L’État Profond ne peut être vaincu que par la force même du pouvoir populaire

[Mise à jour : 5 mai 2019] Comme plusieurs personnes l’espéraient, j’aurais aimé croire que Donald Trump était celui qui aurait fait le grand ménage dans ce qu’on appelle l’État Profond… le Deep State. Il est probable qu’au début de son mandat, celui-ci était empli de bonnes intentions, mais il a été vite rattrapé par le système très corrompu de la politique américaine.

À mon avis, les plans de Donald Trump se sont écroulés lorsque le F.B.I. effectua une descente le 9 avril 2018 dans les locaux du Rockefeller Center et dans la chambre d’hôtel Park Avenue de Michael D. Cohen, avocat de longue date du président Trump, en saisissant des documents professionnels, des courriels et des documents relatifs à plusieurs sujets.  Le 7 février dernier, le juge de district américain William H. Pauley III a d’ailleurs confirmé dans un procès-verbal que les procureurs fédéraux à New York enquêtaient toujours sur des crimes de financement de campagne. Pauley a déclaré que certains documents devraient rester secrets, car leur divulgation publique risquerait de compromettre les enquêtes en cours, « y compris celles relatives aux crimes de financement de la campagne de Cohen ou découlant de ceux-ci ».

Cette descente dans les bureaux de Michael D. Cohen étaient-ils un coup monté du parti démocrate ? Je dirais que cela est tout à fait possible. Parce que Cohen a travaillé si étroitement avec Trump pendant si longtemps, le président est certainement gravement compromis dans toutes sortes d’affaires plus ou moins scabreuses et scandaleuses. Il faut tout de même admettre que la vie de Donald Trump n’est pas sans tache. Par exemple, Michel Duchaine nous dévoile que dans sa jeunesse, Trump avait un mentor, le fameux avocat des plus grandes familles mafieuses de New York et du Canada nommé Roy Cohn qui lui a appris comment être une brute et un tyran (Réseau international). Roy Cohn a lié Trump à des personnes clés. « Lorsque vous êtes en présence de Cohn, vous savez que vous êtes en présence du mal à l’état pur ». – Victor A. Kovner, avocat, qui a connu Cohn pendant des années.

Roy Cohn était un bon ami de Craig Spence et — avec les plus grands hommes de la CIA et de l’Armée de terre, ainsi que des hommes politiques et des hommes d’affaires — il a déjà organisé sa fête d’anniversaire chez Spence. Ce dernier a par la suite fait l’objet d’une enquête pour avoir dirigé chez lui un réseau pour homosexuels et pédophiles sanctionné par la CIA (Washington Call-Boy Scandal), ces opérations se déroulant directement jusqu’à la Maison-Blanche. Cohn dirigeait les petits garçons dans le but de faire chanter de hauts fonctionnaires. La clique de Roy Cohn est responsable du Scandale Franklin, du réseau DC Call-Boy, de l’affaire Dutroux, du réseau de Jeff Epstein, du réseau sexuel turc Tevfrik Arif, du trafic sexuel des Mariannes du Nord, etc. (lire les liens entre Trump et la mafia russe et israélite).

« Les membres de haut niveau de l’ADL, un groupe de “philanthropes” milliardaires, dirigent Donald Trump comme une marionnette dans le cadre de leur guerre contre les États-Unis et la Russie. »

— Gordon Duff, Veterans Today, 23 mars 2019


La puce électronique pour tout le monde !

Il serait très difficile de nier que Donald Trump croit fermement dans l’implémentation de la puce électronique (RFID), dans le système de suivi biométrique et dans la propagation du réseau sans fil de cinquième génération (5G) qui prendra le contrôle absolu sur nos vies. De plus, les États-Unis ont récemment bloqué les efforts mondiaux pour examiner la géo-ingénierie climatique qui sera justement utilisée pour le suivi biométrique, par le truchement du réseau 5G !

