Un message important de Laura Eisenhower, arrière-petite-fille du président Eisenhower, qui s’adresse à l’oligarchie mondiale luciférienne

Laura Eisenhower, descendante du 34e président des États-Unis Dwight D. Eisenhower, partage un message puissant s’adressant directement l’oligarchie mondiale luciférienne. Son témoignage met en lumière ce que beaucoup d’entre nous pensions, à savoir une manipulation de grande envergure de cette pandémie aux origines bien malsaines.  Elle offre aussi dans ce discours une bien belle perspective de la souveraineté populaire consciente et établie face à ces stratèges inconscients et destructeurs. Le Nouveau Monde Libre se dresse bel et bien face au nouvel ordre mondial. Chaque jour, de plus en plus de Citoyens Libres de par le monde s’organisent en petites unités dans leurs communes pour coordonner ce renouveau.

« Nous (Le Peuple) nous tenons d’un air de défi face au mal. Nous ne consentons à AUCUN ordre du jour négatif. Je ne consens pas au Nouvel Ordre Mondial ou à tout autre programme malveillant visant à exploiter ou à causer du tort, de la douleur ou des souffrances de quelque manière que ce soit envers les humains. Je revendique ma souveraineté en tant qu’être divin et je reprends mon pouvoir à tout groupe qui cherche à me faire du tort à moi ou à mon peuple. Merci pour votre service, merci d’avoir fourni un catalyseur pour faire avancer de façon exponentielle l’évolution humaine. Vous pouvez partir maintenant. Vous, énormes cons. »

« Je devais juste partager ça ! Je parle au nom de ceux qui ne consentent pas. Si vous consentez, alors je prie pour votre éveil ! » — Laura Eisenhower


À propos de Laura Eisenhower

Laura Eisenhower
Laura Eisenhower

Laura Eisenhower est une alchimiste mondiale, chercheuse et astrologue médicale et intuitive. Elle est une conférencière de renommée internationale qui a présenté son travail dans le monde entier. Laura est l’arrière-petite-fille du président Dwight David Eisenhower et elle révèle des informations exopolitiques sur son administration, qui ont été largement tenues secrètes.

Elle est considérée par beaucoup comme l’un des principaux chercheurs d’Amérique du Nord dans les domaines de la santé, de l’exopolitique, de l’alchimie, de la métaphysique et de l’histoire galactique. Laura s’efforce de nous libérer de la boucle de temps holographique 3D, des faux systèmes archoniques et du complexe industriel militaire et expose les agendas cachés afin que nous puissions reprendre notre pouvoir. Sentant un appel concernant sa mission depuis qu’elle était enfant, elle a acquis une perspicacité incroyable à travers ses aventures, son développement psychique et ses liens majeurs, sur la façon de nous guider dans les énergies terrestres supérieures.

Elle consacre sa vie à diffuser l’énergie divine féminine « Gaia-Sophia » pour nous libérer des structures de faux pouvoir d’aujourd’hui. Ces structures de pouvoir, estime Eisenhower, ont commencé bien avant l’entrée en fonction d’Ike et étaient le résultat d’un accord conclu entre le gouvernement et les extraterrestres. Le résultat de cet accord, selon Eisenhower, a abouti à un gouvernement fantôme avec un programme insidieux pour contrôler la population grâce à l’utilisation de chemtrails, de nourriture génétiquement modifiée, de faux drapeaux et d’un contrôle mental à travers les médias. Au lieu d’un simple complexe militaro-industriel, Eisenhower dit qu’il existe un complexe militaro-industriel extraterrestre dont elle a eu connaissance grâce à un ancien agent du MI-6.

Mis à part sa relation évidente avec « Ike », la mère de Laura Eisenhower, Susan Eisenhower a une histoire de carrière au sein du gouvernement, du ministère de l’Énergie, du conseil consultatif de la NASA et d’autres institutions estimées.

Le 17 janvier 1961, le président sortant, le républicain Dwight Eisenhower, prononce un dernier discours à la nation américaine avant l’assermentation de son successeur, le démocrate John F. Kennedy. À cette occasion, Eisenhower étonne quelque peu en invitant ses compatriotes à la méfiance face à « toute influence injustifiée, qu’elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel ». L’expression « complexe militaro-industriel » aura dorénavant sa niche dans le vocabulaire politique, particulièrement aux États-Unis.

