Le Dr Norman Doidge nous dit : « Les vaccins sont un outil, pas une solution miracle. Si nous avions permis un débat plus scientifique, nous nous en serions rendu compte plus tôt … »

Je me permets de reproduire la traduction d'un important article du Dr Norman Doidge paru le 22 janvier 2022 dans le journal Globe and Mail (mis à jour le 24 janvier). Le Dr Norman Doidge est psychiatre, psychanalyste et auteur du livre “The Brain That Changes Itself”. Il est directeur exécutif du think tank “Health & the Greater Good”. Norman Doidge n’est pas un complotiste. Seulement, il ose dresser un bilan exhaustif des erreurs des deux dernières années — dont le manque de débat, justement, entourant les questions sanitaires.

Juste avant Noël, sans grande fanfare, l’Ontario est devenue la première province à approuver la fluvoxamine – un médicament vieux de plusieurs décennies dont peu avaient entendu parler – pour le traitement précoce de la COVID-19. L’annonce du 20 décembre, à un moment où les Canadiens étaient préoccupés par Omicron et où les hôpitaux craignaient d’être bientôt submergés, n’a guère fait l’objet d’une couverture médiatique.

La fluvoxamine est une « drogue réutilisée » et provient de ce qui pourrait sembler être une source des plus improbables : la psychiatrie. C’est un antidépresseur utilisé le plus souvent pour traiter les troubles obsessionnels compulsifs. Le médicament a fait l’objet de deux essais contrôlés randomisés, ou ECR (le niveau de preuve le plus élevé) et de quatre études observationnelles montrant qu’il empêche les personnes atteintes de COVID de sortir de l’hôpital, de nécessiter une intubation et aide à prévenir la mort. La découverte de ses propriétés anti-COVID est intervenue après d’impressionnantes investigations en France et aux États-Unis. Ensuite, un partenariat codirigé par une équipe de Canadiens a mené le vaste essai randomisé qui a prouvé ce qu’il pouvait faire.

C’est une bonne nouvelle, à propos de nos responsables de la santé publique qui font quelque chose de bien et font preuve de flexibilité, à un moment où nous apprenons les limites de nos vaccins et des stratégies d’accompagnement. Une réévaluation est dans l’air, motivée par l’expérience de deux ans de chacun avec la pandémie – scientifiques inclus.

Considérez comment les choses se sont déroulées en avril 2020, lorsque Bill Gates, dont la fondation est le plus grand contributeur privé à l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré : « La solution ultime, la seule chose qui nous permet vraiment de revenir complètement à la normale et de nous sentir bien… est de créer un vaccin. » Son « seulement » signifiait qu’en pratique, notre principal espoir et notre objectif — dans la recherche, la politique, dans les médias et même émotionnellement, pour beaucoup — devenaient les vaccins. M. Gates a articulé ce qui est devenu notre récit principal : la santé publique arrêterait la propagation avec des mesures improvisées telles que les confinements, décourageant les fonctions sociales et les voyages, et fermant les écoles et les entreprises jusqu’à l’arrivée des vaccins, ce qui nous protégerait jusqu’à ce que nous obtenions le vaccin — immunité collective induite partout, ce qui, nous a-t-on dit, éliminerait le virus. Nous avons mis notre confiance dans les vaccins, tandis que d’autres approches — telles que les médicaments pour un traitement précoce, ou un rôle pour notre immunité naturelle, ou la réduction de nos facteurs de risque personnels, par exemple — ont reçu relativement moins d’attention.

Des personnes clés ont prédit — à moitié promis, en fait — que nous en aurions fini avec le COVID, du moins en Occident, d’ici l’été 2021. En février 2021, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a déclaré que le vaccin offrait toujours une forte protection au bout de six mois et que « les indicateurs en ce moment… nous disent qu’il existe une protection contre la transmission de la maladie. » En avril, le Dr Ugur Sahin, PDG de BioNTech (qui a développé le vaccin pour Pfizer), a déclaré aux journalistes : « L’Europe atteindra l’immunité collective en juillet, au plus tard en août ». Ce n’était pas difficile à vendre. Qui ne voudrait pas que ce soit vrai ? N’ayant aucune expérience de la pandémie, nous les avons pris au mot. Les politiciens ont encouragé l’idée que notre véritable objectif pour gérer le COVID serait de « l’éliminer partout », comme le premier ministre Justin Trudeau dit. Un traitement précoce ne promet pas cela, bien qu’il puisse réduire les taux de mortalité. L’éradication avait plus d’attrait psychologique : retirons-la de nos vies pour toujours.

Pourtant, en décembre 2021 lugubre, deux ans plus tard, avec des cas qui atteindront bientôt des niveaux record, et un autre verrouillage imminent et des vaccins en déclin, cela ne fonctionnait pas de cette façon. Peut-être que si nous n’avions pas été aussi concentrés sur un seul outil, les choses auraient pu se passer différemment. Et peut-être que si certaines voix n’avaient pas été réduites au silence et que d’autres avaient remis un mégaphone, notre trousse à outils pandémique et notre état d’esprit auraient également été différents.

Au début de la pandémie, sur le site Sainte-Anne de l’hôpital psychiatrique parisien, Psychiatrie & Neurosciences, quelque chose de mystérieux s’est produit. Le personnel a commencé à contracter le COVID en grand nombre, mais leurs patients, gravement malades mentaux, ne l’ont pas fait. Trois membres du personnel ont reçu le COVID pour chaque patient, bien que les patients aient plus de facteurs de risque, comme le surpoids ou les maladies cardiovasculaires.

Quelqu’un s’est demandé si les médicaments psychiatriques des patients les protégeaient ? Le personnel s’est concentré sur la chlorpromazine, un médicament antipsychotique courant, et a appris qu’il avait des propriétés antivirales contre le SRAS-Cov-1 et le MERS-CoV (les prédécesseurs du SRAS-CoV-2). Dans une publication de mai 2020, ils ont proposé de le réutiliser pour traiter le COVID-19.