Voici ce que Donald Trump disait à propos du système de suivi biométrique :

« Nous allons enfin achever le système de suivi (tracking system) biométrique des visas d’entrée et de sortie dont nous avons désespérément besoin. Pendant des années, le Congrès a exigé un système de suivi biométrique des visas d’entrée et de sortie, mais il n’a jamais été achevé. Dans mon administration, nous veillerons à ce que ce système soit en place, et je vous le dis, ce sera sur terre, sur mer, dans les airs. Nous aurons un bon système de suivi (tracking system). » (Twitter, 31 août 2016).

De plus, il semble clairement donner son aval au rapport de la Commission du 11 septembre. Conséquemment, il n’a sans doute aucunement l’intention de ré-ouvrir l’enquête sur les attaques du 9/11. Il disait un peu plus loin : « La Commission du 11 septembre a déclaré que ce système de suivi devrait être une priorité et qu’il aurait “aidé les responsables de l’application de la loi et du renseignement en août et septembre 2001 à effectuer la recherche de deux des pirates de l’air du 11 septembre qui étaient aux États-Unis avec des visas expirés” ».

En novembre 2015, Donald Trump disait : « Les spécialistes implanteront une minuscule puce d’identification par radiofréquence (RFID) dans le bras supérieur droit de chaque individu passant par l’un de ces centres de réinstallation », ajoutant que « cela nous permet de suivre leurs mouvements pratiquement partout dans le monde, en temps réel. » (Real News Right Now).

C’est bien malheureux à dire, mais Trump travaille pour la même oligarchie que la plupart des dirigeants de ce monde. Il emploie simplement une autre tactique. Ce sera ce qu’on appelle la Grande Déception pour plusieurs personnes incarnée par le PsyOp QAnon (opération psychologique). Donald Trump croit fermement dans l’implantation de la puce électronique (RFID) et dans le système de suivi (tracking system) biométrique. Certaines personnes disent que l’implantation généralisée pourrait débuter en 2020.

Ces puces sont déjà utilisées. En effet, le 8 décembre 2016, le Congrès américain a autorisé le gouvernement à implanter la puce aux personnes atteintes de « handicap mental » (Bill HR 4919). Comme le magazine Activist Post le faisait remarquer, en 2010 NBC Nightly News prédisait avec audace que tous les Américains seraient équipés de puces RFID en 2017 (Youtube). « Même si cette initiative a de nobles intentions, les programmes “modestes et temporaires” au nom de la sécurité évoluent souvent en bureaucraties permanentes et élargies qui portent atteinte aux libertés du peuple américain. C’est exactement ce que nous avons ici. Il existe un problème de sécurité pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de l’autisme et d’autres problèmes de santé mentale. Le problème, c’est que le ministère de la Justice lance un programme de surveillance afin que nous puissions utiliser un dispositif ou une méthode pour suivre ces personnes 24/7. », a déclaré le représentant Louie Gohmert (R-TX) dans un discours prononcé contre le projet de loi.

Dans cette vidéo, Melissa Dykes explique comment des étiquettes psychologiques ou psychiatriques vagues telles que « handicap mental » et « déficience intellectuelle » pourraient être utilisées pour créer un vaste réseau autour des membres de la société qui critiquent le gouvernement – chercheurs de vérité, dissidents, militants, journalistes alternatifs et reporters indépendants. Rappelez-vous comment la psychiatrie invente des maladies fictives pour en tirer profit, comme l’a admis le psychiatre Leon Eisenberg sur son lit de mort. Rappelez-vous la croissance incontrôlable de la « maladie mentale ». Vous souvenez-vous de ces maladies ridicules et non scientifiques comme le trouble oppositionnel avec provocation (TOP) qui font de la dissidence un crime ?

Jared Kushner et le nombre de la Bête 666

Le sioniste et gendre de Donald Trump, Jared Kushner, a des intérêts financiers très particuliers dans l’implémentation de ce qu’on appelle communément la puce électronique, la radio-identification, le plus souvent désignée par le sigle RFID. Ne perdons pas de vue qu’il fut le propriétaire du 666 Fifth Avenue à New York de 2007 à 2018. Dans ce bâtiment, Lucent Technologies opère et effectue des recherches sur les puces RFID destinées à être implantées dans votre main droite… la marque de la bête. Étrangement, l’une des caractéristiques les plus célèbres de son extérieur était l’adresse 666 bien visible sur le dessus du bâtiment. En 2002, l’adresse 666 située sur le côté de l’immeuble a été remplacée par un logo de Citigroup. Le bâtiment est illustré dans le roman d’horreur Falling Angel de 1978 de William Hjortsberg (publié en français sous le titre Le Sabbat dans Central Park). Le livre fut adapté dans le film d’horreur de 1987 Angel Heart – Aux portes de l’enfer.

