des experts du renseignement faisant autorité pensent que le virus SRAS-Cov-2 a été créé en laboratoire en infectant un coronavirus des anciennes souches de SRAS et de MERS avec le pathogène du VIH / SIDA.

Aujourd’hui, le magistrat Giorgianni a mené une action tout aussi extraordinaire en dénonçant les gouvernements italien et européen pour des crimes contre l’humanité configurés dans des tortures psychologiques dérivant de verrouillages, imposés en vertu d’infections pour la plupart asymptomatiques de Covid-19 et détectées avec des prélèvements non fiables, afin d’imposer vaccins et l’activité galactique conséquente de Big Pharma.

« Les mesures de verrouillage et toutes les mesures connexes – si elles sont adoptées pour des périodes prolongées et indéfinies, bien au-delà de la phase d’urgence sanitaire, afin de risquer de dénaturer l’essence même de la société (et c’est le cas) – sont un crime contre l’humanité car elles constituent des crimes d’emprisonnement, de torture et sont des actes qui causent de grandes souffrances à la santé mentale et physique » (article 7 du Statut de Rome), a écrit le magistrat de Messine, d’origine calabraise, dans sa plainte au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Mme Fatou Bensouda.

Mais au lieu de lire les 37 pages de dénonciation (dont 20 composées de citations de sources scientifiques faisant autorité), les journaux grand public ont brièvement relégué les nouvelles sensationnelles (rapportées sur des centaines de portails d’information à travers le monde de l’Europe, au Canada et aux États-Unis) et se sont concentrées sur certaines phrases choquantes telles que l’affirmation selon laquelle « les vaccins sont des eaux usées ». Cette condamnation sans appel prononcée sur LA7 par le médecin vésuvien Bacchus (et donc pas par Giorgianni) a été initialement rapportée comme le rapporte le livre Strage di Stato.

Mais, suite aux avertissements envoyés par le magistrat, les médias ont été contraints de corriger le tir en le citant comme « hors » de la publication. Pas seulement. Il Riformista a également attribué au livre une phrase aux tons antisémites qui n’a jamais été écrite par les auteurs, uniquement pour essayer de cacher les excréments déféqués par des esprits troublés sous un tapis d’accusations génériques de complot.

L'article publié par Guy Boulianne au Canada

Même une ancienne toge illustre comme Carlo Nordio a glissé sur la peau de banane lancée par un journal grand public en ligne comme le Huffington Post, probablement en raison d’un manque de lucidité sénile, qui a préféré lancer de lourdes insinuations avant même de lire le livre ou la plainte de Giorgianni pour crimes contre l’humanité. Son intervention a permis de construire une nouvelle attaque aussi délirante que non fondée dans Il Giornale, jadis rempart de la libre information (quand j’écrivais en tant que correspondant piémontais) mais aujourd’hui tissu du système après le nouveau pacte nazaréen entre le propriétaire Silvio Berlusconi (préjugé pour délits fiscaux et prescrit pour corruption) et le parti démocrate pour le gouvernement Draghi de larges accords, notamment sur le commerce des vaccins anti-Covid-19 désormais obligatoires pour le personnel de santé.

« Considérant que les thèses de déni et de non-vax sont extravagantes et à la limite de l’antisocial, il n’est pas approprié pour un magistrat de favoriser leur diffusion de quelque manière que ce soit. Pas même avec des écrits où il n’aborde pas directement ces thèses », a déclaré l’ancien juge Nordio au Huffington Post. Bien que, comme le souligne l’ancien magistrat, sa préface donne « une image de plausibilité » à un livre qui prône les théories du complot. Il Giornale l’a copié et n’a même pas pris le mal de ventre de demander conseil à l’ancien magistrat. Mais il a mis l’accent sur les déclarations.

Ancien procureur Carlo Nordio, ancien procureur adjoint du parquet de Venise
L’ancien procureur Carlo Nordio, ancien procureur adjoint du parquet de Venise.