Des psychiatres et des scientifiques français ont ensuite mené une étude multicentrique portant sur 7 230 patients hospitalisés à Paris pour un COVID-19 sévère. Par coïncidence, 300 des patients prenaient des antidépresseurs. Les données ont montré que les personnes sous inhibiteurs sélectifs de l’absorption de la sérotonine (ISRS) — une sorte d’antidépresseur — étaient moins susceptibles de nécessiter une intubation ou de mourir. Tous les ISRS n’ont pas fonctionné de la même manière, mais ceux qui l’ont fait ont réduit les problèmes inflammatoires majeurs (la « tempête de cytokines » COVID qui tue souvent). Des recherches en laboratoire ont montré que la fluvoxamine SSRI avait un effet antiviral et un effet salutaire sur les plaquettes sanguines qui pourraient protéger les patients contre les caillots sanguins.

Pendant ce temps, de retour aux États-Unis, dans un processus parallèle, une pédopsychiatre, le Dr Angela Reirson, a attrapé le COVID au début de 2020. Malade à la maison, elle a commencé à faire des recherches. Elle se souvient d’une étude sur des souris qu’elle avait lue l’année précédente. Les souris avaient une septicémie — une réponse dangereuse à une infection qui peut tuer. Quelque chose qui ressemble à une septicémie peut se produire dans les cas graves de COVID. Dans l’étude de 2019, des souris atteintes de septicémie ont reçu de la fluvoxamine, ce qui a stoppé la maladie. Ainsi, en mars 2020, le Dr Reirson a contacté un autre psychiatre, Eric Lenze, un de ses collègues à l’Université de Washington à St. Louis. Le Dr Lenze était un spécialiste de la réutilisation des médicaments. Réalisant que la fluvoxamine avait un excellent dossier de sécurité, il a lancé son premier petit essai contrôlé randomisé de patients COVID. Aucun des 80 volontaires qui ont reçu de la fluvoxamine ne s’est détérioré ou n’a subi de lésions pulmonaires COVID, tandis que 8% des 72 qui ont reçu un placebo se sont détériorés. Les résultats ont été publiés dans JAMA en novembre 2020.

Vient ensuite le Together Trial, la plus grande étude placebo au monde sur les médicaments COVID, co-dirigée par le chercheur de McMaster Edward Mills et le médecin brésilien Gilmar Reis. Pour faire de grands procès, il faut beaucoup de cas, et le Brésil en avait deux millions. L’étude a été publiée le 27 octobre 2021 dans le Lancet. Il a étudié environ 1 500 patients non vaccinés atteints de COVID-19 qui avaient également une autre maladie grave et étaient à haut risque d’hospitalisation. La moitié ont reçu de la fluvoxamine, l’autre moitié un placebo. Chez ceux qui ont pris la fluvoxamine telle que prescrite, cela a réduit les risques d’hospitalisation ou de soins d’urgence de 66 % et de décès de 90 %.

La Table scientifique de l’Ontario a remarqué ces résultats et, le 20 décembre, elle a inscrit la fluvoxamine dans les lignes directrices, pour que les médecins prescrivent en ambulatoire si nécessaire, reconnaissant « le besoin d’options de traitement ambulatoire avec un profil d’innocuité raisonnable lors d’un pic prévu de COVID-19 cas dus à la variante Omicron. »

C’était important, car le traitement précoce du COVID — les mesures que nous pouvons prendre pour éviter que les cas symptomatiques ne s’aggravent, nécessitant une hospitalisation — a été si minime. En Ontario, le traitement comprend des anticorps monoclonaux (maintenant un seul fonctionne avec Omicron) pour certaines personnes à risque et des stéroïdes. Sinon, on a dit aux patients ambulatoires de se reposer, de boire des liquides et d’espérer que leur système immunitaire gérerait le virus.

Certes, on parlait beaucoup de médicaments flambant neufs et non réutilisés pour un traitement précoce. Le Paxlovid de Pfizer, qui vient d’être approuvé par Santé Canada lundi, est tout nouveau. Mais les médicaments réutilisés ont des antécédents, et donc souvent un avantage en matière de sécurité. Et les génériques sont bon marché. La fluvoxamine coûte environ 15 $ pour un traitement. Les médicaments réutilisés sont utilisés par les pays les plus pauvres qui n’ont pas les moyens d’acheter des vaccins ou des médicaments de traitement précoce coûteux comme le Paxlovid (500 $) ou le Molnupiravir (700 $ US et pas encore approuvé au Canada).

Alors pourquoi le traitement ne s’est-il pas davantage concentré sur les médicaments réutilisés ?

D’abord, parce que le récit maître, une fois qu’il s’est installé, a détourné notre attention de cette possibilité. Deuxièmement, en Amérique du Nord, le premier médicament réutilisé qui a attiré l’attention du public était l’hydroxychloroquine. Lorsqu’il a été approuvé par le président de l’époque, Donald Trump, il est devenu hautement politisé. Les opinions des gens à ce sujet avaient souvent plus à voir avec leur affiliation politique qu’avec le fait qu’ils avaient lu l’une des (maintenant) 303 études. Troisièmement, les agences qui réglementent les médicaments, telles que la Food and Drug Administration des États-Unis et Santé Canada, exigent que tout médicament qu’elles évaluent ait un sponsor, généralement une société pharmaceutique acceptant d’assumer la responsabilité du médicament. C’est un processus extrêmement coûteux. Si un ancien médicament générique bon marché semble prometteur pour une réutilisation, il a toujours besoin d’un sponsor pour être approuvé à cet effet. Mais les compagnies pharmaceutiques n’ont aucune incitation financière à le faire.