Le logo de Lucent Technologies représente le ouroboros mythique, le serpent rouge tenant sa queue dans sa bouche. Texe Marrs écrivait : « Certaines entreprises semblent se régaler de manière étrange dans leurs activités provocantes. Prenez Lucent Technologies, par exemple. Dans une récente édition de “Flashpoint”, j’ai demandé à cette entreprise dérivée d’AT&T : “Le nouveau bébé d’AT&T a-t-il des cornes?” En annonçant la création de Lucent plus tôt cette année, AT&T a dévoilé le logo mystérieux de la nouvelle société : un cercle rouge à bords rugueux. Voici la réponse qu’on m’a fait : “Pour les occultistes, le cercle représente leur divinité satanique, le grand et redoutable Serpent solaire. Son image est le feu, le rouge, l’orbe solaire ou le cercle. Les Écritures révèlent qu’il est le “grand dragon rouge” et son système global, la bête écarlate (de couleur rouge) (Apocalypse 12: 3 et 17: 3-5). Comme il est intéressant que le logo de Lucent Technologies soit un cercle rouge”. »

Texe Marrs poursuit : « Comme il était envoûtant de lire également dans le communiqué de presse de Lucent pour Inferno, une citation promotionnelle de Peter Bernstein, président d’Infonautics Consulting, qui louait le logiciel de Lucent avec ces mots : “Inferno est conçu pour dissiper le chaos de la tour électronique de Babel”. » Il est intéressant de noter que l’entreprise Lucent Technologies est inscrite en tant que lobbyiste depuis le 17 novembre 1999 au Commissariat au lobbying du Canada, sous le nom de William Ferreira, Lobbyiste-conseil (numéro de l’enregistrement : 776516-8404, aujourd’hui inactif).

Lucent signifie « ils brillent » en latin. Le nom a été appliqué en 1996 au moment de la scission d’AT&T. Cette même racine linguistique donne également Lucifer, « le porteur de lumière », qui est également un personnage du poème épique de Dante, Inferno. Peu de temps après le changement de nom de Lucent, le projet Plan 9 de Lucent a lancé le système d’exploitation appelé « Inferno » en 1997. Cela a étendu les références à « Lucifer » et à Dante en tant que série de calembours pour les composants d’Inferno – Dis, Limbo, Charon et Styx (protocole 9P). Lorsque les droits sur Inferno ont été vendus en 2000, la société Vita Nuova Holdings a été créée pour les représenter. Cela continue sur le thème de Dante, bien qu’il s’éloigne de sa Divine Comédie pour se tourner vers le poème La Vita Nuova (Wikipédia). Comme on nous le fait remarquer sur ce site néo-zélandais :

« Inferno, Limbo ? Où Inferno signifie “Enfer” – et Limbo (limbe) est l’acte d’être suspendu dans un compartiment inférieur de l’Enfer, en attente du jugement ou d’une punition. Les “protocoles de communication” conçus dans le logiciel “Inferno” de Lucent sont appelés “styx”. Dans les mythologies et religions païennes, “styx” est synonyme de la région enflammée et brûlante du soufre, où résident les démons. En d’autres termes : l’enfer ! Lucent… Enfer… Limbo… Styx. Tous des synonymes de l’Enfer ! »

En outre, nous avons également appris que Jared Kushner avait été parrainé par George Soros à hauteur de 259 millions de dollars.

