« Libérez-vous de la peur : arrêtez de jouer aux jeux d’esprit du gouvernement » — Un article de John W. Whitehead et Nisha Whitehead

« Personne ne peut terroriser une nation entière, à moins que nous ne soyons tous ses complices. » — Edward R. Murrow, journaliste de radiotélévision


Je partage avec vous un article de John W. Whitehead et Nisha Whitehead de l'Institut Rutherford. John W. Whitehead est un avocat et auteur qui a écrit, débattu et pratiqué largement dans le domaine du droit constitutionnel et des droits de l'homme. L'approche agressive et pionnière de Whitehead en matière de libertés civiles lui a valu de nombreuses distinctions et réalisations, dont la Médaille hongroise de la liberté. Sa préoccupation pour les persécutés et les opprimés l'a amené, en 1982, à créer le Rutherford Institute, une organisation à but non lucratif pour les libertés civiles et les droits de l'homme à Charlottesville, en Virginie. Whitehead est le président et le porte-parole de l'Institut. Ses commentaires stimulants appellent les gens à l'action et abordent un large éventail de problèmes contemporains, de la foi à la politique et de la télévision aux droits constitutionnels. Il est également un commentateur fréquent sur une variété de questions dans les médias nationaux.

Les livres de John W. Whitehead, “Battlefield America: The War on the American People” et “A Government of Wolves: The Emerging American Police State”, sont disponibles sur www.amazon.com. Il peut être contacté à johnw@rutherford.org. Nisha Whitehead est la directrice exécutive du Rutherford Institute. Des informations sur l'Institut Rutherford sont disponibles sur www.rutherford.org.

John W. Whitehead

L’Amérique est au milieu d’une épidémie aux proportions historiques. La contagion qui se propage comme une traînée de poudre transforme les communautés en champs de bataille et dresse les Américains les uns contre les autres. Des individus normalement doux pris dans les affres de cette maladie ont été transformés en fanatiques belliqueux, tandis que d’autres enclins au pacifisme se sont mis à stocker des armes et à pratiquer des exercices défensifs. Ce fléau sur notre nation — qui s’est propagé comme une traînée de poudre — est un puissant mélange de peur couplé à des doses malsaines de paranoïa et d’intolérance, caractéristiques tragiques de l’Amérique post-11 septembre dans laquelle nous vivons et des crises en constante évolution qui maintiennent la population en état d’alerte élevé.

Partout où vous vous tournez, ceux de gauche comme de droite fomentent la méfiance et la division. Vous ne pouvez pas y échapper. On nous nourrit d’un régime constant de peur : peur d’un virus, peur des démasqués, peur des terroristes, peur des immigrés clandestins, peur des gens trop religieux, peur des gens pas assez religieux, peur des extrémistes, peur du gouvernement, peur de ceux qui craignent le gouvernement. La liste se rallonge de plus en plus.

La stratégie est simple mais efficace : le meilleur moyen de contrôler une population est la peur et la discorde. La peur rend les gens stupides. Confondez-les, distrayez-les avec des bavardages et des divertissements insensés, dressez-les les uns contre les autres en transformant des désaccords mineurs en escarmouches majeures, et nouez-les dans des nœuds sur des questions sans importance nationale.

Plus important encore, divisez les gens en factions, persuadez-les de se considérer comme des ennemis et faites-les se crier dessus pour qu’ils étouffent tous les autres sons. De cette façon, ils ne parviendront jamais à un consensus sur quoi que ce soit et seront trop distraits pour remarquer que l’État policier se referme sur eux jusqu’à ce que le rideau écrasant final tombe.

C’est ainsi que les gens libres s’asservissent et permettent aux tyrans de l’emporter.

Ce stratagème machiavélique a tellement pris la nation au piège que peu d’Américains se rendent même compte qu’ils sont manipulés pour adopter un état d’esprit « nous » contre « eux ». Au lieu de cela, alimentés par la peur et le dégoût des opposants fantômes, ils acceptent de consacrer des millions de dollars et de ressources aux élections politiques, à la police militarisée, à la technologie d’espionnage, aux guerres sans fin, aux mandats COVID-19, etc., espérant une garantie de sécurité qui ne vient jamais.

Pendant ce temps, ceux au pouvoir – achetés et payés par des lobbyistes et des entreprises – font avancer leurs programmes coûteux, et « nous les surgeons » sommes aux prises avec les factures d’impôts et soumis à des fouilles, des descentes de police et une surveillance 24 heures sur 24.

Allumez la télévision ou ouvrez le journal un jour donné, et vous vous retrouverez confronté à des rapports de corruption du gouvernement, de malversations d’entreprise, de police militarisée, d’équipes SWAT en maraude et d’attaques flagrantes contre les droits des citoyens.