De toutes les raisons pour lesquelles nous ne nous sommes pas concentrés sur les drogues réutilisées, je dirais que le récit principal était le plus important, en raison de la façon dont il organisait les pensées, l’attention et les émotions de tant de gens.

Le récit n’aurait pas été aussi problématique s’il n’avait pas été aussi lié à autre chose : la métaphore militaire qui a défini notre expérience COVID depuis le début. Ce récit principal était notre plan de bataille et c’était une « guerre » pour éradiquer le virus ennemi.

Cette métaphore militaire semble une seconde nature en médecine. Nous sommes toujours dans une « guerre contre le cancer », ou « combattant » les maladies cardiaques, la maladie d’Alzheimer et le sida. Mais cette façon de penser n’est devenue courante en médecine qu’il y a plusieurs centaines d’années, après que le philosophe Francis Bacon a soutenu que l’objectif de la science devrait changer de ce qu’il était — « l’étude de la nature » — à la « conquête de la nature » très pratique. Bientôt, les médecins parlaient de « vaincre » la maladie, avec des « balles magiques ». Nous avons de plus en plus laissé derrière nous l’état d’esprit hippocratique original de la médecine en tant qu’extension de la nature, qui impliquait de travailler avec elle, en tant qu’alliée, dans la mesure du possible — non pas pour conquérir, mais pour guérir, souvent avec l’aide des propres capacités de guérison du patient.

Les scientifiques devaient être des soldats dans cette nouvelle armée. Et là, un problème s’est posé. Malgré certaines similitudes, il vaut mieux ne pas interpréter la science (et la médecine) comme une guerre — et le genre de vertus qui peuvent convenir aux soldats d’une armée (suivre une autorité sans s’interroger) sont des vices de la science, qui est un mode d’enquête critique. La science moderne est née parce que le monde était rempli de trop de dogmes et d’orthodoxies qui ne devaient pas être remis en question. C’est pourquoi la devise de la Royal Society, la première institution scientifique nationale, est devenue Nullias in verba, « Ne croire personne sur parole ». C’est le rôle des scientifiques, comme l’a dit le physicien lauréat du prix Nobel Richard Feynman, pour interroger les experts et les collègues scientifiques, et débattre des conclusions de chaque expérimentateur, qui sont basées sur des jugements humains et des interprétations de données, jusqu’à ce qu’il soit certain que la conclusion peut résister à tous les assauts.

La réévaluation de tout récit dominant nécessite de prendre en compte de nouvelles idées, qui, par définition, découlent d’un point de vue minoritaire. Lorsqu’une métaphore militaire balaie une société ou une bureaucratie assaillie par la peur, tout ou rien, la pensée vous-êtes-avec-nous-ou-contre-nous s’ensuit. Nous devenons plus enclins à voir quelqu’un qui ne partage pas l’opinion de la majorité — y compris les scientifiques qui repèrent des problèmes avec le récit dominant — comme mettant le reste d’entre nous en danger, et un « traître », plutôt que comme quelqu’un faisant son travail. Ils sont attaqués, censurés ou autocensurés pour survivre. En temps de guerre, vous vous taisez et suivez les ordres, ou passez en cour martiale.

Nous nous méfions particulièrement des autres pendant la contagion, car notre cerveau est alimenté par un circuit primitif qui nous protège en nous rendant obsessionnellement préoccupés par la pureté de ceux qui nous entourent. Cette personne va-t-elle me rendre malade ? Il se déclenche même si nous pensons que leurs actions, ou même leurs propositions politiques, pourraient être risquées. Le circuit, appelé système immunitaire comportemental, nous fait craindre, détester et ressentir de la rage envers le porteur du germe « impur ». Il en résulte de nombreuses fausses alarmes (pensez à quelqu’un conduisant seul avec un masque). C’est l’une des raisons pour lesquelles les débats sur les vaccins sont émotionnellement radioactifs. Certaines personnes vaccinées ressentent tous les non-vaccinés comme des porteurs de germes, tandis que d’autres pensent que le vaccin peut introduire des germes ou des toxines dans leur corps.

L’été dernier, alors que la nouvelle annonçait des percées d’infections et que la protection vaccinale contre l’infection diminuait, les médias nord-américains ont commencé à nous conseiller de réduire nos attentes à leur égard : « Les vaccins ne peuvent pas faire grand-chose », lit-on dans le Washington Post. De nombreux lecteurs ont été pris complètement au dépourvu. Ils ont été en partie surpris, car la censure des scientifiques qui avaient des opinions dissidentes — et avaient prévenu que cela pourrait arriver — était beaucoup plus répandue que beaucoup ne le pensent.

Selon un rapport d’Amnesty International publié en octobre, la censure et le harcèlement des professionnels de la santé, et d’autres, ont été un problème « dans le monde entier », pendant la pandémie. Les plus pointés du doigt sont ceux qui expriment des opinions critiques sur les politiques de leur gouvernement (par exemple, restrictions de mouvement, confinement ou critiques du gouvernement qui renonce aux libertés civiles).