En effet, il s’avère que George Soros est le financier de l’entreprise immobilière appelée Cadre, fondée par le gendre de Donald Trump, Jared Kushner et son frère, Joshua Kushner. The Real Deal a révélé que c’était George Soros qui avait fourni à Cadre une marge de crédit de 259 millions de dollars. Une source a déclaré : « Soros a eu une relation longue et productive avec la famille Kushner. »

Bien que George Soros ait accordé du crédit à l’entreprise, la société a levé 68,3 millions de dollars en deux tours auprès de 8 investisseurs différents, dont 50 millions de dollars dans une série B clôturée en décembre 2016. Alors pourquoi exactement George Soros accepterait-il d’aider une nouvelle entreprise de Jared Kushner, qui est conseiller à la Maison Blanche de Donald Trump ? Après tout, Soros et Trump semblent vraiment se détester. C’est comme la fameuse phrase dans le film « Le Parrain » : C’est juste une affaire, rien de personnel.

Jared Kushner a rejoint la Maison Blanche en tant que conseiller de son beau-père Donald Trump. L’ironie de la connexion Soros-Kushner est que la campagne présidentielle de Donald Trump, que Jared Kushner a aidé à orchestrer, a vilipendé George Soros. Une vidéo de la campagne de novembre montrait le visage de Soros, tandis que la voix de Trump retentissait sur « des intérêts spéciaux mondiaux » qui « n’ont pas votre coeur à l’esprit ».

Soros s’oppose vivement à Trump. « Je l’ai décrit comme un imposteur, un escroc et un dictateur potentiel », a déclaré Soros à Bloomberg. « Mais il n’est qu’un prétendu dictateur, car je suis convaincu que la Constitution et les institutions des États-Unis sont suffisamment fortes. » Il a donné 10,5 millions de dollars à Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle de 2016, selon les données citées par le Center for Responsive Politics. par CNBC.

À propos de Charles Kushner, père de Jared

Charles Kushner. Photo © The Real Deal

Charles Kushner (né le 16 mai 1954) est un promoteur immobilier américain. Il a fondé Kushner Companies en 1985. En 2005, il a été reconnu coupable de contributions illégales à la campagne, d’évasion fiscale et de falsification de témoins. Il a passé 14 mois dans une prison fédérale et a repris sa carrière dans l’immobilier après sa libération. Son fils, Jared Kushner, est le mari d’Ivanka Trump, gendre et conseiller principal du président Donald Trump.

En 1985, Charles Kushner a commencé à gérer le portefeuille de son père composé de 4 000 appartements dans le New Jersey. Il a fondé Kushner Companies – dont le siège est à Florham Park, dans le New Jersey – et en est devenu le président. En 1999, il a remporté le prix de l’entrepreneur de l’année Ernst & Young dans le New Jersey. À l’époque, Kushner Companies comptait plus de 10 000 appartements résidentiels, une entreprise de construction de maisons, des propriétés commerciales et industrielles et une banque communautaire.

À l’été 2004, Kushner a été condamné à une amende de 508 900 dollars par la Commission électorale fédérale pour avoir contribué aux campagnes politiques démocrates au nom de ses partenariats lorsqu’il n’avait pas été autorisé à le faire. En 2005, à la suite d’une enquête du bureau du procureur américain dans le district du New Jersey, le procureur américain Chris Christie a négocié avec lui un accord de plaidoyer, en vertu duquel il a plaidé coupable à 18 chefs de contributions illégales à la campagne, de fraude fiscale et de falsification de témoins. L’accusation de falsification de témoin découle de l’acte de représailles de Kushner contre William Schulder, le mari de sa soeur Esther, qui coopérait avec des enquêteurs fédéraux; Kushner a engagé une prostituée pour séduire son beau-frère, s’est arrangé pour enregistrer une rencontre entre les deux et a envoyé la cassette à sa sœur. Il a été condamné à deux ans de prison et a passé 14 mois au camp de la prison fédérale de Montgomery, en Alabama, avant d’être envoyé dans une maison de transition à Newark, dans le New Jersey, pour y purger sa peine. Il a été libéré de prison le 25 août 2006.

À la suite de ses condamnations, Kushner fut radié de la liste, interdit de pratiquer le droit au New Jersey, à New York et en Pennsylvanie.

Après sa libération de prison, Kushner a transféré ses activités commerciales du New Jersey à New York. Début 2007, les sociétés Kushner ont acheté l’immeuble 666 Fifth Avenue à Manhattan pour 1,8 milliard de dollars. On estime que sa famille et lui ont une valeur nette de 1,8 milliard de dollars. Il a employé deux codétenus qu’il a connus en prison.