Discours de fin de mandat de Dwight D. Eisenhower

Bonsoir, mes compatriotes américains.

Discours de fin de mandat de Dwight D. Eisenhower

Tout d’abord, je voudrais exprimer ma gratitude aux réseaux de radio et de télévision pour les opportunités qu’ils m’ont données au fil des ans pour apporter des rapports et des messages à notre nation. Je les remercie tout particulièrement de m’avoir permis de m’adresser à vous ce soir.

Dans trois jours, après un demi-siècle au service de notre pays, je fixerai les responsabilités d’office car, lors d’une cérémonie traditionnelle et solennelle, l’autorité de la Présidence appartient à mon successeur. Ce soir, je viens à vous avec un message de congé et d’adieu, et pour partager quelques dernières réflexions avec vous, mes compatriotes.

Comme chaque citoyen, je souhaite que Dieu ait en sa garde le nouveau président, ainsi que tous ceux qui travailleront avec lui. Je prie pour que les années à venir soient bénies par la paix et la prospérité pour tous.

Notre peuple attend de son Président et du Congrès qu’ils trouvent un accord essentiel sur des questions de grande importance, dont la sage résolution permettra de mieux façonner l’avenir de la nation. Mes propres relations avec le Congrès, qui ont commencé sur une base lointaine et ténue quand, il y a longtemps, un membre du Sénat m’a nommé à West Point, ont depuis varié à l’intime pendant la guerre et la période d’après-guerre immédiate, et enfin à mutuellement interdépendants au cours de ces huit dernières années. Dans cette relation finale, le Congrès et l’Administration ont, sur la plupart des questions vitales, bien coopéré, au service de la nation, plutôt que de la simple partisanerie, et ont ainsi assuré que les affaires de la nation devraient aller de l’avant. Ainsi, ma relation officielle avec le Congrès se termine par un sentiment – de ma part – de gratitude que nous avons pu faire tant de choses ensemble.

Nous nous trouvons maintenant dix ans après le milieu d’un siècle qui a vu quatre grandes guerres parmi les grandes nations. Trois d’entre elles concernaient notre propre pays. Malgré ces holocaustes, l’Amérique est aujourd’hui la nation la plus forte, la plus influente et la plus productive du monde. Naturellement fiers de cette prééminence, nous réalisons pourtant que le leadership et le prestige de l’Amérique dépendent, non seulement de nos progrès matériels, de nos richesses et de nos forces militaires inégalés, mais de la façon dont nous utilisons notre pouvoir dans l’intérêt de la paix mondiale et de l’amélioration humaine.

Tout au long de l’aventure américaine en matière de gouvernement libre, nos objectifs fondamentaux ont été de maintenir la paix, de favoriser le progrès dans la réalisation humaine et de renforcer la liberté, la dignité et l’intégrité entre les peuples et entre les nations. S’efforcer de moins serait indigne d’un peuple libre et religieux. Tout échec attribuable à l’arrogance, ou notre manque de compréhension, ou notre volonté de sacrifier nous infligeraient de graves blessures, tant au pays qu’à l’étranger.

Les progrès vers ces nobles objectifs sont constamment menacés par le conflit qui engloutit actuellement le monde. Il commande toute notre attention, absorbe nos êtres mêmes. Nous faisons ici face à un idéologie globale hostile, athée dans son caractère, impitoyable dans ses buts et insidieuse dans ses méthodes. Malheureusement, le danger qu’il représente promet d’être d’une durée indéterminée. Pour y parvenir avec succès, il faut non pas tant les sacrifices émotionnels et transitoires de la crise, mais plutôt ceux qui nous permettent d’avancer de manière constante, sûre et sans se plaindre du fardeau d’une lutte prolongée et complexe avec la liberté. Ce n’est qu’ainsi que nous resterons, malgré toutes les provocations, sur notre voie tracée vers une paix permanente et une amélioration humaine.