Les censeurs ont justifié ces actions en interdisant simplement la « désinformation » et en « empêchant la panique ». En Amérique du Nord, les gens n’étaient pas emprisonnés, mais de nombreux scientifiques et médecins brillants possédant les titres de compétence appropriés d’endroits comme Harvard, Oxford et Stanford étaient sous le feu. Les médecins ont été vilipendés pour avoir remis en question les politiques gouvernementales sur les confinements, les masques, les aspects des vaccins, l’atténuation ou les traitements non prouvés — les choses mêmes qui faisaient, bien sûr, l’objet d’un débat scientifique sérieux et continu. Dans certaines juridictions d’Amérique du Nord, les médecins sont menacés par leurs conseils de réglementation de suspension ou de révocation de leurs licences médicales pour diffusion de « désinformation », forçant certains médecins à devoir choisir entre ce qu’ils — à tort ou à raison — considèrent comme l’intérêt supérieur de leur patient, et leur propre gagne-pain. Mais comme l’indique le rapport d’Amnesty,

« Gagner la bataille contre le virus ne comprend pas seulement des actions menées par le gouvernement et des diktats descendants, mais aussi des approches ascendantes qui ne peuvent se concrétiser que si les droits à la liberté d’expression et à l’accès à l’information sont pleinement respectés. activée. »

Il y avait des allégations d’« huile de serpent » sur Internet, oui, mais généralement, lorsque les scientifiques et les travailleurs de la santé étaient parties à ces querelles, c’était parce qu’il y avait un débat scientifique. Dans un tel cas, accuser son adversaire de répandre de la « désinformation », c’est s’attribuer de manière préventive une certitude injustifiée — et à son adversaire de la mauvaise foi. Parfois, personne ne savait vraiment ce qui était le plus nocif — par exemple, garder les enfants hors de l’école ou les envoyer. Il y avait beaucoup d’informations incorrectes dans notre nouvelle situation, et cela comprenait une certaine diffusion par des fonctionnaires qui ont fait volte-face plusieurs fois sur des masques, ou qui, prétendant « suivre la science », différaient des responsables de juridictions similaires, sur la base de données changeantes.

C’est ce qu’on appelle en médecine le problème du « renversement médical ». Une approche jugée utile s’avère nuisible, et vice versa. Parfois, deux études peuvent se contredire même le même jour. Le médecin-chercheur Vinayak Prasad, de l’UC San Francisco, affirme qu’il s’agit du problème le plus important auquel la médecine est confrontée aujourd’hui. Le problème des revers médicaux n’a pas disparu le jour où le virus a débarqué sur nos côtes. Nous avions non seulement un problème de virus, mais un problème d’inversion médicale.

Les commissions médicales se trouvaient dans une situation inhabituelle, déchirées entre les traditions autrefois chéries du débat scientifique, et l’atmosphère de crise et leur désir de faire leur part dans « la guerre ». Après tout, il est vital que la santé publique et ses responsables, en cas de crise, soient en mesure de transmettre des messages cohérents alors qu’ils demandent aux citoyens de changer leurs comportements et subissent diverses privations. Mais pour que ces messages soient convaincants et que les demandes de telles privations soient scientifiquement défendables et légitimes, les actions doivent être fondées sur un processus scientifique complet, ouvert et sans entrave, suffisamment solide pour résister aux critiques et aux débats scientifiques. Sinon, pourquoi le public devrait-il suivre ?

La censure, en donnant au public la fausse impression qu’il n’y a pas de controverses médicales, sape la propre prétention du censeur de parler au nom de la science et de la sécurité publique. Ironiquement, cela garantit que le public sera mal informé.

Les auteurs du récit principal ont tendance à dire que la principale raison pour laquelle les choses ne se sont pas déroulées comme ils l’avaient prédit est que des variantes sont apparues. Mais si quelque chose pouvait être prédit, c’est que les virus mutent. Le virologue de Columbia, Vincent Racaniello, a décrit à quel point ses collègues scientifiques craignaient que la nouvelle technologie de l’ARNm, en se concentrant sur une petite partie seulement du virus, la protéine de pointe, permette au virus de « se déplacer » facilement ou d’échapper au vaccin par des mutations. « C’est en partie pourquoi », a-t-il déclaré en mai, « toutes les variantes apparaissent maintenant, car nous n’avons que les épitopes de pointe là-dedans. » Ce point de vue n’a pas eu beaucoup d’audience.

Ce n’est pas seulement le rôle des variantes dans la baisse de l’efficacité du vaccin qui a surpris les gens. Il y avait quelque chose dans l’exécution des essais cliniques originaux, menés par les sociétés pharmaceutiques elles-mêmes, sur leurs propres produits, qui a également conduit à cette surprise. Cela vaut la peine de revenir un instant en arrière et de regarder comment le problème s’est déroulé.

En décembre 2020, les nouveaux vaccins à ARNm ont été déployés et étaient, selon les essais cliniques randomisés, efficaces à 95 % (Pfizer) et à 94,5 % (Moderna) pour arrêter l’infection. Le médecin-chercheur Eric Topol, directeur de Scripps Labs, a déclaré que ces vaccins « resteront dans l’histoire comme l’une des plus grandes réalisations de la science et de la recherche médicale ».

Mais au moment où l’été 2021 est arrivé, l’expérience du monde réel contredisait les affirmations de M. Bourla et du Dr Sahin concernant la puissance à six mois, l’absence de transmission par les vaccinés et l’immunité collective imminente. M. Bourla de Pfizer, dans son interview de février, avait appelé Israël « le laboratoire du monde », parce qu’il était largement vacciné avec le Pfizer et plusieurs mois avant les autres pays, donnant au monde un aperçu de son avenir. Mais lorsque la santé publique israélienne a publié ses données sur six mois, elle a montré que l’efficacité du vaccin était tombée à 39 % et que Delta était en plein essor. (La FDA avait initialement déclaré qu’elle n’approuverait pas un vaccin efficace à moins de 50%.) Une étude de la clinique Mayo a montré qu’après six mois, la protection accordée par les deux doses de Pfizer est passée des 95 % d’origine à 42 %. Une autre étude israélienne a montré qu’il était tombé à 16 %. Cet énorme écart ne pouvait pas être attribué uniquement à la nouvelle variante, Delta, car la protection s’estompait déjà à cinq mois pour les variantes précédentes également.