Avant 2016, Kushner était un donateur du parti démocrate. Il siège aux conseils d’administration du Touro College, du Stern College for Women, du Rabbinical College of America et des United Jewish Communities. Kushner a fait un don à l’université de Harvard, au collège Stern, au centre médical de St. Barnabas et à la paralysie cérébrale unie. Il a contribué au financement de deux écoles, Joseph Kushner Hebrew Academy et Rae Kushner Yeshiva High School, à Livingston, dans le New Jersey, et les a nommées d’après ses parents. Kushner Hall est un bâtiment qui porte son nom sur le campus de l’Université Hofstra. Le campus du centre médical Shaare Zedek de Jérusalem porte le nom de « Campus Seryl et Charles Kushner » en l’honneur de leur don de 20 millions de dollars.

En août 2015, Kushner a fait un don de 100 000 USD à Make America Great Again, de Donald Trump, un super PAC qui soutient la campagne de Trump pour la présidence de 2016. Kushner et son épouse ont également organisé une réception pour Trump dans leur hôtel particulier situé au bord de la mer, à Jersey Shore, à Long Branch.


Donald Trump, l’ami de longue date de Jeffrey Epstein

Jeffrey Edward Epstein

Jeffrey Edward Epstein est un milliardaire américain ayant fait fortune dans la finance en travaillant chez Bear Stearns puis avec son propre cabinet, J. Epstein & Co. Il est un ami de longue date du Prince Andrew, Duc d’York ; ils ont séjourné l’un chez l’autre et ont passé des vacances ensemble en Thaïlande. En décembre 2010, le prince était invité d’Epstein pour quelques jours dans sa résidence de New York peu après qu’Epstein ait été poursuivi pour sollicitation de prostitution d’une mineure. Son dîner au manoir a notamment accueilli Katie Couric, George Stephanopoulos, Charlie Rose, et Woody Allen. Les appartements sont situés juste à côté de la Cinquième Avenue et surplombent la Frick Collection.

Epstein avait mis en place un système pour recruter des jeunes femmes par d’autres femmes, pour ses services de massage. Deux femmes de ménage ont déclaré à la police qu’Epstein recevait des « massages » chaque jour, quand il était à Palm Beach. En mai 2006, la police de Palm Beach a finalement émis une inculpation pour plusieurs chefs d’accusation dont relations sexuelles illégales avec des mineurs et atteinte à la pudeur. À la demande de son équipe d’avocats (dont Gerald Lefcourt, Alan Dershowitz et, plus tard, Ken Starr), Epstein a subi un test au détecteur de mensonge où il a été demandé s’il connaissait le statut de mineurs des filles (bien qu’un détecteur de mensonge ne soit généralement pas recevable devant la cour d’un tribunal).

Au lieu de suivre les recommandations de la police, les procureurs ont examiné des éléments de preuve faible et l’a présenté à un grand jury. L’ancien chef de la police de Palm Beach Michael Reiter a plus tard écrit au Procureur de l’État Barry Krischer en se plaignant de la manière « très inhabituelle » dont l’affaire était conduite et en lui demandant de se retirer de l’affaire. Le grand jury n’a retenu qu’une seule accusation criminelle (sollicitation de prostitution), pour laquelle Epstein n’a pas plaidé coupable en août 2006.

En juin 2008, après avoir finalement plaidé coupable pour la seule accusation de sollicitation de prostitution de filles très jeunes (hébéphilie). Epstein a commencé à purger sa peine de 18 mois d’emprisonnement. Il a été libéré après 13 mois, et inscrit sur la liste des délinquants sexuels. Il y a une controverse sur la manière dont cette affaire a été traitée.