L’Amérique est déjà entrée dans une nouvelle phase, celle dans laquelle les communautés sont enfermées, les employés sont obligés de choisir entre conserver leur emploi ou exercer leurs libertés, les enfants sont arrêtés dans les écoles, les vétérans militaires sont détenus de force par des agents du gouvernement et les Américains respectueux des lois voient leurs mouvements suivis, leurs transactions financières documentées et leurs communications surveillées.

Ces menaces ne doivent pas être sous-estimées.

Pourtant, encore plus dangereux que ces violations de nos droits fondamentaux est le langage dans lequel ils sont formulés : le langage de la peur. C’est une langue parlée efficacement par les politiciens des deux côtés de l’allée, criée par les experts des médias depuis leurs chaires de télévision par câble, commercialisée par les entreprises et codifiée dans des lois bureaucratiques qui ne font pas grand-chose pour rendre nos vies plus sûres ou plus sécuritaires. La peur, comme le montre l’histoire, est la méthode la plus souvent utilisée par les politiciens pour accroître le pouvoir du gouvernement.

Jusqu’à présent, ces tactiques fonctionnent.

Une atmosphère de peur imprègne l’Amérique moderne.

Chaque crise successive de ces dernières années (pandémie de COVID-19, terrorisme, etc.) – fabriquée ou légitime – a réussi à réduire le peuple américain à ce que le commentateur Dan Sanchez appelle « des centaines de millions de troupeaux qui se précipiteront vers l’État pour la sécurité, bêlant pour plaire, s’il vous plaît, soyez privé de leurs libertés restantes. » Sanchez  continue :

« Je ne suis pas terrifié par les terroristes ; c’est-à-dire que je ne suis pas moi-même terrorisé. Au contraire, j’ai peur des terrorisés ; terrifiés par les masses bovines qui sont si facilement manipulées par les terroristes, les gouvernements et les médias amplificateurs de terreur pour permettre à notre pays de glisser vers le totalitarisme et la guerre totale…

« Je ne crains pas de manière irrationnelle et disproportionnée les djihadistes musulmans brandissant des bombes ou les cinglés blancs armés d’armes. Mais je crains rationnellement et proportionnellement ceux qui le font, et les régimes que cette terreur renforce. L’histoire démontre que les gouvernements sont capables de massacres et d’esclavage bien au-delà de ce que les militants voyous peuvent rassembler. Les terroristes à l’échelle industrielle sont ceux qui portent des cravates, des chevrons et des badges. Mais de tels terroristes sont un petit nombre impuissant sans l’assentiment de la majorité terrorisée. Il n’y a rien à craindre que les peureux eux-mêmes…

« Arrêtez d’avaler l’alarmisme exagéré du gouvernement et de ses acolytes médiatiques. Arrêtez de les laisser utiliser l’hystérie sur de petites menaces pour vous conduire dans les bras de la tyrannie, qui est la plus grande menace de toutes.

Comme l’histoire le montre clairement, la peur conduit à des régimes fascistes et totalitaires.

C’est une formule assez simple. Les crises nationales, les pandémies mondiales, les attaques terroristes signalées et les fusillades sporadiques nous laissent dans un état constant de peur. La peur nous empêche de penser. La panique émotionnelle qui accompagne la peur arrête en fait le cortex préfrontal ou la partie pensée rationnelle de notre cerveau. En d’autres termes, lorsque nous sommes consumés par la peur, nous cessons de penser. Une population qui cesse de penser par elle-même est une population qui est facilement dirigée, facilement manipulée et facilement contrôlée.

Voici quelques-uns des ingrédients nécessaires à un État fasciste :

  • Le gouvernement est dirigé par un leader puissant (même s’il prend ses fonctions par voie électorale). C’est le principe du leadership fasciste (ou figure paternelle).
  • Le gouvernement suppose qu’il n’est pas restreint dans son pouvoir. C’est l’autoritarisme, qui finit par évoluer vers le totalitarisme.
  • Le gouvernement opère ostensiblement sous un système capitaliste tout en étant soutenu par une immense bureaucratie.
  • Le gouvernement à travers ses politiciens émet des expressions puissantes et continues de nationalisme.
  • Le gouvernement a une obsession pour la sécurité nationale tout en invoquant constamment de terrifiants ennemis internes et externes.
  • Le gouvernement établit un système de surveillance domestique et invasif et développe une force paramilitaire qui n’est pas responsable devant les citoyens.
  • Le gouvernement et ses diverses agences (fédérales, étatiques et locales) développent une obsession pour le crime et le châtiment. C’est de la surcriminalisation.
  • Le gouvernement devient de plus en plus centralisé tout en s’alignant étroitement sur les pouvoirs des entreprises pour contrôler tous les aspects des structures sociales, économiques, militaires et gouvernementales du pays.
  • Le gouvernement utilise le militarisme comme point central de sa structure économique et fiscale.
  • Le gouvernement est de plus en plus impérialiste afin de maintenir les forces patronales militaro-industrielles.