Alors pourquoi un tel écart ? Les études originales étaient des essais cliniques. L’étude Pfizer a suivi environ 38 000 personnes sans COVID qui ont été divisées en deux groupes — la moitié a reçu le vaccin et l’autre moitié un placebo. Les enquêteurs ont posé la question : les vaccins pourraient-ils prévenir les cas symptomatiques de COVID-19 ? Mais, comme l’a averti Peter Doshi, rédacteur en chef du British Medical Journal, « Aucun des essais en cours n’est conçu pour détecter une réduction d’un résultat grave tel que les hospitalisations, le recours aux soins intensifs ou les décès ». Il a expliqué que, « Parce que la plupart des personnes atteintes de COVID-19 symptomatiques ne ressentent que des symptômes bénins, même les essais impliquant 30 000 patients ou plus révéleraient relativement peu de cas de maladie grave ». Susanne Hodgson de l’Université d’Oxford est d’accord : « Les [essais contrôlés randomisés] actuels qui sont en cours ne sont… pas conçus pour évaluer l’efficacité contre l’hospitalisation et le décès. »

Le rapport Moderna à la FDA du 17 décembre 2020 a confirmé « qu’il n’y avait aucun décès dû au COVID-19 au moment de l’analyse intermédiaire pour permettre une évaluation de l’efficacité du vaccin contre les décès dus au COVID-19 ». Moderna a suivi environ 30 000 personnes. Interrogé par le British Medical Journal, pourquoi l’essai n’avait pas été conçu pour évaluer si le vaccin pouvait prévenir l’hospitalisation et la mort, Moderna a répondu : « Vous auriez besoin d’un essai 5 ou 10 fois plus important ou vous auriez besoin d’un essai c’est 5 à 10 fois plus long pour collecter ces événements ». Dans l’étude Pfizer de 38 000 personnes, pas une seule personne du groupe placebo ou du groupe vacciné n’est décédée du COVID. À la date de publication, une seule personne était décédée du COVID dans l’étude Moderna. Pour le dire clairement : une personne sur environ 70 000 dans les études combinées de Pfizer et Moderna est en fait décédée du COVID. Dans le monde réel, à l’époque, environ 60 % des décès par COVID concernaient des personnes de plus de 75 ans. Mais seulement 4,4 % de ce groupe d’âge faisaient partie de l’étude de Pfizer. L’échantillon choisi n’était pas approprié pour répondre à la question la plus pressante du public : les vaccins pourraient-ils sauver des vies ?

Et depuis combien de temps les vaccins Moderna et Pfizer étaient-ils étudiés, lors de leur sortie pour une utilisation de masse à l’hiver 2021 ? Deux mois.

Ces études ont examiné les vaccins les plus puissants, dans une population à faible risque, et nous ont donné un aperçu flatteur. Mais COVID-19 est un film.

En revanche, l’étude Mayo et les données israéliennes examinaient les données sur une durée plus réaliste pour tester l’efficacité.

Le déclin a créé une crise en Israël. Le Dr Sharon Alroy-Preis, directrice des services de santé publique d’Israël, a expliqué au Comité consultatif des vaccins de la FDA sur les rappels, pourquoi le pays est devenu le premier à déployer un troisième vaccin : « Ce que nous avons vu avant notre campagne de rappel, c’est que 60 % des personnes dans un état grave et critique ont été immunisées, doublement immunisées, complètement vaccinées et comme je l’ai dit, 45 % des personnes décédées lors de la quatrième vague ont été doublement vaccinées. La plupart des “infections percées” sont en effet bénignes, mais elle décrivait celles qui mettent la vie en danger chez les vaccinés ». Alors que les infections percées devenaient monnaie courante dans le monde entier, a déclaré l’épidémiologiste Michael Mina à Harvard., le message selon lequel « ce n’est qu’une épidémie de non-vaccinés… tombe à plat ».

Quant à l’affirmation du Dr Sahin selon laquelle nous étions au bord de l’immunité collective induite par le vaccin et que nous nous débarrassions complètement du COVID, des experts tels que Larry Brilliant (qui avait aidé à éradiquer la variole avec des vaccins) et cinq autres scientifiques ont écrit dans Foreign Affairs en juillet, 2021, « Chez les humains, l’immunité collective mondiale, autrefois promue comme une solution singulière, est inaccessible. » Ils ont expliqué en détail pourquoi le COVID-19 était différent de la variole et qu’il ne pouvait pas être « éradiqué », comme le fait qu’il se développe déjà dans une douzaine d’espèces animales. « Si nous sommes obligés de choisir un vaccin qui ne donne qu’un an de protection », a déclaré le Dr Brilliant, « alors nous sommes condamnés à ce que le COVID devienne endémique, une infection qui est toujours avec nous… » Le fait que les vaccins nous amèneraient à une immunité collective basée sur les vaccins avait été l’une des deux principales justifications scientifiques des mandats de vaccins. Maintenant c’était parti.

L’autre justification des mandats était que les vaccinés ne transmettent pas le virus.

La plupart d’entre nous avaient supposé, lorsque nous avions reçu nos premières doses, que nous ne pouvions pas transmettre le virus à d’autres. Les déclarations publiques ont à plusieurs reprises félicité les gens pour avoir « fait votre part pour arrêter la propagation ». Mais en août, la directrice du CDC, Rochelle Walensky, a déclaré à CNN, lorsqu’on lui a demandé pourquoi les vaccinés devaient porter des masques : « Nos vaccins fonctionnent exceptionnellement bien. Ils continuent de bien fonctionner pour Delta ; en ce qui concerne les maladies graves et la mort, ils les préviennent. Mais ce qu’ils ne peuvent plus faire, c’est empêcher la transmission. »