« Pour l’accès à la justice, il manque l’examen fondamental : l’examen psychiatrique ». L’ancien magistrat Carlo Nordio, ancien procureur à la retraite depuis 2017, ne les envoie pas pour le dire. Nicola Gratteri, le courageux magistrat anti-mafia, et sa malheureuse préface au livre négationniste Strage di Stato écrit par un collègue magistrat, Angelo Giorgianni, et par le docteur Pasquale Bacco « est l’incipit malheureux d’un article qui dépasse toutes les limites du bon sens, amenant ceux qui le lisent de manière aseptique à se demander si Nordio lui-même réussirait un jour cet examen »

« Un magistrat siégeant à la cour d’appel de Messine et, dans le même temps, a récemment adressé une plainte au tribunal de La Haye dans laquelle il dénonçait le gouvernement italien pour crimes contre l’humanité. Au moins singulier, n’est-ce pas? » Nordio souligne que des phrases fallacieuses sans même avoir lu le rapport détaillé de la plainte, rédigé par le Dr Giorgianni, maintenant juge civil, mais dans le passé procureur adjoint à Messine (et premier procureur à Reggio de Calabre) qui a collaboré avec son collègue Agostino Cordova, procureur de Palmi dans la maxi-enquête sur la franc-maçonnerie capable de violer le secret des temples et loges des encapuchonnés.

« Mais il est clair que le CSM doit s’occuper de Gratteri. Surtout maintenant que le procureur anti-mafia se présente, de son propre aveu, à la présidence du chef du parquet de Milan que Francesco Greco laissera vacant en novembre : Bien sûr, le CSM n’a aucune compétence sur les idées sanitaires des robes », dit Nordio, à qui il conseille à ses anciens collègues de prendre « un bain d’humilité » et « de lire peut-être un livre de droit de moins, mais une autre tragédie de Shakespeare. Ils apprendraient à comprendre leurs faiblesses et celles des autres », conclut sarcastiquement Il Giornale.

L’ancien magistrat Nordio, quant à lui, dénote qu’il a très peu lu sur la pandémie et qu’il n’a même pas entendu l’écho de l’enquête judiciaire ouverte par le parquet de Bergame pour les crimes de contrefaçon et d’épidémie coupable, en rapport au plan d’urgence jamais mis à jour et caché par le gouvernement (l’un des sujets de la plainte de Giorgianni).

Mais l’ancienne toge parle comme s’il n’avait jamais entendu parler d’une thérapie à la cortisone ignorée depuis des mois par le ministère de la Santé qui aurait pu sauver des milliers de vies en tant que remède opportun avec le plasma hyper-immun de la recherche scientifique chinoise attestant des risques de la maladie pulmonaire, immunopathologie des vaccins avant même leur mise sur le marché. Mais ce qui est pire, il ne semble même pas se soucier des vaccinés décédés de la mystérieuse thrombose que le Danemark, la Norvège et l’Allemagne ont considérée comme corrélée avec le vaccin AstraZeneca et le CDC américain soupçonne que c’est avec celui de Pfizer.

« Les négationnistes de ces preuves macroscopiques aiment nous appeler « théoriciens du complot » même si nous préférerions être définis avec notre vrai nom : conspiracy-logi. Parce que nous étudions et dénonçons l’entrelacement des parcelles de diverses institutions nationales et internationales qui ont rendu la pandémie dévastatrice, notamment en raison de l’alarme médiatique, sociale et économique suite aux verrouillages continus sans réelle motivation scientifique et faisant souvent fi des indications des établissements de santé, en charge de l’évaluation », a expliqué le magistrat fondateur de L’Eretico, dans un communiqué officiel de l’Organisation mondiale de la vie publié sur OMV News.

« Je crois que nous sommes déjà dans le plus sombre hiver de la science auquel nous ne pouvons échapper que si le printemps lumineux de la vérité commence. Nous sommes engagés sur ce front … et cela nous agace évidemment. Mais nous ne nous laisserons pas intimider et nous avancerons avec détermination », a déclaré Giorgianni; sûr, comme Kennedy jr, de mener une bataille au nom de la justice, de la santé et de la liberté.

Fabio Giuseppe Carlo Carisio
© COPYRIGHT GOSPA NEWS
Interdiction de reproduction sans autorisation


banniereFABIENeBay001

« Bonjour M. Boulianne. Je dois vous remercier du fond du coeur pour le travail de recherche colossal que vous faites. »

Jules Laforest

Merci Guy pour votre talent de communicateur, il est bien agréable de commencer un nouveau jour avec une mésaventure heureuse accompagnée d’un bon café 💗.

Tueur d’Ours

« Avec vous ont a les vraies informations. Merci Monsieur Boulianne. »

Diane Leboeuf