Le 6 février 2008, une femme (restée anonyme) de Virginie a déposé plainte contre Epstein, devant la cour fédérale en réclamant 50 millions de dollars alléguant que quand elle avait 16 ans en 2004-2005, elle a été « recrutée » pour donner à Epstein un massage, dans son manoir où il aurait eu ensuite des relations sexuelles avec elle pour 200 $. Une plainte semblable (50 millions de dollars demandés) a été déposée par une autre femme en mars 2008, représentée par le même avocat. Plusieurs de ces poursuites ont été non recevables et d’autres réglées à l’amiable. Epstein aurait jusqu’à présent réglé 17 cas à l’amiable, et certains cas sont en cours. Le 30 décembre, 2014 une autre plainte concerne une violation du Crime Victims’ Rights Act (déposée en Floride). Dershowitz est accusé d’avoir abusé sexuellement d’une mineure “fournie” par Epstein. Les allégations portées à l’encontre de Dershowitz ont été finalement éliminée après que son avocat ait soutenu qu’elles étaient sans fondement. Un document de la cour allègue qu’Epstein a procuré de jeunes filles mineures à « d’éminents politiciens Américains, puissants dirigeants d’entreprises, des présidents étrangers, un premier ministre bien connu, et d’autres dirigeants du monde ».

En juin 2016, une autre femme a déposé une plainte devant un tribunal civil, accusant Epstein et Donald Trump, alors candidat Républicain à la présidentielle, de l’avoir violée quand elle avait 13 ans, de manière répétée, en 1994, attachée à un lit, et battue alors qu’elle le suppliait d’arrêter, puis menacée de représailles physiques contre elle et sa famille si elle révélait la vérité. Une copie du procès en Californie (déposé le 26 avril 2016) communiquée via le site Web Scribd décrivait les allégations, notamment l’accusation selon laquelle Trump et Epstein avaient (plus de 20 ans auparavant) « sexuellement et physiquement » agressé la plaignante alors âgée de 13 ans.

Certains médias n’ont pas pris les allégations au sérieux : la plaignante est anonyme, un procès précédent a été rejeté (pour des raisons de forme, parce que la demande avait été faite sans l’aide d’un avocat). Mais Lisa Bloom, analyste juridique de NBC, considère qu’il faut prendre les allégations au sérieux. Premièrement, elles correspondent avec des choses que l’on sait déjà sur Epstein et Trump : Epstein pratiquait l’esclavagisme sexuel de jeunes — voire très jeunes — filles, et Trump était un ami d’Epstein.

En effet, Donald Trump affirmait dans le New York Magazine en 2002 : « Je connais Jeff depuis quinze ans. Un type formidable. On s’amuse beaucoup avec lui. On dit même qu’il aime les belles femmes autant que moi, et beaucoup d’entre elles sont plutôt jeunes. Il n’y a aucun doute–Jeffrey s’amuse bien dans sa vie sociale »¹. On a trouvé le nom de Trump dans le « petit livre noir » d’Epstein où il gardait tous ses contacts et qui fut volé par un employé d’Epstein en 2004. Le livre contenait 14 numéros de téléphone pour Trump, y compris des numéros d’urgence, des numéros de voitures, les numéros du garde du corps et du majordome de Trump.

Le 20 juin 2016, le blog Gothamist, basé à New York, a annoncé que la plaignante avait déposé une plainte similaire devant un tribunal fédéral de l’État de New York. Le magazine qui a signalé le deuxième dépôt à New York a expliqué que la poursuite pouvait être autorisée même si le délai de prescription pour intenter une action était expiré, car (selon l’avocat de la demanderesse), la demanderesse n’avait pas la « liberté de plus tôt dans le temps », car elle avait été menacée par Trump.

Une copie de la plainte basée à New York a également été téléchargée sur Scribd et, dans le deuxième dossier (qui ne demandait aucun montant en dommages-intérêts spécifiques), la demanderesse était représentée par Thomas Francis Meagher, avocat spécialisé dans les brevets au New Jersey. Elle aurait à nouveau abandonné le procès le 4 novembre 2016 pour la même raison. Une conférence de mise en état du procès devait avoir lieu le 16 décembre 2016.

Comme le rapporte Julie K. Brown au Miami Herald, Jeffrey Epstein n’a finalement passé que 13 mois dans une prison de comté, grâce à un accord signé par Alexander Acosta, alors procureur américain à Miami et désormais secrétaire du Travail du président Donald Trump. Le 21 février 2019, un juge fédéral a déclaré que l’équipe d’Acosta avait enfreint la loi en dissimulant l’accord de plus de 30 filles qui affirmaient qu’Epstein les avait maltraitées. Epstein a déclaré que toutes ses rencontres avec ses accusateurs étaient consensuelles et qu’il croyait avoir 18 ans à l’époque.