En fait, les essais cliniques randomisés originaux pour Pfizer et Moderna n’ont pas testé si les vaccins arrêtent la transmission. Maintenant, notre meilleur espoir était que les vaccinés transmettent moins que les non vaccinés. Plusieurs études pourraient être interprétées comme le montrant. Mais d’autres ont trouvé que les vaccinés avaient probablement une transmission égale. Une étude, menée dans une prison, a conclu que les détenus vaccinés avaient autant de « potentiel de transmission » comme les prisonniers non vaccinés, ajoutant que « les cliniciens et les praticiens de la santé publique devraient considérer que les personnes vaccinées qui sont infectées par le SRAS-CoV-2 ne sont pas moins infectieuses que les personnes non vaccinées ». Le Dr Cyrille Cohen, chef du laboratoire d’immunothérapie de l’Université Bar-Ilan et conseiller du gouvernement israélien sur les essais de vaccins, a déclaré qu’en ce qui concerne la transmission avec Omicron, « nous ne voyons pratiquement aucune différence… entre les personnes vaccinées et non vaccinées. », ajoutant « tous deux sont infectés par le virus, plus ou moins au même rythme ». La rancœur que nous, les vaccinés, dirigeons de plus en plus contre les non-vaccinés, s’alimente en restant volontairement inconscients de cette vérité douloureuse ultérieure : « nous aussi, nous nous sommes propagés, à nous-mêmes et aux non-vaccinés, comme eux à nous et entre eux ».

Le récit principal était muet sur l’immunité naturelle et sa relation avec le statut vaccinal. De nombreux scientifiques-médecins, issus d’universités américaines de premier plan spécialisées en santé publique, soutiennent que l’on peut être pour l’utilisation du vaccin COVID, mais aussi contre son obligation pour les personnes non vaccinées qui sont déjà immunisées.

Ces scientifiques soutiennent que ce qui compte n’est pas de savoir si une personne est vaccinée ou non, mais si elle est immunisée ou non. Ainsi, l’Union européenne reconnaît l’immunité naturelle dans son Certificat COVID numérique, qui tient lieu de passeport vaccinal, et ne se limite pas à une preuve de vaccination. Vous pourriez obtenir un passeport et voyager si vous avez été vacciné ou si vous vous êtes « rétabli du COVID-19 » ou si vous avez un test récent indiquant que vous êtes négatif. Pour les voyages en avion et en train, le Canada a également reconnu la guérison du COVID comme une exemption, si l’on présente un test négatif récent — ​​mais, de manière incohérente, l’immunité naturelle n’est pas reconnue dans la plupart des autres situations de quasi-mandat ici. Ces scientifiques pensent qu’il est irrationnel que les appels du gouvernement à des mandats de masse s’intensifient au moment même où leurs principales justifications originales — que les vaccinés ne transmettent pas le virus et que le vaccin nous amènera à l’immunité collective — se sont effondrées.

Les personnes non vaccinées qui ont été exposées au virus représentent un nombre énorme. Par exemple, aux États-Unis, selon une étude de l’Université de Columbia, au 31 janvier 2021 (avant que de nombreux vaccins ne soient administrés) 10 mois après le début de la pandémie, 120 millions d’Américains avaient une immunité naturelle. Maintenant, 12 mois plus tard, avec les variantes Delta et Omicron beaucoup plus infectieuses, il est probable qu’une majorité très significative des non-vaccinés ait maintenant une immunité naturelle.

Une récente étude pivot d’Afrique du Sud — pas encore examinée par des pairs — montre que dans les communautés pauvres, où la vaccination était modeste (39% des adultes), plus de 70% des personnes avaient déjà été exposées au virus lors des vagues précédentes, entrer dans Omicron. Les doublement vaccinés avaient plus de protection que ceux qui n’étaient pas vaccinés et n’avaient jamais eu de COVID. Mais les non vaccinés qui avaient le COVID et qui se sont rétablis avaient plus de protection contre les maladies graves que les vaccinés. Une étude israélienne a montré que les non vaccinés qui se sont rétablis du COVID ont 27 fois moins de risque de réinfection que les vaccinés et neuf fois moins de risque d’hospitalisation.

Dans un récent débat Munk, le Dr Martin Kulldorff de Harvard, épidémiologiste et spécialiste de la sécurité des vaccins, a fait valoir que l’obligation de vacciner les personnes naturellement immunisées « crée en fait des problèmes parce que lorsque les gens voient qu’ils sont obligés de prendre un vaccin dont ils n’ont pas besoin parce que ils sont déjà immunisés, ce qui suscite beaucoup de méfiance envers la santé publique. Et nous avons vu au cours de cette dernière année et demie que tout le travail acharné que nous avons accompli pendant de nombreuses décennies pour renforcer la confiance dans les vaccins est en train de disparaître parce que nous rendons ces mandats qui n’ont aucun sens d’un point de vue scientifique ou de santé publique. »

La santé publique évolue à la vitesse de la confiance, comme l’a écrit le médecin Rishi Manchanda. Des deux principales approches de la santé publique — la participative et la coercitive — la coercitive se fait généralement des ennemis et déchire la société. C’est comme un lièvre : il a des victoires rapides. L’approche participative, c’est une tortue ; quand il ne parvient pas à convaincre, au lieu de blâmer ceux qu’il sert, il demande, comme le ferait un scientifique, où ai-je échoué, et cherche à faire mieux.

Le troisième rappel d’Israël a aidé à repousser la vague Delta. Puis Omicron a frappé. Le 19 décembre, le New York Times a titré un article, « La plupart des vaccins du monde n’empêcheront probablement pas l’infection par Omicron ». Heureusement, les vaccins semblaient toujours empêcher ces infections de devenir graves — le point clé. Une étude de Kaiser a montré que deux doses, au fil du temps, tombaient à zéro efficacité contre Omicron. Ensuite, les données danoises ont montré qu’un rappel offrait une protection contre les maladies graves, mais « uniquement aux personnes de plus de 70 ans ». Mais les boosters diminueraient-ils aussi ? L’étude de l’Agence britannique de sécurité sanitaire a montré que la protection du rappel Pfizer (troisième injection) était tombée à 45% de couverture en seulement 10 semaines.