Il y aura toujours des crises. En les rencontrant, qu’elles soient étrangères ou nationales, grandes ou petites, il y a une tentation récurrente de penser qu’une action spectaculaire et coûteuse pourrait devenir la solution miraculeuse à toutes les difficultés actuelles. Une énorme augmentation des nouveaux éléments de nos défenses; l’élaboration de programmes irréalistes pour guérir tous les maux de l’agriculture; une expansion spectaculaire de la recherche fondamentale et appliquée – ces possibilités et bien d’autres, chacune potentiellement prometteuse en soi, peuvent être suggérées comme le seul chemin vers la route que nous souhaitons parcourir.

Mais chaque proposition doit être soupesée à la lumière d’une considération plus large : la nécessité de maintenir l’équilibre dans et entre les programmes nationaux, l’équilibre entre l’économie privée et l’économie publique, l’équilibre entre le coût et les avantages escomptés, l’équilibre entre le clairement nécessaire et le confortablement souhaitable, l’équilibre entre nos exigences essentielles en tant que nation et les devoirs imposés par la nation à l’individu, l’équilibre entre les actions du moment et le bien-être national de l’avenir. Un bon jugement recherche l’équilibre et le progrès. Son absence finit par trouver déséquilibre et frustration. Le bilan de plusieurs décennies est la preuve que notre peuple et son gouvernement ont, dans l’ensemble, compris ces vérités et y ont bien répondu, face à la menace et au stress.

Mais des menaces, nouvelles en nature ou en degré, surgissent constamment. Je n’en mentionne que deux.

Un élément essentiel du maintien de la paix est notre établissement militaire. Nos armes doivent être puissantes, prêtes pour une action immédiate, afin qu’aucun agresseur potentiel ne soit tenté de risquer sa propre destruction. Aujourd’hui, notre organisation militaire n’a guère de rapport avec celle connue de l’un de mes prédécesseurs en temps de paix ou, en fait, par les combattants de la Seconde Guerre mondiale ou de la Corée.

Jusqu’au dernier de nos conflits mondiaux, les États-Unis n’avaient pas d’industrie d’armement. Les fabricants américains de socs pourraient, avec le temps et selon les besoins, fabriquer également des épées. Mais nous ne pouvons plus risquer d’improviser d’urgence la défense nationale. Nous avons été contraints de créer une industrie d’armement permanente de vastes proportions. De plus, trois millions et demi d’hommes et de femmes sont directement engagés dans l’établissement de la défense. Nous consacrons chaque année à la sécurité militaire à elle seule plus que le revenu net de toutes les coopérations – sociétés américaines.

Or, cette conjonction d’un immense établissement militaire et d’une grande industrie de l’armement est nouvelle dans l’expérience américaine. L’influence totale – économique, politique, voire spirituelle – se fait sentir dans chaque ville, chaque Parlement d’Etat, chaque bureau du gouvernement fédéral. Nous reconnaissons la nécessité impérative de cette évolution. Pourtant, nous ne devons pas manquer de comprendre ses graves implications. Notre labeur, nos ressources et nos moyens de subsistance sont tous impliqués. Il en va de même de la structure même de notre société.

Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu’elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque d’une désastreuse ascension d’un pouvoir illégitime existe et persistera. Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques. Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant. Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l’énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble.

La révolution technologique des dernières décennies a été apparentée et largement responsable des changements radicaux de notre posture militaro-industrielle. Dans cette révolution, la recherche est devenue centrale; elle devient également plus formalisée, complexe et coûteuse. Une part en augmentation constante est effectuée pour, par ou sous la direction du gouvernement fédéral.

Aujourd’hui, l’inventeur solitaire, bricolant dans sa boutique, a été éclipsé par des groupes de travail de scientifiques dans des laboratoires et des champs d’essais. De la même manière, l’université libre, historiquement le fer de lance des idées libres et des découvertes scientifiques, a connu une révolution dans la conduite de la recherche. En partie à cause des coûts énormes impliqués, un contrat avec le gouvernement devient pratiquement un substitut à la curiosité intellectuelle. Pour chaque vieux tableau noir, il y a maintenant des centaines de nouveaux ordinateurs électroniques. La perspective d’une domination des universitaires du pays par l’emploi fédéral, les allocations de projets et le pouvoir de l’argent est toujours présente – et doit être sérieusement considérée.

