Doit-on en rire ou en pleurer ? Le château de Dracula en Transylvanie offrira des doses de Pfizer contre la Covid-19 à tous les touristes

Dans le but de lutter contre la Covid-19 tout en promouvant le tourisme, le château de Dracula (de son véritable nom château de Bran) en Roumanie offre une dose du vaccin Pfizer à tous ses visiteurs. En effet, le château de Bran a annoncé son « Marathon de vaccination Pfizer-BioNTech » dans un message Facebook publié le 7 mai dernier. Le personnel médical est évidemment déguisé en vampire. Dracula est donc passé de la succion de sang à l’injection de vaccins. Dans ce qui est sans aucun doute un terrain fertile pour l’ironie et un aperçu de la triste réalité du monde post-Covid, le château de plus de 700 ans qui aurait inspiré Dracula de Bram Stoker est maintenant utilisé comme site de vaccination Covid.

Le château de Dracula lutte contre la Covid-19 en vaccinant ses visiteurs

Pour inciter autant de personnes que possible à se faire vacciner contre la Corona, les autorités roumaines ont organisé un événement effrayant spécial : les visiteurs du château de Bran, connu sous le nom de château de Dracula, peuvent s’y faire vacciner.

Ajoutant à l’aspect morbide de l’opération, le site s’amuse certainement avec sa campagne de vaccination. On peut voir les médecins arborant des autocollants de crocs et des panneaux comportant des dents féroces remplacées par des aiguilles ont été repérés sur le terrain.

Jusqu’à présent, Vlad l’Empaleur semait la peur et la terreur en suçant le sang de ses victimes par une morsure. Du moins c’est la légende. Aujourd’hui, les vampires ne sont pas seulement obsolètes, mais l’opposé de leur horrible pratique est en vogue : au lieu de morsures, vous recevez des « injections » et au lieu de perdre du sang, vous bénéficiez d’une thérapie génique. « Nous ciblons surtout les touristes qui sont venus passer le week-end dans la région mais les locaux et les employés du château sont eux aussi les bienvenus », a indiqué le directeur de marketing, Alexandru Priscu. « Je suis venu visiter le château avec ma famille et quand j’ai vu l’affiche j’ai pris mon courage à deux mains et accepté de me faire piquer », a déclaré Liviu Necula, un ingénieur âgé de 39 ans.

Toutes les personnes vaccinées reçoivent un diplôme attestant de leurs « témérité et responsabilité », ainsi que la promesse d’être accueillies au château de Dracula « pendant les 100 prochaines années ».

Niché dans une vallée brumeuse des Carpates, le château de Bran est associé au prince sanguinaire roumain du XVe siècle, Vlad Tepes (« l’Empaleur ») qui a inspiré le personnage de Dracula à l’écrivain irlandais Bram Stoker, même s’il n’y a sans doute jamais séjourné. Offert en 1920 par les autorités locales à la reine Marie de Roumanie, le château perché sur un rocher avait été confisqué par les communistes en 1948, avant d’être restitué en 2006 à Dominic de Habsbourg, héritier de l’ancienne famille royale.

Des vaxxers courageux comme Liviu Necula, qui veulent se faire plaisir au château de Dracula, recevront un diplôme attestant de leur « témérité et de leur responsabilité », et promettant qu’ils seront accueillis au château « pour les 100 prochaines années ». Ils obtiennent aussi une entrée gratuite à une exposition sur 52 instruments de torture de l’époque médiévale, rapporte le quotidien Unser Mittel Europa. Avec ce programme de vaccination, le gouvernement fait d’une pierre deux coups. En effet, le gouvernement roumain booste le tourisme en déclin depuis plusieurs mois tout en participant activement à la lutte contre le Covid-19. Tout le monde peut se présenter sans rendez-vous tous les week-ends du mois de mai et recevoir une première injection du vaccin Pfizer-BioNTech. Le pays espère avoir 10 millions de personnes vaccinées d’ici le mois de septembre.

Les docteurs et les infirmiers qui administrent le vaccin au château de Dracula ont des stickers en forme de crocs comme de véritables vampires. Le directeur marketing du château de Bran, Alexandru Priscu, a émis  ce commentaire stupide à Reuters : « L’idée était de montrer comment les gens se faisaient vacciner en Europe il y a 500-600 ans » (!) Cela ajoute une facette à toute la folie entourant la soi-disant pandémie. Pour les gens qui peuvent encore penser clairement, cette folie est difficile à supporter.

Le vaccin Pfizer-BioNTech est un vaccin à deux doses, et a été autorisé pour une utilisation d’urgence aux États-Unis par la Food and Drug Administration en décembre dernier. Les soi-disant marathons de vaccination font partie d’une série d’initiatives mises en œuvre par le gouvernement roumain dans le but de vacciner 5 millions de personnes d’ici le 1er juin. Malgré cette campagne de vaccination massive, les visiteurs sont tenus de suivre toutes les mesures de sécurité contre les coronavirus, y compris l’utilisation d’un désinfectant pour les mains, le port d’un masque et le maintien d’une distance de deux mètres (environ six pieds et demi) des autres, selon le site du château.


ANECDOTE : le prince Charles admet descendre de Dracula !