Nous avons eu tellement de sautes d’humeur. Nous avions passé une année à définir le succès des vaccins comme l’élimination du virus, puis comme la réduction de l’infection et l’arrêt de la propagation, pour découvrir qu’il y avait des percées d’infections et de transmission à d’autres personnes, mais qu’elles réduisaient toujours notre risque d’hospitalisation et de décès — ça vaut le coup beaucoup — mais pas toujours chez les plus vulnérables. En Occident, beaucoup ont répondu à la baisse de la protection vaccinale avec le temps en doublant, en proposant toujours plus de rappels. Quelles sont les preuves scientifiques des rappels fréquents ? C’est une question de débat scientifique.

L’étude originale de Pfizer soumise à la réunion de rappel de la FDA était étonnamment petite — seulement 306 patients ont reçu la section, et ils n’avaient été suivis que pendant un mois, et, encore une fois, la plupart des sujets étaient plus jeunes que ceux à risque (18- 55). Pfizer voulait qu’il soit étendu à des millions de personnes sur cette base. C’était suffisant pour que les responsables de la FDA posent des questions difficiles. Fondamentalement, personne n’avait étudié les effets à long terme de plusieurs boosters d’ARNm — le temps manquait. La FDA a refusé la recommandation de Pfizer d’approuver le rappel pour l’ensemble de la population américaine, avec les deux principaux chefs de son comité de recherche et d’examen des vaccins, le Dr Marion Gruber, (le chef et ancien scientifique en chef par intérim à la FDA), et Philip Krause (directeur adjoint), et des collègues internationaux, écrivant dans le Lancet :

« Il pourrait y avoir des risques si les rappels sont largement introduits trop tôt ou trop fréquemment, en particulier avec des vaccins qui peuvent avoir des effets secondaires à médiation immunitaire (comme la myocardite, qui est plus fréquente après la deuxième dose de certains vaccins à ARNm, ou le syndrome Guillain-Barre, qui a été associé aux vaccins COVID-19 à vecteur adénoviral [comme l’AstraZeneca ou Johnson & Johnson]). Si un rappel inutile provoque des effets indésirables importants, il pourrait y avoir des implications pour l’acceptation du vaccin qui vont au-delà des vaccins COVID-19. »

Lorsque les scientifiques en chef du comité d’examen des vaccins de la FDA et leurs collègues soulèvent de telles questions, cela ne peut être rejeté comme une campagne de peur marginale. Peu de temps après, le Dr Gruber et le Dr Krause ont quitté la FDA parce que l’administration Biden faisait pression sur eux pour qu’ils approuvent les rappels avant même que le comité des vaccins ne se soit réuni. La pratique standard d’approbation consiste pour les agences à convoquer des groupes d’experts externes pour examiner ouvertement les données, peser les risques et les avantages et procéder à des votes. Mais en décembre, la direction de la FDA et du CDC a pris à trois reprises la décision extraordinaire de ne pas convoquer ces experts pour les réunions de rappel clés, essentiellement en les contournant parce que les membres du comité avaient averti que la science soutenant les rappels pour les jeunes était faible, voire inexistante, et qu’ils avaient des problèmes de sécurité. Le Dr Paul Offit, peut-être le médecin-scientifique pro-vaccin le plus en vue d’Amérique, qui faisait partie du panel de la FDA, a déclaré à The Atlantic qu’il ne conseillerait pas un rappel à son fils en bonne santé dans la vingtaine, ou à un homme en bonne santé dans son adolescence, parce que les risques de myocardite (plus élevés chez les hommes) l’emportent sur les avantages. Le Dr Offit rejette l’approche du tout ou rien du CDC et de la FDA en matière de vaccination des enfants.

Vinayak Prasad, l’épidémiologiste de l’UCSF, dit que si vous réunissez les études danoise, ontarienne, américaine et Kaiser sur Omicron, « il est temps de faire face à la réalité des vaccins ».

« Deux doses de vaccin ne font rien ou presque rien pour arrêter le SRAS-CoV-2 symptomatique », dit-il. « Trois doses ne font presque rien, et l’effet s’atténuera probablement avec le temps. » Il dit: « Les mandats de rappel n’ont aucun sens. … Le renforcement devrait avoir lieu dans les populations où il réduit davantage les maladies graves et les décès — c’est-à-dire les personnes âgées et vulnérables. »

Avec la montée en puissance d’Omicron, la santé publique israélienne s’est réunie pour discuter d’un quatrième rappel. Le New York Times a rapporté que certains scientifiques du comité consultatif du gouvernement israélien « ont averti que le plan pourrait se retourner contre lui, car trop d’injections pourraient provoquer une sorte de fatigue du système immunitaire, compromettant la capacité du corps à combattre le coronavirus ». Cette fatigue du système immunitaire n’était peut-être pas incompatible avec une efficacité vaccinale négative. Ce n’est pas prouvé, mais le fait que les responsables de la santé publique aient exprimé de telles inquiétudes montre que la stratégie de doublement des rappels est en cours de réévaluation sur les lignes de sécurité. L’UE, dans un revirement, vient de se prononcer contre les rappels réguliers et continus, disant qu’ils craignent que cela n’affaiblisse le système immunitaire.

Dès le début, certains scientifiques se sont demandé si notre objectif — la conquête et l’éradication du virus — était le bon. Comme nous le rappelle Michael Cordingley dans son livre Viruses, dans chaque millilitre d’eau de mer il y a environ 10 à 100 millions de virus, et il s’agissait d’un virus respiratoire, flottant librement, tout autour de nous, susceptible de changer de forme et de muter. Pouvons-nous, conquérants de la nature, vraiment écraser un ennemi aussi omniprésent et agile ?