Pourtant, en respectant, comme nous le devons, la recherche et les découvertes scientifiques, nous devons également être conscients du danger égal et opposé que la politique publique puisse elle-même devenir captive d’une élite scientifique et technologique.

Il appartient à l’État de façonner, d’équilibrer et d’intégrer ces forces et d’autres, nouvelles et anciennes, dans les principes de notre système démocratique – visant toujours à atteindre les objectifs suprêmes de notre société libre.

Un autre facteur de maintien de l’équilibre concerne l’élément temps. Alors que nous nous penchons sur l’avenir de la société, nous – vous et moi, et notre gouvernement – devons éviter l’impulsion de ne vivre que pour aujourd’hui, en pillant pour notre facilité et notre commodité les précieuses ressources de demain. Nous ne pouvons pas hypothéquer les actifs matériels de nos petits-enfants sans risquer de perdre également leur héritage politique et spirituel. Nous voulons que la démocratie survive pour toutes les générations à venir, et ne devienne pas le fantôme insolvable de demain.

Au cours de la longue voie de l’histoire qui reste à écrire, l’Amérique sait que ce monde qui est toujours plus petit doit éviter de devenir une communauté de peur et de haine affreuses et être, au lieu de cela, une fière confédération de confiance et de respect mutuels. Une telle confédération doit être égale. Les plus faibles doivent venir à la table de conférence avec la même confiance que nous, protégés comme nous le sommes par notre force morale, économique et militaire. Ce tableau, bien que marqué par de nombreuses frustrations passées, ne peut pas être abandonné pour l’agonie certaine du désarmement du champ de bataille.

Le désarmement, avec honneur et confiance mutuels, est un impératif permanent. Ensemble, nous devons apprendre à composer les différences, non pas avec les armes, mais avec l’intellect et un but décent. Parce que ce besoin est si vif et apparent, j’avoue que j’établis mes responsabilités officielles dans ce domaine avec un profond sentiment de déception. En tant que personne qui a été témoin de l’horreur et de la tristesse persistante de la guerre, en tant que personne qui sait qu’une autre guerre pourrait détruire complètement cette civilisation qui a été si lentement et douloureusement construite au cours de milliers d’années, j’aimerais pouvoir dire ce soir qu’une paix durable est en vue.

Heureusement, je peux dire que la guerre a été évitée. Des progrès réguliers vers notre objectif ultime ont été réalisés. Mais il reste encore beaucoup à faire. En tant que simple citoyen, je ne cesserai jamais de faire le moins que je peux pour aider le monde à avancer sur cette voie.

Donc, en cela, ma dernière bonne nuit à vous en tant que président, je vous remercie pour les nombreuses opportunités que vous m’avez données pour le service public en temps de guerre et en paix. J’ai confiance en cela – en ce service, vous trouvez des choses dignes. Pour le reste, je sais que vous trouverez des moyens d’améliorer les performances à l’avenir.

Vous et moi, mes concitoyens, devons être forts dans notre foi que toutes les nations, sous Dieu, atteindront l’objectif de la paix avec justice. Puissions-nous être indéfectibles dans le dévouement aux principes, confiants mais humbles de pouvoir, diligents dans la poursuite des grands objectifs des Nations.

À tous les peuples du monde, j’exprime une fois de plus l’aspiration priante et continue de l’Amérique: Nous prions pour que les peuples de toutes confessions, de toutes races, de toutes nations, puissent satisfaire leurs grands besoins humains; que ceux qui sont maintenant privés de cette opportunité en profiteront pleinement; afin que tous ceux qui aspirent à la liberté puissent expérimenter ses quelques bénédictions spirituelles. Ceux qui ont la liberté comprendront également sa lourde responsabilité; que tous ceux qui sont insensibles aux besoins des autres apprennent la charité; et que les sources – fléaux de pauvreté, de maladie et d’ignorance disparaîtront [de] la terre; et qu’en temps voulu, tous les peuples parviendront à vivre ensemble dans une paix garantie par la force obligatoire du respect et de l’amour mutuels.

Vendredi midi, je dois devenir citoyen privé. J’en suis fier. J’en suis impatient.

Merci et bonne nuit.

__________

RÉFÉRENCES :