Vlad III Basarab, surnommé « l'Empaleur »

Le prince Charles, l’héritier du trône d’Angleterre, a déclaré être un descendant de Vlad l’Empaleur, le cruel chef de guerre roumain du XVe siècle qui a en partie inspiré le Dracula de Bram Stoker (1897). Il a fait cette révélation dans un documentaire diffusé sur la chaîne britannique Travel, dans laquelle il s’engage pour la protection des forêts de Transylvanie, en Roumanie. Plus tôt dans l’année 2011, le prince s’est en effet rendu en Europe de l’Est et il est allé pour une journée dans la région où la légende de Dracula est née.

« La Transylvanie est dans mon sang. La généalogie montre que je descends de Vlad l’Empaleur », a déclaré le prince Charles à l’animateur de l’émission “Wild Carpathia”, Charlie Ottley. « J’ai donc un peu d’intérêt dans le pays », a-t-il ajouté.

Selon lui, les généalogistes de la famille royale sont parvenus à établir cette filiation grâce à sa grand-mère, la reine Mary, épouse du roi George V. Le sanguinaire prince Vlad l’Empaleur est lié à la famille royale britannique à la fois sur le plan généalogique et en raison d’une maladie qui donne aux malades une soif de sang. Vlad aurait envoyé plus de 100 000 guerriers turcs au combat. La légende des vampires était nourrie par sa prédilection pour manger du pain trempé dans le sang de sa victime. Et on sait que la porphyrie, une carence en fer, qui serait derrière le mythe des vampires et pourrait avoir stimulé le goût du sang de Vlad, s’est répandue dans la famille royale.

L’arbre familial reliant Vlad l’Empaleur au prince Charles

Vlad l’Empaleur. Décédé 1507
  • Était le demi-frère de Vlad IV, connu sous le nom de Vlad le moine (1431-1495)
  • Qui était le père de Radu IV Prince de Valachie (1495-1508)
  • Le père de Mircea le berger, prince de Valachie (1479-1560)
  • Le père de la princesse Stanca Basarab de Valachie (1518-1601)
  • La mère de Zamphira Logofat de Szazsebes (décédée en 1602)
  • La mère d’Adam Racz de Galgo (vivant en 1609)
  • Le père de Peter Racz de Galgo (1583-1672)
  • Le père de Christina Racz de Galgo
  • La mère de Catherine (Katalin) Moon de Osdola
  • La mère d’Ágnes Kendeffy de Malmoviz (née en 1727)
  • La mère du baron Gregor, Inczédy de Nagy-Várad (décédée en 1816)
  • Le père de la baronne Ágnes Inczédy de Nagy-Várad (1788-1856)
  • La mère de la comtesse Claudine Rhédey von Kis-Rhéde (1812-1841)
  • La mère de François, duc de Teck (1837–1900)
  • Le père de la princesse Mary de Teck, plus tard la reine épouse du roi George V (1867-1953)
  • La mère de George VI (1895-1952)
  • Le père de la reine Elizabeth II (1926), qui était la mère de:
Prince Charles (1948)
Count Dracula Family tree

Vlad Dracula, comme on l’appelait dans cette partie de Transylvanie, aurait été un prince cruel et assoiffé de sang. Selon la légende, il aurait empalé plus de 100.000 personnes, des prisonniers turcs mais aussi des négociants allemands, et des membres de la vieille noblesse de Transylvanie. Oubliée avec sa mort, cette mauvaise réputation s’est surtout propagée avec l’invention du personnage de Dracula imaginé par Bram Stoker. La BBC rappelle que Dracula veut dire « fils du diable » en roumain.

Ajoutons que ces Vlad descendaient aussi par les femmes de Gengis-Khan…. et que de toutes façons, du fait que né en 1431, le fameux Dracula doit compter aujourd’hui, aux côtés du prince de Galles, des millions d’autres descendants, évidemment impossible à recenser, dont certains peuvent réserver des surprises… Nicolas Sarkozy, qui a pas mal d’ancêtres dans le secteur, pourrait être du nombre…

Chaque année, des milliers de touristes visitent le château de Bran en Transylvanie, là où Vlad l’Empaleur vivait. Le prince Charles a profité de son voyage en Roumanie pour célébrer le patrimoine naturel du pays, qu’il connaît d’ailleurs bien puisqu’il possède une demeure à Viscri, un village en pleine forêt transylvanienne, et une pommeraie à Malancrav.

Dans le documentaire sur les forêts roumaines, le prince milite pour la préservation de cet environnement : « Nous avons l’obligation morale de préserver cette part de nature intacte et sauvage pour nos enfants. » Selon CBS News, le prince Charles a qualifié la Transylvanie de « trésor national » pour la Roumanie, en raison de sa campagne préservée et de ses traditions agricoles vieilles de plusieurs siècles.

L’office du tourisme roumain a prévu de promouvoir les liens familiaux présumés entre la royauté britannique et le tyran qui a inspiré Dracula à attirer plus de visiteurs britanniques dans le pays. La Roumanie a déjà accueilli 7% de Britanniques de plus au cours des trois premiers mois de l’année 2012 qu’au cours de la même période l’année précédente, et pas moins de 118 000 visiteurs en 2011.


RÉFÉRENCES :

banniereFABIENeBay001

« Merci M. Boulianne. Je sais pas où vous trouvez le temps de dormir, mais vous donnez toujours les dernières nouvelles, découvertes. »

Paule

« Félicitation pour votre implication dans ce chaos. » 👏👏

Josée Dumais

« Un grand merci monsieur Boulianne pour vos recherches toujours bien documentées… un plaisir de vous suivre ! »

Catherine Rannou