En conséquence, le 6 février 2019, le ministère de la Justice a annoncé avoir ouvert une enquête sur un accord de plaidoyer conclu en 2007 par le procureur Alexander Acosta qui avait empêché le financier Jeffrey E. Epstein de faire face à des accusations fédérales liées à des accusations de molester de dizaines de mineurs filles. L’enquête faisait suite à des demandes du sénateur Ben Sasse du Nebraska, qui a publié sur son site Web une lettre du procureur général adjoint Stephen E. Boyd l’informant de l’enquête.

Dans sa lettre, M. Boyd a indiqué que le Bureau des responsabilités professionnelles du ministère de la Justice examinerait « les allégations selon lesquelles des avocats du ministère pourraient avoir commis une faute professionnelle de la manière dont l’affaire pénale d’Epstein avait été résolue ». Le 16 février 2017, Alexander Acosta fut nommé secrétaire au Travail par Donald Trump lui-même.

Le 22 février 2019, Jane Coaston et Anna North écrivaient : « Le fait qu’Epstein soit libre aujourd’hui rappelle que le système judiciaire américain a toujours trop voulu ignorer les propos des filles et des femmes, en particulier lorsqu’elles accusent un homme riche et influent. C’est un rappel que ceux qui ont assez d’argent et de relations, d’Epstein à Harvey Weinstein, peuvent souvent manipuler le système judiciaire pour servir leurs propres objectifs. Et cela montre à quel point une personne puissante peut protéger non seulement elle-même, mais également toutes les personnes qui pourraient être connectées à elle, tout en exploitant ceux qui sont impuissants. »


En guise de conclusion :

En guise de conclusion, je citerai ci-dessous — et en large — un très important article publié le 23 février dernier par le site internet de State of the Nation et qui me rejoint particulièrement (vous pouvez lire la traduction intégrale française en cliquant sur ce lien) :

Les funérailles d’État de George HW Bush ont eu lieu le mercredi 5 décembre 2018 à la cathédrale nationale de Washington. Au cours des funérailles, une série extraordinaire d’événements a eu lieu et continue de dérouter les médias alternatifs à ce jour. Puis, deux jours plus tard, Donald Trump annonçait son intention de nommer William Barr (ancien avocat et confident proche de Bush) procureur général des États-Unis. Il est confirmé par le Sénat, par 54 voix contre 45, et prête serment comme 85e procureur général le 14 février 2019. Cette nomination cruciale au poste d’agent gouvernemental constitue le changement de personnel le plus important pour l’administration Trump en 2019. La véritable portée de cette décision sera inévitablement dévoilée au cours des prochains mois.

Que s’est-il vraiment passé ? Tout indique une proposition de trêve présentée par le président Trump lors des funérailles – une trêve qui a été rapidement acceptée par les deux camps. La dynastie politique Bush est puissante et omniprésente. Sous W. Bush, la famille était étroitement liée à la cabale Neocon et à d’autres sionistes influents. Le président Trump est également rejoint par les sionistes chrétiens et israéliens, et en particulier avec l’organisation Chabad par l’intermédiaire de son gendre juif orthodoxe Jared Kushner.

Il semble que Trump savait qu’il n’aurait pas une minute de paix pour ses deux années restantes et a donc pris contact avec les Bush (ainsi qu’avec d’autres syndicats du crime) pour qu’ils acceptent un traité de paix. Tous les plus grands noms des familles criminelles Bush et Clinton étaient présents lors des funérailles de Bush. De cette façon, Trump a été en mesure de faire savoir à tous qu’il ne tiendrait plus sa promesse électorale de drainer le marais.

C’est avec une grande certitude que « l’affaire de l’enveloppe » a été mise en scène et filmée par l’équipe Trump pour produire un effet maximal. Il se peut même que les deux parties aient été impliquées dès le début afin d’informer tous les acteurs clés (et le public) qu’une trêve avait été proposée et qu’elle était acceptée de manière décisive.