Les parallèles avec l’Amérique moderne sont impossibles à ignorer.

« Chaque secteur est réglementé. Chaque profession est classée et organisée », écrit Jeffrey Tucker. « Tout bien ou service est taxé. L’accumulation de dettes sans fin est préservée. Immense ne commence pas à décrire la bureaucratie. La préparation militaire ne s’arrête jamais, et la guerre avec un ennemi étranger maléfique reste une perspective quotidienne. »

Pour que le dernier marteau du fascisme tombe, il faudra l’ingrédient le plus crucial : la majorité du peuple devra convenir que ce n’est pas seulement opportun mais nécessaire. En temps de « crise », l’opportunité est considérée comme le principe central, c’est-à-dire que pour assurer notre sécurité, le gouvernement doit militariser la police, nous priver de nos droits constitutionnels fondamentaux et criminaliser pratiquement toutes les formes de comportement.

Non seulement la peur graisse les rouages ​​de la transition vers le fascisme en cultivant des citoyens craintifs, contrôlés, pacifiés et intimidés, mais elle s’ancre également dans notre ADN même afin que nous transmettions notre peur et notre complaisance à notre progéniture.

C’est ce qu’on appelle l’hérédité épigénétique, la transmission par l’ADN d’expériences traumatisantes.

Par exemple, les neuroscientifiques ont observé à quelle vitesse la peur peut traverser des générations d’ADN de souris. Comme le rapporte le Washington Post : « Dans l’expérience, les chercheurs ont appris à des souris mâles à craindre l’odeur des fleurs de cerisier en associant l’odeur à de légers chocs des pieds. Deux semaines plus tard, ils se sont reproduits avec des femelles. Les petits résultants ont été élevés jusqu’à l’âge adulte sans jamais avoir été exposés à l’odeur. Pourtant, lorsque les créatures en ont senti une bouffée pour la première fois, elles sont soudainement devenues anxieuses et craintives. Ils sont même nés avec plus de neurones détectant les fleurs de cerisier dans le nez et plus d’espace cérébral consacré à l’odeur des fleurs de cerisier. »

La conclusion ? « Une souris nouvellement née, apparemment ignorante du fonctionnement du monde, peut en fait abriter des générations d’informations transmises par ses ancêtres. »

Considérons maintenant les ramifications des générations héritées de peurs et d’expériences sur les êtres humains. Comme le rapporte le Washington Post : « Des études sur les humains suggèrent que les enfants et petits-enfants ont peut-être ressenti l’impact épigénétique d’événements traumatisants tels que la famine, l’Holocauste et les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ». Comme je le précise dans mon livre Battlefield America : The War on the American People et dans son pendant fictif The Erik Blair Diaries, la peur, les traumatismes et l’obéissance peuvent se transmettre de génération en génération.

La peur a été un outil essentiel dans les régimes fascistes passés, et elle opère maintenant dans notre monde contemporain, ce qui soulève des questions fondamentales sur nous en tant qu’êtres humains et sur ce que nous allons abandonner pour perpétuer les illusions de sûreté et de sécurité.

Pour reprendre les mots du psychologue Erich Fromm :

Peut-on changer la nature humaine de telle manière que l’homme oublie son aspiration à la liberté, à la dignité, à l’intégrité, à l’amour, c’est-à-dire, l’homme peut-il oublier qu’il est humain ? Ou la nature humaine a-t-elle un dynamisme qui réagira à la violation de ces besoins humains fondamentaux en essayant de transformer une société inhumaine en une société humaine ?


Anthologie2020PUB007


« Merci M. Boulianne pour votre travail! J’ai acheté votre livre la Société fabienne que je vais lire avec grand intérêt! »

Mika Liberka

« Bravo prince Boulianne de mettre en lumière l’adversaire ainsi que la guerre spirituelle du mensonge covid 1984 qu’instrumentalise les élites afin d’installer le royaume de Satan en ce monde. »

Le Gaulois

« Bravo!!! Un héros comme toi Guy! Tu sais que tu mérites une collection de médailles? Tu es un grand héros national! J’admire ton courage et le don de toi-même que tu offres. »

Anne Aster