Comme nous l’avons vu, dans le cadre de la réévaluation, la plupart des experts en santé publique expriment un objectif de plus en plus nouveau, à savoir qu’il ne s’agit pas « d’éradiquer le virus », mais de réduire les hospitalisations et les décès, mais aussi de travailler avec le virus. Le président de l’Association israélienne des médecins de santé publique, le professeur Hagai Levine, a déclaré : « Parce qu’Omicron est si contagieux, nos efforts pour arrêter sa propagation sont probablement assez vains. … Nous n’allons pas arrêter cette vague. » Puis il a osé dire :

« Nous essayons d’esquiver la balle depuis deux ans, et en Israël, nous avons réussi dans une certaine mesure. Mais la majeure partie de l’humanité est encore en vie après avoir contracté le COVID. »

Le Jerusalem Post a rapporté qu’en Israël, certains experts de la santé « croient que la “solution miracle” cette fois-ci sera en fait une infection généralisée ». Il a cité le Dr Cohen, disant : « La cinquième vague pourrait se terminer lorsqu’un grand nombre de personnes seront infectées. »

Tout comme les décès se sont découplés des cas avec Omicron, nos mandats COVID se sont découplés de la science utilisée à l’origine pour les justifier. Mais les poteaux de but bougent, et maintenant on prétend que seuls les mandats garderont les hôpitaux exempts de patients non vaccinés à haut risque. Quels sont les chiffres ? Au 20 janvier, il y avait 740 personnes non vaccinées et 2 091 personnes entièrement vaccinées hospitalisées pour le COVID (mais pas aux soins intensifs). Dans les unités de soins intensifs, il y a 208 personnes non vaccinées et 263 personnes entièrement vaccinées. Il est vrai qu’il y a moins de personnes non vaccinées que de personnes vaccinées en Ontario, mais si les chirurgies sont retardées, c’est clairement parce que les deux groupes occupent des lits.

Présenter les non-vaccinés comme la seule cause est inexact et détourne du douloureux fait que le Canada a moins de lits de soins intensifs et de soins actifs par habitant que presque tous les pays du monde développé, et que les vaccins actuels ne fonctionnent pas aussi bien qu’espéré.

Ce qu’il faut, ce n’est pas davantage de boucs émissaires et de coercition, mais plutôt la guérison et un traitement plus précoce pour les deux groupes, maintenant que nous l’avons. Respectant les fondements de l’éthique médicale, aucun traitement sans consentement n’est humain, préférable et possible.

Bill Gates lui-même réévalue également. Il a admis en novembre dernier, « Nous avons besoin d’une nouvelle façon de faire les vaccins. » Il a également admis que notre objectif avait été trop étroit. « Nous n’avons pas eu grand-chose en matière de thérapeutique… bien moins que ce qui aurait dû être le cas. »

Considérez à quel point notre récit est différent maintenant. De plus en plus de responsables disent ouvertement ce que les auteurs de la Déclaration de Great Barrington — le point de vue ridiculisé de 60 000 scientifiques de la santé publique et médecins signataires — ont dit il y a quelque temps : Notre objectif n’est pas l’éradication du virus ou une politique unique, mais la réduction du nombre de décès chez les personnes vulnérables grâce à une protection ciblée et à une vaccination ciblée. L’immunité que nous aurons sera un mélange d’immunité vaccinale et d’immunité naturelle, selon la personne. Le nouveau plan — vivre avec le virus et reprendre une vie normale — s’écarte de la pure « conquête de la nature » baconienne et rappelle l’ancienne notion hippocratique selon laquelle nous devons travailler avec la nature comme un allié, dans une sorte de collaboration.

Puisque la nature peut en effet être à la fois « l’ennemi », mais aussi notre fondement même, et un allié et ami potentiel, aucun récit qui exclut l’un ou l’autre côté de cette dualité ami et ennemi ne pourra jamais rendre justice à la médecine et à la guérison. Si l’abandon d’Hippocrate fut le premier revirement médical, on assiste à son retour, un revirement d’un revirement.

C’est un coup dur pour notre narcissisme baconien d’être bouleversé par la nature ces deux dernières années. Ce baconien à la peau fine semble presque offensé d’admettre que la protection est venue non seulement des progrès scientifiques, mais de l’immunité naturelle. D’autres pourraient y voir un rappel rassurant que les processus naturels ne sont pas toujours et seulement l’ennemi. Nous verrons, au fur et à mesure de l’observation des non-vaccinés, dans quelle mesure l’immunité naturelle, accumulée par vagues d’infection au cours du temps, protège ou non, des variants actuels ou futurs.

D’ici là, laissons l’infaillibilité en congé. Nous avons une certaine ingéniosité et quelques outils dans notre trousse à outils, aucun n’est parfait, mais si nous utilisons l’ensemble du kit, au lieu du simple marteau, nous serions peut-être meilleurs pour cela. Cela vaut pour la façon dont nous traitons le virus et dont nous nous traitons les uns les autres. Et pour ces scientifiques parmi nous — ces créatures étranges, toujours réévaluées ! — il est réconfortant de savoir qu’après deux ans de travail acharné, nous avons un nouveau récit, ou une nouvelle image de notre situation, qui, bien qu’imparfaite, est plus nuancée et probablement plus proche de la vérité.

Dr Norman Doidge (signature)

Anthologie2020PUB007


« Vous êtes pertinent, lucide… merci… j’adore, j’adhère… Je vous souhaite de belles écritures et de penser à vous… Je vais faire de même pour le temps qu’il me reste. »

Martine

« Monsieur Boulianne, vos articles sont indispensables. Je vous encourage à continuer. Que Dieu vous bénisse. »

Lorraine Bernier

« Félicitations et honneur à vous Monsieur Boulianne pour ce titre dans le monde périlleux du vrai Grand journalisme tellement nécessaire et que nous apprécions. »

Paul Philippe