Avec William Barr en place en tant que procureur général des États-Unis, il n’y aura aucune poursuite des Clinton, des Bush, des Obama, ni d’aucune autre famille criminelle, y compris les Rothschild et les Rockefeller. Même le criminel de carrière George Soros va patiner. La nomination de Barr deux jours seulement après les obsèques témoigne de la probabilité que l’offre de trêve soit immédiatement acceptée par les deux parties et qu’il appliquerait l’entente de non-poursuite comme procureur général.

Le marais NE SERA PAS drainé – pas même un peu – parce que des poursuites rendraient très vulnérables les diverses familles criminelles. Des condamnations pourraient même conduire à l’exposition de la mafia khazarienne et de la noblesse noire, qui dirigent vraiment toute l’histoire comme ils le font depuis la Federal Reserve Act de 1913 et avant. Les familles criminelles des Illuminati possèdent tout simplement trop de richesses pour pouvoir être détruites; Beaucoup d’argent achète beaucoup de pouvoir et d’influence.

La politique étrangère de l’administration Trump a été complètement reprise en main par les bellicistes sionistes néo-démocrates. La politique étrangère de Trump n’est plus sous son contrôle. Ses principales décisions de politique intérieure ne le sont pas non plus. Il semblera vouloir continuer avec le mur de la frontière, remplacer Obamacare, protéger le deuxième amendement et interdire l’avortement comme moyen de contraception, mais ces initiatives ne feront désormais plus que paraître. Aucune d’entre elles ne sera accomplie pendant le reste de son mandat.

Donald Trump a été complètement pris en charge par des forces trop puissantes pour qu’un individu puisse les affronter. La composition actuelle de son cabinet indique clairement que ses principales promesses de campagne ne seront pas tenues. Le nombre de bellicistes néo-conservateurs suffit à déclencher la troisième guerre mondiale. Son cabinet de guerre a été constitué à bon escient pour faire avancer le côté fasciste du programme du Nouvel Ordre Mondial.

Cette « trêve précaire » explique également pourquoi le président promeut avec zèle non seulement le déploiement extrêmement dangereux de la 5G, mais également un futur paradigme technologique 6G. Israël a gardé ses réseaux 3G gelés sur place, car Tel-Aviv reconnaît les dangers et les risques inhérents à la 4G pour la santé; et pourtant ils étaient les principaux développeurs de la technologie 5G. Pourquoi, alors, Trump pousse-t-il un réseau 5G complètement non testé ? La 5G est littéralement la pierre angulaire du programme du Nouvel Ordre Mondial et, de loin, le projet le plus dangereux sur Terre aujourd’hui.

Le Deep State ne peut être vaincu que par la force même du pouvoir populaire et par la menace très réelle de violence exercée contre le 1%. Le gouvernement fantôme a verrouillé la planète pendant des siècles alors comment un homme peut-il détruire une structure de pouvoir aussi vaste et profonde, en particulier lorsque la majeure partie de celle-ci fonctionne complètement sous le radar.

State of the Nation, 23 février 2019

« Q et QAnon sont des LARPs² qui ont publié d’énormes quantités de porno d’espoir concernant des milliers d’inculpations scellées fictives. Ils n’existent pas et ils n’ont jamais existé. « Le PLAN » n’a jamais été réel et n’est que le fruit de l’imagination fertile de quelqu’un qui, néanmoins, a UN AGENDA TRÈS GRAVE (pour intégrer de manière trompeuse le Mouvement des Patriotes dans le camp belliqueux des sionistes néocon). Les Q travaillent vraiment pour l’un des syndicats du crime clandestin qui soutient actuellement Trump. » — State of the Nation

______

NOTE :

  1. « I’ve known Jeff for fifteen years. Terrific guy, » Trump booms from a speakerphone. « He’s a lot of fun to be with. It is even said that he likes beautiful women as much as I do, and many of them are on the younger side. No doubt about it — Jeffrey enjoys his social life. » (New York Magazine, 2002)
  2. LARP = Live Action Role-Playing « est un type de jeu de rôle interactif dans lequel les participants décrivent des personnages par des actions physiques, souvent en costume et avec des accessoires ».

___________

RÉFÉRENCES :