Les résidents de l’Ontario qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19 peuvent faire face à certaines limites, dit le Dr David Williams

Le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario, au Canada, déclare que le vaccin COVID-19 sera traité de la même manière que les autres vaccins: pas obligatoire, mais requis pour un certain accès. Le Dr David Williams a déclaré que le gouvernement ne pouvait forcer personne à l’accepter.

Les résidents de l’Ontario qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19 peuvent faire face à certaines limites, dit le médecin hygiéniste en chef, le Dr David Williams. Quelqu’un peut devoir présenter une preuve de vaccination, par exemple, pour entrer dans une maison de retraite ou un hôpital sans équipement de protection individuelle, a-t-il déclaré le 3 décembre dernier.

Une preuve pourrait également être requise pour aller à l’école, bien qu’aucune décision n’ait encore été prise, a-t-il déclaré. « Non pas que quelqu’un va être forcé de le prendre contre sa volonté », a déclaré Williams. « Nous ne voyons pas que cela soit nécessaire parce que… nos vaccins se sont avérés historiquement être la meilleure chose que nous ayons. »

Le débat sur la vaccination obligatoire a été analysé pendant la pandémie, comme par Léger et l’Association d’études canadiennes. En octobre, leur sondage a révélé que 39% des personnes interrogées ont déclaré que le vaccin devrait être obligatoire, ce qui représente une baisse de 18% par rapport à un sondage similaire en juillet et de plus de 20% en mai.

Il est trop tôt pour dire combien de personnes devront être vaccinées en Ontario avant que le gouvernement ne commence à assouplir les restrictions liées au COVID-19, a-t-il déclaré. Parfois, le seuil est « l’immunité du troupeau », un pourcentage qui garantit la protection de la population générale, a-t-il déclaré.

Le premier ministre Doug Ford a déclaré que la province serait prête à commencer à vacciner les Ontariens dès que les doses arriveront. Des responsables fédéraux ont déclaré à la province que les premiers vaccins seraient disponibles au début de 2021. « L’approvisionnement initial sera très limité », a dit Ford. « Et il reste encore beaucoup de travail à faire. Il reste de nombreuses questions sans réponse. »

Le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario, Dr David Williams, déclare que le vaccin COVID-19 sera traité de la même manière que les autres vaccins: pas obligatoire, mais requis pour un certain accès. (à partir de 25:50 minutes)

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que les populations vulnérables comme les résidents des foyers de soins de longue durée et les travailleurs de la santé de première ligne bénéficieront d’une priorité absolue. Ford et Elliott ont déclaré qu’ils publieraient prochainement plus de détails sur un groupe de travail mis en place pour aider à gérer le déploiement du vaccin.

Nous pouvons donc conclure que les gouvernements n’ont pas à rendre le vaccin obligatoire, ils peuvent simplement rendre la vie invivable pour les personnes qui refusent de se faire vacciner. Si les bars, les restaurants, les cinémas, les sites sportifs, les compagnies aériennes, les employeurs et autres font tous de la vaccination une condition de service obligatoire, toute personne qui refuse de la prendre sera réduite à une forme personnelle de verrouillage de facto avec une vie sociale et une mobilité complètement ralenties.


« Bonjour M. Boulianne. Je reçois régulièrement les informations que vous placez sur votre site internet, informations que je trouve pertinentes, enrichissantes et boulversantes. »

Luc Dufour

« Bonjour M. Boulianne. J’apprécie énormément tout ce que vous écrivez comme articles ef tous les recherches que vous faites pour éveiller à ce qui ce passe tristement dans notre vie actuelle se rapportant à la fausse pandémie de COVID-19. Très intéressant et percuttant! »

Pascal Thériault

« Merci pour votre travail. Je vous suis depuis quelques mois. Je crois que vous êtes un des seuls qui dit la vérité. J’ai toujours eu des doutes pour ce qui est des complots du gouvernement mais là j’avoue que cette fausse pandémie confirme que mes doutes sont maintenant bien fondés. »

Eric Sarault